Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

15 janvier 2019

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

23 janvier 2018

Oman et l'or noir : la nécessité de diversifier une économie


Mélodi Rouillard
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

En 2014, le prix du baril de pétrole a connu une diminution record de 40 % à l'échelle mondiale (1). Les conséquences de cette crise se sont fait ressentir surtout au Moyen-Orient, où les revenus de nombreux États reposent en grande partie sur l'industrie pétrolière. À cet effet, Oman, une petite monarchie bordant la mer d'Arabie, fait face à des déficits budgétaires importants qui la forcent à envisager la diversification de son économie.

Une relation qui perdure

Depuis les années 60, la société omanaise s'est développée à divers niveaux en raison de l'exploitation de ses réserves de pétrole. Le nombre d'emplois a augmenté, les infrastructures se sont multipliées, les conditions de vie se sont améliorées et, surtout, l'économie s'est solidifiée (2). En 2006, l'or noir représentait 55 % du produit intérieur brut (PIB), soit 82 % des recettes publiques de l'État (3). Cette tendance semble durer puisqu'en 2017, 70 % du budget national provenait du secteur pétrolier et gazier (4).

Si le pétrole occupe une place de choix dans l'économie omanaise, ses réserves sont pourtant considérées comme limitées. En effet, on estime celles-ci à 20 ans, pour un total de 5,5 milliards de barils (5). Déjà en 1995, le sultan Qabous Ibn Saïd, chef de l'État depuis près de 50 ans, était conscient des limites de cette industrie : « Le pétrole est une ressource finie dont la durée reste limitée. C'est pourquoi il convient de ne pas en faire dépendre exclusivement notre développement […] (6) » Malgré cette déclaration, l'or noir est resté bien ancré dans l'économie nationale et la chute du prix du baril de pétrole, en 2014, a influencé à la baisse les rendements de l'État omanais.

Les autres options

Comme de multiples États au Moyen-Orient, Oman a été affecté par des déficits budgétaires non négligeables. En 2017, le déficit s'élevait à 7,4 milliards d'euros, soit 12 % de son PIB total (7). Face à de tels rendements économiques, le Sultanat omanais a déclaré être prêt à appliquer toute mesure à l'échelle internationale pouvant favoriser la hausse du prix du baril (8). C'est à cet effet qu'Oman s'est engagé, avec 23 autres États producteurs de pétrole, à respecter des quotas stricts de production afin de balancer l'offre et la demande dans ce secteur (9). De manière générale, la diminution globale s'élève à 1,8 million de barils pour l'ensemble de la coalition (10).

En plus de cette entente, Oman a également instauré des mesures d'austérité à l'interne dans le but de rattraper son retard économique : augmentation des prix des carburants, augmentation des prix des services publics, augmentation de l'impôt sur les sociétés et la mise en place de taxes sur certains produits tels que l'alcool et le tabac (11).

Finalement, l'État omanais tente aussi de développer d'autres secteurs de son économie pour diminuer sa dépendance au pétrole. D'une part, il mise sur l'industrie touristique. Ses plages et sa stabilité politique offrent un contexte idéal pour attirer des visiteurs. Cependant, la compétition dans la région est forte et des investissements sont nécessaires puisque le tourisme représentait seulement 2 % du PIB total d'Oman en 2017 (12). D'autre part, Oman souhaite relancer ses activités portuaires, délaissées au 19e siècle. En fait, Dubaï est présentement le port le plus important de la région. Pourtant, Oman possède un avantage géopolitique important puisque celui-ci se situe à l'extérieur du golfe Persique et est ainsi moins à risque de subir les conséquences des crises régionales (13).

Compte tenu de la durée limitée de l'or noir omanais, la crise du pétrole de 2014 a donné l'occasion à ce pays de se lancer dans un projet de diversification économique qui était inévitable à long terme. Avec la récente remontée du prix du baril à 60 $, le plus haut sommet depuis juin 2015, il sera intéressant de voir si Oman continuera ses efforts en ce sens (14).




Références:

(1) PERSPECTIVE MONDE, Chute importante du prix du baril de pétrole, janvier 2015, En ligne, http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BM... page consultée le 14 janvier 2018

(2) DUVAL, Guillaume, Sultanat d'Oman : y-a-t-il une vie après le pétrole ?, Alternatives Économiques, 1er septembre 2006, En ligne, https://www.alternatives-economiques.fr/sultanat-d... page consultée le 14 janvier 2018

(3) Loc.cit.

(4) LA TRIBUNE, La baisse des recettes pétrolières contraint Oman à l'austérité, 2 janvier 2017, En ligne, https://www.latribune.fr/economie/international/la... page consultée le 14 janvier 2018

(5) DUMORTIER, Brigitte, Oman, Encyclopédie Universalis, En ligne, http://www.universalis-edu.com.ezproxy.usherbrooke... page consultée le 16 janvier 2018

(6) ALLMELING, Anne, Oman : la révolte dynastique, Outre-Terre, 2011, En ligne, https://www-cairn-info.ezproxy.usherbrooke.ca/revu... page consultée le 16 janvier 2018

(7) LA TRIBUNE, Op. Cit.

(8) PRABHU, Conrad, Oman to support measures that shore up crude prices, Oman Observer, En ligne, http://www.omanobserver.om/oman-to-support-measure... page consultée le 16 janvier 2018

(9) THE ECONOMIST, OPEC reaches a deal to cut production, 3 décembre 2016, En ligne, https://www.economist.com/news/finance-and-economi... page consultée le 14 janvier 2018

(10) PRABHU, Conrad, Op. Cit.

(11) LE DEVOIR, Les mesures d'austérité gagnent Oman, 31 décembre 2015, En ligne, http://www.ledevoir.com/economie/actualites-econom... page consultée le 16 janvier 2018

(12) DUVAL, Guillaume, Op. Cit.

(13) Loc. Cit.

(14) ROQUETTE, Tiphanie, Le prix du baril au plus haut depuis 2015, Radio-Canada, 3 janvier 2018, En ligne, http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1076137/prix-b... consulté le 21 janvier 2018

Dernière modification: 2018-01-29 08:45:25

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Oman et l'or noir : la nécessité de diversifier une économie
>janvier 2018


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016