Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

18 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

11 November 2006

L'élection présidentielle au Nicaragua


Imelda Daisy Angue Ntsaga
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

February
1990
Élection de Violeta Chamorro à la présidence du Nicaragua

November
1987
Publication du rapport d'une Commission d'enquête sur l'affaire Iran-Contra

February
1987
Dévoilement du plan Arias pour la paix en Amérique centrale

November
1984
Élection de Daniel Ortega à la présidence du Nicaragua

January
1981
Création des Contras au Nicaragua

July
1979
Démission du président du Nicaragua, Anastasio Somoza Debayle

August
1978
Assaut des rebelles sandinistes sur l'Assemblée nationale au Nicaragua

January
1978
Assassinat de l'homme politique nicaraguayen Pedro Chamorro

December
1974
Émergence du Front sandiniste de libération nationale au Nicaragua

December
1972
Tremblement de terre dévastateur au Nicaragua

July
1969
Déclenchement d'un conflit entre le Salvador et le Honduras

December
1960
Création d'un Marché commun de l'Amérique centrale

December
1959
Création de la Banque interaméricaine de développement

September
1956
Assassinat du président du Nicaragua, Anastasio Somoza

March
1948
Création de l'Organisation des États américains

Le 5 novembre 2006, le peuple du Nicaragua a été appelé aux urnes afin d'élire son nouveau chef d'État pour les cinq prochaines années à venir. Lors de cette élection, cinq principaux candidats se sont affrontés. Il s'agit de Daniel Ortega du Front sandiniste de libération nationale(FSLN), d'Eduard Montealegre de l'Alliance libérale nicaraguayenne(ALN), d'Edmundo Jarquin du Mouvement de rénovation sandiniste(MRS), de Jose Rizo du Parti libéral constitutionnaliste (PLC, droite) et d'Eden Pastora de l'Alliance pour le changement(AC) (1). Cette élection fut capitale pour Ortega, le chef des sandinistes de gauche, qui tentait un retour à la présidence après seize années d'absence du pouvoir. Après plusieurs mois de campagne électorale, les résultats finals ont été annoncés quelques jours seulement après le vote. Mais avant de prendre connaissance de ces résultats, revenons tout d'abord sur le processus électoral de au Nicaragua.

Suite à ses défaites aux élections présidentielles de 1990,1996 et de 2001, le chef de la révolution nicaraguayenne, Daniel Ortega, avait réussi à faire modifier les dispositions électorales. En effet, en 2000, Ortega parvient à signer un pacte avec le PLC, dirigé à cette époque par l'ancien président Arnoldo Aleman (1996 à 2001), pendant que son parti représentait l'opposition officielle à l'Assemblée nationale nicaraguayenne. Ce pacte (Pacto FSLN/PLS) : « entreprend une répartition des pouvoirs entre le parti au pouvoir et l'opposition officielle. La cour suprême de justice est divisée et le FSLN obtient 80% du pouvoir judiciaire. La loi électorale est transformée» (2). Cette modification stipule que : « Pour gagner au premier tour de vote, on n'a plus besoin de 45% mais bien de 35% des votes à condition que le candidat arrivé en seconde position soit distancé par plus de 5% des suffrages»(3). Par ailleurs, si aucun des candidats ne parvient à remplir ces conditions un deuxième tour a lieu (4). Dans le contexte de la présente élection, cette deuxième étape n'a pas été utilisée car le candidat favori a été élu au premier tour.

Une présidence assurée au premier tour

Combattu par Washington durant la période de la guerre froide, le sandiniste Daniel Ortega vient d'être à nouveau élu à la tête de son pays. Selon les résultats officiels annoncés par le Conseil suprême électoral (CSE) après le dépouillement de 91,48% des bureaux de vote, Ortega a obtenu 38,07% des voix(5). L'élection présidentielle du dimanche 5 novembre marque le retour au pourvoir de l'ex-guérillero après une absence de seize ans. Le principal rival de Daniel Ortega, Montealegre, un banquier millionnaire et diplômé d'Harvard, n'a obtenu que 29% des suffrages(6). En troisième position vient le candidat du PLC, Rizo, avec 26% des voix, devant Jarquin du MRS qui a récolté 6,48% des votes(7). L'ancien « commandant Zéro » Eden Pastora n'a quant à lui obtenu que 0,3% des suffrages. Aussi, certains analystes s'accordent à dire que la victoire au premier tour d'Ortega est le résultat de la division au sein de la droite nicaraguayenne. Le président sortant Enrique Bolanas passera le relais le 10 janvier 2007.

Les promesses électorales

Après la campagne électorale et le vote qui se sont déroulés dans le calme, les citoyens s'attendent à la réalisation des promesses électorales faites par le candidat élu. Lors de la campagne électorale, Daniel Ortega a, en effet, fait plusieurs promesses, comme celles de : « redresser la situation en accordant des prêts aux petits agriculteurs, et de baisser le coût d'envoi des remesas (mandat que les immigrants envoient à leur famille»(9). Aussi, il a promis de soutenir le libre échange et de promouvoir les entreprises privées. Notons également qu'Ortega a décidé : « de faire des problèmes énergétiques, la priorité numéro un de son programme» (10).

De son côté, Montealegre faisait la promesse de : «créer des emplois et de faire table rase des corruptions passées»(11). Candidat favori de la Maison Blanche, Montealegre avait également l'ambition de perpétuer le libre échange établi par l'ancien président Bolanos. Quant à eux, les candidats rénovateurs sandinistes quant à eux promettaient de : « réduire les salaires des membres de l'exécutif, l'augmentation du salaire minimum et la construction de 100 000 nouveaux logements»(12). En attendant d'être au pouvoir, le nouvel élu savoure sa victoire pendant que son adversaire principal concède son échec.




Références:

(1) La PRESSE. « Nicaragua : Daniel Ortega en tête au premier tour», [En ligne],6novembre2006, http://www.biblio.eureka.cc.ezproxy.usherbrooke.ca... consultée le 07 novembre 2006).

(2) DUBOIS. Jacque- André. «L'arrivée controversée d'Arnoldo Aleman au pouvoir»,[Enligne],2003-2004, www.collegesherbrooke.qc.ca/intnical/private/polit... consultée le 07 novembre 2006).

(3) Ibid.

(4) Ibid. ... « Nicaragua : Daniel Ortega est déclaré élu», mercredi 8 novembre 2006, P. A10.

(6) Ibid.

(7) Ibid.
(10) ROSENTHAL. Bertrand. « L es anciens ennemis votent côte à côte dans la bonne humeur», lundi 6 novembre2006, P. B3.

(11) BREMER. Catherine. «La présidence est à la portée d'Ortega», vendredi 3 novembre 2006, P. B9.

(12) FERRARI. Sergio. « Des élections présidentielles hantées par les fantômes du passé», [En ligne], 3 novembre 2006, http://risal.collectifs.net/article.php3?id_article=1971, (Page consultée le 08 novembre 2006).

Dernière modification: 2007-05-02 07:13:22

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016