Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

19 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

2 February 2016

Washington - La Havane : un nouveau départ diplomatique


Audrey-Anne Nadeau
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

April
2018
Accession de Miguel Diaz-Canel à la présidence de Cuba

September
2017
Ouragans sur les Caraïbes

November
2016
Décès de l’ex-dirigeant cubain Fidel Castro

March
2016
Début de la visite du président américain Barack Obama à Cuba

December
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

October
2012
Déferlement de l'ouragan Sandy sur les Caraïbes et les États-Unis

February
2008
Accession de Raul Castro à la présidence de Cuba

August
1994
Émeutes à La Havane

July
1989
Exécution du général cubain Arnaldo Ochoa

December
1988
Signature à New York d'un traité sur le conflit en Angola

May
1984
Annonce du boycott des Jeux olympiques de Los Angeles par l'Union soviétique

April
1980
Début d'un exode massif d'exilés cubains

November
1975
Intervention cubaine en Angola

October
1967
Exécution d'Ernesto «Che» Guevara

January
1966
Ouverture de la première Conférence de Solidarité avec les Peuples d'Asie, d'Afrique et d'Amérique latine (Tricontinentale)

October
1962
Dévoilement par le président américain de la présence de missiles soviétiques à Cuba

January
1962
Exclusion de Cuba de l'Organisation des États américains

September
1961
Ouverture d'une conférence des pays non-alignés à Belgrade

April
1961
Débarquement d'exilés cubains à la baie des Cochons

Il y a environ 50 ans, au moment de la guerre froide, le président américain John Kennedy mettait en place un embargo contre Cuba (1). Ce blocus avait pour objectif de nuire économiquement au régime communiste qui s'est développé à Cuba après la révolution de 1959 (2). Cinquante ans plus tard, soit en 2009, l'arrivée au pouvoir du président Barack Obama a permis d'apporter plusieurs changements à la politique étrangère des États-Unis. Le rétablissement officiel des relations diplomatiques avec La Havane en est un bon exemple. De ce fait, depuis juin 2013, Obama et le président cubain, Raul Castro, négocient secrètement une entente pour lever cet embargo (3).

La fin d'un demi-siècle d'embargo

Le 20 juillet 2015, Obama et Castro ont finalement signé un accord officiel. Il ne reste plus qu'à le faire approuver par le Congrès américain (4). La fin de cet isolement procurera plusieurs avantages aux citoyens américains et cubains. Tout d'abord, la population états-unienne disposera de nombreuses possibilités de voyager à Cuba puisque c'était impossible avant. Ensuite, les montants d'argent dans les transferts pourront être plus importants et les Américains pourront également apporter une aide financière aux Cubains. Finalement, les entreprises américaines vont pouvoir exporter leur technologie à La Havane et y ouvrir un compte bancaire (5).

Ce rapprochement, qualifié de «nouveau chapitre» entre les deux États, permettra à l'île de se développer davantage puis d'atténuer le climat de méfiance qui flottait entre elle et les États-Unis (6). Le dirigeant cubain a, à cet effet, rédigé une lettre pour Obama lui transmettant son contentement face à cette nouvelle alliance bénéfique pour tous (7). Selon un observateur, cela constituerait le plus grand héritage de la carrière politique du président américain (8). La seule condition que Raul Castro ait imposée au président des États-Unis était de retirer Cuba de la liste des pays soutenant le terrorisme (9).

Des politiciens américains insatisfaits

Ce geste diplomatique a suscité l'attention de plusieurs politiciens américains. Ils ont exprimé leur mécontentement face à cette situation devant les médias. Ainsi, le sénateur républicain de la Floride, Marco Rubio, a affirmé que cette levée d'embargo était un «recul terrible pour les espoirs de tous les peuples opprimés de la terre (10)». Les républicains voient même cette action comme une récompense pour les frères Castro (11). L'ex-gouverneur de la Floride, Jeb Bush, s'est même adressé aux médias en affirmant «qu'une ambassade américaine à La Havane légitimerait la répression à Cuba et ne permettrait pas de promouvoir la liberté et la démocratie (12)».

Ce n'est pas seulement des républicains, mais aussi certains démocrates qui démontrent leur désaccord face à cette alliance, car ils croient que Cuba est un État qui se prête toujours à la violation des droits de l'homme (13). D'ailleurs, le sénateur démocrate du New Jersey, Bob Menendez, prétend que «le rapprochement entre la Havane et Washington cautionne le comportement brutal du gouvernement cubain (14)».

Le 28 octobre 2015, 191 pays ont voté en faveur d'une résolution de l'Organisation des Nations unies (ONU) condamnant l'embargo. Par contre, deux pays se sont opposés, soit les États-Unis et Israël (15).

Ce rapprochement semble tout de même marquer la fin d'une époque tumultueuse entre Washington et La Havane. La levée du boycott cubain est au coeur de la politique d'Obama. Plusieurs nouvelles mesures seront amenées et auront des effets sur les deux populations. Barack Obama désire désormais convaincre son peuple et son propre gouvernement que cela peut être positif pour les États-Unis. Il doit cependant faire face à des politiciens insatisfaits de ses démarches.




Références:

(1) HÉTU Richard. «États-Unis / Cuba : la fin de plus de 50 ans d'hostilités», La Presse, 18 décembre 2014, http://www.lapresse.ca/international/amerique-lati... (Page consultée le 31 janvier 2016)

(2) Agence AFP. «Ce qui va changer entre les États-Unis et Cuba», France 24, 17 décembre 2014, http://www.france24.com/fr/20141217-changer-etats-... (Page consultée le 5 février 2016)

(3) HÉTU Richard. «États-Unis / Cuba...», Op. cit.

(4) LEGAULT Jean-Pierre. «Une avancée diplomatique historique», Le Devoir, 2 juillet 2015, http://m.ledevoir.com/#article-444070, (Page consultée le 31 janvier 2016)

(5) LAMRANI Salim. «Rapprochement Cuba / États-Unis : perspectives et obstacles.», Mondialisation, 26 février 2015, http://www.mondialisation.ca/rapprochement-cubaeta... (Page consultée le 31 janvier 2016)

(6) Loc. cit.

(7) La voix de l'Est, «Cuba et les États-Unis rouvriront leurs ambassades», vol. 80, no. 9, 2 juillet 2015, p. 24

(8) Loc. cit.

(9) L'Express. «Barack Obama et Raul Castro se retrouvent pour un face-à-face historique», 10 avril 2015, http://www.lexpress.fr/actualite/monde/amerique-no... (Page consultée le 31 janvier 2016)

(10) La voix de l'Est, «Cuba et les États-Unis rouvriront...», Op. cit.

(11) Loc. cit.

(12) HÉTU Richard. «États-Unis / Cuba...», Op. cit.

(13) Loc. cit.

(14) «Cuba et les États-Unis rouvriront...», Op. cit.

(15) LEDERER M. Edith. «Cuba : les États-Unis s'opposent à une résolution de l'ONU condamnant l'embargo», Acadie nouvelle, 28 octobre 2015, p.21

Autre référence

Agence AFP. «Les États-Unis et Cuba rouvrent leurs ambassades après plus de 50 ans», Le Figaro, 20 juillet 2015, http://www.lefigaro.fr/international/2015/07/20/01... (Page consultée le 31 janvier 2016)  

Dernière modification: 2016-02-08 07:41:00

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016