22 octobre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

28 octobre 2006

Une course à la présidentielle équatorienne chaudement disputée


David Olivier-Poirier
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

avril
2016
Tremblement de terre en Équateur

novembre
1986
Fondation de la Confédération des nations indigènes de l'Équateur

mai
1981
Décès du président de l’Équateur, Jaime Roldos Aguilera

août
1980
Signature du traité de Montevideo entre les pays de l'Alalc

avril
1979
Élection de Jaime Roldos Aguilera à la présidence de l'Équateur

février
1972
Renversement du gouvernement de Jose Maria Velasco Ibarra en Équateur

mai
1969
Création du Pacte andin

juin
1968
Élections en Équateur

novembre
1961
Chute du gouvernement de José Maria Velasco Ibarra en Équateur

février
1960
Signature du traité de Montevideo créant l'Association de libre-échange de l'Amérique latine

décembre
1959
Création de la Banque interaméricaine de développement

juin
1948
Élection de Galo Plaza Lasso à la présidence de l'Équateur

mars
1948
Création de l'Organisation des États américains

Le 24 avril 2002 le candidat Lucio Gutiérrez sort vainqueur de l'élection présidentielle équatorienne. Mais suite à une politique vivement contestée par les ministres gauchistes de son gouvernement et critiquée par ses alliés des partis indigénistes et paysans, Lucio Gutiérrez est destitué par le parlement le 20 avril 2005. Le vice-président Alfredo Palacio prend la relève temporairement. Des élections générales sont alors prévues pour les 15 octobre et 26 novembre 2006 afin d'élire un nouveau président et un nouveau congrès (1).

Le 15 octobre, 13 candidats se sont présentés au premier tour de l'élection présidentielle équatorienne. Mais ces 13 candidats seront battus par deux personnages n'appartenant à aucun parti traditionnel. Il s'agit du millionnaire Alvaro Noboa, favorisant une approche de droite, et de l'économiste Rafael Correa, favorisant une approche de gauche. Ces deux candidats s'affronteront de nouveau le 26 novembre dans le cadre du second tour de l'élection présidentielle équatorienne.

Deux personnages atypiques

Rafael Correa prône une renégociation de la dette, qui, selon lui, freine le développement social et national de l'Équateur. Correa tout comme Hugo Chavez (président du Vénézuela), dont il est assez proche, veux implanter une politique qui sera indépendante des États-Unis. Il est aussi partisan d'une rupture des liens avec la Banque mondiale et le Fonds monétaire international. De plus, Rafael Correa a promis de ne pas signer le traité de libre-échange proposé par Washington et de mettre un terme à la convention relative à l'utilisation de la base aérienne de Manta par l'armée étasunienne (3).

Alvaro Noboa, millionnaire grâce aux nombreuses plantations de bananes qu'il possède, attaque son rival sur son orientation idéologique : « La position d'extrême gauche et de communiste de Rafael Correa va nous faire vivre comme les Cubains avec 12 dollars par mois, sans propriété privée, sans liberté, sans Congrès et sans tribunal. Il dit non au travail et à la richesse » (4). Il est partisan d'une alliance entre l'Équateur et les Etats-Unis et se dit pro-américain et libéral. De plus, il a promis une fois élu de rompre les liens diplomatiques avec Cuba et le Venezuela.

Selon les derniers résultats du Tribunal suprême électoral, basés sur plus de 70% des bulletins, Rafael Correa est arrivé deuxième, au premier tour, avec 22,5% des voix derrière le magnat de la banane Alvaro Noboa, crédité de 26,7% des suffrages (5). De plus, Un sondage Cedatos-Gallup montre après dépouillement des résultats qu'Alvaro Noboa est arrivé en tête avec une récolte de 27% contre 25% des voix pour son adversaire Rafael Correa. Un autre sondage (Informe Confidencial), montre aussi qu'Alvaro Noboa est sorti vainqueur (Noboa 28%, Correa 26%) du premier tour des élections (6). Mais, Rafael Correa refuse de se considérer vaincu au premier tour et, pour appuyer ses dires, il conteste le système de vote informatisé qui est tombé en panne à l'aube, après avoir obtenu les résultats sur plus de 70% des bulletins.

Les principaux enjeux de cette campagne ont été la réduction des inégalités au pays, la lutte contre la corruption à l'intérieur du gouvernement et l'amélioration de la santé économique de l'Équateur. Mais le principal enjeu est la constitution d'une majorité stable au Congrès.

À droite ou à gauche

À la suite des résultats obtenus lors du premier tour de l'élection présidentielle équatorienne, nous pouvons constater que le peuple équatorien est encore divisé sur le choix d'un candidat soit de droite ou de gauche. Mais le candidat de droite (Alvaro Noboa) semble légèrement avantagé pour remporter le deuxième tour. En ce qui a trait au changement (Correa) ou à la stabilité (Noboa), le peuple équatorien nous démontrera son choix lors du deuxième tour de l'élection présidentielle le 26 novembre prochain. Il est aussi intéressant de souligner que les électeurs voteront aussi le 26 novembre pour la constitution du Congrès équatorien.

Bibliographie

(1) Ministère des affaires étrangères français. « Présentation de l'Équateur », (En ligne), [hyperlien] 26 octobre 2006

(2) Ministère des affaires étrangères français. « Présentation de l'Équateur », op. cit.

(3) L'Humanité. « Nouveau tournant de gauche en Équateur ? », (En ligne), [hyperlien] 26 octobre 2006

(4) L'Humanité. « Nouveau tournant de gauche en Équateur ? », op. cit.

(5) Nouvel observateur. « Correa s'octroie la victoire », (En ligne), [hyperlien] 26 octobre 2006

(6) Nouvel observateur. « Correa s'octroie la victoire », op. cit.

Cyberpresse.ca. « Correa et sa "révolution citoyenne" favoris de la présidentielle en Equateur »,http://www.cyberpresse.ca/article/20061015/CPMONDE/610150909/5019/CPSOLEIL&cp_adsublabel=rss, 26 octobre 2006

Matinternet. « Rafael Correa et sa "révolution citoyenne" favoris de la présidentielle en Equateur », (En ligne), [hyperlien] 26 octobre 2006

Matinternet. « Les principales données de la présidentielle équatorienne », (En ligne), [hyperlien] 26 octobre 2006



Dernière modification: 2007-05-02 07:13:22

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Montée de violence en Équateur : la liberté de presse parmi les victimes
>septembre 2018


Élection présidentielle équatorienne sans Correa
>janvier 2017


Un président au goût de la majorité équatorienne
>avril 2013


Chevron rejette le verdict de culpabilité
>février 2011


Tentative de coup d'État en Équateur
>octobre 2010


Rafael Correa : premier président équatorien réélu depuis 30 ans
>septembre 2009


Le gouvernement équatorien souhaite l'expulsion d'Odebrecht
>septembre 2008


Crise en Amérique du Sud
>mars 2008


La droite équatorienne se soulève et dit non à Correa
>février 2008


V pour victoire : Correa et le « socialisme du 21e siècle »
>octobre 2007


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019