25 août 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

27 février 2016

Réformes en santé: la vision utopique de Bernie Sanders


Gilles Vandal
historien,
Ph.D.
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

novembre
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

juillet
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

juin
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

mars
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

décembre
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

septembre
2017
Ouragans sur les Caraïbes

août
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

janvier
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

janvier
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

novembre
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

septembre
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

juin
2016
Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

mars
2016
Début de la visite du président américain Barack Obama à Cuba

janvier
2016
Dévoilement de données confirmant l'établissement d'un record de chaleur en 2015

octobre
2015
Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

décembre
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

novembre
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

septembre
2014
Tenue d'une marche en faveur de la lutte aux changements climatiques

novembre
2012
Réélection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

Depuis le début des primaires démocrates, Bernie Sanders martèle le même message : la société américaine est confrontée aujourd'hui à une augmentation telle de l'inégalité de la richesse que la classe moyenne est en train de disparaître. En conséquence, un pourcentage important d'Américains se voit réduit à la pauvreté. Or, pour Sanders, dans une société démocratique, il est du devoir moral du gouvernement d'assurer un niveau de vie décent à sa population.

Pour changer la donne, Bernie Sanders a axé sa campagne sur trois grands objectifs : garantir des soins de santé gratuits à tout le monde, assurer un accès gratuit à une formation de 1er cycle universitaire dans les collèges et universités publics, et mettre sur pied un vaste programme de reconstruction des infrastructures américaines.

Prenons le cas de l'assurance santé. Le président Obama a fait adopter un système de couverture de soins de santé similaire à celui de l'assurance médicament québécoise. Après avoir soutenu le programme d'Obamacare, Sanders trouve que ce programme ne répond pas à sa vision idéaliste de la santé comme un droit humain fondamental. Il propose donc de le mettre de côté et de le remplacer par un programme gouvernemental unique. Tout le monde serait couvert sans devoir payer de franchises.

Toutefois, Sanders n'explique pas comment il amènerait les Américains à abandonner leur modèle de santé reposant sur un système d'assurances privées pour adopter un système similaire à celui du Canada. Comment il les convaincrait d'adhérer à une «médecine socialiste» qui ferait augmenter la taille du gouvernement fédéral d'environ 40 %?

Pourtant, Bernie Sanders devrait en être conscient de la réticence des Américains à tout accroissement du rôle de l'État. Il a participé à la lutte de l'administration Obama contre les associations de médecins et des hôpitaux et contre les compagnies d'assurances. Il devrait savoir comment il est difficile de lutter contre ces groupes d'intérêt. En ce sens, les réformes en santé proposées par Sanders sont complètement utopiques.

En tenant compte du climat politique prévalant aux États-Unis, son programme de santé n'a aucune chance d'être adopté. Il échouerait non seulement parce qu'il est trop révolutionnaire pour la grande majorité des Américains, mais aussi pour des raisons fiscales et économiques.

Pour aider à financer ses réformes en santé, Sanders propose d'extraire 630 milliards de dollars à même le système. Ces économies sans précédent proviendraient d'une réduction de 10,6 % des montants versés aux médecins et de 9,4 % aux hôpitaux, aux fournisseurs de soins de santé à domicile et aux compagnies de médicaments. Sanders fait le pari qu'une meilleure gestion des soins permettrait de réduire les coûts.

De plus, Sanders propose de remplacer les 5000 dollars que les Américains paient en moyenne en assurances santé par un impôt individuel de 2,2 % et un une taxe supplémentaire de 6,2 % aux employeurs. Comme il manquerait encore 920 milliards de dollars, il propose aussi d'imposer davantage les individus gagnant plus de 250 000 dollars.

Alan Krueger de Princeton, Austan Goolsbee de l'Université Chicago, Christina Romer et Laura Tyson de l'Université de la Californie sont quatre anciens conseillers économiques dans l'administration Obama. Ces derniers ont examiné attentivement les propositions de Sanders pour ensuite les rejeter, parce que celles-ci reposaient sur une analyse économique trop rose. En tenant compte des effets économiques potentiels des nouvelles taxes imposées par le plan Sanders aux individus les plus nantis, ce comité d'économistes estime que le programme de santé de Sanders ferait augmenter les coûts annuels du programme américain de santé d'au minimum de trois trillions de dollars.

Les quatre économistes sont partis du postulat que les estimations économiques présentées par Sanders étaient correctes. Or, des perspectives moins roses rendraient la faisabilité du plan beaucoup moins réalisable. Le plan de Sanders repose aussi sur une augmentation de revenus provenant d'une croissance de l'économie américaine de 5,3 % par an, d'un accroissement de plus de 22 000 dollars du revenu médian des Américains et d'un abaissement du taux de chômage à 3,8 %. Or, une telle croissance économique ne s'est pas produite depuis la Deuxième Guerre mondiale.

Par ailleurs, le plan repose sur des hausses importantes de l'impôt des plus riches dont le taux maximum d'imposition fédérale passerait de 36 % à 52 %. De plus, les gains en capital et les revenus provenant de dividendes seraient imposés comme un revenu ordinaire. Si on considère les taxes locales et les taux d'imposition étatiques, on arrive à un taux maximal de 80 %.

Or, les quatre économistes notent que même les économistes favorables à des taxes plus élevées sur les plus riches considèrent que tout taux d'imposition supérieur à 73 % devient contre-productif. Dépassé ce niveau, les recettes diminuent, car les taux élevés découragent les individus de travailler ou d'investir.

Non seulement ses chiffres ne concordent pas, mais il est impossible, si jamais il était élu, qu'il puisse tenir ses promesses. En conséquence, les quatre économistes considèrent que le plan de Sanders repose sur de la pensée magique et que ses promesses compromettent la réputation du parti démocratique de vouloir toujours présenter de manière responsable des politiques sociales et économiques aux Américains.

Mais en attendant, avec ses propositions utopiques, que cela soit en santé, en éducation ou sur le plan des infrastructures, Sanders fait rêver beaucoup d'Américains.



Dernière modification: 2016-03-14 08:25:04

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

L'extrême gauche aux États-Unis à l'ère Trump? Plutôt marginale
>avril 2019


Les élections de mi-mandat, ou la ruée vers l'or au pays des droits et libertés
>mars 2019


Joe Biden comme antidote au syndrome McGovern
>mars 2019


Présidentielle américaine de 2020 : une nouvelle stratégie démocrate, la clé face à Trump ?
>mars 2019


La Californie brûle à petit feu, ou plutôt à grands feux!
>février 2019


Qui a tué le Weekly Standard?
>février 2019


Le président Trump frappe encore sur Twitter
>février 2019


La persistance du racisme aux États-Unis
>février 2019


For the land of the free...mais l'est-ce vraiment?
>février 2019


Fahrenheit 11/9 : Michael Moore manque de nouveau la cible avec son plus récent documentaire
>janvier 2019


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019