20 septembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

17 août 2016

L'influence du Parti libertarien


Gilles Vandal
historien,
Ph.D.
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

novembre
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

juillet
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

juin
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

mars
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

décembre
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

septembre
2017
Ouragans sur les Caraïbes

août
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

janvier
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

janvier
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

novembre
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

septembre
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

juin
2016
Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

mars
2016
Début de la visite du président américain Barack Obama à Cuba

janvier
2016
Dévoilement de données confirmant l'établissement d'un record de chaleur en 2015

octobre
2015
Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

décembre
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

novembre
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

septembre
2014
Tenue d'une marche en faveur de la lutte aux changements climatiques

novembre
2012
Réélection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

L'influence des tiers partis est règle générale minime dans le système électoral américain, dominé par la compétition en deux grands partis. Néanmoins, il leur arrive épisodiquement de venir brouiller les cartes. Cela fut le cas en 1992, alors que Ross Perot, avec 19 % des votes, permit l'élection de Bill Clinton contre le président Bush (père). Les 2,5 % de Ralph Nader en 2000 ont assuré l'élection de George W. Bush contre Al Gore.

En 2016, le Parti libertarien, avec Gary Johnson, offre clairement un autre choix pour les électeurs insatisfaits par les candidats des deux principaux partis. De plus, Johnson, qui a obtenu deux mandats comme gouverneur du Nouveau-Mexique, possède une expérience administrative importante.

Par ailleurs, Gary Johnson est une personne affable qui apparaît beaucoup plus comme un candidat digne de confiance que ses deux principaux concurrents. Adoptant une attitude toujours pondérée, il se montre respectueux à l'égard de ses adversaires. Il évite systématiquement de dénigrer ceux-ci par de gros mots ou d'émettre des remarques acrimonieuses sur leur personnalité. Il se limite à critiquer leurs idées et leur programme.

Face à la polarisation du processus politique, Johnson cherche à se positionner dans la frange centrale du spectre électoral. Cette approche lui permet de présenter un programme qui attire des électeurs des deux côtés. Contrairement à la perception populaire, le programme politique du Parti libertarien ne se limite à une idéologie de droite. Il attire aussi beaucoup de gens de la gauche.

Ce parti se positionne entre la gauche et la droite, entre le parti démocrate qui défend les libertés civiles tout en préconisant un contrôle de l'État sur les affaires économiques, et le parti républicain qui soutient une position inverse. Le Parti libertarien préconise ainsi une plus grande liberté à la fois au plan économique et sur le plan des libertés civiles.

Tout en proposant une diminution de la réglementation de l'État dans l'économie, il s'oppose à l'utilisation de licences professionnelles pour protéger de puissants intérêts économiques au détriment de groupes pauvres ou plus marginaux. Opposé au capitalisme de copinage, il s'oppose aux programmes de subventions économiques accordées aux grandes corporations et aux plans de sauvetage de grandes compagnies ou banques. Par contre, il est pour une augmentation des taxes sur les gains en capital.

De plus, les prises de position du Parti libertarien en faveur d'une plus grande ouverture à l'immigration, de la reconnaissance des droits des personnes transgenres, des gais et des lesbiennes, du droit des femmes à l'avortement, de la légalisation de la marijuana et de la dépénalisation de la prostitution, permettent à Gary Johnson d'attirer un segment important des militants américains les plus progressistes. Plus encore, il mine le soutien que Mme Clinton pouvait espérer de ces groupes libéraux.

En ce qui concerne la politique étrangère, Johnson a abandonné la position isolationniste traditionnelle des libertariens qui s'opposait à toute intervention des États-Unis hors de leurs frontières nationales. Johnson est opposé à toute intervention décidée unilatéralement par l'exécutif. Par contre, il est d'accord avec une intervention qui serait décidée par le Congrès après un débat où il aurait été clairement démontré que la sécurité nationale américaine est menacée.

Aux électeurs américains désabusés par la présente campagne présidentielle, qui trouvent que cette élection est devenue une simple affaire de salissage, qu'ils ne peuvent pas faire confiance à Donald Trump ou à Hillary Clinton, ou qui sont simplement déprimés par le présent cirque électoral, le Parti libertarien offre une alternative pour voir clair dans le présent chaos politique.

Le soutien du Parti libertarien au renforcement du filet social pour les plus démunis et les groupes incapables de profiter du dynamisme d'une économie libérale attire une portion importante des groupes radicaux qui militaient pour Bernie Sanders. Par exemple, le Parti libertarien milite en faveur d'un revenu minimum de base comme une alternative au présent système paternaliste de protection sociale. Aussi, Johnson compte sur le sentiment progressiste pour élargir sa base électorale au détriment de Mme Clinton.

De nouveau en 2016, un tiers parti, le Parti libertarien, pourrait donc venir brouiller les cartes de l'élection présidentielle américaine. Mais pour cela, Gary Johnson devrait d'abord obtenir 15 % dans les sondages nationaux. Ce pourcentage est nécessaire pour obtenir une participation aux débats présidentiels.

Or, présentement les sondages oscillent autour de 12 % en sa faveur. Avec la désaffection vis-à-vis des deux grands partis, Johnson a de réelles chances d'atteindre cet objectif. S'il atteint les 15 %, il obtiendra alors la visibilité nécessaire pour perturber les élections présidentielles.

À l'heure actuelle, Johnson pourrait enlever autant de votes à Hillary Clinton qu'à Donald Trump. Mais dans une lutte à trois, tout est possible. Johnson pourrait même priver les deux candidats principaux des votes électoraux dont ils ont besoin pour obtenir la majorité au collège électoral. Or, si aucun candidat n'obtient les 270 votes nécessaires, la Chambre des représentants, dominée par les républicains, doit déterminer le vainqueur à partir des trois meilleurs candidats.

Donald Trump pourrait ainsi devenir président par défaut.



Dernière modification: 2016-09-12 15:26:11

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

L'extrême gauche aux États-Unis à l'ère Trump? Plutôt marginale
>avril 2019


Les élections de mi-mandat, ou la ruée vers l'or au pays des droits et libertés
>mars 2019


Joe Biden comme antidote au syndrome McGovern
>mars 2019


Présidentielle américaine de 2020 : une nouvelle stratégie démocrate, la clé face à Trump ?
>mars 2019


La Californie brûle à petit feu, ou plutôt à grands feux!
>février 2019


Qui a tué le Weekly Standard?
>février 2019


Le président Trump frappe encore sur Twitter
>février 2019


La persistance du racisme aux États-Unis
>février 2019


For the land of the free...mais l'est-ce vraiment?
>février 2019


Fahrenheit 11/9 : Michael Moore manque de nouveau la cible avec son plus récent documentaire
>janvier 2019


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019