15 octobre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

26 septembre 2017

Réélection de Rouhani en Iran : vers l'ouverture et la modération


Olivier Valois
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

novembre
2017
Tremblement de terre dévastateur en Iran

mai
2017
Réélection en Iran du président Hassan Rohani

avril
2015
Entente préliminaire sur l'utilisation de l'énergie nucléaire en Iran

janvier
2015
Chute importante du prix du baril de pétrole

novembre
2013
Entente internationale intérimaire sur le développement du programme nucléaire iranien

juin
2013
Élection de Hassan Rohani à la présidence de l'Iran

juin
2009
Tenue d'une élection présidentielle en Iran

décembre
2003
Tremblement de terre en Iran

mai
1997
Élection de Mohammed Khatami à la présidence de l'Iran

juin
1990
Tremblement de terre en Iran

juin
1989
Décès de l’ayatollah Rouhollah Khomeiny en Iran

août
1988
Entrée en vigueur d'un cessez-le-feu mettant fin à la guerre entre l'Iran et l'Irak

mars
1988
Utilisation d'armes chimiques en Irak contre les Kurdes

novembre
1987
Publication du rapport d'une Commission d'enquête sur l'affaire Iran-Contra

août
1981
Assassinat du président et du premier ministre de l’Iran

septembre
1980
Début de la guerre Iran-Irak

novembre
1979
Occupation de l'ambassade des États-Unis à Téhéran

mars
1979
Début du deuxième « choc pétrolier »

février
1979
Retour d'exil de l'ayatollah Rouhollah Khomeiny

Le 19 mai 2017, le président iranien sortant Hassan Rouhani fut réélu avec une majorité confortable de 57 % des 40 millions de votes d'électeurs iraniens (1). Selon plusieurs, cette réélection est lourde de sens. En Rouhani, analystes et décideurs occidentaux voient en effet la volonté du peuple iranien de faire preuve de modération religieuse, de progressisme et d'ouverture sur le monde.

Une lutte féroce, mais une victoire décisive

Cette élection, qui marqua un record de participation (70 % des électeurs), fut principalement disputée entre Rouhani et Ebrahim Raïsi, un conservateur et membre du clergé chiite (2). Cette campagne fut particulièrement brutale, alors que Raïsi et les conservateurs usèrent de tous les moyens à leur disposition pour mobiliser l'opinion publique contre Rouhani.

Le camp conservateur se présenta selon les médias occidentaux comme le Washington Post comme étant celui des «vrais fidèles». Raïsi et son équipe multiplièrent les efforts de mobilisation, de financement et de propagande, allant même jusqu'à accuser Rouhani et son administration de corruption (3). Cette tactique de division sourit cependant plus ou moins aux religieux-conservateurs.

Rouhani, un religieux modéré, a saisi la balle au bond. Il adopta un discours populiste «anti-establishment», qualifiant notamment d'«extrémistes» le clergé chiite et le Corps des Gardiens de la révolution islamique, une organisation paramilitaire subordonnée uniquement au guide suprême de la révolution, Ali Khamenei. Il les accusa également de vouloir saboter l'accord sur le nucléaire iranien, qui avait permis de lever les sanctions économiques pesant lourd sur l'Iran(4).

Étant l'un des principaux architectes de l'accord sur le nucléaire iranien, soit le Plan d'action conjoint, Rouhani fut aussi vivement critiqué par l'opposition qu'il fut louangé par ses supporteurs pour son rôle dans l'adoption et le contenu dudit accord (5). Cette entente, qui vient limiter le projet nucléaire iranien à des fins uniquement civiles et pacifiques, devint donc l'enjeu clé de la campagne. Certains voyaient même en cette campagne électorale un référendum sur l'accord en question (6).

Si tel était le cas, le peuple iranien, en se déclarant majoritairement en faveur de Rouhani, apporta donc implicitement son appui à l'accord. C'est d'ailleurs la réélection de Rouhani et le maintien en place du plan d'action conjoint qui peuvent expliquer l'optimisme relatif des dirigeants et analystes occidentaux.

Les analystes divisés, les États-Unis restent de glace

L'apparent pacifisme et la volonté d'ouverture affichée par Rouhani et son administration semblent être un pas dans la bonne direction pour l'Iran, qui pourrait être tenté de changer son image à l'international. En effet, ce pays fut longtemps désigné comme une menace et un agent déstabilisateur au Moyen-Orient, notamment par les États-Unis. C'est d'ailleurs cette méfiance de la part de l'administration américaine ainsi que l'hostilité des ultraconservateurs, dont les rangs se sont resserrés depuis la défaite électorale, qui représentent désormais les principales entraves à la politique d'ouverture de Rouhani (7).

Félicité officiellement par la Russie et le régime syrien de Bashar al-Assad, Rouhani ne reçut pas le même accueil de la part des Américains. Le président américain Donald Trump a notamment menacé de déchirer l'accord nucléaire, tout en concluant un accord de vente d'armes record de 110 millions USD avec l'Arabie Saoudite. Cette transaction avait notamment pour objectif de combattre la «mauvaise influence iranienne (8) » au Moyen-Orient.

Malgré la méfiance, voire la mauvaise foi américaine, plusieurs experts perçoivent avec optimisme la réélection d'Hassan Rouhani. Sa victoire démontre pour certains l'émergence d'un courant séculaire et pro-occidental grandissant au sein de la nation chiite (9). En voulant promouvoir les libertés individuelles, notamment par la voie d'une éducation sécularisée et en mettant de l'avant un discours libéral sur les droit des femmes, Rouhani fait rupture avec la tradition religieuse ultraconservatrice et antiimpérialiste (ou anti-occidentale) de la révolution islamique (10).

Ces développements prometteurs sont cependant ternis par le piètre bilan de l'Iran en matière de droits humains, alors que plusieurs journalistes et activistes de l'opposition sont emprisonnés à ce jour. La presse et l'accès à internet sont aussi tenus en laisse par l'État, alors que le nombre d'exécutions n'a cessé de croitre sous Rouhani (11).

Alors que la réélection d'Hassan Rouhani représente indéniablement un pas vers l'ouverture et la modération, la marche s'annonce longue pour la République islamique. Les quatre prochaines années du mandat de Rouhani pourraient donc s'avérer déterminantes pour l'avenir de l'Iran.




Références:

1) BBC NEWS, «Iran election : Hassan Rouhani wins second term as president », BBC, [En ligne], 20 mai 2017, http://www.bbc.com/news/world-middle-east-39984066 (page consultée le 23-09-2017).

2) Ibid.

3) MOSENI, Payam. «In Iran's elections, the hard-liners lost. What comes next?», The Washington Post, [En ligne], 26 mai 2017, https://www.washingtonpost.com/news/monkey-cage/wp... (Page consultée le 23-09-2017).

4) CUNNINGHAMN, Eric. . «Iran's Rouhani lashes rivals with rare criticism of security forces, ruling clercs », The Washington Post, [En ligne], 9 mai 2017, https://www.washingtonpost.com/world/middle_east/i... (page consutlée le 23-09-2017).

5) KREVER, Mick. «Iranian President Hassan Rouhani wins election in victory for moderates», CNN, [En ligne], 20 mai 2017, http://www.cnn.com/2017/05/20/middleeast/iran-rouh... (Page consultée le 23-09-2017).

6) Ibid.

7) RANDOLPH, Eric. «Iran : Rohani désormais face aux ultraconservateurs et aux États-Unis», La Presse, [En ligne], 21 mai 2017, http://www.lapresse.ca/international/moyen-orient/... (Page consultée le 23-09-2017).

8) Ibid.

9) MOSENI, Payam, op. cit.

10) Ibid.

11) KASRA, Naji. «Profile : Hassan Rouhani, President of Iran », BBC, [En ligne], 20 mai 2017, http://www.bbc.com/news/world-middle-east-22886729 (Page consultée le 23-09-2017).

Dernière modification: 2017-10-02 12:30:14

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Le Moyen-Orient s'enflamme dans une nouvelle guerre froide
>octobre 2019


Réélection de Rouhani en Iran : vers l'ouverture et la modération
>septembre 2017


Téhéran frappé par le groupe État islamique
>septembre 2017


L'accord nucléaire iranien remis en question
>février 2017


Iran - Arabie Saoudite : des décennies de relations abruptes
>mars 2016


L'Iran entre réforme et tradition
>février 2016


L'Iran : une population qui sombre dans la drogue
>décembre 2015


Signature d'un accord historique sur le nucléaire iranien
>janvier 2014


Nucléaire iranien : un accord historique réjouit la communauté internationale
>décembre 2013


Élection de Rohani : naissance d'un espoir international
>octobre 2013


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019