19 juillet 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

1 mars 2018

Présidentielle et législatives au Costa Rica : un changement s'opère


Marianne Diatta
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

février
1987
Dévoilement du plan Arias pour la paix en Amérique centrale

décembre
1959
Création de la Banque interaméricaine de développement

novembre
1949
Adoption d'une nouvelle Constitution au Costa Rica

mars
1948
Création de l'Organisation des États américains

septembre
1947
Signature du Traité interaméricain d'assistance réciproque à Rio de Janeiro

Le 4 février 2018 se sont tenues les élections présidentielle et législatives au Costa Rica. En effet, les citoyens costaricains se sont rendus aux urnes pour élire leur futur président ainsi que leurs représentants. Ces élections ont, pour l'instant, marqué un changement notable pour la population.

Des résultats qui en disent beaucoup sur le changement

Au Costa Rica, les élections présidentielle et législatives ont lieu à chaque 4 ans. Le pays a un régime politique présidentiel et le chef de l'État, qui est aussi le chef du gouvernement, est élu au scrutin uninominal majoritaire à deux tours (1). Ainsi, le prochain président doit être élu en 2018, d'où la tenue des élections actuelles.

L'élection de cette année a opposé 13 candidats parmi lesquels quatre avaient été retenus comme favoris potentiels des électeurs: le pasteur évangélique Fabricio Alvarado, l'ex-député Antonio Alvarez, l'ancien ministre Carlos Alvarado et l'avocat Juan Diego Castro (2). Toutefois, seulement deux d'entre eux ont réussi à gagner la confiance de la population au premier tour.

Les candidats Fabricio et Carlos Alvarado sont arrivés en tête à cette occasion. Mais puisqu'il n'ont pas obtenu plus de 40 % des voix, il faut tenir un second tour. Effectivement ces derniers ont obtenu respectivement 24,9 % et 21,4 % (3).

Du côté des législatives, quatre partis sont en tête avec des écarts très faibles. Le parti « Liberacion nacional » a reçu 17,94 % des votes, suivi de « Accion ciudadana » avec 17,57 % ; « Resaturacion nacional » a récolté 17,41 % des votes, tandis qu'« Unidad social Cristiana » en a reçus 15,29 % (4).

On remarque un changement par rapport au soutien reçu par ces partis aux dernières élections de 2014, alors que les partis « Liberacion nacional » et « Accion ciudadana » avaient obtenu respectivement 25,7 % et 23,5 %, des votes. Pour leur part, le parti « Restauracion nacional » avait récolté 4,1 % des voix et « Unidad social Cristiana » 10 % (5).

Ce même constat est fait en ce qui concerne l'élection présidentielle où Fabricio Alvarado, candidat du parti « Restauracion nacional », a réussi à relever son parti qui avait reçu moins de 2 % des votes lors des législatives (6). En ce qui concerne le parti « Accion Ciudadana », on note une baisse considérable des votes.

Au Costa Rica, le chef de l'État dispose de pouvoirs importants. En effet, ce dernier peut gouverner sans même avoir l'appui du législatif. Il nomme ses deux vice-présidents de même que son conseil des ministres (7). Ainsi, l'Assemblée législative, qui a pour rôle de légiférer, dispose de pouvoirs minimes par rapport au président.

Les Costaricains disent non au mariage gay

Un point important, le mariage gay, a été soulevé lors de cette campagne électorale. Effectivement, on rattache le soutien qu'a reçu Fabricio Alvarado au fait qu'il soit contre la reconnaissance du mariage homosexuel, contrairement à son opposant Carlos Alvarado qui lui s'est positionné pour la défense de celle-ci (8). D'ailleurs, la population costaricaine est très axée sur les valeurs conservatrices et religieuses.

Tout compte fait, les résultats du premier tour de l'élection présidentielle et les législatives costaricaines pourraient marquer le début d'un grand changement pour ce pays. Le contexte dans lequel elles se sont déroulées n'est pas négligeable pour expliquer ces résultats. Ainsi, le deuxième tour semble prometteur pour un Costa Rica encore plus ancré dans ses valeurs conservatrices et religieuses si la tendance du vote pour le parti « Restauracion nacional » se maintient.




Références: :

1) «Costa Rica », Perspective Monde, http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/pays/CRI/fr.html , (Page consultée le 01 mars 2018).

2) AFP, « Présidentielle au Costa Rica: quatre candidats, le mariage gay en débat », Libération, 2 février 2018, http://www.liberation.fr/planete/2018/02/02/presid... (Page consultée le 01 mars 2018).

3) ULATE, Jean-Carlos, « Présidentielle au Costa Rica: deux Alvarado encore en lice pour un seul siège », RFI, 05 février 2018, http://www.rfi.fr/ameriques/20180205-presidentiell... , (Page consultée le 01 mars 2018).

4) « Resultados provisionales 4 de febrero de 2018 », Elecciones nacionales tribunal supremo de elecciones, 5 février 2018, http://resultados2018.tse.go.cr/resultados/#/legislativas , (page consultée le 01 mars 2018).

5) « Legislative Assembly Election Results - Costa Rica Totals », Élections Resources, http://www.electionresources.org/cr/deputies.php?e... , 02 février 2017, (Page consultée le 01 mars 2018)

6) Loc.cit.

7) « La structure du gouvernement », Ambassade du Costa Rica, http://costaricaembassy.be/fr/costa_rica/gouvernement/ , ( page consultée la 01 mars 2018).

8) AFP, op.cit.

Dernière modification: 2018-03-19 11:20:16

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Costa Rica : la pura vida toujours aussi pure?
>avril 2019


Le Costa Rica emboîte le pas vers la légalisation du mariage gay en Amérique du Sud
>février 2019


Présidentielle et législatives au Costa Rica : un changement s'opère
>mars 2018


De tempête tropicale à ouragan de catégorie 1 : Nate frappe le Costa Rica
>janvier 2018


Costa Rica : l'élection présidentielle tant attendue
>janvier 2014


Un troisième mandat pour Oscar Arias Sanchez au Costa Rica?
>février 2010


Costa Rica : L'oasis démocratique par excellence
>novembre 2009


Référendum sur le libre-échange au Costa Rica
>octobre 2007


Surprise : un gouvernement minoritaire au Costa Rica
>février 2006


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019