Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

18 février 2019

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

28 janvier 2017

L'avenir incertain de l'Obamacare


Gilles Vandal
historien,
Ph.D.
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Balado: Le monde en perspective




Nouveauté. Écoutez en baladodiffusion les rencontres qu'animent les professeures Isabelle Lacroix et Karine Prémont sur des questions qui touchent les enjeux démocratiques, les relations internationales ou les modes de scrutin. Des rencontres de 20 minutes dans un style simple et ouvert avec des spécialistes, des personnes présentes sur le terrain et aussi des étudiantes et étudiants de second cycle.

Au fil du temps

novembre
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

juillet
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

juin
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

mars
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

décembre
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

septembre
2017
Ouragans sur les Caraïbes

août
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

janvier
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

janvier
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

novembre
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

septembre
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

juin
2016
Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

mars
2016
Début de la visite du président américain Barack Obama à Cuba

janvier
2016
Dévoilement de données confirmant l'établissement d'un record de chaleur en 2015

octobre
2015
Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

décembre
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

novembre
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

septembre
2014
Tenue d'une marche en faveur de la lutte aux changements climatiques

novembre
2012
Réélection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

La loi assurant aux Américains l'accès à des soins universels de santé à un coût moindre fut la pièce maîtresse de l'héritage politique de Barack Obama. En 2010, les membres républicains du Congrès ont voté unanimement contre l'adoption de cette politique. De plus, ils n'ont pas hésité à affubler ce programme du nom d'Obamacare. Le nom est resté.

En dépit de certains ratés très médiatisés, l'Obamacare représente globalement un très grand succès. Le programme fait beaucoup plus que de fournir une couverture d'assurance-maladie à plus de 20 millions d'Américains. Il affecte l'ensemble des régimes d'assurance-maladie aux États-Unis.

En plus d'assurer l'égalité entre femmes et hommes dans le partage des coûts d'une couverture d'assurance-maladie, le programme a aussi permis à des millions de jeunes de continuer d'être couverts jusqu'à 26 ans par les assurances de leurs parents. De plus, il empêche les compagnies d'assurance de refuser une couverture aux personnes affectées par des conditions préexistantes ou de leur demander de payer plus cher leur assurance.

Par ailleurs, l'Obamacare a apporté plusieurs changements au programme de Medicare. Par exemple, il garantit à 57 millions de personnes âgées, ainsi qu'aux personnes handicapées, l'obtention à moindre coût des médicaments sur ordonnance.

De plus, le programme permet à des dizaines de millions d'Américains d'obtenir gratuitement des contraceptifs, des mammographies, des coloscopies et des tests de cholestérol. Les petites entreprises sont aussi assurées de ne pas payer de primes plus élevées pour couvrir leurs travailleurs plus âgés ou plus malades.

Finalement, l'Obamacare a aussi généré un meilleur contrôle des frais chargés par les hôpitaux ou autres fournisseurs pour dispenser des soins de santé. L'agence du revenu américain estime l'économie ainsi réalisée annuellement à 80 milliards de dollars.

Mais en dépit des succès de l'Obamacare, les républicains sont toujours déterminés à abroger le programme. Influencée par une vision idéologique plus axée sur le marché et opposée à un programme public de santé dirigé par Washington, l'opposition républicaine demeure aujourd'hui toujours aussi virulente.

Donald Trump avait promis lors de la campagne présidentielle de faire de l'abrogation de l'Obamacare une priorité. Aussi, sa première action, après son assermentation, a consisté à signer un ordre exécutif visant à annuler le programme. Ce faisant, le nouveau président démontrait la volonté des républicains de répondre aux demandes de leurs électeurs.

Néanmoins, la promulgation d'un ordre exécutif ne signifie pas la fin d'Obamacare. L'abrogation du programme doit être entérinée par une loi du Congrès. En effet, pour modifier le volet réglementaire d'Obamacare, les républicains ont besoin, selon les règles du filibuster, de 60 votes au sénat. Ils ne disposent que de 52 sénateurs. Ils ont donc besoin de l'appui de certains démocrates. La partie est donc loin d'être gagnée.

Mais l'abrogation pourrait s'avérer la tâche la plus facile. Or, une simple abrogation n'est pas véritablement une option pour les républicains. Le démantèlement d'Obamacare, sans un plan de remplacement, signifierait inévitablement des primes plus élevées pour la grande majorité des Américains, en plus de laisser des dizaines de millions d'Américains plus pauvres sans assurance. De plus, des millions de travailleurs devraient payer de nouveau pour l'obtention de contraceptifs, de coloscopies ou de mammographies.

Les républicains doivent donc composer avec la nouvelle réalité mise en place par Obamacare. La question fondamentale ne porte pas donc sur l'abrogation, mais sur la façon de remplacer le programme. Cette deuxième tâche est beaucoup plus compliquée, d'autant plus que les républicains n'ont pas établi de consensus sur plan alternatif.

Sur cette question, les républicains ne peuvent pas véritablement compter sur la collaboration des démocrates. Avant son départ, le président Obama a envoyé un message clair aux sénateurs et représentants démocrates au Congrès. Il les a exhortés à ne pas aider les républicains à définir un plan alternatif à l'Obamacare. Plus encore, il a lancé l'idée que les démocrates affublent tout nouveau plan de remplacement du nom de Trumpcare.

S'ils en rêvaient depuis des années, plusieurs sénateurs et représentants républicains sont devenus très nerveux face à une abrogation rapide d'Obamacare. D'ailleurs, les démocrates les ont mis fortement en garde contre le chaos qu'une abrogation inconsidérée produirait inévitablement.

Les démocrates ne sont pas seuls à avoir prévenu les républicains. De nombreux experts en santé les ont aussi avertis sur l'incertitude que le débat entourant l'abrogation de l'Obamacare va créer. Les compagnies d'assurance seront alors tentées de se retirer du marché ou de refuser de couvrir des millions de personnes. Par ailleurs, les républicains risquent de s'entredéchirer sur un carrousel de propositions de remplacement.

Aussi, bien qu'ils soient désireux de plaire à leur base partisane, les législateurs républicains ne veulent pas être blâmés par des manchettes de journaux titrant comment une abrogation inconsidérée de l'Obamacare a laissé des millions de personnes sans assurance. Ces premiers signes d'angoisse préfigurent un conflit majeur au sein du parti républicain.

Entre-temps, les démocrates fourbissent leurs armes. Cherchant à faire de tout remplacement de l'Obamacare un exercice purement partisan républicain, les démocrates sont aussi déterminés à faire porter par les républicains la responsabilité totale du chaos éventuel généré par l'abrogation du programme. La question du système de santé risque fort d'être au centre des élections de mi-mandat de 2018 que les démocrates comptent bien de gagner.



Dernière modification: 2017-01-30 09:20:57

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

For the land of the free...mais l'est-ce vraiment?
>février 2019


Fahrenheit 11/9 : Michael Moore manque de nouveau la cible avec son plus récent documentaire
>janvier 2019


Un véritable tsunami démocrate
>décembre 2018


Les États-Unis suffoquent sous la dette
>novembre 2018


Le retour de Mitt Romney, républicain anti-Trump
>novembre 2018


Une dangereuse transformation de la politique américaine?
>novembre 2018


Charlottesville : un rassemblement suprémaciste blanc qui a fini en drame
>octobre 2018


Le plus atypique de tous les présidents américains
>octobre 2018


Cinquante ans plus tard: retour sur l'élection de 1968 et la présidence de Richard Nixon
>octobre 2018


Au-delà du nationalisme économique de Trump
>septembre 2018


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016