Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

25 septembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

10 April 2018

L'africapitalisme : un développement économique différent


William Huynh-Jan
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

March
2015
Élection de Muhammadu Buhari à la présidence du Nigeria

April
2014
Enlèvement de lycéennes nigérianes par le Boko Haram

May
1999
Assermentation d'Olusegun Obasanjo à la présidence du Nigeria

October
1979
Assermentation d'Alhaji Shehu Shagari à la présidence du Nigeria

February
1976
Tentative de coup d'État et assassinat du président Murtala Ramat Mohammed au Nigeria

May
1967
Proclamation de l'indépendance du Biafra

January
1966
Accession du général Johnson T.U. Aguiyi-Ironsi à la présidence du Nigeria

May
1963
Signature de la Charte constituant l'Organisation de l'unité africaine

L'historique du continent africain a été celui d'un continent si infortuné et pauvre qu'il ne pouvait pas se libérer de cette situation sans une intervention accrue des pays dits « occidentaux ». Cette aide étrangère se présente comme une solution, une habitude et une tradition pour les différents gouvernements africains. Ces gouvernements utilisent ensuite l'aide occidentale pour financer leurs différents projets.

Certains jeunes entrepreneurs africains ne sont pas satisfaits de la situation dans laquelle l'Afrique se retrouve. Ces personnes revendiquent plutôt un continent africain qui est maître de ses moyens, et plus spécifiquement de son entrepreneuriat et de ses innovations. Cette vision diffère donc du paradigme de la centralisation et du contrôle gouvernemental, qui a été la norme politique en Afrique depuis longtemps. Le projet de ce groupe est de souligner l'importance du secteur privé et du capitalisme comme alternative viable au contrôle économique de l'État. Ces entrepreneurs africains fondent des entreprises et lancent des initiatives d'éducation dans le but de faire avancer le mouvement [1].

L'africapitalisme et son fondateur innovateur

« Le futur que nous souhaitons est un futur que nous devons bâtir [2]. » Cette phrase célèbre de Tony Elumelu, le milliardaire nigérian, reflète la philosophie qui l'a inspiré à créer la doctrine de l'africapitalisme. Cette doctrine économique est fondée sur l'influence du secteur privé et de l'entrepreneuriat africain. Elumelu s'inspire d'un libéralisme national et veut donner une priorité aux stratégies d'investissements à long terme qui seraient profitables à l'Afrique [3]. Il priorise des activités dynamiques qui laisseront place à un développement constant et stable. En ce qui concerne le commerce avec les pays étrangers, les « africapitalistes » n'ont pas un avis favorable à ce sujet et préfèrent en faire rarement [4].

La carrière de Tony Elumelu est une histoire de succès. Enfant de la classe moyenne nigériane, il se présente comme un homme qui a bâti sa fortune de ses propres mains [5]. Après un diplôme en économie, il amasse sa fortune en investissant dans les banques africaines. Aujourd'hui, il dirige l'« United Bank for Africa » (UBA), qui est l'une des banques les plus importantes en Afrique. Il est aussi président du fonds d'investissement « Heirs Holding » et administrateur du conglomérat « Transcorp » [6]. Il est donc impliqué dans plusieurs secteurs dont l'hôtellerie, l'énergie et l'entrepreneuriat.

Tony Elumelu possède une fortune personnelle classée à la 31e place du continent. Il s'inspire de l'histoire des pays capitalistes pour sa fondation [7]. Pour Elumelu, il est important de redonner à la société et faire preuve de philanthropie. Il dit : « Il faut à la fois promouvoir coûte que coûte l'innovation et la création d'entreprises, et se rappeler qu'il n'y a pas de développement sans que les plus riches rendent à la collectivité une partie de ce qu'ils ont eu la chance de recevoir [8]. » Dans sa perception de la théorie libérale, les personnes les plus riches doivent redonner à la société. Il s'inspire grandement de la culture philanthropique américaine, mais explique qu'en Afrique les États n'ont pas les capacités d'assumer l'ensemble des enjeux de développement, économique et humain, comme en Occident [9]. Il s'agit davantage d'un encouragement à la jeunesse africaine plutôt que de la charité.

En 2010, il fonde la fondation Tony Elumelu, dont le but est de soutenir des jeunes entrepreneurs africains. La fondation prévoit un budget de 100 millions de dollars pour subventionner ceux-ci [10]. Selon Elumelu, l'avenir de l'Afrique passe par les mains de ces jeunes entrepreneurs.

Une nouvelle direction possible pour un continent en difficulté

Pour l'africapitalisme, le secteur privé africain a un rôle crucial à jouer dans le redressement de l'Afrique. Cette doctrine postule que les gouvernements actuels ne sont pas en mesure d'offrir les mêmes services que le secteur privé. Ces faiblesses institutionnelles sont majoritairement dues aux conséquences de leur passé colonial. La redistribution des richesses s'avère être une autre faiblesse que les africapitalistes reprochent aux dirigeants locaux. Pour les entrepreneurs, la concurrence serait une alternative plus viable pour le développement des pays africains [11].

Pour d'autres tenants de la doctrine de l'africapitalisme, la pauvreté africaine n'est pas causée par une domination des pays occidentaux, mais plutôt par la mauvaise gestion administrative des ressources disponibles au sein des territoires africains. Cette mauvaise gestion empêche le secteur privé de se développer et envenime les difficultés existantes. Sur le continent africain, le développement est étroitement lié à l'émancipation. L'africapitalisme vise ainsi à rééquilibrer les contributions des investisseurs étrangers, afin d'éliminer la dépendance aux autres et promouvoir un développement de l'Afrique par des Africains.

Les effets à long terme de l'africapitalisme ne peuvent pas être observés puisque le phénomène est récent et que les données ne sont pas encore recueillies. Toutefois, les tenants de cette doctrine peuvent être optimistes puisque l'Afrique est le dernier continent à s'initier au capitalisme. Le continent possède donc plusieurs exemples sur lesquels s'inspirer et modeler son approche économique.

L'africapitalisme repose principalement sur la théorie libérale du ruissellement, mieux connue sous « trickle-down theory » [12]. Son principe est que l'enrichissement d'une élite au sein d'une société profite à l'ensemble de celle-ci. Cet enrichissement va permettre aux plus fortunés de redistribuer leurs richesses dans les différents secteurs économiques du pays et de financer le développement de celui-ci. Elumelu argumente en faveur de cette théorie pour le changement imminent que celui-ci apporte à une société [13].

L'un des défis les plus importants vient du fait qu'aucun gouvernement, aucune entreprise, ne peut espérer faire un changement à lui seul. Elumelu espère donc stimuler une nouvelle génération de riches entrepreneurs africains pour entreprendre ce changement. Il ne serait pas question de profit individuel, mais plutôt d'une occasion de croissance nationale. L'émergence d'une meilleure Afrique ne doit pas être faite dans le but d'acquérir et de répandre des ressources individuelles, mais elle doit plutôt viser à une amélioration collective des conditions de vie des Africaines et des Africains. C'est la vision de Tony Elumelu et du mouvement de l'africapitalisme.




Références:

[1] STUDENT FOR LIBERTY, « What liberty means to us? », 2017,https://www.studentsforliberty.org/africa/ (page consultée 25 mars)

[2] AFRICAPITALISM INSTITUTE, « What is Africapitalism? », The Tony Elumelu Foundation, http://tonyelumelufoundation.org/africapitalismins... (page consultée le 25 mars)

[3] NORBROOK, Nicholas, « Qui est Tony Elumelu, le banquier philanthrope ? », Jeune Afrique, 11 septembre 2016, http://www.jeuneafrique.com/16993/economie/qui-est... (page consultée le 25 mars

[4] Loc, Cit.

[5] FORSON, Viviane, « Tony Elumelu, le héros de l'africapitalisme », Le Point Afrique, 26 février 2016, http://afrique.lepoint.fr/economie/tony-elumelu-le... (page consultée le 25 mars)

[6] PIOT, Olivier, « Rencontre avec les pionniers de l'« africapitalisme » », Le Monde diplomatique, Novembre 2017, https://www.monde-diplomatique.fr/2017/11/PIOT/58045 (page consultée le 25 mars)

[7] FORBES, « Tony Elumelu : Profil », 2015, https://www.forbes.com/profile/tony-elumelu/ (page consultée le 25 mars)

[8] PIOT, Olivier, Op. Cit.

[9] KATEB, Alexandre, « L'africapitalisme, une idée qui a de l'avenir ! », La Tribune, 4 avril 2015, https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/l-afric... (page consultée le 25 mars)

[10] ELUMELU, Tony, « L'«africapitalisme», des solutions africaines aux enjeux africains », Libération, 7 octobre 2015, http://www.liberation.fr/evenements-libe/2015/10/0... (page consultée le 25 mars)

[11] KATEB, Alexandre, « L'africapitalisme, une idée qui a de l'avenir ! », La Tribune, 4 avril 2015, https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/l-afric... (page consultée le 25 mars)

[12] PIOT, Olivier, Op. Cit.

[13] ELUMELU, Tony, « Les nouveaux modèles pour le développement de l'Afrique », Huffington Post, 5 octobre 2016, https://www.huffingtonpost.fr/tony-elumelu/philant... (page consultée le 25 mars)

Autres références

BALLONG, Stéphane, « Au- delà de l'africapitalisme », Jeune Afrique, 17 mars 2014, http://www.jeuneafrique.com/11742/economie/au-del-... (page consultée le 19 mars)

FORSON, Viviane, « Tony Elumelu, le héros de l'africapitalisme », Le Point Afrique, 26 février 2016, http://afrique.lepoint.fr/economie/tony-elumelu-le... (page consultée le 19 mars)

ELUMELU, Tony, « L'africapitalisme : un tremplin pour une agriculture prospère », Libre Afrique, 6 juin 2016, http://www.libreafrique.org/TonyElumelu-africapita... (page consultée le 19 mars) Traduit

Dernière modification: 2018-04-12 07:54:43

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016