15 décembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

28 novembre 2017

Le Bangladesh : un lieu géostratégique pour l'islam radical


Alexandre Dumas-Gingras
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

avril
2013
Effondrement d'un bâtiment causant un millier de morts au Bangladesh

avril
1991
Cyclone au Bangladesh

février
1991
Élection d'un gouvernement dirigé par Khaleda Zia au Bangladesh

mai
1981
Assassinat du président du Bangladesh, Ziaur Rahman

décembre
1974
Proclamation de l'état d'urgence par le premier ministre Sheikh Mujibur Rahman au Bangladesh

décembre
1971
Proclamation de l'indépendance du Bangladesh

Un débat fait rage au Bangladesh depuis quelques années. Le statut de religion officielle accordé à l'islam dans la Constitution soulève les passions. À tel point que la Cour suprême est invitée à se positionner dans le dossier. En mars 2016, une décision est rendue. La plus haute instance judiciaire au pays a tranché en faveur du statu quo (1). Cette révision suscite bien des questionnements. La crise existentielle que vit présentement ce pays relève de plusieurs facteurs intrinsèques, autant du point de vue historique qu'actuel.

Une histoire complexe

Né de la partition des Indes de 1947, le Pakistan oriental est situé à l'est sur le golfe du Bengale. Le pouvoir alors détenu par le Pakistan occidental, distant de près de 1600 kilomètres, est loin de satisfaire la population. En 1970, la Ligue indépendantiste Awami remporte les élections au Pakistan oriental. Cependant, Islamabad, la capitale du Pakistan, ne reconnaît pas cette victoire (2).

La même année, un impressionnant cyclone frappe le terrioitre, causant près de 500 000 décès. L'aide du Pakistan occidental tarde et est insuffisante. C'est la goutte qui fait déborder le vase. L'année suivante, le 26 mars 1971, le premier ministre Sheikh Mujibur Rahman décrète l'indépendance du Pakistan oriental qui devient le Bangladesh. En réponse, Yahya Khan, alors président de la République du Pakistan, le fait arrêter et emprisonner. Une guerre civile éclate. Cette guerre est sanglante, faisant plus de trois millions de morts en six mois (3).

À partir de sa naissance marquée par la violence et l'indignation, le Bangladesh tirera une leçon. Dès 1972, une nouvelle Constitution est adoptée. Le pays fonde alors sa démocratie parlementaire sur quatre principes essentiels : le nationalisme, la démocratie, le socialisme et le sécularisme (4). Pour éviter les conflits internes, le pays se veut alors laïque. C'est-à-dire que la neutralité de l'État à l'égard de toutes les religions l'emporte, même si la population est à majorité musulmane.

La situation change en 1988. L'islam est alors reconnu comme religion officielle par la Constitution. Les lois demeurent, quant à elles, laïques (5). Cette dualité et cette ambiguïté constitutionnelle est loin de faire l'unanimité. Avec le temps, cette situation profite aux groupes armés État islamique et Al-Qaïda qui s'installent au pays, devenu propice au recrutement. Si bien que l'on observe depuis quelques années une recrudescence de la violence islamiste. Cette situation inquiète grandement la population. Elle redoute que le sécularisation laisse la place au fondamentalisme.

La percée de l'islamisme radical

La présence des groupes armés État islamique (EI) et Al-Qaïda est maintenant manifeste au Bangladesh. Une prise d'otages dans un restaurant de la capitale Dacca en juillet 2016, qui a fait au moins 20 morts, a d'ailleurs été revendiquée par l'EI. À ce moment, le journal Le Monde indique que cet événement « fait prendre conscience de la gravité de la menace djihadiste au Bangladesh (6) ».

Qui plus est, cette prise d'otages meurtrière fait suite à de nombreux meurtres commis au cours des dernières années dans cet État du sud-est de l'Asie. En effet, plus d'une quarantaine d'assassinats ont été perpétrés. Ceux-ci visaient principalement des communautés religieuses minoritaires, notamment les hindouistes, les bouddhistes et les chrétiens. Plusieurs de ces meurtres ont été revendiqués par des groupes armés défendant l'islam radical (7). Al-Qaida, principal revendicateur de ces meurtres, a développé dans la région un important réseau depuis près de vingt ans, ce qui lui assure une certaine autorité. L'éclatement du conflit entre les deux puissances que sont l'EI et Al-Qaida préoccupe d'ailleurs la population locale (8).

De plus, le parti au pouvoir, la Ligue Awami, cède sous la pression de nombreux groupes religieux fondamentalistes et donne également du terrain au groupe de pression Hefazat-e-Islam. Le meilleur exemple est le retrait de certaines statues dans les lieux publics. Ce groupe continue à prendre de l'ampleur et il réussit même à obtenir l'appui de la quasi-totalité des groupes islamistes radicaux de la région. En 2013, il a notamment publié un rapport formulant pas moins de treize demandes au gouvernement, l'une d'entre elles concernait justement le retrait de certaines statues (9). La jeunesse bangladaise semble être attirée par la puissance de ces groupes.

Comme le mentionne le quotidien français Le Monde, « Ce pays, où vivent 145 millions de musulmans, est un terrain propice : en proie à des tentations extrémistes, il est également une porte d'entrée vers l'Inde (10). » À cet égard, le Bangladesh constitue un point de mire pour des groupes fondamentalistes et les groupes armés. Cela fait de lui un lieu géostratégique important.

Un gouvernement proactif

Face à la montée persistante en importance de ces nombreux groupes qui menacent la population locale, le gouvernement tient un discours qui minimise l'ampleur de la situation. Les autorités locales insistent et nient la présence des groupes armés tels que l'EI et Al-Qaida au Bangladesh. Ils associent plutôt ces actes de violence à de petits groupes fondamentalistes locaux.

En juin 2016, le gouvernement a par ailleurs effectué l'arrestation de plus de 5000 individus présumés dangereux et membres de ces petits groupes, en rappelant qu'aucun d'entre eux n'est suspecté de faire partie des groupes armés. Cette importante opération n'a fait qu'envenimer la colère des fondamentalistes qui accusent le gouvernement de répression non justifiée (11).

Le journal The Diplomat rapporte que le gouvernement bangladais, dans sa volonté de régler le problème de la montée de l'extrémisme, propose d'établir un système de concertation entre le Pakistan, l'Inde et le Bangladesh. De plus, des actions concertées se doivent d'être menées dans le but de faire cesser ces actes de violence et l'escalade de la haine (12).

Quelques semaines après la prise d'otages de Dacca survenue en juillet 2016, le Bangladesh a demandé à ses imams de prêcher contre l'islam radical. Selon les observateurs, la consigne qui suivra « émane de l'imam de la grande mosquée de Dhaka, qui considère l'islamisme radical comme un fléau moderne (13)». La sacralité de la vie humaine est rappelée et le message est relayé aux fidèles pratiquants.

Le Bangladesh constitue donc un territoire convoité par les groupes armés de l'islam radical à visées terroristes. L'explosion du nombre de fidèles reliés à ces groupes inquiète la communauté internationale et, pour en saisir l'essence, comprendre toute la complexité de la situation au Bangladesh est plus que nécessaire.

Médiagraphie

(1) Le Monde, « Bangladesh : l'islam, religion officielle et intouchable », 30 Mars 2016, URL [hyperlien] (page consultée le 18 Novembre 2017)

(2) Hamel, Ian, « Le Bangladesh pourrait abandonner l'islam comme religion d'État », Le Point International, 9 Mars 2016, URL [hyperlien] (page consultée le 18 Novembre 2017)

(3) Loc. cit.

(4) Baillat, Alice, « Le sécularisme au Bangladesh », Encyclopédie Universalis, URL [hyperlien] (page consultée le 18 Novembre 2017)

(5) Hamel, Ian, Op. cit.

(6) Zerrouky, Madjid, « Au Bangladesh, la percée de l'Etat islamique », Le Monde, 4 Juillet 2017, URL [hyperlien] (page consultée le 18 Novembre 2017)

(7) Loc. cit.

(8) Loc. cit.

(9) Habib, Mohshin, « Bangladesh Turning More Radical », Gatestone Institute – International Policy Council, 20 Juin 2017, URL [hyperlien] (page consultée le 18 Novembre 2017)

(10) Zerrouky, Madjid, Op. cit.

(11) Iyengar, Rishi, « Bangladesh Arrests More Than 5,000 in a Crackdown on Islamic Extremism », Time, 13 Juin 2016, URL [hyperlien] (page consultee le 18 Novembre 2017)

(12) Venkatachalam, K.S., « The Rise of Islamic Extremism in Bangladesh », The Diplomat, 6 Juillet 2017, URL [hyperlien] (page consultee le 18 Novembre 2017)

(13) BBC, « Bangladesh : l'Etat prêche contre l'islam radical », 15 Juillet 2016, URL [hyperlien] (page consultée le 18 Novembre 2017)



Dernière modification: 2017-12-02 10:53:02

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Le Bangladesh : un lieu géostratégique pour l'islam radical
>novembre 2017


Bangladesh : le nouveau tigre asiatique rugit
>septembre 2017


Le leader du Jamaat-e-Islami au Bangladesh exécuté pour ses crimes de guerre
>septembre 2016


Bangladesh : un verdict contre un dirigeant du Jamaat-e-Islami ne fait pas l'unanimité
>février 2015


Le « banquier de la paix » 2006
>janvier 2007


Manifestation dans les rues de Dacca
>septembre 2006


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019