16 juillet 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

4 avril 2017

Se procurer l'eau : l'autre guerre du golfe Persique


Olivia Scieur-Aparicio
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

janvier
2015
Décès du roi Abdallah Ben Abdelaziz al-Saoud d'Arabie saoudite

août
2005
Décès du roi Fahd d’Arabie saoudite

juin
1982
Décès du roi Khaled en Arabie saoudite

novembre
1979
Attaque de la Grande mosquée en Arabie Saoudite

mars
1975
Assassinat du roi Fayçal en Arabie saoudite

octobre
1973
Début du premier «choc pétrolier»

août
1967
Ouverture d'un sommet des pays arabes à Khartoum

septembre
1961
Ouverture d'une conférence des pays non-alignés à Belgrade

septembre
1960
Création de l'Organisation des pays producteurs de pétrole

avril
1955
Ouverture d'une conférence internationale à Bandoeng

novembre
1953
Décès du roi Ibn Séoud d’Arabie Saoudite

En tête des exportateurs mondiaux de pétrole, les Émirats arabes unis (EAU) et l'Arabie saoudite font souvent la manchette des journaux occidentaux (1). En raison de l'effondrement du prix du pétrole, médias et analystes du Moyen-Orient rapportent exhaustivement les difficultés financières auxquelles ces pays font face (2).

Moins connue, mais potentiellement bien plus importante, est la crise de l'eau qui frappe cette région du monde. En effet, selon Radwan al-Weshah, ancien directeur de l'eau au programme de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) de la région arabe, le golfe Persique, et en particulier l'Arabie saoudite, « souffre d'une crise de l'eau les plus complexes au monde (3) ».

Une population qui surconsomme dans un pays aride

Avec respectivement moins de 60 millimètres et en moyenne 78 millimètres de pluie par an, l'Arabie saoudite et les EAU comptent parmi les dix pays les plus arides au monde (4). En prenant en compte la grande rareté de lacs et de rivières, les sources d'eau de ces pays sont à 98 % des réserves souterraines en eau douce (5). Le fait que celles-ci sont non renouvelables implique nécessairement d'en faire une bonne gestion. En considérant que l'Arabie saoudite avait un des plus grands et anciens aquifères au monde qui, selon les estimations, contenait 500km3 d'eau, plusieurs facteurs humains sont à l'origine de la crise de l'eau (6).

De fait, les Émiratis utilisent en moyenne 390 litres d'eau par jour, derrière les Saoudiens qui, avec un usage moyen de 500 litres par jour, sont les premiers consommateurs au monde (7). Cette surconsommation s'explique par les importants revenus pétroliers qui permettaient de financer la désalinisation de l'eau à faible coût. Ainsi, Émiratis et Saoudiens pouvaient user d'eau abondamment.

D'autres facteurs humains sont aussi en cause : une forte croissance démographique, en plus d'un des plus forts taux d'immigration pour les EAU, une augmentation de la densité de population en zone urbaine et un niveau de vie qui ne cesse de grimper (8). Cependant, la source la plus importante de la crise de l'eau dans ces deux pays est indéniablement l'agriculture, qui représente plus de 80 % de la consommation d'eau en Arabie saoudite (9).

De fait, selon Abdullah al-Misnad, professeur en climatologie, cette crise de l'eau est due au programme d'autosuffisance alimentaire introduit par le gouvernement saoudien dans les années 1970, notamment la décision d'introduire la culture massive de blé en 1983 (10). Le gouvernement a alors subventionné des systèmes de pompage et fourni l'énergie nécessaire à l'extraction d'eau souterraine par les agriculteurs (11). On y utilisait, comme aux EAU, la méthode d'irrigation de l'inondation. La surexploitation des nappes phréatiques, atteignant plus de 300 % en dix ans selon le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), ainsi que la mauvaise gestion des ressources hydriques sont donc les principaux facteurs de la crise de l'eau en Arabie saoudite et aux EAU (12).

Une situation de stress hydrique extrême

Cette crise de l'eau a des impacts alarmants. D'abord, les mauvaises méthodes d'irrigation menacent l'assèchement des réservoirs d'eau douce. Selon Ali al-Takhees, ancien vice-ministre saoudien de l'Agriculture, les réserves au centre de l'Arabie saoudite se sont transformées en sablonnières, et celles à l'est vont suivre (13). De plus, les aquifères superficiels ne peuvent se recharger qu'avec les précipitations, car les nappes d'eau profondes ont été vidées (14). En considérant que les changements climatiques risquent de faire diminuer encore plus les précipitations et d'augmenter la température moyenne, le problème sera encore plus exacerbé (15).

Le dessalement de l'eau de mer a massivement pris le relais, les EAU générant 14 % de la production mondiale d'eau désalinisée, après l'Arabie saoudite, numéro un mondial. Cependant, cette méthode engendre d'importantes conséquences sur les plans économique et environnemental (16). Selon Sultan Ahmed Al Jaber, ministre d'État et envoyé spécial des EAU pour l'énergie et le climat, « cette dépendance à la désalinisation, ce n'est ni supportable ni souhaitable (17) ». De fait, les usines de dessalement nécessitent beaucoup d'électricité, qui était fournie jusqu'alors à un prix fortement subventionné, selon Bastien Siméon, responsable de secteur eau chez KPMG (18). Avant la chute des prix, le baril de pétrole était par exemple vendu 1 $ à la Saline Water Conversion Corporation (SWCC) par le gouvernent saoudien.

Le manque à gagner est énorme pour les finances publiques, qui ne peuvent plus se le permettre. Les conséquences environnementales de cette méthode ne sont pas non plus négligeables. La combustion du pétrole qui a lieu au cours de la désalinisation entraine des émissions de dioxyde de carbone dans l'atmosphère, ce qui augmente les impacts du changement climatique (19). De surcroit, le procédé de désalinisation implique le déversement d'une grande quantité d'eau salée dans la mer. Cela a entrainé une augmentation de la salinité des mers du golfe Persique, ce qui menace les ressources halieutiques. De plus, Franck Galland, un chercheur associé à la Fondation pour la recherche stratégique, pointe qu'une simple contamination de l'eau en mer, par des bateaux transporteurs de pétrole par exemple, mettrait instantanément fin à cette possibilité (20).

À long terme, selon une étude exposée dans le Khaleej Times qui classe 167 pays, la moitié des 33 pays qui vont souffrir de stress hydrique extrême d'ici 2040 sont au Moyen-Orient (21). Les EAU arrivent 5e, suivis de l'Arabie saoudite qui figure au 7e rang. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime qu'il y a stress hydrique lorsqu'une personne dispose de moins de 1700m3 d'eau par an, et qu'il y a pénurie lorsqu'elle dispose de moins de 1000m3 par an (22). Considérant que la disponibilité en eau renouvelable en Arabie saoudite est inférieure à 500m3 par personne par an, on peut déduire qu'elle est déjà en pénurie (23). Ali al-Takhees est clair : si les pratiques agricoles ne changent pas, l'Arabie saoudite sera frappée d'une sécheresse majeure d'ici 30 ans (24).

Des solutions différentes pour l'Arabie saoudite et les EAU

Le gouvernement saoudien a tenté une approche afin de réduire la consommation de ses citoyens : la taxation de l'eau. Toutefois, cette politique gouvernementale a entrainé une vague d'indignation sur les médias sociaux (25). Nombreuses sont les plaintes contre la mise en place du nouveau système de comptage d'eau, instauré au début de 2017. En effet, certains Saoudiens disent avoir vu leur facture passer de quelques dollars à plusieurs milliers. Cette mesure a d'ailleurs entrainé la révocation d'Abdallah Al-Hassine comme ministre de l'Eau et de l'Électricité (26).

D'autre part, introduite le 19 janvier 2017 par Sultan Ahmed Al Jaber, l'initiative des EAU consiste à récompenser trois chercheurs étrangers pour leurs études dans le domaine de l'accélération pluviométrique (27). Cette technique, comparée à un « ensemencement des nuages », permettrait d'accroître le rendement pluviométrique d'au moins 5 %, selon Alia Al Mazrouei, directrice du programme au Centre national de météorologie et de sismologie (CNMS) des EAU.

Selon Betsy Otto, la directrice du Programme mondial de l'eau de l'Institut mondial des ressources (WRI), « la bonne nouvelle est que les pays peuvent prendre des actions pour réduire le stress hydrique et le risque associé à la gestion des ressources en eau (28) ». Elle a d'ailleurs cité Singapour comme exemple de pays qui utilise des méthodes innovantes pour contrer la crise de l'eau.




Références:

(1) France Soir, Arabie Saoudite : le royaume va investir massivement dans le secteur de l'eau, 27 novembre 2016, http://www.francesoir.fr/tendances-eco-monde/arabi... 24 mars 2017

(2) Kieran Cooke, Troubles dans le secteur de l'eau saoudien: le pays est au bord de la sécheresse, Middle East Eye, 26 juillet 2016, http://www.middleeasteye.net/fr/opinions/troubles-... 24 mars 2017

(3) Christophe Magdelaine, L'Arabie Saoudite épuise ses réserves d'eau et court à la catastrophe, Notre planète, 24 février 2016, https://www.notre-planete.info/actualites/4429-res... 24 mars 2017

(4) loc. cit.

Joël Cossardeaux, L'accès à l'eau, l'autre guerre du Golfe, Les Echos, 22 mars 2016, https://www.lesechos.fr/22/03/2016/LesEchos/22155-... 24 mars 2017

(5) Hazel Sheffield, Saudi Arabia is running out of water, The Independent, 19 février 2016, http://www.independent.co.uk/news/business/news/sa... 27 mars 2017

Khaleej Times, UAE among top 10 states to face acute water crisis, 27 aout 2015, http://www.khaleejtimes.com/region/uae-among-top-1... 27 mars 2017

(6) Kieran Cooke, op. cit.

(7) Joël Cossardeaux, op. cit.

(8) loc. cit.

(9) Kieran Cooke, op. cit.

(10) Christophe Magdelaine, op. cit.

(11) Kieran Cooke, op. cit.

(12) Zahra Rahmouni, Faute d'eau, l'Arabie Saoudite abandonne le rêve de l'autosuffisance en blé, Tout sur l'Algérie, 10 novembre 2015, http://www.tsa-algerie.com/20151110/faute-deau-laa... 24 mars 2017

(13) Christophe Magdelaine, op. cit.

(14) loc. cit.

(15) Kieran Cooke, op. cit.

(16) Joël Cossardeaux, op. cit.

(17) Kieran Cooke, op. cit.

(18) Joël Cossardeaux, op. cit.

(19) Kieran Cooke, op. cit.

(20) Joël Cossardeaux, op. cit.

(21) Khaleej Times, op. cit.

(22) Centre d'information sur l'eau, Les ressources en eau dans le Monde, 7 aout 2013, http://www.cieau.com/les-ressources-en-eau/dans-le... 24 mars 2017

(23) Christophe Magdelaine, op. cit.

(24) loc. cit.

(25) Kieran Cooke, op. cit.

(26) Agence France-Presse, Arabie Saoudite : un ministre limogé après une tarification controversée de l'eau, Huffington Post Magreb, 24 avril 2016, http://www.huffpostmaghreb.com/2016/04/24/arabie-s... 24 mars 2017

(27) Joël Cossardeaux, op. cit.

(28) Khaleej Times, op. cit.

Autres références

David Rigoulet-Roze, Et maintenant, l'Arabie saoudite confrontée à la disparition de son agriculture pour avoir abusé de ses ressources en eau, Atlantico, 9 novembre 2015, http://www.atlantico.fr/decryptage/et-maintenant-a... 24 mars 2017

Banque mondiale, L'eau dans le monde arabe : accroître la résistance aux extrêmes climatiques, 21 mars 2014, http://www.banquemondiale.org/fr/news/feature/2014... 24 mars 2017

Ambassade du Royaume des Pays-Bas au Maroc, Le défi de l'eau et ses solutions durables dans la région Moyen-Orient\Afrique du Nord, 2013, http://maroc.nlambassade.org/sujets-cles/les-solut... 24 mars 2017

Marafiq et Acwa Power Projects, Dessaler l'eau avec l'énergie solaire en Arabie Saoudite, Moyen-Orient, 2 mars 2010, http://moyen-orient.fr/magazine/ecologie/772-dessa... 24 mars 2017

Bernard Guesnier, L'eau et le développement durable: un couple en rupture sans gouvernance sociétale et coopération décentralisée, Développement durable et territoires, mai 2010, https://developpementdurable.revues.org/8376, 24 mars 2017

Office internationale de l'eau, Arabie Saoudite : Création du Centre National de formation aux métiers de l'eau, 2008, http://www.oieau.fr/oieau/notre-actualite-et-avanc... 24 mars 2017

Kamel Kheir et Nizar Akar, La sécurité hydrique dans les pays arabes, Égypte monde arabe, 1992, https://ema.revues.org/1412, 24 mars 2017

Dernière modification: 2017-04-10 07:46:01

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Le canal de Salwa: la nouvelle arme de l'Arabie saoudite?
>février 2019


L'Arabie saoudite penche pour l'énergie solaire
>novembre 2018


Softbank : la conquête du monde technologique
>octobre 2018


Crise saoudo-canadienne : Riyad hausse le ton pour faire taire les critiques
>octobre 2018


L'Arabie saoudite à l'ère de Mohammed ben Salmane : entre islamisme et modernité
>octobre 2018


Coup de jeune au sein de la monarchie saoudienne
>février 2018


Se procurer l'eau : l'autre guerre du golfe Persique
>avril 2017


Le divorce entre les États-Unis et l'Arabie Saoudite n'est pas pour aujourd'hui
>novembre 2016


Le divorce entre les États-Unis et l'Arabie Saoudite n'est pas pour aujourd'hui
>novembre 2016


Virage ou mirage ?
>mai 2016


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019