11 novembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

23 octobre 2018

La nouvelle secrétaire générale de l'OIF fait couler beaucoup d'encre


Gabrielle Crevier
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

mars
2018
Accord à Kigali en prévision d’une Zone de libre-échange continentale en Afrique

avril
1994
Attentat contre les présidents du Burundi et du Rwanda

février
1986
Ouverture du premier Sommet de la francophonie

juillet
1973
Renversement du gouvernement de Grégoire Kayibanda au Rwanda

mai
1963
Signature de la Charte constituant l'Organisation de l'unité africaine

juillet
1962
Proclamation de l'indépendance du Rwanda

C'est du 10 au 12 octobre 2018 que se tenait le sommet de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF) à Everan, en Arménie, au cours duquel on devait nommer une secrétaire générale parmi deux candidates. Les 54 membres possédant le droit de vote devaient arriver à un consensus et choisir entre Michaëlle Jean, une Canadienne d'origine haïtienne en poste depuis 2014, et Louise Mushikiwabo, la ministre des Affaires étrangères du Rwanda (1). C'est cette dernière qui a été élue.

Une candidature qui ne plaît pas à tous

Louise Mushikiwabo est née en 1961 à Kigali, la capitale rwandaise, dans une famille hutue qui a été partiellement décimée en 1994 lors du génocide (2). Elle a fait ses études universitaires de premier cycle à l'université nationale du Rwanda, avant de poursuivre au deuxième cycle à l'université du Delaware aux États-Unis. Elle a commencé sa carrière en tant que directrice des communications pour la Banque africaine de développement (3). En 2008, elle est nommée ministre de l'Information, puis accède en 2009 au poste de ministre des Affaires étrangères, qu'elle a conservé jusqu'à son élection à l'OIF (4).

Si les pays de l'Union africaine avaient choisi, peu après le début de la campagne, de garantir leur soutien à la candidate rwandaise aux lendemains du sommet de Nouakchott (5), ce ne sont pas tous les médias africains qui étaient en accord avec cette position. On reproche à Mushikiwabo de se servir de la présidence de l'OIF pour permettre au Rwanda de se rapprocher de la France, malgré des relations diplomatiques tendues (6). Toutefois, la majorité des médias africains ne tarissent pas d'éloges à son sujet.

La candidature de Louise Mushikiwabo n'a pas plu à plusieurs analystes et personnalités politiques à travers le monde. En effet, on craint qu'elle ne représente pas les valeurs promulguées par l'OIF, entre autres celles qui ont trait aux droits humains (7). Même si certains États membres ont d'abord refusé d'endosser la candidate, tous se sont finalement ralliés à la majorité et celle-ci a été élue à l'unanimité.

Une démocratie fragile

La nomination, puis l'élection, d'une ministre du gouvernement de Paul Kagame à l'OIF a fait sourciller plus d'un politologue. En effet, on reproche depuis plusieurs années au Rwanda de bafouer les droits de l'Homme de diverses façons : censure des médias (8), répression politique et recul des droits humains, pour n'en nommer que quelques-unes (9).

On explique ces résultats par le manque de démocratie dans le pays, entre autres depuis le génocide. Le général et stratège militaire qui a réussi à y mettre fin, Paul Kagame, est à la tête du pays depuis 2000 et pourrait bien y demeurer jusqu'en 2034, grâce à des modifications constitutionnelles effectuées en 2015 (10). Le président est vu comme un héros par une grande partie de la population et est respecté par ses adversaires politiques (11).

Pour les pays occidentaux qui observent la situation au Rwanda, il y a de quoi s'inquiéter : l'opposition politique est presque inexistante et ceux qui osent se dire en désaccord avec les politiques gouvernementales sont persécutés (12). Ce manque de démocratie se traduit, selon certains experts, par la réélection du président pour une troisième fois en 2017, avec près de 99 % des voix de 98 % des électeurs (13).

D'autre part, des intellectuels rwandais, comme l'économiste Ted Keberuka, soulignent l'efficacité du président Kagame à redresser le pays économiquement et socialement après la crise qu'il a connue en 1994 (14). Pour eux, les Occidentaux ne peuvent juger la démocratie rwandaise selon leurs critères habituels, car la situation au Rwanda et ce qui a amené Kagame au pouvoir diffère grandement de ce que l'on retrouve dans les autres pays ayant des régimes autoritaires (15).

L'élection de Louise Mushikiwabo à la tête de l'OIF permettra peut-être à la France et à d'autres pays occidentaux francophones de se rapprocher du Rwanda. Il reste maintenant à voir si ces rapprochements forceront le pays africain à revoir ses politiques en matière de droits humains.

Médiagraphie

(1) Organisation internationale de la francophonie, « Michaëlle Jean », 2018, [hyperlien] page consultée le 18 octobre 2018

(2) NKEM-ENEANYA, Jennifer, « Minister Louise Mushikiwabo; Rebuilding Rwanda One Policy at a Time… », Konnect Africa, 27 novembre 2013, [hyperlien] page consultée le 19 octobre 3018

(3) TUMWEBAZE, Peterson, « New faces in Cabinet », The New Times, 8 mars 2008, [hyperlien] page consultée le 19 octobre 2018

(4) ABOU EZ, Eléonore, « Louise Mushikiwabo, la ministre rwandaise qui va diriger la Francophonie », France Info, 12 octobre 2018, [hyperlien] page consultée le 19 octobre 2018

(5) Jeune Afrique, « Francophonie : comment Louise Mushikiwabo a obtenu le soutien de l'UA », 2 juillet 2018, [hyperlien] page consultée le 19 octobre 2018

(6) KWANDJA NGEMBO, Isidore, « Rwanda: les raisons de l'intérêt soudain pour la Francophonie », The Rwandan, 21 mai 2018, [hyperlien] page consultée le 21 octobre 2018

(7) ABOU EZ, Eléonore, Op. Cit.

(8) Reporters sans Frontières, « Rwanda, règne de la censure et l'autocensure », 2016, [hyperlien] page consultée le 21 octobre 2018

(9) Human Rights Watch, « Rwanda », 2018, [hyperlien] page consultée le 21 octobre 2018

(10) VERDIER, Maude, « La francophonie en pleine errance », La Croix, 11 octobre 2018, [hyperlien] class='liendanstexte' href='/bilan/servlet/BMBiographie?codeAnalyse=27'>Francophonie-pleine-errance-2018-10-11-1200975208, page consultée le 21 octobre 2018

RFI, « Rwanda: «oui» massif sans surprise pour la révision de la Constitution », 19 décembre 2015, [hyperlien] class='liendanstexte' href='/bilan/servlet/BMDictionnaire?iddictionnaire=1482'>constitution-paul-kagame, page consultée le 21 octobre 2018

(11) TREMBLAY, Janic, « Au Rwanda, un long et tortueux chemin vers la démocratie », Radio-Canada, 15 juin 2018, [hyperlien] page consultée le 21 octobre 2018

(12) Loc. Cit.

(13) BURKE, Jason, « Paul Kagame re-elected president with 99% of vote in Rwanda election », The Guardian, 5 août 2017, [hyperlien] page consultée le 21 octobre 2018

(14) VERDIER, Maude, Op. Cit.

(15) Loc. Cit.

Autres articles

Agence France-Presse, « Louise Mushikiwabo: "Il faut distinguer la France de la Francophonie" », 7 août 2018, [hyperlien] page consultée le 19 octobre 2018

BROUSSEAU, François, « Le Rwanda de Louise Mushikiwabo, si peu francophile », Radio-Canada, 10 octobre 2018, [hyperlien] page consultée le 21 octobre 2018

KWANDJA NGEMBO, Isidore, « Louise Mushikiwabo est-elle la candidate idéale pour diriger la Francophonie ? », Dakaractu, 17 mai 2018, [hyperlien] class='liendanstexte' href='/bilan/servlet/BMBiographie?codeAnalyse=27'>Francophonie_a151948.html, page consultée le 19 octobre 2018

Radio-Canada avec Agence France-Presse, La Presse canadienne et Reuters, « La Rwandaise Louise Mushikiwabo se retrouve aux commandes de l'OIF », 12 octobre 2018, [hyperlien] page consultée le 18 octobre 2018

TIRTHANKAR, Chanda, « La guerre est déclarée pour prendre la tête de la Francophonie », RFI, 19 juillet 2018, [hyperlien] page consultée le 21 octobre 2018

WEDGWOOD, Ruth, « Paul Kagame and Rwanda's Faux Democracy », The New Republic, 5 août 2010, [hyperlien] page consultée le 21 octobre 2018



Dernière modification: 2018-11-05 07:21:20

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

La Zlec : un accord pour une économie africaine prospère?
>novembre 2018


La nouvelle secrétaire générale de l'OIF fait couler beaucoup d'encre
>octobre 2018


La ZLEC et le projet d'intégration économique africaine
>avril 2018


Rwanda : l'agriculture toujours au coeur de l'économie
>septembre 2017


De Montréal à Kigali : un amendement historique
>février 2017


Le génocide rwandais : la radio Mille Collines a mis le feu aux poudres
>novembre 2016


Élection du nouveau président à la Commission de l'Union africaine : vote reporté
>novembre 2016


La libération de Mbarushimana par la CPI : un mal pour un bien
>janvier 2012


Rwanda : les femmes au coeur du changement
>novembre 2011


La condamnation de Deo Mushayidi au Rwanda suscite des réactions divergentes
>septembre 2010


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019