23 septembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

21 février 2017

Décembre 2016 : entente pétrolière à Vienne teintée de scepticisme


Tristan Brassard
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

mai
2016
Élection d'Alexander van der Bellen à la présidence de l'Autriche

janvier
2013
Tenue d’un référendum sur la conscription en Autriche

juin
2009
Début des élections législatives au Parlement européen

juin
2004
Tenue d'élections au Parlement européen

juin
1999
Tenue d'élections au Parlement européen

janvier
1999
Passage à l'euro pour onze pays de l'Union européenne

juin
1998
Création de la Banque centrale européenne

janvier
1995
Entrée de l'Autriche, la Finlande et la Suède dans l'Union européenne

juin
1986
Élection de Kurt Waldheim à la présidence de l'Autriche

novembre
1985
Ouverture du Sommet de Genève entre Mikhaïl Gorbatchev et Ronald Reagan

avril
1983
Démission du chancelier autrichien Bruno Kreisky

avril
1979
Signature d'un accord sur les tarifs douaniers et le commerce à Genève

août
1975
Signature à Helsinki d'un accord sur la sécurité en Europe

octobre
1973
Ouverture à Vienne des négociations pour la Mutual and Balance Force Reduction

janvier
1972
Entrée en fonction de Kurt Waldheim au poste de secrétaire général des Nations unies

mars
1970
Élection en Autriche d'un gouvernement socialiste dirigé par Bruno Kreisky

septembre
1961
Début des travaux de l'Organisation de coopération et de développement économiques

juin
1961
Rencontre entre John F. Kennedy et Nikita Khrouchtchev à Vienne

janvier
1960
Création de l'Association européenne de libre-échange

Le 10 décembre 2016, à Vienne, les États membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) sont parvenus à une entente avec des pays non membres de cette organisation. Ces derniers se sont engagés à réduire leur production quotidienne de barils de pétrole afin d'éventuellement en voir remonter le prix de vente. Celui-ci est en chute libre depuis plusieurs mois (1).

Une remontée modérée

Tout au long de 2016, le prix du baril de pétrole connaît une augmentation constante. Au mois de janvier, celui-ci se situe autour de 28 $ US, alors qu'au mois de décembre, il est à plus ou moins 54 $ US (2). À première vue, cette hausse du prix de vente peut paraître spectaculaire, puisqu'il a pratiquement doublé en un an. Toutefois, il faut remonter quelques mois en arrière afin de bien comprendre la situation.

En effet, le prix du baril de pétrole a subi d'énormes chutes depuis deux ans. En juin 2014, celui-ci se situait autour de 115 $ US (3). Puis, entre cette date et le mois de février 2016, alors que la ressource a atteint sa valeur boursière la plus basse, le cours du pétrole s'est effondré de 70 % (4). Donc, bien que la valeur de la ressource ait remonté dans les mois suivants de 2016, elle demeure très basse, en comparaison d'il y a deux ans.

Pourquoi le prix du pétrole est-il si bas? Ces circonstances s'expliquent majoritairement par une raison : il y a une surproduction planétaire de la ressource (5). Depuis quelques années, la santé économique de la Chine s'affaiblit et sa croissance est moindre, ce qui a pour effet de réduire une partie importante de la demande de pétrole. De plus, les grands pays exportateurs, tels que l'Arabie saoudite et les États-Unis, refusent de diminuer leur production, malgré la baisse de la demande.

L'Arabie saoudite fait volte-face

Le 30 novembre 2016, les pays membres de l'OPEP, en compagnie de représentants de 11 autres pays producteurs, tels que la Russie et le Mexique, se réunissent afin d'en arriver à une entente ayant pour effet d'éliminer la surproduction mondiale de pétrole.

Le leader de cette rencontre est l'Arabie saoudite. En effet, cette dernière désire obtenir de la part des autres producteurs de pétrole une réduction d'au moins 2 % de leur production (6). Cela est quelque peu ironique considérant que, quelques mois plus tôt, ce pays refusait catégoriquement de réduire la sienne et pratiquait même la politique de la vanne ouverte (7). Par contre, il faut comprendre que, par cette stratégie, les dirigeants saoudiens croyaient pouvoir affaiblir leur rival américain, qui produit son pétrole à des coûts plus élevés que les leurs (8). Maintenant, force est de constater qu'ils renoncent à leur stratégie précédente et qu'ils envisagent la réduction de la production comme étant la seule solution possible afin de faire remonter la valeur du pétrole.

Toutefois, certains pays sont plus réticents que d'autres à réduire leur production. C'est notamment le cas de l'Iran, qui redevient un jouer mondial important en matière de pétrole. Ce pays a maintes fois insisté afin d'être exempté de toute contrainte de production et même d'être autorisé à la hausser (9). De plus, la majorité des producteurs ont de bonnes raisons de plaider qu'un gel ou une baisse de la production de pétrole les pénaliserait. Par exemple, le Mexique désire ouvrir son industrie nationalisée à des investisseurs étrangers, alors que la Russie et le Brésil font face à des compagnies privées qui assument leur production (10).

De nouveaux engagements à respecter

Ultimement, le 10 décembre, les pays de l'OPEP s'entendent avec les 11 autres pays producteurs présents à Vienne afin que ces derniers réduisent leur production de 562 000 barils par jour (11). Cet accord fait suite à un autre survenu dix jours auparavant, par lequel l'OPEP elle-même s'engageait à réduire sa production quotidienne de 1,2 million de barils par jour (12).

Avec le recul, l'entente du 10 décembre est qualifiée de « sans précédent depuis 2001 (13) », puisque c'est le premier accord pétrolier majeur entre des pays de l'OPEP et les autres producteurs depuis cette année. Dans les faits, elle a effectivement des effets bénéfiques sur la valeur du baril de pétrole alors que dès le lendemain de la réunion de Vienne, elle grimpe à 57 $ US l'unité pour demeurer autour de ce prix jusqu'en février 2017 (14). Ainsi, sur papier, l'accord peut être considéré comme une réussite, alors que la surproduction d'or noir semble en voie de se résorber.

Par contre, certains éléments demeurent délicats à gérer et alimentent l'incertitude pour le futur. D'une part, la plupart des experts demeurent sceptiques quant à l'application de l'entente et sont d'accord pour dire qu'elle ne sera pas nécessairement facile pour tous les pays signataires. On peut prendre en exemple la Russie, qui devra trouver un moyen d'infléchir les décisions des compagnies pétrolières impliquées sur son territoire (15). D'ailleurs, cette dernière n'avait justement pas respecté ses engagements lors de l'accord du même genre survenu en 2001.

D'autre part, l'accord comporte un absent de taille : les États-Unis. Les pays de l'OPEP, et particulièrement l'Arabie saoudite, sont depuis longtemps en guerre contre ce pays en ce qui concerne le pétrole. Au lieu de mettre fin à ce conflit par la coopération, l'entente risque donc d'attiser encore plus la rivalité entre les deux parties.




Références:

(1) Le Monde, Premier accord pétrolier depuis 2001 entre pays membres et hors OPEP, 10 décembre 2016, http://www.lemonde.fr/economie-mondiale/article/20... (page consultée le 12 février 2017)

(2) Trading Economics, Crude Oil Data 2016, http://www.tradingeconomics.com/commodity/crude-oil (page consultée le 12 février 2017)

(3) Jean-Michel Bezat, « Pourquoi les prix du pétrole sont bas », Le Monde, 4 décembre 2015, http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/12/04/... (page consultée le 12 février 2017)

(4) ICI Radio-Canada, Aucun rebond du prix du pétrole avant 2017, selon l'Agence internationale de l'énergie, 22 février 2016, http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/766527/agence-... (page consultée le 12 février 2017)

(5) Geneviève Normand, « L'OPEP, les prix du pétrole et l'espoir de l'industrie canadienne en 8 questions », ICI Radio-Canada, 29 novembre 2016, http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1002730/opec-p... (page consultée le 12 février 2017)

(6) Jean-Michel Bezat, Pétrole : intense ballet diplomatique avant le sommet de l'OPEP, Le Monde, 25 novembre 2016, http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/11/25/... (page consultée le 12 février 2017)

(7) Fabrice Nodé-Langlois, « Pétrole : les prix vont remonter en 2017 », Le Figaro, 22 février 2016, http://premium.lefigaro.fr/conjoncture/2016/02/22/... (page consultée le 12 février 2017)

(8) Fabrice Nodé-Langlois, « Pétrole : l'Arabie saoudite déclare la guerre ouverte aux Américains », Le Figaro, 23 décembre 2014, http://premium.lefigaro.fr/conjoncture/2014/12/23/... (page consultée le 12 février 2017)

(9) Geneviève Normand, op. cit.

(10) Jean-Michel Bezat, Pétrole..., op. cit.

(11) Le Monde, Premier..., op. cit.

(12) Jean-Michel Bazat, « OPEP : accord à l'arraché sur une baisse de production d'or noir », Le Monde, 30 novembre 2016, http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/11/30/... (page consultée le 12 février 2017)

(13) Le Monde, Premier..., op. cit.

(14) Connaissance des Énergies, Pétrole : qui sont les pays « hors OPEP » qui vont réduire leur production?, 14 décembre 2016, http://www.connaissancedesenergies.org/petrole-qui... (page consultée le 12 février 2017)

(15) Loc. cit.

Dernière modification: 2017-02-27 07:40:30

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

20 septembre à Salzbourg : un sommet informel pour gérer la crise du Brexit
>janvier 2019


Décembre 2016 : entente pétrolière à Vienne teintée de scepticisme
>février 2017


L'immigration en Autriche : vers une politique de « tolérance zéro »?
>septembre 2016


Peu de surprise aux élections autrichiennes
>novembre 2013


Heinz Fischer réélu facilement président de l'Autriche
>septembre 2010


Mort de Jörg Haider : l'extrême droite autrichienne sous le choc
>novembre 2008


Il y a 25 ans : Kurt Waldheim quittait le poste de Secrétaire général de l'ONU
>novembre 2006


L'Autriche à l'heure des négociations
>octobre 2006


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019