20 octobre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

29 novembre 2016

La situation amazonienne: un éternel débat entre environnement et économie


Katherina Tétreault
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

octobre
2018
Élection de Jair Bolsonaro à la présidence du Brésil

avril
2018
Arrestation de l’ex-président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva

août
2016
Destitution de la présidente brésilienne Dilma Rousseff

août
2016
Ouverture des Jeux olympiques de Rio de Janeiro

octobre
2014
Réélection de Dilma Rousseff à la présidence du Brésil

juin
2013
Manifestations d'envergure au Brésil

octobre
2010
Élection de Dilma Rousseff à la présidence du Brésil

juillet
2007
Présentation de la journée Live Earth

octobre
2006
Réélection de Luiz Inacio Lula da Silva à la présidence du Brésil

mai
2006
Rébellion simultanée dans les prisons de Sao Paulo, au Brésil

octobre
2002
Élection de Luiz Inacio Lula da Silva à la présidence du Brésil

janvier
2001
Ouverture du premier Forum social mondial à Porto Alegre

avril
1993
Tenue d’un référendum sur le régime et le système politique au Brésil

décembre
1992
Démission du président brésilien Fernando Collor

octobre
1992
Émeute dans la prison Carandriu de Sao Paulo, au Brésil

juin
1992
Ouverture du Sommet de la Terre à Rio de Janeiro

mars
1991
Signature du traité menant à la création du Mercosur

janvier
1985
Élection de Tancredo Neves à la présidence du Brésil

janvier
1984
Création du Mouvement des Sans terre au Brésil

Il y a un an, en décembre 2015, la France a accueilli la 21e Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques. Cette conférence avait comme objectif d'émettre un plan pour contenir la hausse des températures en dessous de 2 degrés Celsius d'ici 2100. Cette rencontre fait suite à de nombreuses autres, ayant chacune l'objectif d'améliorer la santé planétaire (1).

C'est dans cette perspective qu'il est intéressant d'analyser le cas de la forêt amazonienne, cette forêt que l'on appelait autrefois « le poumon de la terre ». Aujourd'hui, on dit que cette appellation est désuète vu sa situation dégradante. En effet, celle-ci est aux prises avec de grands problèmes de déforestation et de culture agricole.

Une superficie et une biodiversité impressionnante

La forêt amazonienne est une forêt équatoriale de l'Amérique du Sud. Avec ses 7,3 millions de km2, elle se situe sur 9 pays, soit le Brésil, l'Équateur, la Colombie, le Venezuela, la France (la Guyane), le Suriname, le Guyana, la Bolivie et le Pérou. Par contre, plus de la majorité de sa superficie (63 %) se situe au Brésil (2). C'est la deuxième plus grande forêt du monde derrière la Taïga.

Malgré la déforestation en Amazonie, cette jungle reste un des réservoirs les plus importants de la biodiversité avec 390 milliards d'arbres et 16 000 espèces différentes. Elle représente la moitié des forêts tropicales du monde (3). C'est donc pour la protéger que l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture a choisi de l'inscrire dans la liste du patrimoine mondial (4). Cette protection était nécessaire à la suite du constat d'exploitation agricole, de déforestation et de construction routière dans la région.

La coupe à blanc au profit de l'agriculture et de la construction routière

La principale cause de la déforestation amazonienne au Brésil est l'exploitation agricole. Le pays est un leader agricole mondial. Il est alors difficile pour les dirigeants de prendre parti entre les écologistes, voulant la préservation de cette biodiversité, et les agriculteurs et les éleveurs, voulant agrandir encore plus leur surface d'exploitation.

Le Brésil est aussi le deuxième plus grand producteur de soja. Or, le soja, servant à alimenter les troupeaux de bétail, est en demande croissante. Cette croissance est en corrélation avec celle de la demande de viande dans le monde. On remarque alors la difficulté qu'a le gouvernement à restreindre l'exploitation agricole dans la zone de la forêt amazonienne. La population a besoin de ce terrain pour accroître l'économie nationale (5).

Le cas de l'État du Mato Grosso est le plus inquiétant pour les écologistes. Cet État est la cause principale de la hausse de la déforestation brésilienne. Son économie est basée sur l'agriculture, mais la forêt amazonienne occupe 40 % de son territoire. On a alors dû y faire de la déforestation pour accroître sa production agricole (6). Les propriétaires fonciers de cette région ont supprimé, à eux seuls, environ 1500 km2 de forêt en une seule année. De plus, on remarque une croissance de la déforestation d'année en année dans cette partie du Brésil (7).

En constatant un problème dans la déforestation faite par les États, la ministre brésilienne de l'Environnement, Izabella Teixeira, a appelé les gouverneurs des États pour discuter de la situation en 2015. Devant cette dernière, les responsables des plus grands taux de déforestation ont dû s'expliquer (8).

L'agriculture n'est pas l'unique cause de déforestation, la construction de routes y est, elle aussi, étroitement liée. Les pays sur lesquels s'étend l'Amazonie souhaitent la construction de routes transamazoniennes. Ces routes favoriseraient grandement le développement du commerce avec l'Asie de l'Est puisqu'elles déboucheraient sur l'océan. Ce serait une très grande avancée pour les pays concernés, qui auraient la chance de participer plus activement au commerce mondial (9). De surcroît, certaines routes sont construites illégalement pour aller chercher certaines richesses naturelles qui se trouvent au travers de la jungle amazonienne. Toutefois, l'impact de la construction de routes sur la déforestation reste mineur (10).

Un enjeu primordial : la déforestation

La déforestation au Brésil est une affaire courante depuis les années 1970. Perçue comme une menace sur la scène internationale, celle-ci fait partie du processus de développement économique du pays (11). Effectivement, comme nous l'avons vu plus haut, la déforestation a permis de grandes avancées dans le domaine agricole. Certains auteurs vont alors jusqu'à dire que « les préoccupations relatives au développement économique l'emportent sur les préoccupations relatives à la conservation de la forêt (12) ».

En 2013, 18 % de cette richesse forestière avait déjà été détruite. Il y a actuellement 31 fronts de déforestation, donc ce n'est pas la question d'un seul État brésilien (13). En 2004 seulement, 27 000 km2 de forêt ont été coupés à blanc (14). La Banque mondiale a émis un scénario selon lequel 40 % de l'Amazonie aura disparu en 2050 s'il n'y pas de ralentissement du processus de déforestation et que le rythme actuel se maintient (15). De plus, la déforestation n'est pas seulement néfaste pour la biodiversité, elle contribue à environ 15 % des gaz à effet de serre émis par le Brésil, soit plus que le secteur du transport dans son entier (16).

Les changements climatiques : la perte de la jungle amazonienne?

L'enjeu de la perte de la forêt amazonienne est crucial vu l'importance de cet écosystème. Les optimistes pensent que cette jungle sera capable de s'adapter aux faibles changements climatiques. Pour leur part, les pessimistes pensent qu'une forte hausse des températures anéantira l'Amazonie (17).

Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat a évalué les deux points de vue et en a tiré certaines conclusions. Dans un premier scénario, s'il y a stabilisation des émissions de gaz à effet de serre avant la fin du siècle, une grande majorité (84 %) du territoire amazonien parviendrait à se régénérer à long terme. Dans un deuxième scénario, si l'émission de gaz à effet de serre reste incontrôlée, il y aurait une augmentation trop élevée de la température rendant les saisons sèches plus sévères. Dans ce cas, seulement 13 % du bassin amazonien pourrait se régénérer à long terme (18).

Devant la situation dégradante, le gouvernement brésilien essaie depuis 2004 d'intervenir de plus en plus pour réduire la déforestation. Selon la revue « The Economist », cette problématique a été bien contrôlée et la déforestation a diminué de façon considérable. De plus, les agriculteurs des États brésiliens sont plus conscientisés par rapport à la protection environnementale et suivent les normes. Le gouvernement a donc pu profiter d'un progrès économique tout en réduisant le taux de déforestation sur son territoire (19).

Cette pensée n'est pas partagée par tous. Selon Greenpeace, il y a encore beaucoup d'efforts à mettre dans la préservation de l'Amazonie. C'est dans ce but qu'il fait campagne depuis 10 ans pour avoir un accord de protection de l'Amazonie. L'Organisation non gouvernementale a eu une victoire de ce côté, le 9 mai 2016, avec « un accord mettant un terme à la déforestation à grande échelle au profit des plantations de soja dans l'Amazonie brésilienne (20)». Par contre, c'est seulement une petite victoire par rapport à l'ensemble de l'enjeu amazonien.




Références:

(1) COP21, Si vous avez raté le début, http://www.cop21.gouv.fr/comprendre/cest-quoi-la-cop21/, 27 novembre 2016

(2) Dorian Malovic, La forêt amazonienne, une biodiversité unique au monde, La Croix, 29 septembre 2011, http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/La-foret-a... 20 novembre 2016

(3) Sylvain Lefebvre, Forêt amazonienne: 390 milliards d'arbres et 16 000 espèces, Notre Planète, 21 octobre 2013, http://www.notre-planete.info/actualites/3833-nomb... 20 novembre 2016

(4) UNESCO, Complexe de protection de l'Amazonie centrale, 2016, http://whc.unesco.org/fr/list/998, 21 novembre 2016

(5) Agence France-Presse, La déforestation de l'Amazonie s'accélère, La Presse, 10 septembre 2004, http://www.lapresse.ca/actualites/environnement/20... 20 novembre 2016

(6) Jonathan Trudel, À qui appartient l'Amazonie?, L'actualité, 3 juillet 2009, http://www.lactualite.com/sante-et-science/a-qui-a... 20 novembre 2016

(7) Reuters, La déforestation de la forêt amazonienne en hausse, Radio-Canada, 26 novembre 2015, http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/752115/bresil-... 20 novembre 2016

(8) Ibid.

(9) Eva Gomez, Nouvelle alerte sur l'état de santé de l'Amazonie, Le Monde, 15 juin 2016, http://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2016/06... 20 novembre 2016

(10) Dorian Malovic, op. cit.

(11) Sylvain Lefebvre, Forêt amazonienne: 390 milliards d'arbres et 16 000 espèces, Notre Planète, 21 octobre 2013, http://www.notre-planete.info/actualites/3833-nomb... 20 novembre 2016

(12) Eva Gomez, op. cit.

(13) Dorian Malovic, op. cit.

(14) Reuters, op. cit.

(5) Moïse Tsayem Demaze, Quand le développement prime sur l'environnement : la déforestation en Amazonie brésilienne, Mondes en développement, 2008, https://www.cairn.info/revue-mondes-en-developpeme... 20 novembre 2016

(16) Ibid.

(17) Pierre Le Hir, La forêt amazonienne ne résistera pas à un réchauffement climatique important, Le Monde, 29 août 2016, http://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2016/08... 20 novembre 2016

(18) Ibid.

(19) The Economist, How Brazil became the world leader in reducing environmental degradation, 7 juin 2014, http://www.economist.com/news/science-and-technolo... 27 novembre 2016

(20) Greenpeace, Amazonie: arrêt de la déforestation liée aux plantations de soya, 20 mai 2016, http://forets.greenpeace.fr/amazonie-arret-de-la-d... 20 novembre 2016

Dernière modification: 2016-12-05 07:34:00

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

L'agriculture au Brésil : relancer l'économie, mais à quel prix?
>septembre 2019


Le Brésil paralysé par une grève des routiers
>novembre 2018


Élection présidentielle au Brésil : un conservateur et misogyne au pouvoir
>octobre 2018


Inculpation de Luiz Inacio Lula da Silva : la déchéance d'un héros brésilien
>avril 2018


Mobilisation citoyenne au Brésil : la tête de Temer en jeu
>septembre 2017


Petrobras : toxique pour l'État brésilien?
>avril 2017


La situation amazonienne: un éternel débat entre environnement et économie
>novembre 2016


Le Brésil au bord de la crise
>octobre 2016


Des jeux Olympiques inoubliables et une facture salée
>septembre 2016


JO Rio2016 : des Jeux olympiques à rabais
>février 2016


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019