Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

21 janvier 2019

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

11 octobre 2018

Sommet américano-balte : défense et échanges à l'agenda


Gabriel Grégoire-Mailhot
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

juin
2009
Début des élections législatives au Parlement européen

juin
2004
Tenue d'élections au Parlement européen

avril
2003
Annonce de l'adhésion de dix pays à l'Union européenne

Le 3 avril 2018, les chefs d'État des pays baltes et le président américain, Donald Trump, se sont réunis dans le cadre des célébrations du centenaire de la fête d'indépendance de la région balte, afin d'aborder certains sujets, notamment la sécurité du territoire. C'est un sujet important entre ces pays, étant donné que les États-Unis ainsi que les trois États baltes, l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie, sont membres de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) (1). Ce sommet est aussi une occasion de développer les partenariats économiques entre ces pays et les États-Unis.

Une Russie qui fait craindre

Lors de ce sommet, la présidente Kersti Kaljulaid (Estonie), le président Raimonds Vējonis (Lettonie), la présidente Dalia Grybauskaitė (Lituanie) et le président Trump se sont réunis à la Maison-Blanche pour réaffirmer leur partenariat (2). Il fut notamment possible de voir les quatre présidents faire front commun lors d'une conférence de presse. Bien que le président Vladimir Poutine ne fût pas présent, la Russie était au cœur des discussions lors de cette rencontre. En effet, l'une des principales demandes des pays baltes est de recevoir davantage de support défensif de la part des États-Unis et de l'OTAN (3).

Pour l'OTAN, les pays baltes ont une importance stratégique liée au positionnement de leur territoire entre la Russie et le reste de l'Europe. De plus, l'occupation de la Crimée par la Russie, depuis 2014, a fait naitre la crainte de vivre le même sort dans les pays baltes (4). C'est à la suite de cette occupation d'un territoire d'Ukraine par la Russie que les membres de l'OTAN ont décidé d'augmenter la défense des trois pays baltes. En ce sens, l'organisation a déployé 5 000 militaires pour assurer leur défense face à la Russie (5).

Aussi, il a été question d'augmenter les liens économiques entre les États-Unis et les pays baltes dans le cadre d'un forum économique qui réunissait des entreprises privées et des représentants des différents gouvernements. Encore une fois, ces partenariats économiques semblent viser à renforcer ces États face à la Russie.

Réduire la dépendance au gaz russe

Lors de la rencontre du 3 avril 2018, il a aussi été question de réduire la dépendance de la Lituanie face au gaz naturel liquéfié (GNL) de la Russie (6). En effet, la compagnie russe Gazprom possède actuellement une grande influence sur la politique de la Lituanie, grâce à ses importantes exportations de gaz naturel (7). Dans le but de s'en défaire, deux sociétés lituaniennes signèrent des ententes avec une compagnie américaine afin de coopérer et réduire l'influence politique de la compagnie gazière russe. D'ailleurs, la Lituanie est l'un des premiers pays à « importer le gaz liquéfié américain via le terminal de Klaipėda (8) ».

Dans le même ordre d'idées, la Lituanie s'oppose aussi au projet de gazoduc « Nord Stream 2 ». Celui-ci permettrait de transporter le GNL à travers la mer Baltique, de la Russie vers l'Europe. Ainsi, « [s]elon la chef de l'État, il s'agit d'un projet géopolitique qui aspire à accroître la dépendance de l'UE à l'égard du gaz russe (9) ». Les États-Unis s'engagent donc à établir des sanctions contre les entreprises participantes à ce projet de gazoduc.

Ce sommet américano-balte a mené à la signature d'une déclaration conjointe entre les protagonistes. Cette déclaration conjointe rappelle, entres autres, leur soutien envers la mission de l'OTAN de protéger les États membres (10). De plus, cette rencontre semble confirmer l'intention du président américain d'être ferme face à la Russie. En effet, depuis l'incident diplomatique de l'empoisonnement d'un ex-espion russe au Royaume-Uni, Trump avait fait preuve de fermeté en expulsant les ambassadeurs russes du territoire américain. Ainsi, il apparait que le président Trump souhaite renforcer la défense face à la Russie via sa participation à l'OTAN et avec des ententes multilatérales.

Médiagraphie

(1) OTAN, Member countries, URL [hyperlien] (consulté le 11 octobre 2018)

(2) DIPNOTE, The United States-Baltic Summit: Celebrating 100 Years of Partnership, URL [hyperlien] (consulté le 11 octobre 2018)

(3) AFP, Les pays baltes vont demander à Trump de les protéger contre la Russie, Le Soleil, 2 avril 2018, URL [hyperlien] (consulté le 11 octobre 2018)

(4) KÜHN, Ulrich, Strategic toughness toward Russia the key to keeping Baltic allies safe, The Hill, 4 septembre 2018, URL [hyperlien] (consulté le 11 octobre 2018)

(5) loc. cit.

(6) Président de la République de Lituanie, La Lituanie s'est assurée le total soutien des États-Unis pour la sécurité militaire et énergétique, 30 mars 2018, URL [hyperlien] (consulté le 11 octobre 2018)

(7) loc. cit.

(8) Président de la République de Lituanie, Le sommet des États baltes et des États-Unis en avril à Washington, 22 février 2018, URL [hyperlien] (consulté le 11 octobre 2018)

(9) Président de la République de Lituanie, La Lituanie s'est assurée le total soutien des États-Unis …, op.cit.

(10) Maison Blanche, A Declaration to Celebrate 100 Years of Independence of Estonia, Latvia and Lithuania and Renewed Partnership, 4 avril 2018, URL [hyperlien] (consulté le 11 octobre 2018)



Dernière modification: 2018-10-29 08:17:51

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Sommet américano-balte : défense et échanges à l'agenda
>octobre 2018


L'implication de Dalia Grybauskaite au sein de l'Union européenne récompensée
>septembre 2013


Une première aux dernières élections en Lituanie
>septembre 2009


Législatives en Lituanie : La population appelée à voter le 12 octobre
>septembre 2008


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016