27 juin 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

18 mars 2017

Pence n'est pas une alternative à Trump


Gilles Vandal
historien,
Ph.D.
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

novembre
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

juillet
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

juin
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

mars
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

décembre
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

septembre
2017
Ouragans sur les Caraïbes

août
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

janvier
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

janvier
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

novembre
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

septembre
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

juin
2016
Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

mars
2016
Début de la visite du président américain Barack Obama à Cuba

janvier
2016
Dévoilement de données confirmant l'établissement d'un record de chaleur en 2015

octobre
2015
Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

décembre
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

novembre
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

septembre
2014
Tenue d'une marche en faveur de la lutte aux changements climatiques

novembre
2012
Réélection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

De nombreux démocrates et même certains républicains salivent déjà à l'idée de destituer Donald Trump. Toutefois, les démocrates devraient y penser à deux fois avant de s'engager dans un tel processus. Le vice-président, Mike Pence, représente à bien des égards un danger plus grand pour l'avenir de la social-démocratie américaine.

Ici, il ne faut pas se fier aux apparences. Par sa personnalité et son ascendance politique, Pence est l'antithèse de Trump. Son débit de voix est plus calme et ses mots soigneusement choisis, alors que la performance politique de Trump est à la fois divertissante et épeurante par son approche ampoulée, imprévisible et hostile. Néanmoins, alors que Trump se démarque par son opportunisme amoral, Pence se distingue comme un idéologue réactionnaire.

Depuis un siècle, Mike Pence est le plus conservateur de tous ceux et celles qui ont été candidats ou qui sont devenus vice-présidents des États-Unis. Comme représentant au Congrès américain, il se classait 428e sur 435 en 2001 et 432e sur 435 en 2012 par son conservatisme, et cela en dépit de la montée du Tea Party. D'ailleurs, en 2012, il recevait une note de 99 % pour son engagement envers les valeurs conservatrices par l'Association de l'Union Conservatrice.

Né et élevé comme catholique, il rêvait dans son enfance de devenir prêtre. Lors de sa première année universitaire en 1978, il adhéra à une forme extrémiste du catholicisme, le catholicisme évangélique. Pence prit alors un engagement envers le Christ qui affecte depuis tout autant son comportement personnel que sa vision doctrinale.

Cet engagement évangélique vis-à-vis Jésus devint si personnel, intense et émotionnel qu'il adhéra à une lecture fondamentaliste et idiosyncrasique de la Bible. Sa vision religieuse, combinant des formes de protestantisme et de catholicisme traditionnels, représente selon beaucoup d'observateurs une philosophie religieuse arriérée ou dépassée.

Par son conservatisme social, Pence se classe à l'extrémité de la droite américaine. Son approche est si réactionnaire qu'il se définit lui-même d'abord comme chrétien, ensuite comme conservateur et finalement comme républicain. D'ailleurs, son extrémisme a été tel qu'il n'a pas réussi à faire adopter un seul des 90 projets de loi qu'il a pilotés pendant les 12 ans qu'il a passés au Congrès américain.

Comme gouverneur, il a piloté et signé une loi autorisant les entreprises à discriminer sur le lieu de travail sur la base de sensibilités religieuses.

Confronté aux problèmes des maladies transmises sexuellement, il a déclaré que les préservatifs offraient une très mauvaise protection, décourageant ainsi les jeunes à recourir à ceux-ci.

Il a refusé, comme gouverneur, d'appliquer la directive du président Obama autorisant les élèves à utiliser les salles de bains correspondant à leur identité sexuelle, affirmant que le gouvernement fédéral n'avait pas à s'impliquer dans ces questions.

Opposé depuis toujours à toute politique de planification familiale, Pence fut le premier membre du Congrès à proposer un projet de loi réduisant le financement consacré à la santé des femmes. Comme les cliniques de consultation offrent des méthodes de contrôle des naissances et des tests de dépistage du VIH, Pence en concluait que celles-ci cherchaient à fournir des avortements aux femmes. Devenu gouverneur, il força de nombreuses cliniques de planification familiale en Indiana à fermer leurs portes, en réduisant de moitié leur financement.

Sur la question de l'avortement, il a signé comme gouverneur la loi la plus restrictive aux États-Unis, interdisant l'avortement dans les cas évidents de trisomie ou même de cas où de viol. De plus, il est un adversaire acharné de Roe v. Wade, une décision judiciaire reconnaissant l'avortement comme un droit constitutionnel. Ses prises de position ont attisé l'activisme des femmes partout aux États-Unis.

À plusieurs reprises, il a voté comme membre du Congrès contre la loi sur l'équité salariale visant à protéger les femmes et les minorités contre toute discrimination salariale.

Depuis plus de 20 ans, Pence s'est positionné comme un farouche opposant à toute loi visant à accorder un statut juridique aux homosexuels pour les protéger contre la discrimination. Non seulement il s'est opposé au droit des homosexuels à se marier, mais il a incité les entreprises de l'Indiana à ne pas embaucher ces derniers.

Comme membre du Congrès, il a voté contre les programmes de sauvetage économique mis en place par les présidents George W. Bush et Barack Obama en 2008 et 2009. Il a aussi voté contre l'expansion du programme Medicaid proposé par le président Bush et le programme de l'Obamacare. Devenu gouverneur, il a intenté une action en justice contre l'Obamacare qu'il considérait comme une atteinte aux droits des États.

Par ailleurs, il considère le réchauffement climatique comme un phénomène artificiel et naturel et nie que la consommation de charbon puisse être mise en cause. Aussi, il a écrit en tant que gouverneur une lettre au président Obama menaçant de désobéir aux nouvelles réglementations sur le charbon.

Ce qui rend Mike Pence plus dangereux que Donald Trump est le fait qu'il confère une aura de respectabilité à la vision extrémiste républicaine. Il permet ainsi à cette faction extrémiste de fonctionner en toute tranquillité, sans susciter outre mesure la méfiance publique.

Une destitution de Donald Trump et son remplacement par Mike Pence est donc loin d'être la solution idéale. L'avenir de la social-démocratie américaine serait alors encore plus en danger.



Dernière modification: 2017-04-06 15:18:15

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

L'extrême gauche aux États-Unis à l'ère Trump? Plutôt marginale
>avril 2019


Les élections de mi-mandat, ou la ruée vers l'or au pays des droits et libertés
>mars 2019


Joe Biden comme antidote au syndrome McGovern
>mars 2019


Présidentielle américaine de 2020 : une nouvelle stratégie démocrate, la clé face à Trump ?
>mars 2019


La Californie brûle à petit feu, ou plutôt à grands feux!
>février 2019


Qui a tué le Weekly Standard?
>février 2019


Le président Trump frappe encore sur Twitter
>février 2019


La persistance du racisme aux États-Unis
>février 2019


For the land of the free...mais l'est-ce vraiment?
>février 2019


Fahrenheit 11/9 : Michael Moore manque de nouveau la cible avec son plus récent documentaire
>janvier 2019


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016