18 octobre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

6 juin 2017

L'influence de James Comey sur les élections de 2016


Gilles Vandal
historien,
Ph.D.
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

novembre
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

juillet
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

juin
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

mars
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

décembre
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

septembre
2017
Ouragans sur les Caraïbes

août
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

janvier
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

janvier
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

novembre
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

septembre
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

juin
2016
Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

mars
2016
Début de la visite du président américain Barack Obama à Cuba

janvier
2016
Dévoilement de données confirmant l'établissement d'un record de chaleur en 2015

octobre
2015
Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

décembre
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

novembre
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

septembre
2014
Tenue d'une marche en faveur de la lutte aux changements climatiques

novembre
2012
Réélection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

Plusieurs facteurs peuvent expliquer la défaite de Hillary Clinton lors des élections présidentielles américaines de 2016. L'ingérence russe, la misogynie d'un grand nombre d'Américains, les défaillances de la propre campagne de Mme Clinton dans certains États-clés, etc. Mais il y en a une qui ressort plus que toute autre : la décision de James Comey, directeur du FBI, de rouvrir à 11 jours des élections l'enquête sur les courriels de Mme Clinton.

D'ailleurs, au début mai 2017, Hillary Clinton montra du doigt l'ancien directeur du FBI pour expliquer sa défaite. Elle affirma même que si les élections avaient été tenues le 27 octobre, elle serait présidente.

Une nouvelle étude effectuée par un consortium de politologues liés à la maison Gallup et aux universités de Georgetown et du Michigan révèle toute l'importance du problème des courriels de Mme Clinton. Cette étude démontre comment cette question a dominé les conversations des Américains dans les derniers mois de la campagne, et plus spécialement durant les deux dernières semaines précédant l'élection.

Au début de juillet 2016, Comey avait déjà conclu que le FBI ne disposait pas de preuves suffisantes pour porter des accusations contre Mme Clinton concernant les informations classifiées qu'elle recevait par courriel à partir d'un serveur privé. Il ajouta toutefois que celle-ci avait été excessivement négligente.

Aussi, l'annonce de la reprise de l'enquête par Comey le 27 octobre 2016 eut l'effet d'une bombe. La raison évoquée pour justifier la réouverture de l'enquête découlait des milliers de courriels qui avaient été découverts lors d'une enquête séparée sur le portable d'Anthony Wiener. Or ce dernier était l'époux d'Huma Abedin, l'assistante de Mme Clinton.

Deux jours avant les élections, Comey déclara de nouveau qu'il n'avait trouvé aucun nouvel élément permettant de porter des accusations. Le dossier était définitivement clos. Si Mme Clinton a exprimé son soulagement devant cette annonce, il devenait impossible de réparer les dégâts causés par l'intervention de Comey sur sa campagne.

Le mal était fait. Avant l'intervention de Comey, Mme Clinton devançait Trump de 7 à 10 %, selon les sondages. Son avance fut graduellement réduite à 2 % comme le montrent les résultats des élections. Cette chute d'au moins 5 % a permis à Trump, grâce au système du collège électoral, de l'emporter.

Les sondages des deux dernières semaines de la campagne montraient jour après jour un glissement dans l'avance de Mme Clinton. L'intervention de Comey a ainsi permis à Trump de réduire le fossé le séparant de sa rivale à l'échelle nationale et plus spécifiquement dans les principaux États-clés du champ de bataille.

Retour au bercail

Cette intervention a ainsi dynamisé la campagne de Trump. Les républicains qui s'étaient montrés jusqu'alors sceptiques face à leur candidat retournèrent au bercail. Trump devenait ainsi moins répréhensible que Mme Clinton. À la suite de l'intervention de Comey du 27 octobre, les sondages montraient aussi que les femmes indépendantes ou républicaines se mirent à fuir Mme Clinton. Beaucoup décidèrent tout simplement de rester à la maison et de ne pas aller voter.

L'intervention de Comey fut d'autant plus dommageable qu'elle n'aurait jamais dû survenir. Cette intervention, à deux semaines des élections, contrevenait à la loi Hatch, adoptée en 1939, qui défend aux fonctionnaires fédéraux d'intervenir dans une campagne fédérale.

Selon cette loi, le département de la justice, dont le bureau du FBI relève, ne devait pas faire aucune déclaration ou mise en accusation à l'encontre d'un candidat durant les 60 jours précédant une élection fédérale afin de ne pas influencer le vote. Si les différents acteurs et commentateurs politiques n'ont pas remis en cause l'honnêteté de Comey, ils furent très nombreux à s'interroger sur son jugement et même à demander son renvoi.

De récentes fuites démontrent que Comey fut incité à intervenir à partir d'un faux document russe émanant supposément de Debbie Wasserman Schultz, présidente du Comité national du parti démocrate. Dans ce courriel, Mme Schultz aurait affirmé que l'avocate générale interviendrait auprès du FBI pour limiter l'enquête sur la messagerie de Mme Clinton. Comey doutait de l'authenticité du document. Cependant, il ne voulut courir aucun risque. Par la suite, les enquêteurs du FBI confirmèrent que le courriel controversé était un faux.

La récente étude du consortium démontre comment l'intervention de Comey a été cruciale dans les résultats de l'élection. Cette intervention confirmait directement les opinions négatives que les électeurs avaient à l'égard de Mme Clinton. Pour gagner les élections, Trump avait besoin de réduire l'appui à Mme Clinton. L'intervention de Comey produisit exactement cet effet.

Dans mon article du 14 avril 2015 dans La Tribune , j'indiquais clairement l'importance pour Mme Clinton de se montrer transparente et de régler rapidement le dossier. Voyant dans l'enquête une chasse aux sorcières, celle-ci n'a jamais semblé saisir la gravité de la situation. Son incapacité à placer cette histoire derrière elle a érodé une opinion publique déjà fragile à son égard.

L'intervention de Comey fut la surprise d'octobre. Cette intervention fut si dommageable que Mme Clinton a raison d'affirmer que celle-ci est largement responsable de sa défaite. En fin de compte, ce n'est pas Trump qui a gagné l'élection, c'est Clinton qui l'a perdue.



Dernière modification: 2017-06-22 14:25:52

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Harris se démarque lors du premier débat à l'investiture démocrate
>septembre 2019


L'extrême gauche aux États-Unis à l'ère Trump? Plutôt marginale
>avril 2019


Les élections de mi-mandat, ou la ruée vers l'or au pays des droits et libertés
>mars 2019


Joe Biden comme antidote au syndrome McGovern
>mars 2019


Présidentielle américaine de 2020 : une nouvelle stratégie démocrate, la clé face à Trump ?
>mars 2019


La Californie brûle à petit feu, ou plutôt à grands feux!
>février 2019


Qui a tué le Weekly Standard?
>février 2019


Le président Trump frappe encore sur Twitter
>février 2019


La persistance du racisme aux États-Unis
>février 2019


For the land of the free...mais l'est-ce vraiment?
>février 2019


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019