Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

19 janvier 2019

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

7 octobre 2006

L'heure des bilans a sonné pour Kofi Annan


Marie-Pier Riendeau
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

décembre
2000
Élection de John Kufuor à la présidence du Ghana

janvier
1997
Assermentation de Kofi Annan au poste de secrétaire général des Nations unies

décembre
1981
Renversement du gouvernement de Hilla Limann au Ghana

janvier
1979
Retour au multipartisme au Ghana

janvier
1972
Renversement du gouvernement de Kofi Abrefa Fusia au Ghana

août
1969
Tenue d'élections législatives au Ghana

février
1966
Renversement du président Kwame Nkrumah au Ghana

mai
1963
Signature de la Charte constituant l'Organisation de l'unité africaine

septembre
1961
Ouverture d'une conférence des pays non-alignés à Belgrade

avril
1960
Proclamation de l'indépendance du Togo

octobre
1958
Proclamation de l'indépendance de la Guinée

mars
1957
Proclamation de l'indépendance du Ghana

avril
1955
Ouverture d'une conférence internationale à Bandoeng

février
1951
Premières élections législatives au suffrage universel sur la Côte-de-l'Or (Ghana)

Presque dix ans se sont écoulés depuis le début du premier mandat de Kofi Annan. À la veille de son départ, l'Organisation des Nations unies (ONU) est la recherche d'un remplaçant. M. Annan est habitué, de par sa position, de se faire analyser et critiquer, mais aujourd'hui, plus que jamais, le travail qu'il a accompli sera sujet de discussions et de débat.

D'abord, rappelons un peu l'histoire de cet homme. Kofi Annan est né le 8 avril 1938 à Kumasi, au Ghana, en Afrique. Il est entré à l'ONU en 1962 et a gravi les échelons pour devenir, en 1993, Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix. Le 1er janvier 1997, il est devenu le septième Secrétaire général de l'ONU et le premier à sortir des rangs du personnel de cette organisation(1).

À l'époque de sa nomination, on s'attendait à beaucoup du successeur de Boutros Boutros Ghali. Aujourd'hui, au moment de trouver un nouveau secrétaire, il est temps de faire un bilan des deux mandats de Kofi Annan. Pour ma part, je crois que M. Annan peut être fier de ses dix années passées comme Secrétaire général de l'ONU.

La saga du programme « Pétrole contre nourriture »

Plusieurs diront qu'on ne peut faire un bilan positif des mandats de Kofi Annan à la tête du Secrétariat de l'ONU. Leur principal argument sera le tristement célèbre programme « Pétrole contre nourriture ». Lancé en 1996, ce programme donnait l'autorisation au président irakien, Saddam Hussein, de vendre, malgré l'embargo, le pétrole irakien contre de la nourriture et des médicaments(2). Aujourd'hui, l'échec de ce programme est évident et plusieurs s'en servent comme d'une arme contre le Secrétaire Annan. Selon les conservateurs américains, plus de 20 milliards de dollars, sur les 64 milliards du programme, se sont retrouvés dans les poches du dictateur irakien(3). Plusieurs tentent de faire porter l'entière responsabilité de l'échec de ce programme et du détournement de fonds public à Kofi Annan.

Par contre, il est à noter que si le Secrétaire général de l'ONU a certaines responsabilités dans cette histoire, il ne peut être le seul à blâmer. D'abord, le rapport Volcker, qui devait faire la lumière sur l'affaire, précise que se ne sont pas 20 milliards qui ont été détournés par Saddam Hussein, mais bien 2 milliards de dollars(4). Ensuite, en plus du dictateur irakien, plusieurs autres personnes ont pu bénéficier de la mauvaise gestion du programme onusien. Le réseau de corruption irakien « avait étendu ses ramifications en Russie, aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Italie, en Australie, en Inde(5) » et en France. En effet, plusieurs entreprises et personnalités politiques ou autres ont largement profité du programme « pétrole contre nourriture ».

Il est entendu que Kofi Annan a une certaine responsabilité dans la saga du programme. Étant le plus haut fonctionnaire de l'ONU, il était de son devoir de connaître et de bien contrôler ce programme humanitaire. Par contre, il est certainement injuste de lui en imputer l'entière responsabilité parce que trop de gens en ont profité pour faire porter le chapeau à une seule personne. Je crois donc que cette erreur ne peut entacher l'ensemble des deux mandats de M. Annan.

Faits oubliés par les détracteurs

En regardant l'ensemble des mandats du septième Secrétaire général de l'ONU on remarque plusieurs bonnes actions. À force de persuasions, il a convaincu Saddam Hussein, en 1998, de laisser les inspecteurs vérifier les sites soupçonnés de cacher des armes de destruction massive(6). Bien sûr, il ne parvient pas à empêcher les frappes américano-britanniques lors de la campagne « Renard du désert », mais Kofi Annan, par sa patience et sa diplomatie, a sans aucun doute fait éviter, à cette époque, une guerre en sol irakien(7).

Au cours de ses mandats, Kofi Annan a aussi joué un rôle important dans la sensibilisation et la lutte au sida(8) et il a donné une place de plus en plus importante à la société civile(9). De plus, dès 1997, l'une des priorités du Secrétaire général a été de réformer les institutions de l'ONU(10). Puis, en 2003, loin de se laisser marcher sur les pieds par Washington, il a déclaré la guerre en Irak « illégitime »(11). Ces faits ne sont que quelques actions que Kofi Annan a posées en tant que Secrétaire général de l'ONU et qui font, qu'aujourd'hui, on peut dresser un bilan positif de ses mandats.

Fonctions et pouvoirs du Secrétaire général de l'ONU

Dans l'imaginaire collectif, on croit que le Secrétaire général a les pleins pouvoirs sur l'ONU. La réalité est tout autre. Selon la Charte de l'ONU, le Secrétaire général « est le plus haut fonctionnaire de l'Organisation »(12), mais au-delà de cela, le Secrétariat général est un poste « aux contours mal définis »(13). Selon Javier de Perez de Cuellar, ancien Secrétaire général des Nations unies, « le secrétaire général de l'ONU dispose de deux cartes seulement : il peut convoquer le Conseil de sécurité, et ajouter un point à l'ordre du jour de l'Assemblée générale ! Il est donc condamné à grignoter du pouvoir. »(15) Ceux qui croient que Kofi Annan n'a pas assez fait pour le monde, qu'il a été mou et sans ambition, ne comprennent donc pas les limites des pouvoirs du Secrétaire. Avec les moyens qui sont ceux de son poste, je crois que Kofi Annan a fait se qu'il lui était possible de faire.

Si l'on notait Kofi Annan comme on note un écolier, bien sûr qu'il n'aurait pas 100%, mais il aurait sans aucun doute la moyenne. La moyenne que ses moyens en tant que Secrétaire général de l'ONU lui ont permis d'avoir. La moyenne que ses prédécesseurs ont aussi eue : ni pire, ni meilleure qu'eux. La moyenne que le Conseil de sécurité lui a laissé atteindre. Si l'on notait Kofi Annan comme on note un écolier, sur son bulletin on pourrait y lire : « Bon travail malgré les faibles résultats. Effort notable et constant pour y remédier. »




Références:

(1) ONU, « Biographie », Secrétariat général des Nations Unies, [En ligne], http://www.un.org/french/sg/pages/sg_biography.html, (page consultée le 5 octobre 2006).

(2) DUTEIL, Mireille, « Le temps se gâte », Le Point, 27 janvier 2005, p.43.

(3) Ibid.

(4) LE MONDE, « Trafics d'influence », Le Monde, 12 avril 2006, p.2.

(5) Ibid.

(6) LE MONDE, « La croisade armée des États-Unis contre l'Irak », Le Monde, 18 décembre 1998, p.1.

(7) DUTEIL, Mireille, « Le temps se gâte », p.43.

(8) LA PRESSE CANADIENNE, « SIDA: lancement d'UNITAID pour faciliter l'accès aux traitements dans les pays pauvres », 3 juin 2006.

(9) AIDH, « Kofi Annan dresse un bilan de ses deux mandats à la tête des Nations unies », [En ligne], http://www.droitshumains.org/mill/pdv-04.htm, (page consultée le 5 octobre 2006).

(10) ONU, « Biographie », (page consultée le 5 octobre 2006).

(11) DUTEIL, Mireille, « Le temps se gâte », p.43.

(12) ONU, « Charte des Nations Unies », [En ligne], http://www.un.org/french/aboutun/ charte/txt.html, (page consultée le 5 octobre 2006).

(13) HUBERT-RODIER, Jaques, « Patron de l'ONU, un métier "impossible"», Les Echos, 4 septembre 2006, p. 8.

(14) Ibid.

(15) WERLY, Richard, « Tout seul face aux puissances », Le Soir, mardi 19 septembre 2006, p. 14.

Dernière modification: 2007-05-02 07:13:22

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

La traite d'enfants et de femmes au Ghana : des efforts inutiles?
>novembre 2018


L'Afrique : de plus en plus branchée
>novembre 2018


Un environnement toxique persistant au Ghana
>février 2017


Chaude lutte à prévoir pour l’élection présidentielle ghanéenne
>novembre 2016


Des élections exemplaires au Ghana
>février 2013


Une grande perte pour le Ghana
>octobre 2012


Élection démocratique et sans violence au Ghana
>janvier 2009


L'indépendance ghanéenne: de l'or à la politique économique
>avril 2007


L'heure des bilans a sonné pour Kofi Annan
>octobre 2006


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016