17 septembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

29 mars 2016

Iran - Arabie Saoudite : des décennies de relations abruptes


Catherine Laflamme
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

novembre
2017
Tremblement de terre dévastateur en Iran

mai
2017
Réélection en Iran du président Hassan Rohani

avril
2015
Entente préliminaire sur l'utilisation de l'énergie nucléaire en Iran

janvier
2015
Chute importante du prix du baril de pétrole

novembre
2013
Entente internationale intérimaire sur le développement du programme nucléaire iranien

juin
2013
Élection de Hassan Rohani à la présidence de l'Iran

juin
2009
Tenue d'une élection présidentielle en Iran

décembre
2003
Tremblement de terre en Iran

mai
1997
Élection de Mohammed Khatami à la présidence de l'Iran

juin
1990
Tremblement de terre en Iran

juin
1989
Décès de l’ayatollah Rouhollah Khomeiny en Iran

août
1988
Entrée en vigueur d'un cessez-le-feu mettant fin à la guerre entre l'Iran et l'Irak

mars
1988
Utilisation d'armes chimiques en Irak contre les Kurdes

novembre
1987
Publication du rapport d'une Commission d'enquête sur l'affaire Iran-Contra

août
1981
Assassinat du président et du premier ministre de l’Iran

septembre
1980
Début de la guerre Iran-Irak

novembre
1979
Occupation de l'ambassade des États-Unis à Téhéran

mars
1979
Début du deuxième « choc pétrolier »

février
1979
Retour d'exil de l'ayatollah Rouhollah Khomeiny

L'Iran et l'Arabie Saoudite sont deux pays guidés par des dirigeants islamistes. L'Iran est principalement chiite, le chiisme se référant à un courant de l'Islam (1). Quant à elle, l'Arabie Saoudite est dirigée par une monarchie sunnite, un autre courant de l'Islam (2). Les différences religieuses, culturelles et identitaires amènent beaucoup d'opposition dans cette région du Moyen-Orient.

Entre l'Arabie Saoudite et l'Iran, il y a beaucoup de tensions ainsi que de multiples conflits qui sont constants et persistants. En effet, la rivalité entre les pays voisins est vieille d'environ 35 ans (3). D'ailleurs, le conflit a principalement pris source lors de la révolution iranienne de 1979 (4).

L'opposition entre les deux États rivaux est d'ordre économique, religieux, géopolitique, mais aussi diplomatique (5). Les relations diplomatiques sont par le fait même teintées d'une tension et marquées par des interruptions depuis les années 1980.

1979 : naissance de la dispute

Les conflits entre l'Arabie Saoudite et l'Iran remontent à très longtemps. Plus récemment, un des conflits majeurs à la base des relations complexes entre les deux États est la révolution iranienne de 1979 (6). Le régime pro-américain du chah d'Iran a été renversé et l'ayatollah Ruhollah Khomeyni a pris le pouvoir en février 1979 (7). Celui-ci voulait exporter la révolution islamique chiite dans le monde musulman. Ainsi naquit l'inquiétude de l'Arabie Saoudite qui était un leader sunnite, majoritairement présent dans le monde arabe. Mais l'Iran n'est pas parvenue à exporter la révolution en dehors de ses frontières, ce qui, au final, a conforté l'Arabie Saoudite. Par contre, les tensions et les désaccords dans la région se perpétuent entre les deux puissances.

À l'été 1987, de vives tensions subsistent entre l'Arabie Saoudite, alliée des États-Unis, ainsi que l'Iran, ennemi des Américains (8). Des affrontements ont eu lieu entre des pèlerins iraniens ainsi que les forces de l'ordre saoudiennes dans la ville de La Mecque, en Arabie Saoudite. Ces attaques ont causé la mort d'environ 400 personnes, principalement des Iraniens (9).

Selon le journaliste Pierre Weill, la foule était en colère à Téhéran, capitale de l'Iran. En effet, le 3 août 1987, il affirma sur France international que : « À Téhéran hier, des centaines de milliers de personnes ont manifesté en criant vengeance. Le gouvernement iranien avait décrété que ce dimanche était journée de haine contre les États-Unis. Le président du parlement iranien a demandé à la foule de détruire le régime saoudien et de venger le sang des martyrs de la Mecque (10). »

Pour l'Iran, l'Arabie Saoudite était un acteur qui : « favorise l'impérialisme américain entravant le pèlerinage des fidèles chiites, et détenteur d'une vision fausse de l'Islam (11) ». Finalement, après plusieurs mois de tensions, il y eut une rupture diplomatique entre les deux États.

Alliances et retour du nucléaire

Cette tension et cette rivalité n'ont jamais vraiment disparu, elles se ressentent et se perpétuent encore aujourd'hui dans les relations entre les deux pays ainsi qu'au Moyen-Orient.

Lors des révolutions du printemps arabe, l'Iran a soutenu son allié, le président syrien Bachar al-Assad, tandis que les Saoudiens ont soutenu l'opposition, soit le Front islamique (12). Celui-ci est formé d'un rassemblement de différents groupes de combattants qui cherchent à installer en Syrie un gouvernement sunnite (13). Les pays se sont engagés dans des guerres par procuration. Le soutien aux différents groupes et alliés en Syrie augmente une fois de plus les tensions. Les rivalités se creusent et des guerres civiles s'ensuivent.

D'autres guerres par procuration, comme celles du Yémen et du Bahreïn, sont existantes et justifiées par la rivalité de longue date entre chiites et sunnites.

Par ailleurs, après plus de dix ans de sanctions de la part de la communauté internationale, l'Iran a connu en 2015 la fin des négociations ainsi qu'un accord sur sa production d'énergie nucléaire (14). L'accord effectué entre l'Iran et les pays du « P5 + 1 » (États-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni, Allemagne) « consiste à mettre en place des restrictions envers l'Iran afin de garantir que le programme nucléaire iranien n'aura pas de débouchés militaires (15) ». En échange, les sanctions économiques en place depuis plusieurs années, et qui asphyxient l'économie iranienne, seront levées. Cela est profitable pour l'Iran, mais ne l'est pas pour son rival l'Arabie Saoudite.

L'Arabie Saoudite se sentait déjà menacée par la possession du nucléaire iranien et, à la suite de cet accord, son sentiment s'est renforcé (16). Celle-ci se sent effrayée par cette annonce, puisqu'elle craint l'assouplissement des sanctions qui avaient été imposées à Téhéran il y a une dizaine d'années, ce qui lui permettrait de soutenir davantage les groupes chiites au Moyen-Orient (17). Les Saoudiens craignent aussi que l'Iran n'honore pas l'accord qui a été déterminé, ce qui conduirait à une course aux armements nucléaires dans cette région du monde (18). Perpétuant ainsi les querelles, les menaces et les tensions liées au pouvoir, entre les rivaux.

Assassinat et rupture diplomatique

Le 2 janvier 2016, l'ambassade saoudienne à Téhéran a été la proie d'un incendie, à la suite de l'exécution en Arabie Saoudite d'un important dignitaire chiite appelé Cheikh Al-Nimr (19). Pour répliquer à ces événements, l'Arabie Saoudite annonça qu'elle cessait les relations diplomatiques avec son voisin iranien (20).

Cheikh Al-Nimr, un dissident politique saoudien, était à l'origine d'une crainte dans son pays natal : la scission de l'est du pays. Al-Nimr proposait de fusionner cette région avec le Bahreïn, État majoritairement chiite, mais dirigé par des sunnites (21). L'Arabie Saoudite a alors considéré le prédicateur comme une menace. Il était même perçu comme un terroriste aux yeux des Saoudiens.

Le Cheikh Al-Nimr a été exécuté, samedi le 2 janvier 2016 (22). De plus, 46 autres personnes ont aussi connu la mort. Parmi celles-ci, il y avait des combattants d'Al Qaïda ainsi que quelques militants chiites accusés de violences lors des manifestations. L'exécution du dissident politique saoudien a soulevé la colère dans le monde chiite, principalement en Iran, mais aussi au Liban, au Yémen, en Irak, etc. À cet effet, à Téhéran, des manifestants sont entrés dans l'ambassade saoudienne dans le but de saccager les lieux, les fenêtres ainsi que des meubles. Il y eut des protestations contre l'exécution de l'éminent responsable religieux chiite, qui se battait depuis longtemps pour les droits des minorités chiites dans le royaume d'Arabie Saoudite. Téhéran a affirmé que la politique saoudienne subirait les conséquences des gestes irresponsables qui ont été posés.

À la suite de ces événements, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Hossein Jaberi-Ansari, a affirmé que : « Le gouvernement Saoudien devra payer pour la poursuite de cette politique (23). » Après ces déclarations, la capitale de l'Arabie Saoudite avait convoqué l'ambassadeur d'Iran pour affirmer son désaccord. À la suite de ces difficultés et des discours des hommes politiques, l'Arabie Saoudite a annoncé, dimanche le 3 janvier 2016, qu'elle rompait ses relations diplomatiques avec l'Iran pour la deuxième fois de son histoire.

L'avenir des relations entre l'Iran et l'Arabie Saoudite reste donc inconnu et incertain, et il est difficile de savoir si une atténuation des tensions pourrait s'installer. Les relations complexes qu'ils ont, leur désir d'expansion et de contrôle dans la région du monde la plus volatile, en plus de leur instabilité économique et politique, amènent même une série de questionnements quant à la continuité de leur relation avec la communauté internationale.




Références:

(1) Vaudano, Maxime, Quelles sont les différences entre les sunnites et les chiites, Le Monde, 20 juin 2014, http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/0... (Page consultée le 20 mars 2016).

(2) Riché, Pascal, La tension au plus haut entre l'Iran et l'Arabie Saoudite, L'OBS, 3 janvier 2016, http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20160103.OBS2... (Page consultée le 20 mars 2016).

(3) Folliot, Colin., Bouanchaud, Cécile, Entre l'Arabie Saoudite et l'Iran 35 ans de rivalité, Le Monde, 6 janvier 2016, http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2016/0... (Page consultée le 20 mars 2016).

(4) Loc. cit.

(5) Loc. cit.

(6) Folliot, Colin., Bouanchaud, Cécile, op. cit.

(7) Loc. cit.

(8) Snégaroff, Thomas, 1988 : L'Arabie Saoudite rompt ses relations diplomatiques avec l'Iran, France Info, 5 janvier 2016, http://www.franceinfo.fr/emission/histoires-d-info... (Page consultée le 20 mars 2016).

(9) Loc. cit.

(10) Loc. cit.

(11) Snégaroff, Thomas, op. cit.

(12) Poole, Tom, Iran and Saudi Arabia's great rivalry explained, BBC News, 4 janvier 2016, http://www.bbc.com/news/world-middle-east-35221569, (Page consultée le 27 mars 2016).

(13) Loc. cit.

(14) Loc. cit.

(15) Loc. cit.

Riois, Yves-Michel, Accord historique sur le nucléaire iranien, Le Monde, 14 juillet 2015, http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2015/0... (Page consultée le 27 mars 2016).

(16) Poole, Tom, op. cit.

(17) Riois, Yves-Michel, op. cit.

(18) Loc. cit.

(19) Riché, Pascal, op. cit.

Al Jazeera Staff, Saudi Arabia executes 47 on terrorism charges, Al Jazeera, 3 janvier 2016, http://www.aljazeera.com/news/2016/01/saudi-announ... (Page consultée le 31 mars 2016).

(20) Loc. cit.

(21) Loc. cit.

(22) Loc. cit.

(23) Riché, Pascal, op. cit

Autres références

Agence France Presse, Associated Presse, Reuters, La crise entre l'Iran et l'Arabie Saoudite prend une tournure régionale, Le Monde, 4 janvier 2016, http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2016/0... (Page consultée le 27 mars 2016).

Agence France Presse, Qui était le cheikh Al-Nimr, exécuté par l'Arabie saoudite ?, Le Monde, 3 janvier 2016, http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2016/0... (Page consultée le 20 mars 2016).

Bédard, Marie-Ève, Juneau, Thomas, Arabie saoudite et Iran : un conflit aux nombreuses ramifications, Radio-Canada, 4 janvier 2016, http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/international... (Page consultée le 27 mars 2016).

Bremmer, Ian, These 5 facts explain the worsening Saudi-Iran Rivalry, Time, 6 janvier 2016, http://time.com/4169920/these-5-facts-explain-the-... (Page consultée le 27 mars 2016).

Deluca, Derek, Saudi Arabia and Iran : Behind the Rivalry, American Thinker, 16 janvier 2016, http://www.americanthinker.com/articles/2016/01/sa... (Page consultée le 27 mars 2016).

Dernière modification: 2016-04-04 07:55:23

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Réélection de Rouhani en Iran : vers l'ouverture et la modération
>septembre 2017


Téhéran frappé par le groupe État islamique
>septembre 2017


L'accord nucléaire iranien remis en question
>février 2017


Iran - Arabie Saoudite : des décennies de relations abruptes
>mars 2016


L'Iran entre réforme et tradition
>février 2016


L'Iran : une population qui sombre dans la drogue
>décembre 2015


Signature d'un accord historique sur le nucléaire iranien
>janvier 2014


Nucléaire iranien : un accord historique réjouit la communauté internationale
>décembre 2013


Élection de Rohani : naissance d'un espoir international
>octobre 2013


Enjeux géostratégiques autour de l'or noir : l'Iran lance un combat à tout prix
>mai 2012


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019