20 novembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

28 mars 2017

Un avenir incertain pour la Grande Barrière de corail


François Bélanger
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

mai
2019
Élections législatives en Australie

août
2010
Tenue d'élections législatives en Australie

novembre
2007
Élection en Australie du Parti travailliste de Kevin Rudd

juillet
2007
Présentation de la journée Live Earth

septembre
2000
Victoire de l'Australienne Cathy Freeman aux Jeux olympiques de Sydney

novembre
1999
Tenue d'un référendum constitutionnel en Australie

novembre
1989
Création de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique

mars
1983
Élection en Australie d'un gouvernement travailliste dirigé par Robert Hawke

novembre
1975
Crise politique en Australie

décembre
1959
Signature d'un traité international protégeant l'Antarctique

novembre
1956
Ouverture des Jeux olympiques de Melbourne

septembre
1954
Création de l'Organisation du traité de l'Asie du Sud-Est

septembre
1951
Signature du traité de l'ANZUS à San Francisco

juillet
1951
Lancement du plan de Colombo

Fonte des glaciers, désertification et acidification des océans sont tous des phénomènes liés aux changements climatiques. Aussi, chaque partie du monde fait face à des enjeux environnementaux importants et urgents. L'Australie n'y échappe pas.

Avec le plus récent épisode de blanchiment, l'un des plus importants de l'histoire, la Grande Barrière de corail soulève plusieurs inquiétudes. Située au nord-est de la côte australienne, celle-ci est le plus grand ensemble corallien du monde, avec une superficie de 348 000 km² et abritant plus de 5000 espèces en tout genre (1). Or, selon certains scientifiques, la mort du quart des coraux met cette diversité en péril. En effet, l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), qui a inclus la Grande Barrière au patrimoine mondial en 1981, sonne l'alarme face à cette situation et somme l'Australie d'agir rapidement (2).

Un écosystème souffrant

Le phénomène de blanchiment n'est pas nouveau. Les premiers cas de blanchiment massif sont survenus à la fin des années 1970. Depuis, plusieurs épisodes de blanchiment sont enregistrés partout à travers le monde. Plus récemment, ils se sont transformés en période de blanchiment mondial, touchant ainsi l'ensemble des récifs coralliens, du Japon aux Caraïbes (3). Les causes sont multiples : du phénomène météorologique El Niño aux émissions de gaz à effet de serre, la Grande Barrière de corail est la proie de l'activité humaine.

D'une part, le phénomène d'oscillation australe El Niño crée une hausse des températures océaniques, source principale de blanchiment des coraux. Cet évènement météo modifie la circulation atmosphérique, changeant ainsi les conditions météorologiques et rehaussant, du même coup, la température des eaux en surface. Cette modification de la circulation atmosphérique entraîne également la formation de cyclones de plus en plus dévastateurs pour les récifs coralliens. Considéré comme un phénomène naturel, El Niño se voit, lui aussi, affecté par les changements climatiques. Selon des experts, sa force et sa fréquence se sont accrues en raison de l'effet de serre en continuelle augmentation (4).

D'autre part, l'acidification des océans alimente la dégradation des récifs coralliens. Cette acidification est principalement causée par l'émission de dioxyde de carbone (CO²). Selon une étude, l'absorption du CO² par les océans, émanant des énergies fossiles, engendre la diminution de la quantité d'aragonite, un minerai essentiel à la survie des coraux. Ce minerai permet de former et maintenir en santé le squelette des coraux. Sans lui, le squelette du corail se dissout. Il est alors rapidement envahi par des algues qui se nourrissent des nutriments dissous du squelette (5).

Finalement, l'activité humaine accélère les effets néfastes énumérés précédemment. Deux milieux de l'économie australienne sont principalement problématiques : le secteur agraire ainsi que le secteur minier. Dans le Queensland, région limitrophe à la Grande Barrière, plus de 10 000 agriculteurs travaillent dans des champs de canne à sucre et de bananes le long du littoral. Cette exploitation agraire nuit à la survie des coraux. Effectivement, le ruissellement de nitrates dans l'océan favorise la multiplication d'une étoile de mer invasive appelée « couronne d'épines ». D'ailleurs, la prolifération de cette espèce d'étoile de mer est accentuée par l'utilisation importante de pesticides (6).

Outre l'agriculture, l'exploitation de mines de charbon inquiète la communauté internationale. Recouvrant près de 16 % du territoire du Queensland (279 341 km²), l'exploitation du charbon est en plein essor, alors que les préoccupations face à cette expansion sont croissantes. Par ailleurs, le transport lié à cette industrie est tout aussi inquiétant. Des 12 ports présents sur la côte est du Queensland, seulement deux sont situés à l'extérieur de la zone « protégée » de la Grande Barrière. Au cours des cinq dernières années, la croissance des exportations (+12,1 %) a forcé le dragage du sol marin, produisant des effets néfastes pour la Barrière (7). Cette intensification du transport maritime est accompagnée par l'implantation d'usines de liquéfaction de gaz naturel, de cimenterie et de fonderie d'aluminium toutes plus nocives les unes que les autres pour l'environnement (8).

Des politiques économiques critiquées

Ces enjeux environnementaux restent sans réponses concrètes alors qu'environnementalistes et politiciens ne partagent pas le même sentiment d'urgence. En effet, ce sujet polémique entretient les débats sur la scène politique et économique australienne, sans toutefois en arriver à un dénouement.

Un bras de fer est engagé entre le gouvernement australien et les groupes environnementalistes réunissant, entre autres, les scientifiques, Greenpeace et l'UNESCO. Le gouvernement tente de trouver un équilibre entre économie et réduction des émissions de CO², pendant que Greenpeace et les scientifiques réclament une économie verte exempte d'exploitation minière. Une conjoncture qui alimente les débats, mais qui ne semble pas améliorer la situation de la Grande Barrière et, plus globalement, de l'environnement.

Basée principalement sur la production de charbon et de minerai de fer, l'économie australienne a été l'une des plus performantes de la zone de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) lors des dernières années. Or, selon les experts, le marché des matières premières semble vouloir stagner, alors que les investissements arrivent à saturation. En ce sens, l'Australie devra se tourner vers d'autres activités économiques comme le tourisme (9). L'une des plus importantes attractions touristiques de l'Australie est la Grande Barrière de corail. Le tourisme lié à celle-ci emploie environ 70 000 personnes et génère plus de 5 milliards de dollars de revenus annuellement (10). Le paradoxe est frappant. L'économie de l'Australie semble vouloir ralentir, alors que sa relance passe par une industrie touristique qui voit sa principale attraction dépérir des suites de l'exploitation des matières premières.

Sur la scène politique, la direction prise par le gouvernement sur la question est fortement critiquée. En ce sens, Jean-Pierre Gattuso, directeur de recherche au Laboratoire d'Océanographie de Villefranche, dénonce l'attitude ambivalente du gouvernement australien. Effectivement, Canberra assure qu'il fait tout pour protéger la barrière avec, entre autres, un investissement de deux milliards de dollars sur dix ans. Or, entre-temps, ce même gouvernement autorise la construction d'un nouveau port d'exportation et d'une immense mine de charbon (11). D'autres acteurs, comme Shani Tager de Greenpeace, dénoncent l'attitude du gouvernement : « Voilà le prix dévastateur que nous payons lorsque le gouvernement soutient à bout de bras l'industrie du charbon (12). »

Malgré les critiques, les données économiques et environnementales, le premier ministre australien Malcolm Turnbull croit que l'industrie du charbon est là pour rester. Il explique qu'un ralentissement des exportations pourrait engendrer une hausse des émissions de CO² à l'échelle mondiale, car l'Inde importerait du charbon de moindre qualité, plus nocif pour l'environnement. Josh Frydenberg, ministre de l'Environnement et de l'Énergie, opte pour une position plus audacieuse, expliquant qu'il s'agit d'un « devoir moral (13) » pour l'Australie d'assurer l'approvisionnement en charbon aux pays en développement.

Bref, la position du gouvernement australien favorisant l'industrie du charbon semble déconnectée des engagements internationaux pris lors de la Conférence de Paris concernant la diminution de la dépendance aux combustibles fossiles. Ainsi, il semble peu probable que l'Australie déploiera des efforts pour limiter les hausses moyennes de température à moins de deux degrés, puisque son gouvernement considère les énergies renouvelables dispendieuses et incertaines pour l'économie. Avec l'Inde qui prévoit produire 57 % de son électricité avec les énergies renouvelables d'ici 2027, l'Australie devrait adopter une position semblable à celle du Royaume-Uni ou du Canada qui, tous deux, prévoient la fermeture de leurs usines à charbon d'ici 2030 (14).




Références:

(1) UNESCO, « La Grande Barrière », 2017, http://whc.unesco.org/fr/list/154, 26 mars 2017

(2) Cohen Moreau, Fanny, « Grande barrière de corail : l'Australie face à ses contradictions », Le Figaro, 2 novembre 2016, http://www.lefigaro.fr/sciences/2016/10/20/01008-2... 26 mars 2017

UNESCO, op. cit.

Slezak, Michael, «The Great Barrier Reef: a catastrophe laid bare», The Guardian, 7 juin 2016, https://www.theguardian.com/environment/2016/jun/0... 26 mars 2017

(3) Loc. cit.

(4) Taïx, Caroline, « Australie : le paradis perdu de la Grande Barrière de corail », Le Monde, 8 avril 2015, http://www.lemonde.fr/planete/article/2015/04/08/a... 26 mars 2017

Environnement Canada, « El Niño », 31 août 2016, https://www.ec.gc.ca/meteo-weather/default.asp?lan... 26 mars 2017

(5) Agence France-Presse, « La destruction de la Grande Barrière de corail pourrait s'accélérer », 23 février 2016, Radio-Canada, http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/766813/grande-... 26 mars 2017

Michael Slezak, op. cit.

Caroline Taïx, op. cit.

(6) Caroline Taïx, op. cit.

(7) Evershed, Nick, «Dredging the depths: coalmining v the Great Barrier Reef - interactive», The Guardian, 5 août 2014, https://www.theguardian.com/news/datablog/ng-inter... 26 mars 2017

(8) Caroline Taïx, op. cit.

(9) Hemmings, Philip, « L'économie australienne », L'Observateur OCDE, 2014, http://observateurocde.org/news/fullstory.php/aid/... 26 mars 2017

(10) Parry, Martin, « La Grande barrière de corail plus mal en point que jamais », La Presse, 29 novembre 2016, http://www.lapresse.ca/environnement/especes-menac... 26 mars 2017

(11) Fanny Cohen Moreau, op. cit.

Martin Parry, op. cit.

(12) Martin Parry, op. cit.

(13) Marks, Kathy, « Adani Carmichael: Fierce debate over monster coal mine », BBC News, 10 mars 2017, http://www.bbc.com/news/world-australia-38952790, 26 mars 2017

(14) Loc. cit.

Autres références

Perspective Monde, « Australie, dirigeants politiques », 2016, http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BM... 20 mars 2017

Taïx, Caroline, « Australie : année noire pour la Grande Barrière de corail », Le Monde, 30 novembre 2016, http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/11/30/a... 20 mars 2017

Gomez, Eva, « La destruction de la Grande Barrière de corail menace le tourisme australien », Le Monde, 21 juin 2016, http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/11/30/a... 20 mars 2017

Taïx, Caroline, « Quand la Grande Barrière de corail disparait d'un rapport de l'ONU à la demande de l'Australie », Le Monde, 30 mai 2016, http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/05/27/c... 20 mars 2017

Agence France-Presse, « La Grande Barrière de corail pourrait ne jamais s'en remettre », LaPresse, 15 mars 2017, http://www.lapresse.ca/environnement/climat/201703... 20 mars 2017

Agence France-Presse, « La destruction de la Grande Barrière de corail pourrait s'accélérer », 23 février 2016, Radio-Canada, http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/766813/grande-... 20 mars 2017

BBC News, « Can super coral save the Great Barrier Reef? », 13 juin 2016, http://www.bbc.com/news/world-australia-36486474, 26 mars 2017

Slezak, Michael, «Great Barrier Reef election explainer: how do the parties compare? », The Guardian, 7 juin 2016, https://www.theguardian.com/australia-news/2016/ju... 26 mars 2017

Slezak, Michael, «This election, what hope is there for the Great Barrier Reef? », The Guardian, 1 juillet 2016, https://www.theguardian.com/environment/2016/jul/0... 26 mars 2017

AAP, « Pauline Hanson goes snorkelling in wrong spot to prove untruths on the Great Barrier Reef », News.com.au, 25 novembre 2017, http://www.news.com.au/technology/environment/clim... 26 mars 2017

Dernière modification: 2017-04-03 09:04:27

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

2018 : une année de sécheresse en Australie
>février 2019


Emmanuel Macron en Australie : vers une nouvelle alliance
>novembre 2018


Complexe minier Carmichael en Australie : l'exploitation à tout prix
>mars 2018


Les unions entre conjoints de même sexe désormais reconnues en Australie
>janvier 2018


Australie : la saga des «Citizenship Seven» ravive les débats sur l'interprétation constitutionnelle
>novembre 2017


Le parti politique One Nation : faire campagne sur le racisme en Australie
>octobre 2017


Un avenir incertain pour la Grande Barrière de corail
>mars 2017


Augmentation du salaire minimum : une initiative bénéfique?
>février 2016


L'Australie et le PTP : victoire à l'internationale, lutte à l'interne
>février 2016


L'Australie : un pays qui n'a pas bonne mine
>janvier 2016


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019