20 juin 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

6 décembre 2016

Le commerce de l'ivoire : un danger pour les éléphants


Jessica Dionne
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

octobre
1997
Tenue d'un référendum constitutionnel au Botswana

juillet
1980
Décès du président botswanais Seretse Khama

En Afrique, un des produits grandement utilisés pour le commerce est l'ivoire. L'ivoire est décrit comme une substance « osseuse, particulièrement dure, qui constitue les dents (ou défenses) de l'éléphants et de quelques autres animaux [...] (1) ». D'autre part, ce commerce met les éléphants en voie d'extinction. Ce constat fut fait lors du Congrès mondial de la nature qui s'est tenu à Hawaï en septembre 2016. À titre d'exemple, entre 2007 et 2014, le nombre d'éléphants a chuté de 30 % et «ce déclin s'accélère, pour atteindre désormais un taux de 8 % par an (2). »

Une mobilisation mondiale

Face à cette situation, la position de la communauté internationale est presque unanime. C'est lors du dernier Congrès mondial de la nature, qui a été organisé par l'Union internationale pour la conservation de la nature, que les responsables gouvernementaux présents sur place ont déclaré qu'il fallait stopper le commerce de l'ivoire, dans tous les marchés domestiques. Cette décision a été rendue publique dans un texte qui « exhorte les gouvernements des pays concernés par le commerce national d'ivoire à prendre toutes les mesures législatives et réglementaires pour l'arrêter (3) ». À ce sujet, la Chine et les États-Unis, malgré le fait qu'ils fassent partie des plus gros consommateurs d'ivoire, se sont prononcés pour l'interdiction. Par contre, le Japon et la Namibie, chez qui le marché de l'ivoire intérieur est en pleine expansion, ont déposé plusieurs amendements dans le but de ne pas l'interdire entièrement, mais sans succès (4).

Une discussion internationale sur le sujet était nécessaire. Ce qui explique l'existence de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES), un accord international entre États qui a « pour but de veiller à ce que le commerce international des spécimens d'animaux et de plantes sauvages ne menace pas la survie des espèces auxquelles ils appartiennent (5) ». Celui-ci avait interdit en 1989 le commerce de l'ivoire d'éléphant sur le continent africain. Malgré cela, le braconnage est toujours très élevé, particulièrement au Mozambique, en Angola et en Tanzanie. Au Congo, en Zambie et au Cameroun, c'est le risque d'extinction locale complète (6).

La décision a été officialisée lors de la conférence de la CITES, toujours en septembre 2016, qui s'est tenue en Afrique du Sud, à Johannesburg (7). C'est lors de cette conférence que les délégués présents ont officiellement refusé la reprise du commerce de l'ivoire demandée par le Zimbabwe et la Namibie. Ces pays souhaitaient pouvoir continuer à exporter leur ivoire, tout en veillant à sauvegarder les éléphants. Toutefois, la fermeture de tous les marchés intérieurs d'ivoire peut permettre d'aider à la lutte au braconnage. Il faut toutefois noter que la résolution de la CITES n'est pas considérée comme juridiquement contraignante. Autrement dit, les pays ne sont pas obligés de s'y plier. Mais il faut bien sûr prendre en compte l'opinion de la communauté internationale et l'importance des relations avec les autres pays (8).

En Afrique plus précisément, les avis sur la question des moyens de lutte contre le braconnage et sur celle du commerce de l'ivoire en général divergent. Bien que le commerce soit techniquement interdit depuis 1989, certains pays ont obtenu une autorisation exceptionnelle de vendre leurs stocks d'ivoire à l'Asie en 1997 et en 2000, soit la Namibie, le Zimbabwe, l'Afrique du Sud et le Botswana. Ce sont surtout les pays du centre et de l'est du continent qui ont perdu la très grande majorité de leur population d'éléphants. Or, malgré le fait que le Botswana abrite le plus grand nombre d'éléphants du continent, Tshekedi Kharma, le ministre de la Vie sauvage, a déclaré que dans « le passé, nous avons toujours soutenu des ventes occasionnelles d'ivoire, mais c'est fini car cela ne fait en réalité qu'alimenter la demande (9) ».

C'est davantage les pays se situant dans le sud du continent africain qui désirent continuer à commercialiser l'ivoire. Tel que l'a déclaré Oppah Muchinguri, la ministre de l'Environnement du Zimbabwe, « [c]hez nous, il y a beaucoup d'éléphants, et c'est une décision injuste, car nous avons besoin de l'argent de la vente pour financer la protection des animaux et aider nos communautés locales (10) ». Celle-ci a également dénoncé ce qu'elle considère de l'influence occidentale : les « ONG des pays riches n'ont pas à nous dire ce que nous devons faire avec nos éléphants, et si le Kenya ou d'autres pays africains veulent qu'on leur montre comment mieux protéger les leurs, on le fera avec plaisir (11) ! »

Un trafic illégal problématique

Malgré la réglementation internationale en vigueur, il reste toujours le problème du trafic illégal d'ivoire, trafic qui est par ailleurs florissant. Selon une étude de l'université de Washington, présentée lors de la conférence annuelle de l'American Association for the Advancement of Science (AAAS), ce trafic est concentré géographiquement sur deux régions du continent. Il s'agit d'une zone normalement protégée se situant entre le Congo, le Cameroun et le Gabon, ainsi qu'en Afrique de l'Est. Il s'agit de plus d'un trafic très réglementé, contrôlé par quelques barons seulement (12).

L'Asie y joue par ailleurs un rôle, encouragée par le fait d'avoir pu se procurer près de 108 tonnes d'ivoire lors de l'autorisation qui avait été fournie en 1997 et 2000. Qui plus est, selon la directrice pour la France et l'Afrique francophone du Fonds international pour la protection des animaux (IFAW), nous assistons à « l'émergence d'une classe moyenne de Chinois dotés d'un fort pouvoir d'achat [et cela] a entraîné la mise en place de réseaux criminels d'exportation d'ivoire, dont la Chine est le principal débouché (13) ». L'Afrique n'arrive pas à freiner le phénomène (14). La Coalition pour l'éléphant d'Afrique, qui regroupe une trentaine de pays africains, a également dénoncé la position de la Commission européenne. Cette position consiste à assouplir l'embargo mondial sur le trafic d'ivoire. La Coalition y voit une contradiction entre le désir de se montrer intransigeante envers les trafiquants tout en permettant des exemptions pour certains pays (15).

Ainsi, malgré des réglementations, la question du commerce d'ivoire est encore loin d'être réglée. Et si des mesures ne sont pas prises rapidement, l'extinction des éléphants pourrait devenir réalité, selon les conclusions du plus récent Congrès mondial de la nature (16).




Références:

(1) Dictionnaire Larousse. Ivoire, http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/ivoire/44591, page consultée le 28 novembre 2016

(2) LE HIR, Pierre. « L'inexorable déclin des éléphants d'Afrique », Le Monde Biodiversité, 2 septembre 2016, http://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2016/09... page consultée le 28 novembre 2016

(3) La Croix, avec la collaboration de l'AFP. « Un appel planétaire contre le commerce d'ivoire », 11 septembre 2016, http://www.la-croix.com/Monde/Afrique/Un-appel-pla... page consultée le 28 novembre 2016

(4) La Croix, op. cit.

(5) Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction. https://www.cites.org/fra/disc/what.php, page consultée le 5 décembre 2016

(6) RFI Afrique. « Environnement : vers la fin du commerce d'ivoire d'éléphant? », 11 septembre 2016, http://www.rfi.fr/science/20160911-commerce-ivoire... page consultée le 28 novembre 2016

(7) La Croix, op. cit.

(8) BBC Afrique. « Commerce d'ivoire : la CITES dit non », 3 octobre 2016, http://www.bbc.com/afrique/region-37543398, page consultée le 28 novembre 2016

(9) HERVIEU, Sébastien. « Le commerce de l'ivoire divise les pays africains », Le Monde Planète, 4 octobre 2016, http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/10/04/l... page consultée le 28 novembre 2016

(10) Ibid.

(11) Ibid.

(12) Le Monde Afrique, avec la collaboration de l'AFP. « Le trafic d'ivoire en Afrique très concentré et contrôlé par quelques barons », 25 février 2016, http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/02/15/l... page consultée le 28 novembre 2016

(13) LE HIR, Pierre. Op. Cit.

(14) HERVIEU, Sébastien. « Le commerce de l'ivoire divise les pays africains », Le Monde Planète, 4 octobre 2016, http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/10/04/l... page consultée le 28 novembre 2016

(15) L'Express. « Trafic d'ivoire : 30 pays africains critiquent la position de l'Europe », 7 juillet 2016, http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/traf... page consultée le 28 novembre 2016

(16) LE HIR, Pierre. Op. Cit.

Dernière modification: 2016-12-12 07:42:59

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Le Botswana et les diamants : une économie qui brille sur la scène internationale
>septembre 2018


Présidence de Ian Khama : un succès démocratique pour le Botswana
>février 2018


Le commerce de l'ivoire : un danger pour les éléphants
>décembre 2016


Le VIH/Sida : est-il trop tard pour les Botswanais ?
>février 2016


Un exemple de démocratie en Afrique australe
>octobre 2009


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016