21 octobre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

11 octobre 2018

Mexique et États-Unis : gagnant-gagnant?


Eugénie Larente-Richer
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

juillet
2018
Élection d’Andrés Manuel Lopez Obrador à la présidence du Mexique

septembre
2017
Tremblement de terre dévastateur au Mexique

juillet
2012
Élection d'Enrique Pena Nieto à la présidence du Mexique

juin
2009
Confirmation d'une pandémie de grippe A (H1N1) par l'OMS

juillet
2006
Élection de Felipe Calderon à la présidence du Mexique

juillet
2000
Élection de Vicente Fox à la présidence du Mexique

janvier
1994
Début du soulèvement des Indiens du Chiapas, au Mexique

décembre
1992
Signature de l'Accord de libre-échange nord-américain

juillet
1988
Élection de Carlos Salinas de Gortari à la présidence du Mexique

septembre
1985
Tremblement de terre meurtrier au Mexique

juillet
1982
Élection de Miguel de la Madrid Hurtado à la présidence du Mexique

août
1980
Signature du traité de Montevideo entre les pays de l'Alalc

juin
1975
Ouverture d'une conférence internationale sur les femmes à Mexico

octobre
1968
Répression d'une manifestation étudiante sur la Place des trois cultures à Mexico

février
1960
Signature du traité de Montevideo créant l'Association de libre-échange de l'Amérique latine

décembre
1959
Création de la Banque interaméricaine de développement

mars
1948
Création de l'Organisation des États américains

septembre
1947
Signature du Traité interaméricain d'assistance réciproque à Rio de Janeiro

Le 27 août 2018, le Mexique et les États-Unis ont finalement conclu un accord au terme de négociations concernant l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) qui ont duré un an. Le nouvel accord s'appelle maintenant Accord États-Unis-Mexique (AEUM). Les négociations précédant l'entente avaient été lancées par le président des États-Unis, Donald Trump, en 2017 (1). C'est une entente d'envergure pour le Mexique, la deuxième économie d'Amérique latine, qui dirige environ 80 % de ses exportations vers son voisin du nord.

Un accord qui commençait à dater

L'ALENA avait été conclu en 1994 et signé par les présidents mexicain et américain Carlos Salinas Gortari et George H.W. Bush, ainsi que par le premier ministre canadien Brian Mulroney (2). Il créait ainsi la plus grande zone de libre-échange au monde (3). Cet accord tripartite visait à augmenter les échanges sur le continent nord-américain et à renforcer les liens économiques entre ses trois membres (4).

C'est Donald Trump qui, en 2017, avait fait connaître ses intentions de rouvrir l'accord et d'en modifier les conditions (5). En effet, le président américain s'était fait élire notamment en raison de sa vision protectionniste de l'économie. Or, ce dernier était persuadé que l'ALENA n'était pas profitable pour les États-Unis. Trump maintenait donc qu'il était important de renégocier les termes des échanges.

Les trois pays étaient d'accord sur le fait qu'il fallait moderniser l'accord afin qu'il reflète mieux la réalité actuelle, surtout en ce qui a trait aux progrès technologiques réalisés depuis 1994 (6). Les nombreuses rondes de négociations, qui se sont déroulées sur un an, ont eu lieu dans les trois pays. Plusieurs points étaient critiques lors des négociations et les trois pays tentaient d'y tirer leur épingle du jeu.

Les dossiers plus névralgiques entre les États-Unis et le Mexique concernaient surtout le secteur de l'automobile, du textile et de la propriété intellectuelle (7). Les Américains tenaient particulièrement à ajouter une clause crépusculaire qui ferait en sorte que l'accord soit renégocié tous les cinq ans. Ce à quoi le Mexique et le Canada se sont vivement opposés (8).

Le Mexique s'en tire bien

Dans la précédente entente, 62,5 % du contenu des automobiles vendues dans les trois pays devait provenir des États-Unis et du Mexique. Ce pourcentage a été revu à la hausse dans le nouvel accord et se chiffre maintenant à 70 %. Toujours dans le secteur automobile, 40 % à 45 % des pièces automobiles doivent maintenant être produites par des travailleurs qui sont payés 16 $ US de l'heure et plus. Cette nouvelle condition sera un défi pour le Mexique, mais elle est à l'avantage des États-Unis qui commençaient à souffrir de la délocalisation de leurs entreprises vers le sud (9).

Le secteur mexicain de l'agroalimentaire se réjouit de la nouvelle entente avec les États-Unis. En effet, la Confédération nationale des organisations de l'élevage (CNOE) a mentionné que l'accord allait être positif pour ce secteur. Les nouvelles modalités permettent en effet d'augmenter les exportations du secteur de l'élevage de 10 % vers les États-Unis (10).

Les médias mexicains semblent plutôt satisfaits de l'issue des négociations de l'AEUM. En effet, ces derniers ont salué les efforts de leur gouvernement au fil des négociations, alors que le pays était en élection présidentielle (11). La presse mexicaine ne semblait pas reconnaître de vainqueur au terme des pourparlers, soulignant que les pays membres de l'entente sont tous avantagés et que la majorité de leurs secteurs économiques le sont également.

Le quotidien mexicain Siempre soutient que ce nouvel accord et la conclusion des négociations ont permis de créer un environnement économique plus stable et prévisible pour les futurs investissements (12). Selon le futur ministre des Affaires étrangères, Marcelo Ebrard, l'AEUM permettra de créer un environnement favorable à la diversification de la production et renforcera le marché intérieur (13).

Il reste à savoir si le Canada se ralliera finalement à l'entente qui est pour le moment bilatérale. Lors de la conférence de presse tenue dans le bureau ovale, suite à l'entente avec les États-Unis, le Mexique a clairement fait connaitre sa volonté de voir le Canada se joindre à l'accord.

Médiagraphie

(1) Radio-Canada, « Les États-Unis dévoilent leurs objectifs pour renégocier l'ALENA », 17 juillet 2018, [hyperlien] (10 octobre 2018).

(2) BDO, « Sommaire de la première ronde de négociations de l'aléna », 30 août 2017, [hyperlien] (10 octobre 2018).

(3) Gouvernement du Canada, « Un nouvel Accord États-UnisMexiqueCanada », 10 octobre 2018, [hyperlien] (10 octobre 2018).

(4) BDO, op. cit.

(5) Loc. cit.

(6) Radio-Canada, « Libre-échange : les États-Unis et le Mexique s'entendent, le Canada invité à régler rapidement », 27 août 2018, [hyperlien] (10 octobre 2018).

(7) Loc. cit.

(8) Radio-Canada, « ALENA : suite des discussions États-UnisMexique la semaine prochaine », 23 août 2018, [hyperlien] (10 octobre 2018).

(9) Radio-Canada, « Libre-échange… », op. cit.

(10) Jessica Xantomila, « Celebran ganaderos el nuevo acuerdo con EU y Canadá», La Jornada, 3 octobre 2018, [hyperlien] (10 octobre 2018).

(11) Siempre, « México, Estados Unidos y Canadá, pactan nuevo acuerdo trilateral», 1 octobre 2018, [hyperlien] (10 octobre 2018).

(12) Loc. cit.

(13) Loc. cit.



Dernière modification: 2018-10-29 08:28:11

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

L'effet AMLO se fait attendre au Mexique
>septembre 2019


Mexique : le PRI en chute libre
>janvier 2019


Mexique et États-Unis : gagnant-gagnant?
>octobre 2018


Mexique : des débats révélateurs des préoccupations citoyennes
>septembre 2018


Retour en force au Mexique : à la conquête d'une présidence autrefois « volée »
>mars 2018


Réouverture de l'ALENA : match nul pour le Mexique
>octobre 2017


La « révolution en herbe » des Amériques : vers une libéralisation du cannabis au Mexique
>novembre 2016


Le pétrole mexicain : une réforme énergétique nécessaire ?
>novembre 2015


La justice mexicaine impuissante face à l'affaire des étudiants disparus
>octobre 2015


Un James Bond pour redorer l'image du Mexique
>mars 2015


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019