22 novembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

14 juillet 2017

Nostalgie ou changement sans dérangement


Khalid Adnane
économiste,
enseignant à l'École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

août
2019
Ouverture du Sommet du G7 à Biarritz, en France

mai
2019
Élections au Parlement européen

novembre
2018
Commémoration du centenaire de l'armistice marquant la fin de la Grande Guerre 1914-1918

novembre
2018
Référendum sur l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie

juin
2017
Élection du parti La République en marche ! aux législatives en France

mai
2017
Élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République française

décembre
2015
Fin de la Conférence de Paris sur le changement climatique

novembre
2015
Attentats terroristes en France

janvier
2015
Manifestations d'envergure en France à la suite d'attentats terroristes

mai
2014
Début des élections législatives au Parlement européen

janvier
2013
Intervention militaire française au Mali

juin
2012
Élection d'une majorité de gauche aux législatives en France

mai
2012
Élection de François Hollande à la présidence de la République française

mai
2011
Arrestation de Dominique Strauss-Kahn à New York

juin
2009
Début des élections législatives au Parlement européen

juin
2007
Ouverture du Sommet du G8 à Heiligendamm, en Allemagne

mai
2007
Élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République française

février
2007
Dépôt d'un important rapport du GIEC sur les changements climatiques

octobre
2005
Éclosion de violence dans les banlieues parisiennes

Le président Emmanuel Macron célébrera aujourd'hui son premier 14 juillet, la traditionnelle fête nationale des Français. Défilés militaires et feux d'artifice seront de la partie, tout comme la présence très remarquée à ses côtés du président américain Donald Trump! Malgré tout ce protocole, il devrait savourer chaque instant de ce rendez-vous festif, car les défis qui l'attendent sont énormes : déclin économique du pays, faible compétitivité, finances publiques sur la corde raide, climat social tendu, et surtout, cette ambiguïté flagrante de son peuple, qui exprime très souvent une volonté de changement, mais sans trop de dérangement.

Presque personne ne contestera aujourd'hui le fait que la France vit un déclin économique depuis les années 1990, premièrement, face à des partenaires européens comme l'Allemagne, mais aussi face aux puissances émergentes, la Chine et l'Inde en premier. À preuve, le poids économique de la France dans le monde a régressé depuis les années 2000, passant de 3,4 à 2,3 % du PIB mondial. De plus, la France fait du surplace sur le plan de la prospérité économique, comparativement à ses homologues européens, l'Allemagne en particulier. Ses taux de croissance sont anémiques depuis plusieurs années, résultat, entre autres, d'une compétitivité et d'une productivité relativement faibles.

D'ailleurs, lorsqu'on consulte l'indice mondial d'innovation publié depuis 2007, la France arrive 15e. Sans surprise, elle se classe derrière les États-Unis, le Royaume-Uni, la Suède et l'Allemagne, mais aussi derrière des pays comme la Finlande, l'Irlande ou encore l'Islande. Ce constat est confirmé par un autre indice d'innovation bien reconnu, celui de Bloomberg, où la France semble à la traîne encore une fois, notamment par rapport à ses partenaires européens.

Cette perte de compétitivité se reflète nettement dans les échanges extérieurs de la France. Ainsi, pendant que l'Allemagne engrange les surplus commerciaux avec une balance commerciale excédentaire de l'ordre de 5 % du PIB par année, la France peine sur les marchés extérieurs et son solde extérieur déficitaire est devenu «quasi structurel» : environ 1 % du PIB depuis plus d'une décennie au moins.

Sur le plan des finances publiques, ce n'est guère mieux. Le déficit budgétaire se situe à près de 4 % du PIB et la France n'arrive pas à le ramener au niveau ciblé par les critères de convergence, soit 3 % du PIB, et ce, depuis plusieurs années. Il n'est donc pas étonnant que la dette publique se situe aujourd'hui à plus de 90 % du PIB, résultat de décennies de laxisme budgétaire : le pays n'a pas présenté un budget équilibré depuis 1974! Lors de son premier discours à l'Élysée à titre de nouveau président de la République, Emmanuel Macron affirmait à ses compatriotes : «Depuis des décennies, la France doute d'elle-même : elle se sent menacée dans sa culture, dans son modèle social, dans ses croyances profondes, elle doute de ce qui l'a faite. [...] Je convaincrai mes compatriotes que la puissance de la France n'est pas déclinante, mais que nous sommes à l'orée d'une extraordinaire renaissance, parce que nous tenons entre nos mains tous les atouts qui feront et qui font les grandes puissances du XXIe siècle».

Au-delà du discours politique, très admirable et très énergisant devant des foules nostalgiques, Emmanuel Macron ne pourra pas échapper au réalisme économique. Celui-ci ne consiste pas nécessairement à dissiper cette perception de «déclinisme» économique de son pays chez ses compatriotes, car ironiquement, ce constat est largement connu et avalisé par une grande majorité de Français. Une enquête «Fractures françaises», réalisée par Ipsos (en partenariat avec Sopra Steria) et parue il y a une dizaine de jours dans le quotidien Le Monde, montre que malgré le vent d'optimisme qui semble souffler sur le pays depuis l'élection présidentielle, ils sont encore près de 70 % à penser que la France est en déclin.

En fait, le réalisme exigera du nouveau président qu'il puisse plutôt convaincre ses compatriotes que freiner cette chute, ce déclin et espérer accomplir «l'extraordinaire renaissance» qu'il leur promet, passe aussi par «eux» en premier, par la voie des sacrifices, du changement et de son corolaire, le dérangement.

Tout un pari en perspective! S'il le gagne, il aura concrétisé cet espoir de changement qu'il a tant suscité tout au long de sa campagne électorale. Sinon, son quinquennat risque de ressembler drôlement à celui de ses derniers prédécesseurs. Un quinquennat d'inertie et de pure nostalgie...



Dernière modification: 2017-09-18 11:23:35

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

G7 2019 : un sommet qui sème la tension
>octobre 2019


Perquisition de l'opposition en France : Jean-Luc Mélenchon dénonce furieusement un abus de pouvoir
>mars 2019


Un climat politique orageux en France
>février 2019


Donner du sang, oui, mais pas pour toute la France...
>octobre 2018


Le président français devant le Congrès américain : séduction ou critique ?
>septembre 2018


Le populisme sous la loupe du Forum mondial de la démocratie de Strasbourg
>janvier 2018


Des élections désastreuses pour le Parti socialiste en France
>octobre 2017


Nostalgie ou changement sans dérangement
>juillet 2017


Présidentielle française: entre espoir et dépit
>février 2017


Des États-Unis à la France, Donald Trump ne laisse personne indifférent
>février 2017


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019