16 octobre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

4 avril 2017

Swaziland : le roi Mswati III prospère, mais pas son peuple


Nestor David Roa Lacera
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

juillet
2005
Adoption d'une première Constitution du Swaziland par les Swazis

août
1982
Décès du roi du Swaziland, Sobhuza II

Le roi Mswati III, qui lutte contre toute réforme démocratique dans son pays, le Swaziland, va compléter un règne de 30 ans à la tête d'une monarchie absolue. Le Swaziland est un petit pays enclavé entre l'Afrique du Sud et le Mozambique. Mswati III aurait accédé au pouvoir dès l'âge de 18 ans, quelques années après la mort de son père, le roi Sobhuza II (1). Le bilan économique, social et politique de ce souverain absolu semble, selon plusieurs institutions internationales et d'autres organisations internes, plutôt négatif. Toutefois, une partie de la population continue à le soutenir à cause de la stabilité du pays et du maintien des traditions (2).

Une économie stagnante et des dépenses abusives

Au Swaziland, l'agriculture de subsistance occupe approximativement 70 % de la population, alors que le secteur manufacturier s'est diversifié depuis le milieu des années 80. Les secteurs du sucre et de la pâte de bois demeurent très importants pour les échanges internationaux (3). Le pays reste fortement dépendant de l'Afrique du Sud pour faire du commerce.

L'économie du pays semble continuer de stagner depuis la prise du pouvoir par Mswati III en 1986. Plus récemment, la croissance du pays est en cours de rétablissement après la crise financière qui s'est déroulée pendant la période 2010-2011 (4).

Le résultat obtenu par le Swaziland sur l'indice de développement humain (IDH) est de 0,531, principalement à cause du haut taux de mortalité infantile, du sous-développement du marché du travail et de la méfiance gouvernementale. Au classement mondial, ce résultat place le Swaziland au 150e rang sur 187 pays; il est donc très bas (5). De plus, la croissance réelle du produit intérieur brut en 2017 est estimée à 1 %, elle serait au plus bas depuis 2006. Pour ce qui est de l'inflation, elle se maintient stable autour de 5 %, mais elle est en augmentation depuis 2013, quoiqu'elle ait baissé de 1 point de pourcentage depuis un an. En ce qui a trait à la dette, elle est en augmentation puisqu'elle représentait 14,5 % du PIB en 2013, mais est estimée à 36,4 % en 2017 (6).

Même si une grande majorité de la population est très pauvre, le souverain ne se limite pas dans ses dépenses royales depuis qu'il est au pouvoir. En plus de posséder une fortune estimée à 200 millions de dollars, le monarque du Swaziland a obtenu en 2002 la permission du Parlement pour acheter un avion de 50 millions de dollars. En 2004, il a utilisé des fonds pour construire des palais pour chacune de ses 13 femmes, en plus de leur acheter, l'année suivante, des voitures BMW individuellement (7). En 2014, Mswati III a augmenté de plus de 10 % son budget personnel, même si une forte masse salariale publique continuait à faire pression sur les finances publiques (8).

La lutte du pouvoir de Mswati III

Le règne de Mswati III peut se caractériser comme une lutte pour le maintien du pouvoir absolu. Le roi doit se battre constamment contre les divisions au sein même de l'alliance royale (9). De ce fait, la campagne pour la démocratie englobe les grands intérêts de la société, du travail à l'entreprise, mais aussi les droits de l'homme, l'économie, la liberté de la presse et le genre. Ces enjeux sont souvent défendus par les partis d'opposition (10). Ce qui fait en sorte que la pression est constante sur le gouvernement et que les demandes de réformes viennent de l'interne et de l'international.

Tout au cours de son règne, Mswati III s'est battu contre toute tentative de démocratisation du pays (11). Ainsi, il aurait refusé de l'aide directe d'institutions internationales telles que le Fonds monétaire international, la Banque mondiale et même la Banque africaine de développement qui, pour prêter des fonds au pays, demandaient au monarque de concéder en retour des réformes politiques visant à la démocratisation du pays (12).

D'ailleurs, sur le plan constitutionnel, le roi aurait formé un comité en 2001 qui allait se pencher sur la création d'une nouvelle Constitution remplaçant celle de son père. Cette nouvelle réforme, adoptée en 2005, a donné un statut indéterminé aux organisations politiques qui, sous l'ancienne Constitution, étaient bannies. (13). Toutefois, les partis ne peuvent participer aux élections et les élections au Parlement continuent à être en grande partie à la discrétion du monarque. Ainsi, la population n'aurait qu'un pouvoir symbolique quant à l'élection de candidats (14).

La Constitution va aussi dans le même sens que Sobhuza II, puisqu'elle continue à donner plein pouvoir de décision au roi sur les affaires gouvernementales, économiques et publiques (15). De plus, la nouvelle réforme constitutionnelle ne résout pas la répression gouvernementale envers les opposants au régime et ne protège pas les droits de l'homme (16).

Situation sociale urgente

Le Swaziland est l'un des pays les plus affectés par le sida à travers toute l'Afrique. Dans ce pays seulement, plus de 40 % de la population est infectée par ce type de maladie (17). Par conséquent, l'âge moyen de décès au Swaziland est passé de 54 ans en 1990, vers 35 ans en 2004. Ce qui faisait en sorte qu'une famille sur dix était dirigée par des enfants. Afin de résoudre cette crise, le roi avait décrété en 2001 la loi sur la chasteté, qui bannissait les relations sexuelles avant l'âge de 21 ans sous peine d'amende (18). Cette disposition montrait le manque de compréhension de la situation par le roi. C'est n'est qu'en 2004 qu'il va décréter l'état d'urgence national et établir un conseil d'urgence sur le sida/VIH (NERCHA) avec l'aide internationale. Toutefois, dès 2005, le roi ne semblait plus intéressé à la situation, puisqu'au lieu d'assister aux événements sur le sida, il s'occupait d'autres activités royales (19).

Le règne de Mswati III a favorisé les inégalités, puisque la distribution des richesses est contrôlée par une petite élite proche du pouvoir. En effet, même si 63 % de la population vit sous le seuil de la pauvreté (20), 10 % de la population composée essentiellement des membres de la famille royale possèdent, à eux seuls, 60 % de la richesse totale du pays. En plus, la situation est plutôt précaire pour la majorité de la population, puisque 69 % de celle-ci vit avec moins d'un dollar par jour pour se loger, se nourrir et se vêtir (21).




Références:

1) CHAMPAGNE, Éric-Pierre. «Le roi du Swaziland de plus en plus critiqué ». La Presse. 10 juin 2014. http://www.lapresse.ca/international/afrique/20140... . Consulté le 26 mars 2017.

2) HERVIEU, Sébastien. « Au Swaziland, le roi Mswati III réprime les manifestants pro-démocratie ». Le Monde. 13 avril 2011. http://www.lemonde.fr/afrique/article/2011/04/13/a... . Consulté le 26 mars 2017.

3) The Africa Report. « Country Profile: SWAZILAND » 12 novembre 2010. http://www.theafricareport.com/South/country-profi... . Consulté le 26 mars 2017.

4) IMF. « kingdom of Swaziland: 2015 article iv consultation—press release; staff report; and statement by the executive director for the kingdom of Swaziland ». Décembre 2015. https://www.imf.org/external/pubs/ft/scr/2015/cr15353.pdf . Consulté le 27 mars 2017.

5) African Developement Bank Group. « Swaziland Economic Outlook ». 2016. https://www.afdb.org/en/countries/southern-africa/... . Consulté le 27 mars 2017.

6) Global Finance. « Swaziland GDP and Economic Data ». 2017. https://www.gfmag.com/global-data/country-data/swa... . Consulté le 27 mars 2017.

7) Net industries. « King of Swaziland Mswati III Biography - The Story of a Prince, Holding onto Power, No Stranger to Controversy ». 2017. http://biography.jrank.org/pages/2975/Mswati-III-K... . Consulté le 27 mars 2017.

8) Agence France Presse. « King of impoverished Swaziland increases household budget to $61m ». The Guardian ». 14 mai 2014. https://www.theguardian.com/world/2014/may/14/king... . Consulté le 26 mars 2017.

9) Net Industries. Op. Cit.

10) Ibid.

11) SMITH, David. « Swaziland's super-rich king fails to find money for Aids orphans ». The Guardian. 17 novembre 2011. https://www.theguardian.com/world/2011/nov/17/swaz... . Consuté le 26 mars 2017.

12) Ibid.

13) Ibid. <... Africa. « Swazi Election Campaigning Illegal ». Eureka. 23 mars 2017. http://nouveau.eureka.cc.ezproxy.usherbrooke.ca/Se... . Consulté le 26 mars 2017.

15) Ibid.

16) CIA World Factbook. « Swaziland ». 2017. http://www.ciaworldfactbook.us/africa/swaziland.html . Consulté le 26 mars 2017.

17) Ibid.

18) Ibid. <... Developpement Bank Group. Op. Cit.

21) HERVIEU, Sébastien. Op. Cit.

Dernière modification: 2017-04-10 07:44:56

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Swaziland : le roi Mswati III prospère, mais pas son peuple
>avril 2017


Swaziland : Violente répression contre des manifestants pro-démocratie
>septembre 2011


Swaziland : Les Swazis « en voie d'extinction? »
>novembre 2009


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019