16 juillet 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

11 octobre 2018

Softbank : la conquête du monde technologique


Charles-Édouard Têtu
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

janvier
2015
Décès du roi Abdallah Ben Abdelaziz al-Saoud d'Arabie saoudite

août
2005
Décès du roi Fahd d’Arabie saoudite

juin
1982
Décès du roi Khaled en Arabie saoudite

novembre
1979
Attaque de la Grande mosquée en Arabie Saoudite

mars
1975
Assassinat du roi Fayçal en Arabie saoudite

octobre
1973
Début du premier «choc pétrolier»

août
1967
Ouverture d'un sommet des pays arabes à Khartoum

septembre
1961
Ouverture d'une conférence des pays non-alignés à Belgrade

septembre
1960
Création de l'Organisation des pays producteurs de pétrole

avril
1955
Ouverture d'une conférence internationale à Bandoeng

novembre
1953
Décès du roi Ibn Séoud d’Arabie Saoudite

Le Softbank Vision Fund, résultat d'un partenariat en 2016 entre le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, ainsi que le milliardaire japonais Masayoshi Son, est maintenant le plus grand fonds d'investissement mondial consacré au progrès technologique (1).

Investir vers le futur

Le Softbank Vision Fund émane originalement du projet de Mayagoshi Son, qui a pour objectif de révolutionner les relations entre les êtres humains avec la technologie (2). Son, qui détenait déjà des investissements majeurs dans plusieurs secteurs de l'intelligence artificielle, de la robotique ainsi que des plateformes multimédias, souhaitait internationaliser son influence (3).

Pour ce faire, il obtint l'appui de Mohammed ben Salmane (MBS), prince héritier d'Arabie saoudite. MBS, de son côté, souhaite moderniser l'Arabie saoudite. Les Saoudiens injectèrent près de 45 milliards de dollars dans le Vision Fund, additionnés à un investissement de 25 milliards de la part de la Softbank (4). Le pays de la péninsule arabique se doit de renouveler et diversifier son économie, sans quoi la chute du prix du pétrole pourrait lui être fatale (5). Cette participation de l'Arabie saoudite s'inscrit dans son projet politique Vision 2030, qui a pour but de libéraliser l'économie du pays (6).

Le fonds, qui totalisait 93 milliards de dollars en 2016, a donc pour objectif d'investir dans différentes entreprises œuvrant dans le domaine de la technologie, du développement de l'intelligence artificielle ainsi que de plateformes Internet (7). La plupart des entreprises dans lesquelles le fonds souhaite investir sont des startups afin de favoriser leur émergence (8). L'objectif final serait alors une consolidation technologique, dans laquelle les différentes entreprises partageraient leurs avancées et leurs données afin de favoriser une émergence plus rapide de meilleures technologies (9).

Un succès mitigé

Depuis sa création en 2016, le Softbank Vision Fund ne cesse de prendre de l'ampleur en investissant dans de nombreuses entreprises prometteuses. Parmi les entreprises dans lesquelles le fonds est actionnaire majoritaire, on retrouve notamment Slack ainsi que WeWork, qui sont des applications dédiées à faciliter les communications et l'organisation des milieux de travail (10). La Softbank détient aussi l'équivalent de 15 % des parts d'Uber, une entreprise de covoiturage qui aurait une valeur estimée de 48 milliards de dollars (11).

Le groupe d'investisseurs s'est aussi tourné vers le développement des voitures autonomes. C'est ainsi qu'en août 2018, ils achetèrent 20 % des parts de Cruise, une entreprise détenue à 75 % par General Motors qui travaille au développement de voitures intelligentes (12). En octobre, ce fut au tour de Toyota de s'allier à la Softbank afin de créer une entreprise recherche et technologies portant sur le développement de voitures intelligentes et autonomes (13). Toyota bénéficierait ainsi d'un accès aux multiples avancées d'entreprises financées par Son et ben Salmane.

Du côté des investissements, Son réussit aussi à convaincre des entreprises notoires de prendre part au projet. En effet, 15 milliards de dollars du fonds proviendraient d'entreprises telles qu'Apple, Qualcomm, Foxconn et Sharp (14).

Malgré le succès que connaît le Vision Group depuis 2016, son origine et ses objectifs sont sujets d'inquiétudes. Tout d'abord, la provenance de fonds provenant de l'Arabie saoudite pose une question d'éthique. Il y aurait un paradoxe entre l'objectif du Vision Fund et des entreprises de technologie ainsi que les intérêts des Saoudiens (15). Le fonds ainsi que le milieu de la technologie visent la diversité, la tolérance, la liberté en plus du libéralisme, ce qui s'oppose au système saoudien (16).

Aussi, de si massifs investissements en si peu de temps dans un domaine particulier pourraient avoir pour effet la création d'une bulle spéculative (17). Finalement, il y aurait aussi un danger de monopole de la Softbank dans le domaine. Vu ses actifs ainsi que son agressivité, celle-ci efface peu à peu sa compétition, notamment le Venture Capital de la Silicon Valley (18).

Le domaine des technologies et de l'intelligence artificielle est actuellement en pleine révolution. L'influence qu'exerce la Softbank répond toujours à l'idéal de partage et de progrès qu'elle s'attribue, cependant le danger de concentration d'un tel pouvoir continue d'inquiéter.

Médiagraphie

(1) Waters, Richard, Softbank's vision is a blur of investments, Financial Times, le 23 octobre 2017, Url : [hyperlien] , consulté le 11 octobre 2018

(2) Massoudi, Arash, Iganaki, Kana et Simeon Kerr, The 100bn marriage :How Softbanks Son courted a Saudi Prince, Financial Times, le 19 octobre 2016, Url : [hyperlien] , consulté le 11 octobre 2018

(3) De la Merced, Michael J, Softbank and Saudi Arabia partner to form a giant investment fund, The New York Times, le 13 octobre 2016, Url : [hyperlien] consulté le 11 ocotbre 2018

(4) Ibid.

(5) Manjoo, Fahrad, Saudi money fuels the tech industry, It's time to ask why, The New York Times, le 6 novembre 2017, Url : [hyperlien] , Consulté le 11 octobre 2018

(6) Bathe, Benjamin, Arabie Saoudite : les chantiers économiques du prince héritier, Le Monde, le 23 juin 2017, Url : [hyperlien] , consulté le 11 octobre 2018

(7) Cherif, Anais, Softbank imagine investir 880 milliards de dollars dans la tech, La Tribune, le samedi 21 octobre 2017, Url : [hyperlien] consulté le 11 octobre 2018

(8) Chapman, Glenn, Colossal softbank fund could shake up the tech world, Japan Today, le 13 novembre 2017, Url : [hyperlien] , consulté le 11 octobre 2018

(9) Ibid.

(10) Marin, Jérôme, Dans la Silicon Valley, l'appetit du groupe Softbank est sans limite, Le Temps, le 14 novembre 2017, url : [hyperlien] , consulté le 11 octobre 2018

(11) Besinger, Greg et Liz Hoffman, Softbank wins uber stake, The Australian, le 29 décembre 2017, url [hyperlien] consulté le 11 octobre 2018,

(12) Escande, Phillippe, Les constructeurs ont enfin compris que le combat pour la voiture autonome était existentiel, Le Monde, le 4 octobre 2018, Url : [hyperlien] consulté le 11 octobre 2018

(13) Ronfaut, Lucie, Les saoudiens prêts à investir dans Vision Fund 2, Le Figaro, le 9 octobre 2018, url : [hyperlien] consulté le 11 octobre 2011

(14) Escande, Philippe, La frénésie de l'investissement de Softbank ou les risques de l'argent facile, Le Monde, le 2 mai 2017, url : [hyperlien] , consulté le 11 octobre 2018 (15) Manjoo, Fahrad, Saudi money fuels the tech industry, It's time to ask why, op. cit.

(16) Loc. Cit.

(17) Ronfaut, Lucie, Les saoudiens prêts à investir dans Vision Fund 2, op. cit.

(18) Marin. Jérôme, op. cit.



Dernière modification: 2018-10-29 08:20:03

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Le canal de Salwa: la nouvelle arme de l'Arabie saoudite?
>février 2019


L'Arabie saoudite penche pour l'énergie solaire
>novembre 2018


Softbank : la conquête du monde technologique
>octobre 2018


Crise saoudo-canadienne : Riyad hausse le ton pour faire taire les critiques
>octobre 2018


L'Arabie saoudite à l'ère de Mohammed ben Salmane : entre islamisme et modernité
>octobre 2018


Coup de jeune au sein de la monarchie saoudienne
>février 2018


Se procurer l'eau : l'autre guerre du golfe Persique
>avril 2017


Le divorce entre les États-Unis et l'Arabie Saoudite n'est pas pour aujourd'hui
>novembre 2016


Le divorce entre les États-Unis et l'Arabie Saoudite n'est pas pour aujourd'hui
>novembre 2016


Virage ou mirage ?
>mai 2016


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019