Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

21 janvier 2019

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

1 novembre 2016

La justice égyptienne sévère à l'endroit d'un ex-président


Félix Morin
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

janvier
2014
Référendum sur une nouvelle Constitution en Égypte

juillet
2013
Renversement du président Mohamed Morsi en Égypte

décembre
2012
Référendum constitutionnel en Égypte

septembre
2012
Manifestations anti-américaines dans plusieurs pays arabes

juin
2012
Annonce de l'élection de Mohamed Morsi à la présidence de l'Égypte

février
2011
Démission du président égyptien Hosni Moubarak

juin
2009
Discours de Barack Obama à l'université du Caire

septembre
2005
Élection de Hosni Moubarak à la présidence de l'Égypte

janvier
1992
Entrée en fonction de Boutros Boutros-Ghali au poste de secrétaire général des Nations unies

février
1986
Ouverture du premier Sommet de la francophonie

octobre
1981
Assassinat du président égyptien Anouar el-Sadate

septembre
1978
Signature des accords de camp David entre Israël et l'Égypte

novembre
1977
Discours historique du président Anouar el-Sadate devant la Knesset

octobre
1973
Début du premier «choc pétrolier»

octobre
1973
Déclenchement de la guerre du Kippour au Moyen-Orient

avril
1971
Proclamation de l’Union des Républiques arabes

septembre
1970
Décès du président égyptien Gamal Abdel Nasser

août
1967
Ouverture d'un sommet des pays arabes à Khartoum

juin
1967
Début de la guerre des Six jours au Moyen-Orient

Le 18 juin 2016 tombait la sentence réservée à Mohamed Morsi, l'ancien président de l'Égypte, un pays situé dans le nord-ouest du continent africain. Condamné à la prison à vie, le chef de l'État égyptien de 2011 à 2013 faisait face, entre autres, à des accusations d'espionnage au profit de divers États et organisations(1).

Aussitôt arrivé, aussitôt délogé

Le règne du premier président égyptien élu démocratiquement, et ce, avec plus de 51 % des voix, a été abruptement interrompu. En effet, un coup d'État est survenu alors que l'armée égyptienne, avec le soutien de la population, délogea Morsi le 3 juillet 2013 pour ses nombreux «méfaits»(2).

Un peu plus d'un an plus tard, de nouvelles élections sont annoncées afin de trouver un successeur au dirigeant destitué. C'est après un scrutin prévisible et sans surprise que le maréchal Adbel Fattah al-Sissi, celui qui était à la tête du coup d'État, a été proclamé le nouveau président égyptien. Recueillant 97 % des voix lors d'un appel aux urnes au cours duquel moins de la moitié de la population éligible a exercé son droit de vote, il était opposé à Hamdine Sabahi, représentant la gauche égyptienne(3). Celui-ci était, d'ailleurs, le seul autre candidat en lice. L'appel au boycott des Frères musulmans explique bien la marge de victoire astronomique, les partisans de ces derniers étant les principaux opposants à la candidature d'al-Sissi.

Cette élection laisse un goût amer à plusieurs étant donné la prolongation du scrutin, donnant ainsi un jour supplémentaire aux électeurs pour aller voter. Cette décision politique a été justifiée comme une façon d'augmenter le taux de participation. Une mesure inutile, selon le politologue Gamal Abdel Gawas, dû au fait que le maréchal al-Sissi «n'avait pas besoin de placer la barre si haut en termes de participation, car quand le résultat d'un scrutin ne fait aucun doute, il n'y a pas grand-chose à faire pour inciter les gens à se déplacer pour voter(4)».

La prison à vie et la peine capitale

Quant à lui, le président Morsi a dû répondre de ses actes devant la justice. Il faisait face à de nombreux chefs d'accusation, notamment d'aide à l'évasion, d'espionnage, mais aussi d'avoir dirigé une organisation illégale. Pour ces agissements qui auraient favorisé le Qatar, le Hamas, l'Hezbollah et l'Iran, il a été reconnu coupable d'espionnage et a reçu la sentence de prison à vie. Ce membre du groupe des Frères musulmans est également accusé de fraude ainsi que d'avoir laissé fuiter des secrets d'État(5).

La liste des peines ne s'arrête pas là, car il a dû également se défendre des actions qu'il a commises lors de la révolution de 2011. En effet, selon les accusations, il aurait alors aidé des prisonniers à s'évader et aurait participé aux violences dans le pays, en 2011. Le tribunal l'ayant jugé coupable de ces délits(6), il a reçu la peine capitale, portant le total de ses peines à 85 ans d'emprisonnement en plus d'une peine de mort(7).

Cette dernière a enclenché un flot de contestations de la part de la communauté internationale. En effet, le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, s'est dit très préoccupé au lendemain de la proclamation de la sentence. Il souligne «combien il est important que toutes les parties prennent des mesures pour promouvoir, et éviter celle qui peuvent fragiliser davantage, la paix, la stabilité et l'état de droit dans la région(8)».

Le funambulisme des journalistes égyptiens

La liberté de presse subit aussi une grande vague de répression de la part de l'administration al-Sissi. En effet, l'organisme Reporters sans frontières (RSF) condamne plusieurs actions entreprises par le gouvernement égyptien afin de limiter le cadre du travail des journalistes à l'intérieur du pays. «La situation de la liberté de presse est extrêmement préoccupante en Égypte», exprimait cet organisme indépendant militant pour la liberté de la presse(9).

Cette déclaration s'appuie sur de nombreux agissements qui instaurent un climat de peur dans le monde journalistique. Le décret présidentiel, exposé en février 2015 dans le journal gouvernemental officiel d'Égypte, prenait de grandes mesures pour lutter contre la menace terroriste. Ayant force de loi étant donné l'absence de Parlement, ce décret instaure, notamment, une amende de 33 000 à 84 000 $ pour toute personne diffusant ou publiant des informations sur un attentat considérées fausses par les autorités législatives(10). Dans ce même décret, le Parlement égyptien définit comme terroriste « toute organisation ou rassemblement qui sème la terreur parmi les individus, ou met en danger leur vie, leurs libertés et leurs droits » ou « qui porte atteinte à l'unité nationale, à la paix sociale, ou à la sécurité nationale(11) ».

Cette nouvelle disposition législative met donc sur un fil de fer tout organe médiatique osant publier ou diffuser des informations différentes ou remettant en cause la version officielle. Trois journalistes d'Al-Jazeera, un média du Qatar identifié par certains comme sympathique aux islamistes, ont été condamnés à purger trois ans de prison pour avoir soutenu une organisation terroriste ainsi que d'avoir divulgué des informations considérées fausses par les autorités(12). Ces nombreuses explications aident à comprendre pourquoi l'indice de liberté des médias a atteint son plus haut sommet en 15 ans, affichant un résultat médiocre de 54, alors que 100 équivaut à une répression totale de la presse(13).

Malgré la dénonciation des agissements des gouvernants égyptiens(14), la situation ne semble pas progresser. Sortant à peine d'une ère de dictature, l'Égypte semble retourner vers ce qu'elle avait quitté, en 2011.




Références:

(1) Le Monde.fr avec AFP, Égypte : l'ex-président Morsi à nouveau condamné à la prison à vie, 18 juin 2016, http://www.lemonde.fr/international/article/2016/0... Page consultée en ligne le 31 octobre 2016.

(2) Warda Mohamed, L'Égypte, deux ans de pouvoir du maréchal Sissi, 3 juillet 2015, Orient XXI http://orientxxi.info/dossiers/l-egypte-deux-ans-d... Page consultée en ligne le 31 octobre 2016.

(3) Le Monde.fr avec AFP et Reuters, Égypte : une écrasante et prévisible victoire du maréchal Sissi, 28 mai 2014, http://www.lemonde.fr/afrique/article/2014/05/28/p... Page consultée en ligne le 31 octobre 2016.

(4) Ibid.

(5) BBC News, Profile : Egypt's Mohammed Morsi, 21 avril 2015, http://www.bbc.com/news/world-middle-east-18371427, Page consultée en ligne le 31 octobre 2016.

(6) Le Monde.fr avec AFP, Peine de mort confirmée pour l'ancien président égyptien Mohamed Morsi, 16 avril 2015, http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/06/16/m... Page consultée en ligne le 31 octobre 2016.

(7) Amany Maged, 85 years plus death, 23 juin 2016, Al-Ahram, http://weekly.ahram.org.eg/News/16698/17/---years-... Page consultée en ligne le 31 octobre 2016.

(8) Centre d'actualités de l'ONU, Égypte : l'ONU préoccupée par la condamnation à mort de l'ancien président Morsi, 18 mai 2015, http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=34... Page consultée en ligne le 31 octobre 2016.

(9) Reporters sans frontières, Égypte, 2016, https://rsf.org/fr/egypte, Page consultée en ligne le 31 octobre 2016.

(10) AFP, Liberté de la presse : l'Égypte adopte une loi contreversée, 16 août 2015, La Presse, http://www.lapresse.ca/international/dossiers/cris... Page consultée en ligne le 31 octobre 2016.

(11) AFP, L'Égypte a une nouvelle loi anti-terroriste, 25 février 2015, Le Devoir, http://www.ledevoir.com/international/actualites-i... Page consultée en ligne le 31 octobre 2016.

(12) Reporters sans frontières, Journalistes constamment menacés en Égypte, 1 juillet 2016, https://rsf.org/fr/actualites/journalistes-constam... Page consultée le 31 octobre 2016.

(13) Reporters sans frontières, Indice de la liberté de presse : Égypte, 2016, Perspectives Monde http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BM... Page consultée en ligne le 31 octobre 2016.

(14) AFP, Les journalistes dénoncent la répression dont ils sont victimes, 4 mai 2016, Le Devoir,http://www.ledevoir.com/international/actua... Page consultée en ligne le 31 octobre 2016.

Dernière modification: 2016-11-07 07:43:55

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

La dette égyptienne : difficile de s'en sortir
>octobre 2018


Le canal de Suez : un tremplin pour l'économie égyptienne
>mars 2017


Boutros Boutros-Ghali : un « dirigeant mémorable » des Nations unies
>février 2017


La justice égyptienne sévère à l'endroit d'un ex-président
>novembre 2016


Al-Sissi : de l'armée à la présidence égyptienne
>novembre 2015


Afrique : un pas de plus vers l'intégration économique
>septembre 2015


Égypte : la liberté d'expression en danger
>février 2015


L'armée égyptienne : acteur immuable du pouvoir présidentiel
>décembre 2014


Égypte : une économie asphyxiée, une destination délaissée
>avril 2014


Deux ans après la révolution, les manifestations continuent en Égypte
>mars 2013


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016