20 février 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

7 octobre 2006

Jimmy Carter : bilan positif ou négatif?


Olivier Bertrand Fontaine
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

novembre
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

juillet
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

juin
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

mars
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

décembre
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

septembre
2017
Ouragans sur les Caraïbes

août
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

janvier
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

janvier
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

novembre
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

septembre
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

juin
2016
Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

mars
2016
Début de la visite du président américain Barack Obama à Cuba

janvier
2016
Dévoilement de données confirmant l'établissement d'un record de chaleur en 2015

octobre
2015
Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

décembre
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

novembre
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

septembre
2014
Tenue d'une marche en faveur de la lutte aux changements climatiques

novembre
2012
Réélection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

C'est lors des élections nationales américaines de 1976 que James Earl Carter Jr. commence sa carrière présidentielle sous la bannière démocrate. Il accède au poste de président en l'emportant sur le candidat républicain, Gérald Ford (1). En effet, pour plusieurs observateurs, Carter était le candidat négligé lors de ces élections. Cependant le contexte de l'époque a grandement favorisé son accession à la présidence.

D'une part, le scandale du Watergate était bien présent dans la tête des électeurs, ce qui affecta fortement l'appui populaire envers les républicains. D'autre part, Carter était un « nouveau » sur la scène politique nationale, il était donc pour les électeurs de l'époque, un homme politique à ne pas avoir de liens avec les scandales de l'administration précédente (2). Carter représentait pour les électeurs américains un nouveau genre d'homme politique et la réorganisation de l'administration gouvernementale fut son cheval de bataille électoral (3). Il devint donc, le 20 janvier 1977, le 39e Président américain contre l'attente de tous (4).

Historique

Jimmy Carter est né à Plains, dans l'État de la Géorgie, en 1924. Il fut élevé à la ferme, dans une plantation d'arachides, pendant toute son enfance. Ses parents étaient des baptistes pratiquants et les valeurs chrétiennes étaient très importantes au sein de la famille Carter (5). Ce sont ces mêmes valeurs qui poussèrent Jimmy Carter à s'intéresser à la politique (6). D'ailleurs, cet homme sera reconnu pour avoir véhiculé les valeurs chrétiennes tout au long de sa carrière politique.

Carter entame ses études à l'école publique de Plains, les poursuit au collège de Géorgie et obtient finalement son baccalauréat en sciences à l'école navale d'Annapolis, en 1946 (7). Passionné par la marine, il gravit les échelons militaires jusqu'au poste de lieutenant. Soldat émérite, il est choisi pour servir sur les sous-marins nucléaires américains. Après avoir terminé sa maîtrise en physique nucléaire, il servira dans l'armée quelques années à bord du sous-marin nucléaire « Sea Wolf » (8).

Sur le plan politique, après avoir repris et développé la plantation d'arachides suite au décès de son père, Carter s'impliqua dans la politique locale de Géorgie. Il accède au poste de gouverneur le 12 janvier 1971 (9). Carter adopte des positions controversées : il base sa campagne électorale sur l'abolition des barrières raciales et l'amélioration des politiques environnementales, cela dans un État du Sud où la ségrégation est encore bien présente (10). Finalement, le 12 décembre 1974, il présenta sa candidature à l'élection présidentielle sous la bannière démocrate. On lui donne alors peu de chance face aux grosses têtes politiques de l'époque.

La présidence de Carter

La présidence de Jimmy Carter est marquée par plusieurs polémiques. D'un côté, certains diront que les actions de Carter en politique étrangère furent les causes du succès de son mandat. De l'autre côté, on affirme que l'administration Carter fut un échec, considérant le manque de mesures prises par son gouvernement afin de faire face aux problématiques nationales de l'époque.

En ce qui concerne la politique étrangère, Jimmy Carter a accompli de grandes choses pour son pays. Premièrement, il a mis sur pied les accords de Camp David. Ces accords eurent pour effet de rétablir la paix entre l'Égypte et Israël (11). Aussi, il établira les bases d'excellentes relations diplomatiques avec la République populaire de Chine. Il poursuit et négocie également avec les Soviétiques l'accord SALT II qui a pour objectif de freiner et limiter la course aux armements nucléaires stratégiques (12).À un autre niveau, il signe le Traité du canal de Panama qui remet le canal sous l'autorité gouvernementale panaméenne. La politique étrangère de Carter fut basée sur le respect des droits de l'homme. Par exemple, son administration mit fin au support américain envers la dictature somoziste au Nicaragua. Carter ira même jusqu'à financer les opposants à cette dictature qui violait couramment les droits de l'homme (13).

Cependant, la présidence de Carter fut fortement ébranlée par les événements conséquents à la révolution iranienne de 1979. Il accueillit à contrecoeur le dictateur déchu, Mohammad Reza Chah Pahlavi, en tant que réfugié politique sur le sol américain, ce qui provoqua la grogne des révolutionnaires iraniens (14). En représailles, 52 employés de l'ambassade américaine en Iran furent pris en otage durant 14 mois. Carter fut grandement critiqué pour les mesures inefficaces prises par son administration pour résoudre cette crise (15). De plus, les accords SALT II furent mis de côté suite au commencement de l'intervention soviétique en Afghanistan, en 1979.

Sur le plan interne, Carter a eu beaucoup moins de succès. Il entame une réforme nationale des ministères. Il crée entre autres le ministère de l'Énergie, renforce le ministère de l'Éducation et met sur pied des lois qui renforcent la protection environnementale (16). Cependant, la situation économique américaine est difficile et les États-Unis s'enlisent dans la pire récession économique depuis la crise de 1930. Pour plusieurs analystes, les mesures mises sur pied par Carter face à cette problématique économique, furent totalement inefficaces. Les statistiques de l'époque confirment leur position : « Le taux d'inflation au pays monta de 4,8 % en 1976 jusqu'à 12 % en 1980. Plus de 8 millions de personnes étaient sans emplois et la valeur du dollar américain avait amplement diminuée par rapport aux marchés étrangers » (17).

À l'époque, son impopularité est flagrante et ses décisions sont critiquées de toutes parts. Il se met à dos son propre parti ainsi que la majeure partie du Congrès, car on lui reproche de manquer de volonté de coopération avec les institutions gouvernementales (18). De plus, on lui reproche d'avoir diminué la capacité militaire américaine face à l'Union soviétique, son parti étant plus occupé à régler des problèmes sociaux internes que les problèmes de sécurité internationale (19).

Carter perdit donc les élections de 1980 face à Ronald Reagan. Il fut président pour un seul mandat, ce qui, dans la tradition politique américaine, est relativement inhabituel et exprime une certaine impopularité. Plusieurs auteurs affirment que le résultat de cette élection fut grandement influencé par le déroulement de la prise d'otages en Iran. Certains membres de la future administration Reagan complotaient afin d'empêcher Carter de régler la situation, ce qui eut pour effet de faire diminuer sa popularité (20).

Par contre, pour Jimmy Carter, ce mandat présidentiel n'était que le début d'une grande carrière politique. Il continua de militer activement pour le respect des droits de l'homme. Il gagna, en 2002, le prix Nobel de la paix pour « ses efforts en faveur de la paix, de la démocratie, des droits de l'homme et du développement économique et social dans le monde » (21). Selon le magazine Times, il fut le meilleur ex-président des États-Unis par son implication continuelle à l'échelle politique mondiale.




Références:

(1) S.A., Jimmy Carter; U.S. president, [En ligne], 2006, http://www.answers.com/topic/jimmy-carter , page consultée le 7 octobre 2006.

(2) WIKIPÉDIA, Encyclopédie, James Earl Carter, Jr., [En ligne], 2006, http://fr.wikipedia.org/wiki/Jimmy_Carter , page consultée le 6 octobre 2006.

(3) Loc. cit

(4) RODRIGUE, Philippe, Jimmy Carter : un grand leader américain, [En ligne], Université Laval, 2006, http://www.fsa.ulaval.ca/personnel/vernag/leadersh... , page consultée le 4 octobre 2006.

(5) WHITE HOUSE, The, Jimmy Carter, [En ligne], 2006, http://www.whitehouse.gov/history/presidents/jc39.html , page consultée le 6 octobre 2006.

(6) RODRIGUE, Philippe, Jimmy Carter : un grand leader américain, op. cit.

(7) Loc. cit.

(8) HOCHMAN, Steven, Jimmy Carter, 1924-, [En ligne], 2002, http://www.ibiblio.org/lia/president/CarterLibrary... , page consultée le 7 octobre 2006.

(9) S.A., Jimmy Carter; U.S. president, op. cit.

(10) RODRIGUE, Philippe, Jimmy Carter : un grand leader américain,op. cit.

(11) WIKIPÉDIA, Encyclopédie, James Earl Carter, Jr., op. cit.

(12) HOCHMAN, Steven, Jimmy Carter, 1924-, op. cit.

(13) WIKIPÉDIA, Encyclopédie, James Earl Carter, Jr., op. cit.

(14) WHITE HOUSE, The, Jimmy Carter, op. cit.

(15) RODRIGUE, Philippe, Jimmy Carter : un grand leader américain,op. cit.

(16) WIKIPÉDIA, Encyclopédie, James Earl Carter, Jr., op. cit.

(17) RODRIGUE, Philippe, Jimmy Carter : un grand leader américain,op. cit.

(18) Loc. cit.

(19) Loc. cit.

(20) WIKIPÉDIA, Encyclopédie, James Earl Carter, Jr., op. cit.

(21) WIKIPÉDIA, Encyclopédie,Prix Nobel de la paix., [En ligne], 2006, , http://fr.wikipedia.org/wiki/Prix_Nobel_de_la_paix , page consultée le 7 octobre 2006.

Dernière modification: 2007-05-02 09:41:50

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

La grève aux États-Unis : un frein aux profits chez General Motors?
>février 2020


Un an plus tard: le First Step Act comme premier pas à une réforme carcérale aux États-Unis
>décembre 2019


Primaires démocrates au New Hampshire : une course à trois déterminante pour l'élection présidentielle
>octobre 2019


Washington D.C. : une hausse inquiétante de la violence
>octobre 2019


La juge progressiste Ruth Bader Ginsburg tendra-t-elle le flambeau aux conservateurs?
>octobre 2019


Destitution du président Trump : une route parsemée d'embûches
>octobre 2019


Mort de Lee Iaccoca : bilan d'une icône de l'industrie automobile
>octobre 2019


Harris se démarque lors du premier débat à l'investiture démocrate
>septembre 2019


L'extrême gauche aux États-Unis à l'ère Trump? Plutôt marginale
>avril 2019


Les élections de mi-mandat, ou la ruée vers l'or au pays des droits et libertés
>mars 2019


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019