Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

11 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

7 October 2006

L'Autriche à l'heure des négociations


Véronique Lachance
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

May
2016
Élection d'Alexander van der Bellen à la présidence de l'Autriche

January
2013
Tenue d’un référendum sur la conscription en Autriche

June
2009
Début des élections législatives au Parlement européen

June
2004
Tenue d'élections au Parlement européen

June
1999
Tenue d'élections au Parlement européen

January
1999
Passage à l'euro pour onze pays de l'Union européenne

June
1998
Création de la Banque centrale européenne

January
1995
Entrée de l'Autriche, la Finlande et la Suède dans l'Union européenne

June
1986
Élection de Kurt Waldheim à la présidence de l'Autriche

November
1985
Ouverture du Sommet de Genève entre Mikhaïl Gorbatchev et Ronald Reagan

April
1983
Démission du chancelier autrichien Bruno Kreisky

April
1979
Signature d'un accord sur les tarifs douaniers et le commerce à Genève

August
1975
Signature à Helsinki d'un accord sur la sécurité en Europe

October
1973
Ouverture à Vienne des négociations pour la Mutual and Balance Force Reduction

January
1972
Entrée en fonction de Kurt Waldheim au poste de secrétaire général des Nations unies

March
1970
Élection en Autriche d'un gouvernement socialiste dirigé par Bruno Kreisky

September
1961
Début des travaux de l'Organisation de coopération et de développement économiques

June
1961
Rencontre entre John F. Kennedy et Nikita Khrouchtchev à Vienne

January
1960
Création de l'Association européenne de libre-échange

En Autriche, le 1er octobre 2006, les quelques 6,1 millions d'électeurs étaient invités à désigner leur nouveau gouvernement. Au pouvoir depuis les élections de 2002, le chancelier Wolfgang Schüssel a déclenché des élections après quatre ans de gouverne. A-t-il joué la bonne carte?

En Autriche, plusieurs partis composent l'échiquier politique. Le Parti populaire autrichien (OVP), est dirigé par le chancelier Wolfgang Schüssel. Ce parti remporte les élections de novembre 2002 avec 42,3% des votes, ce qui lui permet d'avoir en chambre 79 sièges sur les 183 du Conseil national autrichien. L'Autriche a adopté un mode de scrutin de type proportionnel, ce qui signifie qu'un parti reçoit le même pourcentage de sièges dans la chambre basse que le pourcentage de votes recueillis lors du scrutin.

Lors de ces mêmes élections en 2002, l'opposition était composée de trois partis. Le plus important, le Parti social-démocrate autrichien, ou SPO, avait à l'époque remporté 36,5% des suffrages, ce qui lui donnait une représentativité en chambre de 69 députés. Viennent ensuite les partis de droite, soit l'Alliance pour l'avenir de l'Autriche et le tout nouveau Parti de la liberté (parti issu de l'OVP) qui ont 18 sièges ensemble. Pour assurer la survie de son gouvernement, M. Schüssel avait conclu une alliance avec l'extrême-droite, ce qui en avait fait le premier dirigeant européen à s'associer avec cette ligne de pensée (1). Toutefois, cette alliance a éclaté depuis peu et le chancelier a convoqué les citoyens aux urnes.

Il y a six mois, le SPO semblait mener les intentions de vote avec dix points d'avance sur le gouvernement de M. Schüssel. Mais l'avance des sociaux-démocrates s'est estompée alors qu'un scandale financier est venu compromettre les chances de victoire du parti. En effet, la Bawag, la quatrième banque du pays, a admis « avoir subi des pertes énormes, estimées à 3 milliards d'euros et attribuées à des malversations (2). » Cette banque est la propriété de la Confédération autrichienne des syndicats, une organisation proche du SPO. Suite à la découverte de ce scandale, les intentions de vote pour ce parti ont diminué (3).

Campagne électorale

Lors de la campagne électorale, l'enjeu de la distribution de la richesse semble avoir été un point important pour la population. Le chef du Parti social-démocrate avait jugé bon de promettre de corriger la situation (4). D'autres promesses ont également été formulées lors de cette campagne. Le chef du SPO, Alfred Gusenbauer, a promis « de faire baisser le chômage et de réduire les écarts de salaires entre hommes et femmes (5). » L'OVP, avec à sa tête le chancelier Schüssel, comptait sur son bilan économique et la réputation du chef pour l'emporter (6).

À la veille du vote, les sondages ne désignaient pas réellement de gagnants. Cependant, il semblait que le Parti populaire (OVP), le parti du chancelier, avait une faible avance. Quoiqu'il en soit, le chancelier a déclenché des élections qui ont mené au scrutin du 1er octobre 2006. Lors de l'annonce des résultats, c'est le SPO, dirigé par Alfred Gusenbauer, qui fut déclaré victorieux avec 35,7% des votes. Le Parti populaire (OVP) s'en tire avec 34,2% des votes, ce qui lui assure l'opposition officielle. Les résultats sont toutefois préliminaires puisque 400 000 bulletins de vote n'ont pas encore été dépouillés, dont 250 000 qui sont des votes par procuration. Les résultats de ces votes devraient être connus le 10 octobre prochain (7).

Donc, provisoirement, étant donné que le nombre de vote détermine le nombre de sièges et que tous les votes ne sont pas encore comptabilisés, le SPO récolterait 68 sièges. L'OVP en perdrait 13, pour se retrouver avec 66 sièges, le Parti de la liberté avec 11,2% des voix obtiendrait 21 sièges, alors que les Verts suivent de près avec 20 sièges. Pour ce qui est du parti de l'Alliance pour l'avenir de l'Autriche, sa représentation à la chambre demeure en suspens. Pour avoir accès à la chambre, un parti doit récolter un minimum de 4% des voix, et l'Alliance pour l'avenir de l'Autriche a récolté provisoirement 4,2% des votes. Une place lui est donc permise en chambre, mais de quel ordre sera-t-elle? Le dépouillement final des votes, le 10 octobre, répondra à cette question.

La formation du gouvernement

Chose certaine, le gouvernement est vaincu puisque le soir de l'élection, M. Schüssel, a reconnu la défaite. Le chancelier Schüssel demeure en poste avec une équipe ministérielle réduite afin de gérer le gouvernement, le temps qu'Alfred Gusenbauer procède à la nomination de son gouvernement. Comme les élections n'ont pas permis à un parti d'obtenir une majorité, il doit y avoir des coalitions. Et cela pourrait prendre plusieurs semaines puisque de nombreux scénarios sont possibles.

Parmi les alliances probables, notons celle entre les sociaux-démocrates et les Verts, qui naturellement devraient s'allier (8). D'autres rêvent d'une association « à l'allemande », soit une alliance entre les sociaux-démocrates et le Parti populaire. Une alliance de la droite serait peu probable selon le politologue Peter Ulram puisque les deux partis de droite, l'OVP et le Parti de la liberté, étaient un seul et même parti peu de temps avant le déclenchement des législatives. L'association étant brisée entre eux, le chancelier a déclenché des élections, mais il semble rester un froid entre les deux formations politiques (9).

Donc, rien n'est encore assuré. Tout reste en suspens jusqu'à ce que les 400 000 votes non-dévoilés soient connus. Les discussions sur de possibles alliances devraient ensuite débuter et un gouvernement sera formé. Il s'agit donc d'une histoire à suivre.




Références:

1- Le Nouvel Observateur. « Autriche : victoire surprise des sociaux-démocrates ». Le Nouvel Observateur, 2 octobre 2006, édition électronique, (page consultée le 4 octobre 2006)

2- PICARD, Maurin. « Le chancelier Schüssel perd les législatives », Le Figaro.fr, 2 octobre 2006, édition électronique, (page consultée le 4 octobre 2006)

3- PICARD, Maurin. « Le chancelier Schüssel... »

4- OLEKSYN, Veronika. « Législatives en Autriche : l'opposition sociale-démocrate s'impose ». La Presse Canadienne, 1er octobre 2006, édition électronique, (page consultée le 4 octobre 2006)

5- OLEKSYN, Veronika. « Législatives en Autriche... »

6- Le Nouvel Observateur. « Autriche : victoire... »

7- OLEKSYN, Veronika. « Législatives en Autriche... »

8- Le Monde.fr. « Courte victoire des sociaux-démocrates aux législatives autrichiennes », Le Monde.fr avec AFP, 2 octobre 2006, édition électronique, (page consultée le 4 octobre 2006)

9- Le Monde.fr. « Courte victoire... »

Dernière modification: 2007-05-02 07:13:22

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016