26 mai 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

26 septembre 2017

Sommet sur la sécurité en Asie : le statu quo à l'honneur


Maxime Gagné
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Balado: Le monde en perspective




Nouveauté. Écoutez en baladodiffusion les rencontres qu'animent les professeures Isabelle Lacroix et Karine Prémont sur des questions qui touchent les enjeux démocratiques, les relations internationales ou les modes de scrutin. Des rencontres de 20 minutes dans un style simple et ouvert avec des spécialistes, des personnes présentes sur le terrain et aussi des étudiantes et étudiants de second cycle.

Au fil du temps

juin
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

novembre
1989
Création de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique

août
1967
Création de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est

Dans un monde où les frontières tendent à disparaître et où les pays se rassemblent pour discuter de sujets communs, des organisations voient le jour. À ce sujet, on fait souvent référence à l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord ou à l'Union européenne. Il existe toutefois d'autres organisations plus discrètes parmi lesquelles figure le Shangri-La Dialogue, un sommet sur la sécurité et la défense en Asie qui a eu lieu à Singapour du 2 au 4 juin 2017.

Coordonner la sécurité un sommet à la fois

C'est grâce à une initiative de l'Institut international d'études stratégiques (IISS), un groupe de réflexion britannique, qu'avait lieu en 2002 la première réunion du Shangri-La Dialogue. Ce forum de discussion sur la sécurité en Asie a été créé pour pallier l'absence d'un système de coopération en cette matière dans la région de l'Asie du Sud-Est. La réunion tire son nom du lieu de rencontre, l'hôtel Shangri-La à Singapour (1). Depuis sa première édition en 2002, le forum s'est développé et couvre maintenant la région de l'Asie-Pacifique. Le Shangri-La Dialogue est maintenant reconnu internationalement comme un élément essentiel à la planification de la défense de la région.

Présente lors du premier sommet, Madame Fleur de Villers raconte qu'ils n'étaient alors qu'une douzaine de ministres et tout au plus 125 délégués, alors que l'édition 2017 a reçu pas moins de 35 ministres et un peu plus de 600 délégués (2). Au final, le sommet se veut un forum pour les ministres de la Défense et les experts en cette matière des pays de la région de l'Asie-Pacifique, de l'Amérique du Nord et de l'Europe. Ils en profitent pour discuter et résoudre les conflits et défis de la région (3).

Au menu 2017 : présence américaine et pays entêtés

Cette année, l'un des sujets majeurs du sommet était la présence de James Mattis, secrétaire à la Défense américaine. En effet, à la suite de l'élection de Donald Trump, du retrait des États-Unis de l'accord de Paris et de l'accord Trans-pacifique, et sans oublier les politiques « America First », les pays asiatiques attendaient de pied ferme le discours du secrétaire (4). Celui-ci s'est fait confiant et a réitéré la participation des États-Unis dans la région. Cela étant dit, si les pays asiatiques attendaient des propositions d'action claires, ils devront attendre. En effet, Mattis a plutôt mis l'accent sur sa volonté de rester engagé dans la région ainsi que sur l'ordre international réglementé (5). Les propos de Mattis n'étaient-ils qu'un simple discours protocolaire ou est-ce que des actions concrètes suivront?

Deux autres sujets ont retenu l'attention au cours de ce sommet sur la sécurité en Asie. En effet, l'expansion chinoise dans la mer de Chine méridionale par la construction d'îles artificielles inquiète énormément les autres pays de la région qui voient leur marge de manoeuvre diminuer. Le Japon, l'Australie, l'Inde, le Vietnam et plusieurs autres pays de l'Associations des Nations de l'Asie du Sud-Est ont discuté d'une marche à suivre pour tenter de freiner l'activité expansionniste de la Chine. Les États-Unis ont quant à eux insisté sur la liberté de naviguer dans ces eaux et sur la poursuite des patrouilles de navires militaires américains. Mattis a fait savoir qu'ils ne toléreront pas un changement unilatéral de la situation de la part de la Chine (6).

D'autre part, le développement nucléaire de la Corée du Nord fut également un problème poignant sur lequel ont planché la plupart des dignitaires présents au forum. Cependant, aucune solution claire n'en est ressortie (7).

Il est difficile de conclure si le Shangri-La Dialogue 2017 est une réussite ou un échec. Comme le dit Madame De Villiers, le savoir-faire du sommet est de discuter des conflits et des défis en lien avec la sécurité, même si sa raison d'être est leur résolution (8). En ce sens, l'avenir n'augure rien de bon d'ici la prochaine édition si le président Trump continue d'aller à l'encontre des discours de ses secrétaires, comme il le fait présentement avec James Mattis au sujet de la Corée du Nord (9).




Références:

(1) IISS, « The IISS Shnagri-La Dialogue : The Asia Security Summit », 2017, https://www.iiss.org/en/events/shangri-la-dialogue... Page consultée le 25 septembre 2017.

(2) Ibid.

(3) PANDA, Dr. Rajaram, « What did Shangri-La Dialogue 2017 achieve? », The Pioneer (India), 11 juin 2017. http://www.dailypioneer.com/columnists/backbone/wh... Page consultée le 26 septembre 2017.

(4) THE STRAITS TIMES, « Regional forum envoys voice doubt over US' Asia commitment », BBC Worldwide Limited, 5 juin 2017.

(5) PANDA, Dr. Rajaram, Op. Cit.

(6) Ibid.

(7) Ibid.

(8) IISS, Op. Cit.

(9) ASSOCIATED PRESS & AGENCE FRANCE-PRESSE, « Trump accuse Pyongyang d'avoir "gravement torturé" Otto Warmbier », Radio-Canada, 26 septembre 2017, http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1058005/donald... Page consultée le 26 septembre 2017.

Dernière modification: 2017-10-02 12:29:02

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Sommet sur la sécurité en Asie : le statu quo à l'honneur
>septembre 2017


Singapour : le pays à envier pour le commerce
>janvier 2015


L'ASEAN à la recherche de stabilité
>septembre 2008


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016