17 juillet 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

31 janvier 2017

Theresa May en Inde : un voyage qui n'impressionne pas


Audrey Anne Blanchet
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

mai
2019
Élections au Parlement européen

mai
2019
Annonce de la démission de la première ministre britannique Theresa May au Royaume-Uni

juin
2017
Réélection du Parti conservateur de Theresa May au Royaume-Uni

mars
2017
Début d’une série d’attentats terroristes au Royaume-Uni

juin
2016
Tenue d'un référendum au Royaume-Uni sur la sortie de l'Union européenne

mai
2015
Réélection du gouvernement conservateur de David Cameron au Royaume-Uni

septembre
2014
Tenue d'un référendum sur l'indépendance de l'Écosse

mai
2014
Début des élections législatives au Parlement européen

juillet
2012
Ouverture des Jeux olympiques de Londres

mai
2010
Élection au Royaume-Uni d'un gouvernement dirigé par le conservateur David Cameron

juin
2009
Début des élections législatives au Parlement européen

avril
2009
Tenue du Sommet du G20 à Londres

juillet
2007
Présentation de la journée Live Earth

juin
2007
Assermentation de Gordon Brown au poste de premier ministre du Royaume-Uni

juin
2007
Ouverture du Sommet du G8 à Heiligendamm, en Allemagne

mai
2007
Formation d'un gouvernement dirigé par Ian Paisley en Irlande du Nord

mai
2005
Réélection au Royaume-Uni d'un gouvernement travailliste dirigé par Tony Blair

juin
2004
Tenue d'élections au Parlement européen

mars
2003
Début d'une offensive militaire d'envergure en Irak

C'est en Inde que la première ministre britannique, Theresa May, a fait sa première visite internationale bilatérale hors Europe. Nouvellement en fonction depuis le 13 juillet 2016, celle-ci est allée à la rencontre du premier ministre indien, Narendra Modi, du 7 au 9 novembre 2016.

Une mission post-Brexit

Theresa May s'est rendue en Inde dans le but de renforcer les liens entre les deux pays. Cette visite, qualifiée de «trade mission (1)», s'inscrit dans le contexte post-Brexit où le Royaume-Uni tente de planifier son futur sans l'Union européenne (UE). Cette rencontre était, pour la première ministre, une occasion de redéfinir le rôle du Royaume-Uni sur la scène internationale et aussi de sonder les perspectives économiques et diplomatiques hors Europe (2).

La première ministre s'est dirigée à New Dehli, afin de participer au «India UK Tech Summit», puis à Bangalore, avec comme ligne directrice les possibilités de libre-échange (3). Précisément, les discussions portaient sur les transferts technologiques, l'amélioration des compétences, les contrats de défense ainsi que la suppression des barrières aux entreprises britanniques oeuvrant dans le créneau des services (4).

À cette occasion, plusieurs annonces ont été faites. D'abord, le Royaume-Uni investira 120 millions de livres sterling, sur une période de 10 ans, dans les infrastructures aérospatiales indiennes (5). Cela permettra de mettre en valeur la technologie britannique et la fabrication indienne (6). Aussi, quatre nouveaux types d'obligations, d'une valeur d'environ 600 millions de livres sterling, seront cotés à Londres. Ces investissements serviront à financer des infrastructures routières, ferroviaires et énergétiques en Inde (7). D'autre part, Mme May a annoncé un partenariat urbain entre les deux pays afin de développer des villes intelligentes en Inde (8). Enfin, elle a annoncé un nouveau régime pour faciliter les voyages, et non les visas, des hommes d'affaires indiens au Royaume-Uni (9).

Malgré ces annonces, c'est une toute autre question qui a retenu l'attention des médias : les visas d'immigration. Cette question a causé certaines frictions dès le début de la rencontre. Le premier ministre indien souhaite un assouplissement des mesures imposées aux Indiens entourant les visas d'étudiants et d'affaires. Selon Narendra Modi, cette question sera déterminante dans les relations qu'entretiennent les deux pays (10). Cependant, Mme May estime que les mesures entourant les visas sont souples et le système adéquat (11).

Peu d'enchantement pour cette première visite

La visite de la première ministre britannique ne semble avoir suscité ni enthousiasme ni indifférence. Les importantes annonces d'investissements et de partenariats ont resté dans l'ombre face à la question sur l'immigration. Effectivement, la question des visas d'immigration a grandement intéressé la presse en raison de la position rigide de Theresa May. Cette question a d'ailleurs fait les manchettes à plusieurs reprises: «Theresa May refuses to act to stop drastic fall in number of Indian students coming to the UK (12) » (The Independent), «May: More visas if India takes back over-stayers (13) » (The Daily Telegraph), ou encore « Theresa May says UK will not raise visa quota for Indian nationals (14) » (The Guardian).

Cependant, cette rigidité ne semble pas avoir été critiquée durement. Ni négativement ni positivement. À l'exception de quelques commentaires, tels que celui du Daily Telegraph qui estime que Theresa May a eu raison de maintenir sa position, la presse britannique semble plutôt été demeuré neutre face à cette première visite bilatérale hors Europe (15). Toutefois, des médias ont rapporté l'inquiétude que certains ressentent face à l'inflexibilité de la première ministre. Selon eux, cette inflexibilité pourrait nuire aux efforts déployés afin de conclure un éventuel accord commercial post-Brexit (16).

Bref, cette quasi absence de critiques se traduit dans les sondages d'intentions de vote qui placent toujours le Parti conservateur en tête, sans toutefois qu'il ait une hausse ou une baisse significative (17). Preuve que les efforts déployés par la première ministre conservatrice n'ont pas eu réellement d'impact sur l'opinion publique.

Enfin, l'intention de la première ministre de redéfinir le rôle du Royaume-Uni, en le présentant comme fort et champion du libre-échange, n'aura peut-être pas eu l'effet escompté. Cela poussera-t-il Mme May à ajuster sa façon de faire? À cet égard, il sera intéressant de voir comment celle-ci maniera l'ensemble de la situation post-Brexit.




Références:

(1) GOV.UK, India-UK Tech Summit: Prime Minister's speech, 7 novembre 2016, https://www.gov.uk/government/speeches/india-uk-te... (28 janvier 2017).

(2) AGERHOLM, Harriet, «UK trade with India to suffer 'double hit' after Brexit says business chief», The Independent, 5 novembre 2016, http://www.independent.co.uk/news/uk/home-news/uk-... (28 janvier 2017).

(3) PICKARD, Jim et Kiran STACEY, «Immigration dominates Theresa May's trade mission to India», Financial Times, 7 novembre 2016, https://www.ft.com/content/35094156-a4d4-11e6-8898... (28 janvier 2017).

(4) Loc. cit.

(5) GOV.UK, Prime Minister visits aerospace company in Bangalore to welcome UK-India deal worth £120 million, 8 novembre 2016, https://www.gov.uk/government/news/prime-minister-... (28 janvier 2017). MERRICK, Rob, « Theresa May says India has to 'take back' its nationals from Britain before it is given more visas», The Independent, 7 novembre 2016, http://www.independent.co.uk/news/uk/politics/ther... (28 janvier 2017).

(6) GOV. UK, Prime Minister visits aerospace company in Bangalore to welcome UK-India deal worth £120 million, op. cit.

(7) MERRICK, Rob, op. cit.

(8) WATTS, Joe, « Theresa May refuses to act to stop drastic fall in number of Indian students coming to the UK», The Independent, 7 novembre 2016, http://www.independent.co.uk/news/uk/politics/ther... (28 janvier 2017).

(9) Loc. cit.

(10) MCCANN, Kate, « May: More visas if India takes back over-stayers», The Daily Telegraph, 8 novembre 2016, p.4.

(11) WATTS, Joe, op. cit.

(12) Loc. cit.

(13) MCCANN, Kate, op. cit.

(14) ASTHANA, Anushka, « Theresa May says UK will not raise visa quota for Indian nationals», The Guardian, 7 novembre 2016, https://www.theguardian.com/world/2016/nov/06/uk-w... (28 janvier 2017).

(15) S.A., «Stay firm on visas», The Daily Telegraph, 8 novembre 2016, p. 17.

(16) S.A., «Stay firm on visas», The Daily Telegraph, 8 novembre 2016, p. 17. MERRICK, Rob, op. cit.

(17) UK POLLING REPORT, Voting Intention, 12 janvier 2017 http://ukpollingreport.co.uk/voting-intention-2 (28 janvier 2017).

Dernière modification: 2017-02-06 07:38:56

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Le Brexit fera t-il tomber Theresa May?
>février 2019


Baisse du taux de chômage au Royaume-Uni : une bonne nouvelle?
>janvier 2019


Glasgow, la ville trouble
>janvier 2019


Après le Brexit, l'Afrique est dans la mire des Britanniques
>octobre 2018


Il y a 40 ans : Amnistie internationale décrochait le prix Nobel de la paix
>mars 2018


D'Hollywood à Westminster : l'internationalisation d'un mouvement
>novembre 2017


Brexit : dur divorce au sein de l'Europe
>octobre 2017


Des élections crève-cœur pour le Parti national écossais
>octobre 2017


Martin McGuinness provoque un bouleversement politique en Irlande du Nord
>mars 2017


20 ans plus tard : l'héritage contrasté de Tony Blair à la tête du Royaume-Uni
>février 2017


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019