Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

18 janvier 2019

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

24 janvier 2017

Shimon Pérès : un bilan ambigu


Clémence Pavic
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

décembre
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

mars
2015
Élections législatives en Israël

août
2014
Annonce d'un cessez-le-feu mettant fin à un conflit dans la bande de Gaza

janvier
2014
Décès de l'ex-premier ministre israélien Ariel Sharon

janvier
2013
Élections législatives en Israël

novembre
2012
Annonce d'un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas

janvier
2009
Intervention militaire israélienne dans la bande de Gaza

juillet
2006
Début d'un conflit entre le Hezbollah et Israël dans le sud du Liban

janvier
2003
Tenue d'élections législatives en Israël

février
2001
Élection en Israël d'un gouvernement dirigé par Ariel Sharon

septembre
2000
Début d'un deuxième soulèvement (intifada) en Palestine

octobre
1998
Signature des accords de Wye Plantation entre Israël et l'Autorité nationale palestinienne

novembre
1995
Assassinat du premier ministre israélien Yitzhak Rabin

septembre
1993
Signature d'un accord de paix israélo-palestinien à Washington

mars
1992
Attentat contre l'ambassade d'Israël en Argentine

décembre
1987
Début d'un soulèvement dans la bande de Gaza et en Cisjordanie

septembre
1984
Formation en Israël d'un gouvernement d'union nationale dirigé par Shimon Peres

juin
1982
Déclenchement de l'offensive israélienne « Paix en Galilée » au Liban

septembre
1978
Signature des accords de camp David entre Israël et l'Égypte

Éminente figure sur la scène politique israélienne et internationale, Shimon Pérès s'est éteint le mercredi 28 septembre 2016, à Tel Aviv. Celui qui fut prix Nobel de la paix en 1994, président d'Israël ainsi que plusieurs fois premier ministre et ministre, a succombé, à l'âge de 93 ans, des suites d'un sévère accident vasculaire cérébral (1).

Une carrière politique riche et mouvementée

Shimon Pérès est né en Pologne en 1923, dans la petite ville de Wiśniew. À l'âge de 11 ans, il émigre avec sa famille à Tel Aviv, en Palestine mandataire. À partir de 1941, il rejoint le mouvement de jeunesse socialiste et sioniste (2), où il milite pour redonner au peuple juif un territoire en terre d'Israël.

Le 14 mai 1948, la création de l'État d'Israël est proclamée. Quelques années plus tard, en 1953, Pérès est nommé directeur général du ministère de la Défense. Dans le cadre de ses fonctions, il contribue de manière prépondérante à ce qu'Israël détienne la puissance nucléaire. Toutefois, la détention de cette technologie ne sera jamais confirmée ni infirmée par les autorités israéliennes. À partir des années 1960, sa carrière politique s'accélère puisqu'il devient successivement : vice-ministre de la Défense, ministre de l'Immigration, des Transports et des Communications, de l'Information, de la Défense, des Affaires étrangères et des Finances (3). Il est également nommé premier ministre à deux reprises et accède à la fonction de président d'Israël de 2007 jusqu'en 2014. Pendant près de 70 ans, Pérès demeure un acteur omniprésent sur la scène politique israélienne.

À l'international, on se souvient de lui pour sa contribution aux accords d'Oslo de 1993 pour la paix. Alors ministre des Affaires étrangères, il reçoit le prix Nobel de la paix avec le premier ministre israélien, Yitzhak Rabin, et le représentant de l'Autorité palestinienne, Yasser Arafat, pour les négociations de paix entre Israël et la Palestine.

Les funérailles, qui ont eu lieu le 30 septembre, ont réuni des dizaines de dirigeants du monde entier au cimetière national du mont Herzl, à Jérusalem (4). Entre autres, le président américain Barack Obama et l'ex-président Bill Clinton se sont rendus aux obsèques pour un dernier hommage à Pérès. Autre élément important, le premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, et le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, « se sont longuement serré la main et ont échangé quelques mots vendredi avant les funérailles (5) ».

Homme de paix ou criminel de guerre ?

L'ancien homme d'État israélien est souvent perçu comme un homme de paradoxes et les opinions sont divergentes à son sujet (6). Pour plusieurs analystes, il symbolise l'espoir de paix qu'a connu le Moyen-Orient au moment des accords d'Oslo afin d'instaurer la paix entre Israël, la Palestine et le reste des pays arabes voisins (7). Lors des obsèques du prix Nobel de la paix, Bill Clinton a décrit celui avec qui il avait travaillé sur les fameux accords comme un homme « rêveur » et « optimiste » (8).

Toutefois, bien que souvent décrit comme un homme en faveur de la justice et d'une autonomie palestinienne, Pérès est aussi décrié pour ses nombreuses contradictions. Sioniste convaincu, il s'est longtemps battu pour un la création d'un État israélien fort et sécuritaire. En tant qu'architecte du programme militaire nucléaire israélien, il est parvenu à faire d'Israël une puissance militaire incontournable au sein de l'espace moyen-oriental.

Certains analystes soulignent son paradoxe, soit d'avoir promu la paix dans la région tout en ayant, en même temps, contribué à doter son pays de l'arme atomique (9). Plusieurs observateurs vont même jusqu'à juger l'ancien homme d'État israélien comme un criminel de guerre (10). Ils dénoncent notamment son implication dans les attaques de 1996 dans un village du sud du Liban, ayant fait plus d'une centaine de victimes, ainsi que le soutien qu'il a apporté à l'édification du « mur de séparation », à Jérusalem-Est.

Malgré les tensions persistantes entre Israël et ses voisins arabes, le représentant de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a présenté ses condoléances à la famille de Pérès. Il a souligné le rôle de l'ancien homme d'État israélien dans les accords d'Oslo, rappelant qu'il fut « un dirigeant courageux s'étant consacré à instaurer la paix jusqu'à son dernier jour (11) ».




Références:

(1) GARCIA, Feliks et Bethan MCKERNAN. « Former Israeli President Shimon Peres dies at 93 after suffering stroke », The Independent UK, 29 septembre 2016, [En ligne], http://www.independent.co.uk/news/people/shimon-pe... (Page consultée le 15 janvier 2017).

(2) GLOBES. « Shimon Peres dies », Globes Israel Business News, 28 septembre 2016, [En ligne], http://www.globes.co.il/en/article-shimon-peres-di... (Page consultée le 15 janvier 2017).

(3) BERGER, Marilyn. « Shimon Peres, an enduring pillar from Israel's founding era, dies at 93 », New York Times, 27 septembre 2016, [En ligne], https://www.nytimes.com/2016/09/28/world/middleeas... (Page consultée le 15 janvier 2017).

(4) CESANA, Shlomo. « Dozens of world leaders arrive in Israel for Peres funeral », Israel Hayom, 29 septembre 2016, [En ligne], http://www.israelhayom.com/site/newsletter_article... (Page consultée le 20 janvier 2017).

(5) DELTEIL, Guilhem. « Israël : le cercueil de Shimon Peres a été mis en terre à Jérusalem », RFI, 30 septembre 2016, [En ligne], http://www.rfi.fr/moyen-orient/20160930-israel-shi... (Page consultée le 15 janvier 2017).

(6) DUTTON, Jane. « Shimon Peres : Man of Peace or war criminal? », Al Jazeera, 28 septembre 2016, [En ligne], http://www.aljazeera.com/programmes/insidestory/20... (Page consultée le 15 janvier 2017).

(7) HAGOPIAN, Harry. « Shimon Peres : loser, schemer or romantic ? », Al Jazeera, 3 octobre 2016, [En ligne], http://www.aljazeera.com/indepth/opinion/2016/10/s... (Page consultée le 15 janvier 2017).

(8) REUTERS. « Shimon Pérès : dernier hommage à Jérusalem », Le Monde, 30 septembre 2016, [En ligne], http://www.lemonde.fr/proche-orient/video/2016/09/... (Page consultée le 15 janvier 2017).

(9) HAGOPIAN, Harry, op. cit.

(10) DUTTON, Jane, op. cit.

(11) SIRYOTI, Daniel. « In surprising snub, no Arab leader will attend Peres' funeral », Israel Hayom, 29 septembre 2016, [En ligne], http://www.israelhayom.com/site/newsletter_article... (Page consultée le 20 janvier 2017).

Dernière modification: 2017-01-30 07:55:27

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Israël : quand la gauche chute à droite
>mars 2018


Israël : un pays de contrastes socio-économiques
>janvier 2018


Avi Gabbay : rejoindre des votes de centre-droit avec un parti de gauche
>janvier 2018


Conflit syrien : rencontre entre la Russie et Israël
>octobre 2017


Crise identitaire à l'UNESCO
>octobre 2017


Shimon Pérès : un bilan ambigu
>janvier 2017


Réconciliation à intérêts partagés entre Israël et la Turquie
>septembre 2016


Le Foyer juif brouillera-t-il les cartes aux élections israéliennes ?
>février 2015


La place de l'or bleu dans le conflit israélo-palestinien
>février 2015


Cessez-le-feu entre Israël et la Palestine : du déjà-vu...
>octobre 2014


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016