Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

12 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

24 January 2017

Le Suriname : une démocratie en évolution


Bianka Carrière
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

En 1986, éclatait la guerre civile au Suriname, un petit pays d'Amérique du Sud. Son souvenir est lointain, d'une part parce qu'elle a été courte, mais aussi parce que, 30 ans plus tard, le pays a fait des progrès, notamment sur le plan démocratique.

Guerre civile au Suriname : un conflit identitaire

Il y a 40 ans, le 25 novembre 1975, le Suriname devient souverain en obtenant son indépendance complète des Pays-Bas (1). Cette indépendance ne plaît pas à toute la population nouvellement souveraine et maître sur ses terres.

La population surinamaise est très diversifiée au niveau culturel et ethnique, ce qui induit des inégalités et une grande divergence d'idées au niveau politique. L'indépendance du Suriname réjouit la population créole alors que, de l'autre côté, elle inquiète de façon significative la population hindoue et javanaise qui y est respectivement opposée à 84 % et 71 % (2). Les hindous et les Javanais ont peur de se faire dominer par la population créole et d'être grandement désavantagés économiquement par les élections. Ceux-ci ne se reconnaissent pas dans d'un Suriname indépendant et ne croient pas que l'ancienne colonie réussira à remonter la pente pour devenir un pays souverain viable (3).

Les tensions et conflits au sein de la population surinamaise se font de plus en plus importantes et le pays devient vite ingouvernable. Le gouvernement civil de Henck Arron ne suffit pas à la tâche. En 1980, devant l'inefficacité du gouvernement en place, Désiré Bouterse provoque un coup d'État. Il devient le leader de la nation suriname en plus de diriger l'armée et la police (4). Bouterse ne dirige cependant le pays que 2 fois entre 1980 et 1987, et ce, pour une durée de quelques jours. Il nomme des dirigeants à sa place, tout en gardant l'emprise sur le gouvernement.

Près de 10 ans après l'indépendance, en 1986, une guerre civile éclate au Suriname (5). Une lutte identitaire entre la population de la région fluviale du Maroni et le pouvoir de la côte du Suriname vient fragmenter l'identité nationale (6). La guerre prendra fin en 1992. Sous un vent de panique, plusieurs milliers de gens ont fui le Suriname, mais finalement, le bilan en pertes humaines est faible, le conflit ayant fait peu de victimes (7). Par contre, sous un autre aspect, la guerre civile a touché plus durement le pays au niveau de sa stabilité politique, économique et sociale. Le Suriname est alors aux prises avec des problèmes importants de violence, de corruption, de trafic de drogues et d'armes, d'abus de pouvoir et de tensions interethniques (8).

De dictature militaire à démocratie : un pays qui progresse à son rythme

Après l'indépendance, le coup d'État de 1980 et durant la guerre civile, la population du Suriname a vu passer plusieurs gouvernements. De plus, le pays est toujours aussi fragile économiquement puisqu'il dépend beaucoup du secteur minier (9). Malgré tout, il a réussi à progresser vers une meilleure condition au niveau social et démocratique. En 1987, le Suriname adopte sa nouvelle Constitution qui permet de restaurer la démocratie par un gouvernement civil et de déclencher des élections (10).

Le leader du coup d'État de 1980, Désiré Bouterse, qui détient toujours une emprise sur le gouvernement, accepte de signer une entente avec ses adversaires politiques par laquelle ils acceptent de respecter les résultats de l'élection (11). Président depuis 2010, et pour un deuxième mandat en 2015, Bouterse est élu par la population surinamaise qui voit en lui un dirigeant capable de maintenir le pays à flot et même de progresser.

Selon la revue The Economist, l'indice global de démocratie pour le Suriname, en 2015, était de 6,77 sur 10 (10 sur 10 étant une démocratie parfaite) (12). En 2015, The Economist rapportait que le meilleur indice était de 9,93 et le pire de 1,08; le Suriname se classe donc tout de même bien mondialement. De plus, l'indice du pays est en constante augmentation depuis 2006, passant de 6,52 à 6,77 (13).

Le Suriname n'a pas seulement fait des progrès au niveau démocratique, mais également au niveau social. On peut le constater, entre autres, en regardant le degré de liberté de presse, car cet indice nous permet d'avoir une vue d'ensemble du niveau de liberté d'expression tolérée au pays. Malgré qu'une loi, en vigueur présentement au pays, condamne à un emprisonnement de 7 ans toute personne publiant toute forme d'expression publique de haine, très peu d'attaques sont faites contre les journalistes (14). En dépit du passé politique du président actuel du Suriname, le pays a tout de même eu et continue d'avoir, sous sa gouverne, une progression au niveau démocratique et social.




Références:

(1) Facts on File World News Digest. « Country profil: Suriname », Infobase Learning, (2017), [en ligne], http://wnd.infobaselearning.com.ezproxy.usherbrook... (consulté le 16 janvier 2017).

(2) VAN HENGEL, Guido. « Historich Nieuwsblad : Suriname 40 ans d'indépendance », Historisch (décembre 2015), [en ligne], https://translate.google.ca/translate?hl=fr&sl=nl&... (consulté le 16 janvier 2016).

(3) Loc. cit.

(4) Facts on File World News Digest. « Country profil: Suriname », Infobase Learning, (2017), [en ligne], http://wnd.infobaselearning.com.ezproxy.usherbrook... (consulté le 16 janvier 2017).

(5) Loc. cit.

(6) LÉZY, Emmanuel. « L'Amazonie, un demi-siècle après la colonisation », Paris, Éditions Quae, (2010), pages 111-124. (consulté le 16 janvier 2017).

(7) Loc. cit.

(8) Loc. cit.

(9) Loc. cit.

(10) Facts On File World News Digest. « Suriname: Constitution Approved », Infobase Learning, (9 Oct. 1987), [en ligne], http://wnd.infobaselearning.com.ezproxy.usherbrook... (consulté le 20 janvier 2017).

(11) Loc. cit.

(12) The Economist. « Démocratie : indice global, Suriname », dans Perspective Monde (Université de Sherbrooke), 24-01-2017), [en ligne], http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BM... (consulté le 24 janvier 2017).

(13) Loc. cit.

(14) Reporters sans frontières. « Surinam », (2016), [en ligne], https://rsf.org/fr/surinam, (consulté le 23 janvier 2017).

Dernière modification: 2017-02-27 13:13:50

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016