23 juillet 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

8 novembre 2016

Michel Aoun : de militaire à président du Liban


Chloé Beaudin
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

novembre
2015
Attentats terroristes au Liban

juillet
2006
Début d'un conflit entre le Hezbollah et Israël dans le sud du Liban

février
2005
Assassinat de l'ex-premier ministre libanais Rafiq Hariri

octobre
2002
Ouverture du neuvième Sommet de la Francophonie

mars
1992
Attentat contre l'ambassade d'Israël en Argentine

octobre
1989
Signature de l'accord de Taëf sur la paix au Liban

février
1986
Ouverture du premier Sommet de la francophonie

octobre
1983
Attentat meurtrier au Liban contre des troupes américaines et françaises

juin
1982
Déclenchement de l'offensive israélienne « Paix en Galilée » au Liban

avril
1975
Déclenchement d'une guerre civile au Liban

août
1967
Ouverture d'un sommet des pays arabes à Khartoum

septembre
1961
Ouverture d'une conférence des pays non-alignés à Belgrade

juillet
1958
Intervention de troupes américaines au Liban

avril
1955
Ouverture d'une conférence internationale à Bandoeng

janvier
1948
Entrée en vigueur de l'Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce

Le 31 octobre 2016, après 29 mois de vide politique institutionnel, l'ancien général Michel Aoun, un chrétien maronite, accède à la présidence du Liban. Cette élection est le fruit de nombreux compromis et d'improbables accords entre les principales factions politiques.

La fin de l'impasse

Au Liban, la gouvernance de l'État est divisée en trois postes dévolus aux trois principales communautés religieuses. La présidence de la République est attribuée à un chrétien maronite, le Parlement à un musulman chiite et le poste de premier ministre à un musulman sunnite (1). Le système politique est donc construit sur un délicat équilibre entre les plus importants groupes religieux du pays.

La Chambre des députés du Parlement est chargée de l'élection du chef d'État. Le président est élu, au premier tour, par le quorum des deux tiers des députés, à savoir 86 sur 128, ou à la majorité absolue aux tours suivants, soit 65 voix (2).

Après la fin du mandat du président Michel Sleiman, soit le 26 mai 2014, le Parlement a tenté, à 45 reprises, d'organiser des élections afin de combler le poste. À chacune de ces tentatives, des députés ont boycotté les séances, causant un vide politique qui s'est installé au Liban pendant presque deux ans et demi (3).

Ce qui a marqué un point déterminant dans cette élection est l'appui de certaines personnes influentes à la candidature de Michel Aoun. En effet, Saad Hariri, leader des forces anti-syriennes et membre de la communauté sunnite, lui a donné son appui (4). De plus, Hassan Nasrallah, leader chiite et chef du Hezbollah, lui a aussi donné son soutien. Ces deux supporteurs changent la donne de cette élection et mettent fin à cette impasse politique.

Michel Aoun est un familier de l'appareil politique. En effet, en 1988, il a été ministre de la Défense nationale, de l'Information, de l'Intérieur et des Affaires étrangères (5). À cette date, il fut également nommé président du Conseil de ministres (6).

C'est à la 46e réunion que la paralysie institutionnelle libanaise prend fin. En effet, âgé de 81 ans, le chef du bloc du Changement et de la Réforme, Michel Aoun, a été élu au second tour, le 31 octobre 2016, par 83 voix sur les 127 députés présents et votants (7).

Une ère de changement

L'élection de Michel Aoun marque le retour des chrétiens sur la scène politique libanaise, après avoir été marginalisés pendant environ 25 ans (8). Le président s'est donc empressé, dès son discours d'investiture, de mettre l'accent sur l'union nationale dans le but d'empêcher toute discorde religieuse (9). De plus, les priorités en tête de liste de son mandat sont le renforcement des capacités de l'armée libanaise, le retour des réfugiés syriens dans leurs pays, la relance de l'économie et la préservation de la neutralité du Liban face aux conflits secouant la région.

Depuis quelques années, le paysage politique de Beyrouth n'a cessé de se ternir. Selon Hady Rached, un professeur de droit, cette élection va permettre de changer la culture et la situation politique du pays (10). En effet, depuis 1989, c'est la première fois qu'un président est soutenu par un bloc parlementaire substantiel participant aux consultations parlementaires. Ainsi, le nouveau chef d'État pourra s'appuyer sur une base populaire et un bloc parlementaire, ce qui va lui insuffler une certaine dose de pouvoir.

Pour sa part, le juriste Hady Rached explique que « celui qui gouverne effectivement est celui qui détient un bloc parlementaire important. C'est ce qui avait manqué à tous les autres présidents (11). » L'élection de Michel Aoun marque donc un changement avec les anciennes présidences, puisqu'il est appuyé par un bloc parlementaire non négligeable.

Le nouveau président semble avoir en sa possession tous les outils pour mener à terme ses engagements et priorités. Cette élection arrive donc à point puisqu'à la lumière du climat de tension et d'instabilité qui règne au Proche-Orient, le Liban avait besoin, plus que jamais, d'un chef d'État fort et appuyé.




Références:

1. Le Monde.fr, AFP, Liban : Michel Aoun élu président après plus de deux ans de vide politique, Le Monde.fr, 31 octobre 2016, http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2016/1... (Page consultée le 6 novembre 2016).

2. L'Orient-Le Jour, Agence France Presse, L'élection présidentielle au Liban, mode d'emploi, L'orient Le Jour, 31 octobre 2016, http://www.lorientlejour.com/article/1015662/lelec... (Page consultée le 7 novembre 2016).

3. Le Monde.fr, AFP, op. cit.

4. Euronews, Liban : 29 mois de vide institutionnel, 31 octobre 2016, http://fr.euronews.com/2016/10/31/liban-29-mois-de... (Page consultée le 31 octobre 2016).

5. Braidy Nour, De l'armée à la présidence de la République, le parcours de Michel Aoun en images, L'Orient-Le Jour, 31 octobre 2016, http://www.lorientlejour.com/article/1015004/de-la... (Page consultée le 10 novembre 2016).

6. Julien Abi Ramia, La galaxie Aoun : les proches, les partenaires, les opposants, L'Orient-Le Jour, 2 mars 2016, http://www.lorientlejour.com/article/968132/la-gal... (Page consultée le 10 novembre 2016).

7. Reuters, Mohamed Azakir, L'élection de Michel Aoun, un tournant pour le Liban?, RFI, 31 octobre 2016, http://www.rfi.fr/moyen-orient/20161031-liban-elec... (Page consultée le 6 novembre 2016).

8. Loc. cit.

9. Loc. cit.

10. Jeanine Jalkh, Faut-il s'attendre à des miracles après l'élection de Aoun ?, L'Orient-Le Jour, 29 octobre 2016, http://www.lorientlejour.com/article/1015372/faut-... (Page consultée le 6 novembre 2016).

11. Loc. cit.

Dernière modification: 2016-11-14 07:39:51

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

L'appareil démocratique rouillé du Liban
>février 2018


Michel Aoun : de militaire à président du Liban
>novembre 2016


Liban : des actes de terrorisme aux conséquences multiples?
>février 2016


La présidentielle libanaise : un casse-tête tant interne qu'externe
>octobre 2014


« L'État » Hezbollah
>février 2010


Le retour de la stabilité au pays du Cèdre?
>février 2010


La politique étrangère d'Obama au Moyen-Orient
>février 2010


Attaque du « Drakkar » au Liban : 25 ans déjà
>octobre 2008


Chrétiens et musulmans, main dans la main au Liban
>mars 2008


Une cinquième personnalité antisyrienne assassinée au Liban
>décembre 2006


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019