Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

9 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

19 September 2017

Le Nouveau Parti démocratique du Canada à la recherche d'un nouveau chef


Jeff Boulais
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

October
2018
Légalisation du cannabis au Canada

October
2015
Élection au Canada du Parti libéral de Justin Trudeau

May
2011
Réélection au Canada du Parti conservateur de Stephen Harper

October
2008
Ouverture du douzième Sommet de la Francophonie

October
2008
Réélection au Canada du Parti conservateur de Stephen Harper

June
2007
Ouverture du Sommet du G8 à Heiligendamm, en Allemagne

January
2006
Élection au Canada du Parti conservateur de Stephen Harper

June
2004
Élection au Canada du Parti libéral de Paul Martin

November
2000
Réélection au Canada du Parti libéral de Jean Chrétien

September
1999
Ouverture du huitième Sommet de la Francophonie

June
1997
Réélection au Canada du Parti libéral de Jean Chrétien

October
1995
Tenue d'un référendum sur la souveraineté du Québec

October
1993
Élection au Canada du Parti libéral de Jean Chrétien

December
1992
Signature de l'Accord de libre-échange nord-américain

October
1992
Tenue d'un référendum au Canada sur l'entente de Charlottetown

June
1990
Échec de l'accord constitutionnel du lac Meech au Canada

November
1989
Création de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique

November
1988
Réélection au Canada du Parti progressiste-conservateur de Brian Mulroney

September
1987
Ouverture du deuxième Sommet de la Francophonie

Depuis sa création en 1961, le Nouveau Parti démocratique (NPD) a toujours été un tiers parti relégué à l'arrière-plan de la scène politique canadienne, derrière les conservateurs et les libéraux (1). Cela s'est avéré véridique jusqu'en 2011. Dirigé par un chef charismatique en Jack Layton, ce parti social-démocrate a alors vu sa popularité exploser, tout particulièrement au Québec. Cependant, le résultat des élections 2015 ramena le NPD à la case départ.

Un renversement de situation

L'élan de popularité qui porte le NPD au statut d'opposition officielle face aux conservateurs aux élections de 2011 se manifeste surtout au Québec. Le Nouveau Parti démocratique y a récolté 42,9 % des voix, passant d'un seul siège à 59 sur 75 (2). Cet engouement fut si spontané que les analystes et journalistes y feront référence comme la « vague orange » (3). Le Québec fut donc la province canadienne qui fit pencher la balance en faveur du NPD. Toutefois, Jack Layton, auquel on attribue principalement le succès de ces résultats électoraux, dut se retirer de la scène politique pour des raisons de santé. Affligé par un cancer, il décéda en août 2011 (4). Thomas Mulcair fut élu en mars 2012 pour le remplacer (5).

Lors de son ascension historique de 2011, le NPD gagne 103 sièges et récolte 30,6 % des votes au Canada. Cependant, lors des élections fédérales de 2015, le NPD termine sa campagne avec seulement 44 députés, une perte de 59 sièges au Parlement (6). À la suite de cette débâcle, il fait son bilan. Thomas Mulcair n'a eu d'autre choix que d'organiser un vote de confiance. Ce procédé consiste à prendre en considération la volonté des membres du parti par rapport à l'avenir de leur chef par un vote démocratique (7).

Thomas Mulcair devait obtenir l'appui d'au moins de 70 % des militants pour conserver son poste et assurer sa légitimité (8). Cependant, il ne rassembla que 48 % des délégués à sa cause, du jamais-vu dans la jeune histoire de ce parti. Face à de tels résultats, il est évident que les membres et délégués du parti ont imputé l'échec électoral de 2015 à Mulcair, de la même façon qu'ils avaient attribué le succès de 2011 à Jack Layton.

L'importance du chef

Le NPD étant sans chef permanent, quatre candidats sont entrés dans la course pour prendre les commandes du parti : Charlie Angus, Niki Ashton, Guy Caron et Jagmeet Singh (9). Parmi ces candidatures, on ne retrouve pas de personnalités connues. Tout de même, deux d'autres eux semblent avoir une petite longueur d'avance.

Le premier à s'être lancé dans la course à la direction est Charlie Angus. L'homme de 54 ans prévoit adapter sa plateforme électorale en prenant compte des enjeux du Québec. En ce sens, il se dit contre la construction du pipeline Énergie Est qui prévoit traverser cette province (10). Membre du NPD depuis 13 ans, Charlie Angus peut être considéré comme un choix sûr ou comme un prolongement de la veille garde.

Jagmeet Singh est le dernier candidat à s'être lancé dans la course. Néanmoins, il est actuellement en avance. Il a reçu l'appui de 27 députés actuels, dont 8 élus à Ottawa, en plus de 19 députés provinciaux (11). Jagmeet Singh est relativement jeune à 38 ans, résolument progressiste et charismatique. Il met les réseaux sociaux à contribution, ce qui lui donne un avantage face à ses opposants. On lui reproche aussi une certaine désinvolture par rapport à sa façon de se présenter comme chef de parti, lui qui est le seul candidat à ne pas occuper un siège à la Chambre des communes. Jagmeet Singh est facilement identifiable, que ce soit par son nom ou son image. De religion sikhe, il porte la barbe et le turban. Cela pourrait s'avérer aussi bien un point positif que négatif durant sa campagne à la direction du NPD.

Le vote débute le 18 septembre 2017. Il sera dévoilé le 1er octobre 2017 s'il y a une majorité de 50 % pour un candidat. Sinon, le processus prévoit deux autres tours de scrutin pour déterminer un gagnant (12).




Références:

(1) Historica Canada, « New Democratic party », http://www.thecanadianencyclopedia.ca/en/article/n... (consultée le 13 septembre 2017).

(2) Election Canada, http://www.elections.ca/content.aspx?section=res&d... (consultée le 13 septembre 2017).

(3) Wiseman, Nelson, « Orange wave to orange crused? », The Canadian Journal of Opinion, http://inroadsjournal.ca/orange-wave-to-orange-crushed/, (consultée le 14 septembre 2017).

(4) Historica Canada, « New Democratic party », op.cit.

(5) Loc.cit

(6) Election Canada, op.cit.

(7) NPD, « Règles – Leadership 2017 », http://xfer.ndp.ca/2016/documents/ReglesLeadership... (consultée le 13 septembre 2017).

(8) RADIO-CANADA & LA PRESSE CANADIENNE, « Mulcair devra obtenir au moins 70 % des appuis pour rester à la tête du NPD », 12 février 2016, http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/764951/mulcair... (consultée le 14 septembre 2017).

(9) NPD Leadership 2017, « Candidats et candidates au leadership 2017 », https://www.npd.ca/leadership-2017, (consultée le 9 septembre 2017).

(10) Crête, Mylène, « Portrait des cinq candidats à la direction du NPD », Métro, La Presse canadienne, 3 juillet 2017, http://journalmetro.com/actualites/national/116415... (consultée le 15 septembre 2017).

(11) Buzzetti, Hélène, « Course à la chefferie : le vote peut commencer », Le Devoir, 16 septembre 2017, http://www.ledevoir.com/politique/canada/508147/le... (consultée le 17 septembre 2017).

(12) Blouin, Louis, « Comment sera élu le prochain chef du NPD », Radio-Canada, 18 septembre 2017, http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1056476/course... (consultée le 18 septembre 2017).

Dernière modification: 2017-09-25 12:09:46

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016