Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

19 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

16 February 2016

Quatre morts en Ohio: quand la contre-culture ébranle Washington


François Charles Morissette
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

November
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

July
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

June
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

March
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

December
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

September
2017
Ouragans sur les Caraïbes

August
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

January
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

January
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

November
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

September
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

June
2016
Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

March
2016
Début de la visite du président américain Barack Obama à Cuba

January
2016
Dévoilement de données confirmant l'établissement d'un record de chaleur en 2015

October
2015
Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

December
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

November
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

September
2014
Tenue d'une marche en faveur de la lutte aux changements climatiques

November
2012
Réélection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

Les élections de 1968 prennent place alors que les États-Unis sont en plein bouillonnement politique (1). Le parti élu fera face à divers enjeux: lutte pour les droits civiques et protestations contre la guerre du Vietnam sont au menu. Le Parti démocrate, architecte de la guerre au Vietnam, est au pouvoir. Mais il se fait de plus en plus anti-guerre lors de la campagne électorale (2). Le candidat républicain Richard Nixon est dans l'obligation d'adopter un discours pro-paix. Lorsqu'il remporte l'investiture républicaine, il propose aux Américains d'entrer dans une «ère de négociations» plutôt que de «confrontation» avec le monde communiste (3). Une augmentation des décès parmi les troupes désavantage le Parti démocrate (4).

La course présidentielle est serrée entre deux candidats qui affirment leur volonté de mettre un terme à la guerre au Vietnam, mais c'est le républicain Richard Nixon qui l'emporte avec 43,4 % des voix (5). Cela est considéré comme un message clair de ce que celui-ci appellera la «majorité silencieuse» en 1969, une partie de la population qui se prononce maintenant contre la guerre au Vietnam (6).

Une décision impopulaire

Le 30 avril 1970, Nixon annonce que la meilleure façon de sortir de la guerre du Vietnam est d'accroître l'intervention militaire en Indochine (7). L'armée américaine aurait déjà pénétré le territoire du Cambodge. Le peuple américain est sous le choc: «en quelques heures, de nombreuses institutions universitaires dans l'ensemble du pays sont aux prises avec des démonstrations, certaines violentes (8)». Le Congrès est lui aussi sous le choc, les branches législatives et exécutives se font face. Des sénateurs «utilisent toutes les ressources possibles pour arrêter l'envoi de G.I. américains au Cambodge (9)». Il n'en fallait pas plus pour que les mouvements liés à la contre-culture reprennent du gallon.

Ce fut le cas à l'Université d'État de Kent, en Ohio. À la suite de quelques échauffourées avec la police municipale de Kent, le maire fait appel au gouverneur James Rhodes pour de l'assistance. Rhodes qualifie les manifestants de «pire type de personnes en Amérique (10)», et le maire de Kent interdit tout rassemblement dans sa ville. Le 4 mai 1970, plus de 500 manifestants confrontent l'ordre du maire et la garde nationale. La police avise les manifestants qu'ils devront se disperser. Ces derniers répondent en vandalisant les véhicules avec des roches. Les gardes montent sur une butte et font feu pendant 13 secondes. Résultat: quatre morts et neuf blessés.

Un évènement qui frappe l'imaginaire

En quelques heures, une photo montrant une femme pleurant la mort d'un étudiant fait le tour du pays (11). Elle est présente sur la couverture de tous les journaux et magazines. Une foule de 75 000 personnes se masse devant la Maison Blanche (12). La contre-culture se mobilise.

À Washington, le législatif et l'exécutif s'affrontent. Le sénateur Claiborne Pell s'inscrit en faux contre l'attitude «insensible vis-à-vis des étudiants (13)» de Nixon, lui qui affirme que les étudiants sont des «bums». Pell réitère que la guerre se doit de terminer. Pour sa part, le sénateur de l'Idaho affirme que le Congrès doit mettre des limites législatives à la conduite du président en temps de guerre. Nixon avance que s'il se voit limité dans sa marge de manoeuvre, «le Congrès devra en subir les conséquences (14)». Le sénateur de l'Arkansas affirme de son côté que les États-Unis sont «au bord d'une guerre civile (15)» et qu'il s'agit de la pire crise constitutionnelle qu'ils ont jamais traversée.

Les Américains se rendent compte des horreurs commises par leur armée et vécues par leurs jeunes conscrits. Plusieurs personnalités se prononcent contre la guerre au Vietnam, ou contre les agissements de la garde nationale en Ohio. Robert McManara, secrétaire à la défense sous John F. Kennedy et Lyndon Johnson, voit désormais cette guerre comme futile (16). En 1965, plus de 65 % des Américains supportent la guerre au Vietnam; en 1971, ils sont moins de 30 % (17).

Le retrait des forces américaines en 1975 n'est pas étranger à la perte de popularité de la guerre dès les élections de 1968, et à cette impression d'avoir, en quelque sorte, importé la guerre en Ohio (18). «Le massacre de Kent State fut un point tournant dans la présidence de Nixon, et le commencement de sa glissade jusqu'au Watergate (19)», dira même son conseiller H.R. Haldeman.




Références:

(1) PBS, «The Election of 1968», [En ligne], http://www.pbs.org/johngardner/chapters/5a.html (page consultée le 15 février 2016)

(2) Douglas B. Harris et Lonce H. Bailey, «The Republican Party: Documents Decoded», série Documents Decoded, Publications ABC-Clio, p. 126

(3) Ibid, p. 127.

(4) Douglas A. Hibbs, «Bread and peace voting in U.S. presidential elections», Département d'économie, Université de Goteborg, [En ligne], http://www.isr.umich.edu/cps/pewpa/archive/archive... (page consultée le 15 février 2016)

(5) The American Presidency Project, «Election of 1968», [En ligne], http://www.presidency.ucsb.edu/showelection.php?year=1968 (page consultée le 15 février 2016)

(6) PBS, op. cit.

(7) «Nixon's gamble: Operation Total Victory?», Newsweek, 11 mai 1970, p. 22-28

(8) Ibid.

(9) Ibid.

(10) Jerry M. Lewis et Thomas R. Hensley, «The May 4th shootings at Kent State University: the search for historical accuracy», Département de sociologie, Université d'État de Kent, [En ligne], http://dept.kent.edu/sociology/lewis/lewihen.htm (page consultée le 15 février 2016)

(11) Ibid.

(12) «The Rebellion of the Campus», Newsweek, 18 mai 1970, p. 29.

(13) «A Collision with Congress?», Newsweek, 18 mai 1970, p. 35.

(14) Ibid.

(15) Ibid.

(16) Tim Weiner, «Robert S. McManara, architect of a futile war, dies at 93», The New York Times, 6 juillet 2009, [En ligne], http://www.nytimes.com/2009/07/07/us/07mcnamara.html?_r=2 (page consultée le 16 février 2016)

(17) William Conrad Gibbons, « The U.S. Government and the Vietnam War: Executive and Legislative Roles and Relationships, Part I: 1945-1960», Princeton University Press, p. 335

(18) «The day the war came home», Al-Jazeera, 5 mai 2010, [En ligne], http://www.aljazeera.com/programmes/2010/04/201043... (page consultée le 15 février 2016)

(19) Tom Onsenton, «Boomer destiny: leading the U.S. thought the worst crisis since the great depression», Praeger Publishers, p. 82

Dernière modification: 2016-02-24 14:56:20

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016