20 octobre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

2 octobre 2018

La dette égyptienne : difficile de s'en sortir


Camille Mercier
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

janvier
2014
Référendum sur une nouvelle Constitution en Égypte

juillet
2013
Renversement du président Mohamed Morsi en Égypte

décembre
2012
Référendum constitutionnel en Égypte

septembre
2012
Manifestations anti-américaines dans plusieurs pays arabes

juin
2012
Annonce de l'élection de Mohamed Morsi à la présidence de l'Égypte

février
2011
Démission du président égyptien Hosni Moubarak

juin
2009
Discours de Barack Obama à l'université du Caire

septembre
2005
Élection de Hosni Moubarak à la présidence de l'Égypte

janvier
1992
Entrée en fonction de Boutros Boutros-Ghali au poste de secrétaire général des Nations unies

février
1986
Ouverture du premier Sommet de la francophonie

octobre
1981
Assassinat du président égyptien Anouar el-Sadate

septembre
1978
Signature des accords de camp David entre Israël et l'Égypte

novembre
1977
Discours historique du président Anouar el-Sadate devant la Knesset

octobre
1973
Début du premier «choc pétrolier»

octobre
1973
Déclenchement de la guerre du Kippour au Moyen-Orient

avril
1971
Proclamation de l’Union des Républiques arabes

septembre
1970
Décès du président égyptien Gamal Abdel Nasser

août
1967
Ouverture d'un sommet des pays arabes à Khartoum

juin
1967
Début de la guerre des Six jours au Moyen-Orient

L'Égypte est présentement le troisième pays le plus peuplé d'Afrique, avec plus de 97 millions d'habitants en 2017. Malgré ce poids démographique, l'économie égyptienne est marquée par de nombreuses difficultés. Le mécontentement de la population envers la gestion des gouvernements en place l'a bien démontré. Le redressement de l'économie fait partie depuis de nombreuses années des priorités de ceux-ci. Toutefois, l'atteinte de cet objectif est difficile pour ce pays africain qui fut touché par des crises économiques et de nombreux soulèvements populaires, le laissant fortement endetté (1).

Une économie en guérison

Avec un produit intérieur brut (PIB) en $US courant de 235 milliards en 2017, l'économie de l'Égypte reprend tranquillement du mieux. En effet, déjouant même les prédictions du Fonds monétaire international (FMI), le pays enregistre maintenant une progression de son PIB de 4,5 % en 2018. Celle-ci est entre autres liée à une augmentation des exportations non pétrolières et à une hausse des investissements étrangers (2).

Le PIB par habitant ne cesse d'augmenter chaque année, atteignant 2785 $ en 2017 (3). Cependant, à cela s'ajoute une augmentation des prix du carburant et de l'eau qui s'explique par un taux d'inflation élevé. En effet, celui-ci avait atteint 23,5 % entre 2016 et 2017, et est maintenant de 21,3 %. Il commence à diminuer (4).

Quant à lui, le taux de chômage s'améliore peu à peu. Alors qu'il qui atteignait 12,2 % en 2017, il est maintenant de 11,5 %. Le FMI prévoit que ce taux continuera de diminuer en 2019 (5). Avec un indice de GINI de 30,75/100 (0 signifiant une égalité parfaite) en 2008, l'Égypte possède également une répartition égalitaire des revenus (6).

Des secteurs résilients

Malgré une économie en difficulté depuis plusieurs années, ses secteurs demeurent grandement diversifiés. En effet, l'Égypte retire la majorité de ses revenus du transfert de la diaspora (environ 18 milliards), de la vente d'hydrocarbures (10 milliards), des activités du canal de Suez (5 milliards) et du tourisme (7 milliards) (7).

De 2011 à 2016, la production de gaz naturel en Égypte ne faisait que se dégrader, en raison des compagnies qui remettaient à plus tard l'exploitation des nouveaux gisements de gaz (8). Toutefois, le plus important gisement de la Méditerranée est opérationnel depuis 2017. Ce champ offshore, appelé Zohr, devrait permettre aux Égyptiens de redevenir des acteurs importants de l'exportation de gaz naturel. Passant d'une production de 1 milliard de pieds cubes en 2017 à 2,7 milliards selon les prévisions, l'Égypte espère devenir un leader régional en ce qui a trait à cette ressource (9).

Entre 2015 et 2016, une perte d'achalandage et une diminution des investissements ont expliqué la baisse des revenus liés au canal de Suez (10). Pour modifier cette situation, la Suez Canal Authority a, entre autres, offert une réduction de 30 % aux navires qui faisaient le voyage des États-Unis vers l'Asie (11). Quant à lui, le gouvernement a fait appel au FMI pour obtenir de l'aide. De 2017 à 2018, le canal a connu la plus forte hausse de son histoire, soit des revenus de 5,6 milliards (12).

Le secteur des services emploie près de la moitié de la population et contribue à 55,2 % du PIB, en plus d'être bénéficiaire de 34 % des investissements. Le tourisme représente une part importante des revenus de ce secteur. Toutefois, cette activité fut grandement touchée à la suite d'attaques terroristes perpétrées par l'État islamique, atteignant son plus bas niveau en 2016. Malgré tout, le pays réussit à améliorer progressivement ses conditions de sécurité. Le taux des revenus liés au tourisme a augmenté de 123,5 % en 2017 et le pourcentage de touristes de 54 % (13). Cette hausse continue toujours en 2018, mais le total reste tout de même minime comparé à ce qu'il était avant la crise (14).

Une décennie difficile

Le président Hosni Moubarak a dirigé autoritairement le pays de 1981 à 2011. Il fut destitué à la suite du Printemps arabe. Moubarak laisse le pays avec une économie en difficulté et un avenir très inquiétant pour les jeunes. La croissance du PIB a ralenti à 1,8 %, malgré des prévisions de 6 %. Cela s'explique par une stagnation des exportations et une augmentation de 17 % du déficit de la balance commerciale. Le pays importe plus qu'il n'exporte et cela reste un problème récurrent, même aujourd'hui. Les pays étrangers diminuent également fortement leurs investissements. Tous les secteurs clés de l'économie égyptienne sont donc touchés (15).

Afin de parvenir à améliorer l'économie, le gouvernement d'Abdel Fattah al-Sissi a mis sur pied un programme de réformes, relatif à une entente prise avec le FMI lui permettant d'emprunter 12 milliards. Cette stratégie devait permettre une croissance de 5,5 %, en plus de diminuer l'endettement et les déficits de la balance courante et budgétaire (16).

Dans le même ordre d'idées, le gouvernement a totalement libéralisé le régime de change de la monnaie égyptienne, en plus de faire une dévaluation importante. Il a également imposé de nouvelles taxes et diminué les subventions à l'énergie. Cela a stimulé les investissements étrangers et, de ce fait, la disponibilité du dollar et les réserves de la banque centrale (17).

Ainsi, ces mesures ont permis de réduire la dette publique égyptienne. Cependant, la dette extérieure du pays a augmenté de 11,6 % depuis l'année dernière, atteignant les 88,8 milliards en 2018. Toutefois, la Banque centrale assure que celle-ci reste dans les limites de sécurité des normes internationales (18). Les indices restent tout de même encourageants et le gouvernement croit que la croissance est de retour (19).

Après avoir vécu des années difficiles, l'Égypte semble sur le point de s'en sortir. La population doit cependant vivre avec les conséquences des nouvelles politiques économiques du pays, c'est-à-dire des produits de base allant jusqu'à deux fois le prix normal et des salaires qui augmentent à peine. Il reste donc à voir si la dette égyptienne pourra être contenue et si le niveau de vie des Égyptiens s'améliorera, alors que près d'un tiers de ceux-ci vivent sous le seuil de la pauvreté (20).

Médiagraphie

(1) France DIPLOMATIE, « Présentation de l'Égypte », [En ligne], 18-04-2018, [hyperlien] (Page consultée le 30-09-2018)

(2) Fonds monétaire international, « Égypte : le contexte économique », Expert-comptable-international.info, [En ligne], 2018, [hyperlien] (Page consultée le 30-09-2018)

(3) BANQUE MONDIALE, « Statistique Égypte », Perspective monde, [En ligne], 02-10-2018, [hyperlien] (Page consultée le 30-09-2018)

(4) FMI, op. cit.

(5) Loc. cit.

(6) BANQUE MONDIALE, op. cit.

(7) KENAWY, Ezzat, « The Economic Impacts of the New Suez Canal », Economy & Territory, 2016, [En ligne], [hyperlien] (Page consultée le 30-09-2018)

(8) Loc. cit.

(9) MINISTÈRE DE L'ÉCONOMIE ET DES FINANCES, « Le secteur du gaz en Égypte », [En ligne], 21-06-2017, [hyperlien] (Page consultée le 30-09-2018)

(10) SALAH, Hisham, « Suez Canal Economic Zone : the Egyptian dream that could begin a renaissance », Daily News Egypt, [En ligne], 15-11-2016, [hyperlien] (Page consultée 30-09-2018)

(11) ATER, Aminer, « Égypte : les activités du canal de Suez accusent une légère baisse de recettes », Afrique La Tribune, [En ligne], 05-08-2017, [hyperlien] (Page consultée le 30-09-2018)

(12) LACHKAR, Michel, « Après des années de crise, la croissance économique de retour en Égypte », Géopolis Afrique, [En ligne], 07-07-2018, [hyperlien] (Page consultée le 30-09-2018)

(13) Expert-comptable-international.info, « Égypte : le contexte économique, [En ligne], 2018, [hyperlien] (Page consultée le 30-09-2018)

(14) ATER, Aminer, op. cit.

(15) D'ARGOUBET-RAYBAUD Arnaud, Emilio RENAUDIN et Quentin TESSIER, « La révolution égyptienne et ses conséquences sur le pays », Livre d'or, [En ligne], 2012-2013, [hyperlien] (Page consultée le 20-09-2018)

(16) FRANCE DIPLOMATIE, op. cit.

(17) Central Intelligence Agency, « Egypt », The World Fact Book, [En ligne], 26-09-2018, [hyperlien] (Page consultée le 30-09-2018)

(18) AFRICA NEWS, « Égypte », [En ligne], 07-08-2018, [hyperlien] (Page consultée le 30-09-2018)

(19) LACHKAR, Michel, op. cit.

(20) FAUJAS, Alain, « Égypte : les chiffres de l'économie se sont améliorés... pas le niveau de vie », Jeune Afrique, [En ligne], 16-03-2018, [hyperlien] (Page consultée le 31-09-2018)



Dernière modification: 2018-10-08 10:13:53

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Égypte : le régime de la terreur d'al-Sissi
>avril 2019


La dette égyptienne : difficile de s'en sortir
>octobre 2018


Le canal de Suez : un tremplin pour l'économie égyptienne
>mars 2017


Boutros Boutros-Ghali : un « dirigeant mémorable » des Nations unies
>février 2017


La justice égyptienne sévère à l'endroit d'un ex-président
>novembre 2016


Al-Sissi : de l'armée à la présidence égyptienne
>novembre 2015


Afrique : un pas de plus vers l'intégration économique
>septembre 2015


Égypte : la liberté d'expression en danger
>février 2015


L'armée égyptienne : acteur immuable du pouvoir présidentiel
>décembre 2014


Égypte : une économie asphyxiée, une destination délaissée
>avril 2014


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019