Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

15 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

7 February 2017

Corée du Sud : destitution de la présidente sur fond de corruption


Samra Grahic
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

October
2018
Publication d’un rapport spécial du GIEC sur le réchauffement global des températures

April
2018
Sommet entre les leaders de la Corée du Sud et de la Corée du Nord

February
2018
Ouverture des Jeux olympiques de Pyeongchang, en Corée du Sud

March
2017
Destitution de la présidente sud-coréenne Park Geun-hye

December
2012
Élection de Park Geun-hye à la présidence de la Corée du Sud

February
2007
Entente sur un éventuel démantèlement du programme nucléaire nord-coréen

January
2007
Entrée en fonction de Ban Ki-moon au poste de secrétaire général des Nations unies

June
2000
Tenue d'une rencontre historique entre les chefs d'État des deux Corées

November
1989
Création de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique

September
1988
Ouverture des Jeux olympiques de Séoul

February
1988
Assermentation du président Roh Tae-woo en Corée du Sud

June
1987
Levée de l'état d'urgence en Corée du Sud par le président Chun Doo-hwan

May
1984
Annonce du boycott des Jeux olympiques de Los Angeles par l'Union soviétique

October
1979
Assassinat du président sud-coréen Park Chung-Hee

October
1972
Suspension de la Constitution en Corée du Sud

October
1963
Élection de Park Chung-hee à la présidence de la Corée du Sud

May
1961
Renversement du gouvernement en Corée du Sud

April
1960
Annonce de la démission du président de la République de Corée, Syngman Rhee

September
1950
Début du débarquement d'Incheon, en Corée du Sud

Produits cosmétiques, musique, émissions de divertissement : depuis les années 1990, la vague Hallyu déferle sur les autres pays. Cependant, malgré le succès certain de l'exportation de la culture sud-coréenne, le pays est confronté à une crise politique. Le 9 décembre 2016, Park Geun-hye, présidente de la Corée du Sud, a été destituée de ses fonctions à la suite d'un vote du Parlement. Elle serait embourbée dans un scandale de corruption.

Violations constitutionnelles et collusion

Déposée par les partis de l'opposition, la motion de destitution accuse notamment la présidente de violations constitutionnelles, de corruption et d'abus de pouvoir (1). Pour être adoptée, cette motion devait être appuyée par les deux tiers des représentants. Cela signifie que l'opposition devait obtenir le soutien d'une trentaine de députés du Saenuri, le parti conservateur de Park Geun-hye (2). Le texte a été adopté le 9 décembre 2016 à 234 voix contre 56 (3). La Cour constitutionnelle du pays dispose alors de 180 jours, soit jusqu'en juin 2017, pour entériner ou non la motion (4).

Le scandale politique met en scène Choi Soon-sil, une proche amie de Park Geun-hye. Arrêtée au début de novembre 2016, Choi est accusée d'abus de pouvoir et d'extorsion (5). En effet, bien qu'elle n'occupe aucun poste officiel au sein du gouvernement, elle se serait impliquée dans diverses affaires d'État. Elle aurait, entre autres, suggéré des nominations et corrigé des discours de la présidente. Elle aurait également eu accès à des documents d'État (6).

De plus, Choi aurait usé de sa relation d'amitié et de son influence sur la présidente pour faire pression sur des entreprises nationales, les chaebols, afin de recevoir de grandes sommes d'argent via ses deux fondations à but non lucratif (7). Ainsi, Choi aurait réussi à soutirer plus de 77 milliards de wons, ce qui représente près de 85 millions de dollars canadiens (8). Elle aurait ensuite détourné cet argent pour son usage personnel (9).

Les premières révélations entourant ce scandale, nommé le Choigate, remontent à octobre 2016. Accusée en novembre pour abus de pouvoir, fraude et collusion dans cette affaire, Park conserve néanmoins son titre et son immunité présidentielle (10), bien que ses pouvoirs aient été révoqués (11).

Depuis les révélations, des manifestations hebdomadaires ont été organisées à Séoul, la capitale sud-coréenne. Chaque samedi, des milliers de citoyens se sont réunis pour exiger la démission de Park Geun-hye. Ces manifestations de grande envergure sont les plus importantes qu'a connues la Corée du Sud depuis les années 1980 (12).

Possibilité d'une élection anticipée

Dans le cas d'une éventuelle validation par la Cour constitutionnelle, une élection présidentielle devrait suivre dans les 60 jours (13). Advenant un tel cas, Park Geun-hye deviendrait la première chef d'État sud-coréenne, depuis l'instauration d'un système démocratique en 1987, à être écartée du pouvoir (14). Présentement, le premier ministre, Hwang Kyo-ahn, assure la présidence par intérim (15).

Dans l'éventualité d'une élection présidentielle anticipée, plusieurs noms de candidats potentiels circulent. Pour le moment, Moon Jae-in, ancien aspirant à la présidentielle de 2012, semble être le favori. Selon une enquête effectuée au début de février 2017 par Real Meter, son taux de popularité, en constante augmentation, frôle les 30 % (16). D'autres noms, comme ceux d'Ahn Hee-jung, le gouverneur de la province de Chungcheong-do, ou de Hwang Kyo-ahn, le président par intérim, sont aussi entendus (17).

En réaction au mécontentement de la population, Park a présenté publiquement des excuses. Cependant, elles sont loin d'être satisfaisantes, et sa popularité a été entachée par le Choigate. Selon une enquête faite en novembre 2016 par Gallup Korea, sa cote de popularité, qui était de 33 % au début de septembre 2016, a chuté à 5 % à la suite des accusations. Il s'agit du taux le plus faible qu'elle ait connu depuis son arrivée à la Maison bleue. Par ailleurs, il s'agit du plus bas taux de popularité obtenu par un président sud-coréen élu démocratiquement (18).

Ce n'est pas la première fois qu'un chef d'État est associé à un imbroglio impliquant de la corruption. Depuis la première élection démocratique de la Corée du Sud, des allégations de corruption ont touché l'entourage immédiat de tous les présidents (19).




Références:

(1) MESMER, Philippe, « Corée du Sud : le Parlement vote la destitution de la présidente Park Geun-hye », Le Monde, 9 décembre 2016, [En ligne], http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2016/... (Page consultée le 4 février 2017).

(2) PARK, Chan-kyong, « Corée du Sud: manifestation massive contre la présidente », La Presse, 3 décembre 2016, [En ligne], http://www.lapresse.ca/international/asie-oceanie/... (Page consultée le 4 février 2017).

(3) PARK, Chan-kyong, « Corée du Sud: la présidente destituée par le Parlement », La Presse, 9 décembre 2016, [En ligne], http://www.lapresse.ca/international/asie-oceanie/... (Page consultée le 4 février 2017).

(4) YUN, Hwan-chae, « South Koreans protest for ninth straight weekend for Park to step down », Reuters, 24 décembre 2016, [En ligne], http://www.reuters.com/article/us-southkorea-polit... (Page consultée le 4 février 2017).

(5) LE MONDE et AFP, « Si vous n'avez rien suivi à la crise politique en Corée du Sud », 9 décembre 2016, [En ligne], http://www.lemonde.fr/international/article/2016/1... (Page consultée le 4 février 2017).

(6) Loc. cit.

(7) REUTERS, « La présidente de la Corée du Sud de plus en plus isolée par une affaire de corruption », Ici Radio-Canada, 20 novembre 2016, [En ligne], http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1001107/la-pre... (Page consultée le 4 février 2017).

(8) Loc. cit.

(9) LE MONDE et AFP, op. cit.

(10) LE MONDE et AFP, op. cit.

(11) YUN, Hwan-chae, op. cit.

(12) LE MONDE et AFP, op. cit.

(13) Loc. cit.

(14) REUTERS, « La présidente sud-coréenne destituée par le Parlement », Ici Radio-Canada, 9 décembre 2016, [En ligne], http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1004823/vote-d... (Page consultée le 4 février 2017).

(15) Loc. cit.

(16) AGENCE DE PRESSE YONHAP, « Sondage : Moon Jae-in premier pour la cinquième semaine consécutive », 6 février 2017, [En ligne], http://french.yonhapnews.co.kr/national/2017/02/06... (Page consultée le 6 février 2017).

(17) KBS WORLD RADIO, « Présidentielle 2017 : Moon Jae-in domine toujours les sondages et creuse l'écart », 7 février 2017, [En ligne], http://rki.kbs.co.kr/french/news/news_Po_detail.ht... (Page consultée le 7 février 2017).

(18) LEE, Rachel, « Park's approval rating hits record-low of 5% », The Korea Times, 4 novembre 2016, [En ligne], https://www.koreatimes.co.kr/www/news/nation/2016/... (Page consultée le 6 février 2017).

(19) PARK, Chan-kyong, « Corée du Sud: la présidente destituée par le Parlement », op. cit.

Dernière modification: 2017-02-13 07:56:43

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016