19 septembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

7 novembre 2017

Incertitude, violence et crise politique après l'élection kényane du 26 octobre 2017


Kimberly Luce
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

février
2008
Signature d'un accord de paix au Kenya

décembre
2002
Élection de Mwai Kibaki à la présidence du Kenya

juillet
1985
Ouverture d'une conférence internationale sur les femmes à Nairobi

août
1978
Décès du président kényan Jomo Kenyatta

octobre
1969
Interdiction du Kenya People's Union par le président Jomo Kenyatta

décembre
1963
Proclamation de l'indépendance du Kenya

mai
1963
Signature de la Charte constituant l'Organisation de l'unité africaine

octobre
1952
Proclamation de l'état d'urgence au Kenya à la suite de la révolte des Mau-Mau

Violence et boycott sont au rendez-vous lors de l'élection du 26 octobre 2017 au Kenya. On estime qu'au moins 49 citoyens ont été tués depuis le 8 août dernier en lien avec cette crise politique. C'est Uhuru Kenyatta, le président sortant, qui a remporté le dernier scrutin avec un total de 98 % des voix (1). Notons cependant que le taux de participation était de moins de 39 %, taux qui n'a pas été aussi bas depuis 1992, année des premières élections multipartites tenues dans cet État africain (2).

Une réélection qui cause des tensions

C'est la Cour suprême du Kenya qui a invalidé le résultat de l'élection présidentielle ayant d'abord eu lieu le 8 août 2017. Notons que Kenyatta avait alors récolté un total de 54,7 % des votes contrairement à Raila Odinga, son principal opposant, avec 44,7 % (3). Une nouvelle élection fut organisée le 26 octobre dans le but d'obtenir un résultat légitime dû aux déroulements irréguliers du 8 août.

Il importe de souligner cette décision qu'on peut qualifier d'historique sur le continent. Jamais auparavant une Cour suprême n'avait jugé une élection non-conforme à une Constitution en Afrique. La population a fait connaître son insatisfaction et son profond désir de changement des institutions gouvernementales corrompues (4). Les citoyens mettent ainsi à l'épreuve le système et exigent une démocratie transparente.

L'opposition réclame d'ailleurs aussi un rejet d'un possible amendement constitutionnel limitant potentiellement le pouvoir de la Cour suprême du Kenya à invalider une élection. Cet amendement favoriserait le gouvernement au pouvoir de Kenyatta. Odinga, candidat aux quatre dernières élections présidentielles, misait sur la possibilité de changements au niveau de la commission électorale pour assurer une élection présidentielle légitime. Ne reconnaissant pas les changements suffisants, l'opposition a demandé à sa base militante de boycotter le deuxième scrutin du 26 octobre dernier.

Une coalition non-violente, la National Super Alliance (NASA), a été formée par l'opposition pour contrer la réélection du président sortant Kenyatta. Raila Odinga compte aussi faire de la pression avec la mise en place d'un programme de libération économique ciblant spécifiquement les entreprises qui soutiennent le gouvernement de Kenyatta (5). D'après lui, ces entreprises bénéficieraient du gouvernement au pouvoir. La NASA veut faire entendre son mécontentement face aux résultats des dernières élections. On associe maintenant deux côtés à cette coalition. Un d'ordre politique et un mouvement qualifié de résistance qui utilise des moyens de pression pacifique. La question de la légitimité de la dernière élection repose maintenant sur la décision des juristes puisqu'aucun recours judiciaire n'a été fait par Odinga.

Une crise électorale qui alarme la communauté internationale

La communauté internationale est inquiète face à la présente violence régnant depuis maintenant plus de trois mois. Rappelons que la décision d'invalider l'élection du 8 août dernier avait fait honte aux nombreux pays faisant partie des missions d'observation internationales présentes au Kenya (6). Incapables d'assurer un scrutin démocratique et légitime, celles-ci ont été pointées du doigt par d'autres missions.

Les acteurs au niveau international tentent de calmer le jeu entre les deux camps depuis la sortie des résultats du 26 octobre. La réduction des divergences au sein de la population est la première étape aux yeux de ces derniers pour résoudre cette crise politique qui frappe de plein fouet le Kenya. On mise sur la place du pays dans le monde pour tenter de résoudre la division qui règne. Selon RFI : « Le sujet pourrait ainsi s'inviter au menu du Conseil des ministres européens des Affaires étrangères, le 13 novembre. L'Assemblée onusienne pour l'environnement prévue début décembre au Kenya pourrait aussi servir d'argument de négociation aux diplomates (7). »

Bref, la communauté internationale veut éviter un dérapage éventuel et miser sur la stabilité à long terme. Pour ce faire, celle-ci doit s'impliquer davantage. Chose qui est beaucoup plus facile à dire qu'à faire. En somme, le résultat du 26 octobre dernier n'a qu'empiré les maux auxquels le pays fait face. Le calme et la paix ne semblent pas à l'horizon pour la République du Kenya.




Références:

1. RADIO VATICAN, «Avec la crise électorale, les craintes d'un embrasement au Kenya», 3 novembre 2017, http://fr.radiovaticana.va/news/2017/11/03/les_cra... (Page consultée le 5 novembre 2017).

2. JEUNE AFRIQUE, «Kenya : la Commission électorale annonce la victoire d'Uhuru Kenyatta avec 98,2% des voix», 30 octobre 2017, http://www.jeuneafrique.com/488179/politique/kenya... (Page consultée le 5 novembre 2017.

3. Daily Nation, « Election 2017 », 13 septembre 2017, http://www.nation.co.ke/election2017/3439870-38936... (Page consultée le 5 novembre 2017).

4. MEYERFELD, Bruno, « L'Afrique ne veut plus d'élections au rabais », Le Monde Afrique, 5 septembre 2017, http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/09/05/l... (Page consultée le 5 novembre 2017).

5. RFI, «Présidentielle au Kenya: le pouvoir et l'opposition se rendent coup pour coup», 3 novembre 2017, http://www.rfi.fr/afrique/20171103-presidentielle-... (Page consultée le 5 novembre 2017).

6. RFI AFRIQUE, «Election annulée au Kenya: surprise et embarras de la communauté internationale», 2 septembre 2017, http://www.rfi.fr/afrique/20170902-election-annule... (Page consultée le 5 novembre 2017).

7. RFI, «Kenya: la communauté internationale tente de rapprocher les points de vue», 2 novembre 2017, http://www.rfi.fr/afrique/20171102-kenya-president... (Page consultée le 5 novembre 2017).

Autres références

D. Julien, «Kenya : Raila Odinga conteste l'élection de Uhuru Kenyatta», Afrique sur 7, https://www.afrique-sur7.fr/375956-kenya-raila-odi... (Page consultée le 5 novembre 2017).

FRANCE 24, «Kenya : après la victoire de Kenyatta, l'opposition attend les consignes de son leader Raila Odinga», 31 octobre 2017, http://www.france24.com/fr/20171031-kenya-election... (Page consultée le 5 novembre 2017).

JEUNE AFRIQUE, «Kenya : la Commission électorale annonce la victoire d'Uhuru Kenyatta avec 98,2% des voix», 30 octobre 2017, http://www.jeuneafrique.com/488179/politique/kenya... (Page consultée le 5 novembre 2017).

Dernière modification: 2017-11-13 07:49:31

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Incertitude, violence et crise politique après l'élection kényane du 26 octobre 2017
>novembre 2017


Pouvoir centralisé et élection invalidée au Kenya
>septembre 2017


La CPI retire ses accusations envers le vice-président kenyan
>septembre 2016


Kenya : la «meilleure moins pire» économie
>janvier 2015


Coup dur pour la CPI : les accusations contre le président kenyan retirées
>janvier 2015


Région des Grands Lacs : un sommet pour la paix ?
>octobre 2013


Élections historiques au Kenya
>septembre 2013


La population du Kenya donne son appui à la nouvelle Constitution
>septembre 2010


Le voyage africain d'Hillary Clinton
>septembre 2009


Le Kenya retrouve son calme
>mars 2008


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019