17 juin 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

18 septembre 2018

Élections serrées au Sierra Leone et soif de changement


Olivier Brisebois-Bérubé
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

août
2014
Annoce de l'Organisation mondiale de la santé sur le virus Ebola

mars
1996
Élection de Ahmad Tejan Kabbah à la présidence du Sierra Leone

mars
1967
Renversement du gouvernement en Sierra Leone

avril
1964
Décès du premier ministre de la Sierra Leone, Milton Margaï

mai
1963
Signature de la Charte constituant l'Organisation de l'unité africaine

Choisir entre différents candidats électoraux est compliqué. Les habitants de la Sierra Leone, eux, ont dû choisir entre 16 aspirants au titre de président (1). Au terme de ce suffrage et à la suite d'un deuxième tour serré, tenu le 31 mars 2018, c'est finalement le chef du Parti du peuple de Sierra Leone (SLPP), Julius Maada Bio, qui est sorti gagnant, avec 51,8 % des voix (2). Cette course électorale, au déroulement imprévisible, a d'ailleurs été décrite comme l'élection «la plus compétitive (3)» depuis la démocratisation de ce pays d'Afrique, en 1996.

Un nouveau président, mais le même parti aux rênes du Parlement

Ces élections ont été déclenchées dans un contexte particulier. Selon la Constitution du pays, après deux mandats consécutifs de 5 ans, l'ancien président, Ernest Bai Koroma, ne pouvait plus se présenter à la présidence (4).

Dans ce système politique présidentiel, où le pouvoir exécutif est détenu par le chef de l'État et le pouvoir législatif par la Chambre des représentants, les élections présidentielle et législatives se produisent au même moment (5). Au terme du processus électoral, c'est finalement Julius Maada Bio du SLPP qui a obtenu les rênes du pouvoir exécutif, alors que la Chambre des représentants est restée aux mains de leur principal parti rival, le Congrès de tout le peuple (ACP), qui a obtenu 68 des 131 sièges (6).

Cette rupture entre le contrôle des deux pouvoirs pose donc un réel changement dans la relation entre exécutif et législatif, puisque parti de l'ex-président Koroma, l'ACP, dirigeait également le Parlement (7). Une toute autre dynamique s'installe donc au Parlement de la Sierra Leone, où le nouveau président devra faire preuve de résilience et montrer de fines qualités de négociateur.

Une soif populaire de changement

D'autres éléments font de ces élections un cas isolé pour la Sierra Leone. Depuis le début du 21e siècle, ce pays tente de se remettre de trois grandes crises : une guerre civile terminée en 2002, une épidémie d'Ebola, survenue en 2014 et en 2015, puis un gigantesque glissement de terrain qui, en 2017, a provoqué environ 400 morts (8).

Ce contexte particulier amène de très nombreuses revendications particulières. En soif de changement, la population souhaite améliorer la situation du pays. En effet, en plus de ces crises, un autre facteur encourage l'émergence de ces revendications : le pays se classe parmi les plus pauvres au monde.

Selon les entrevues effectuées par le journal français RFI, la population aspire en priorité à un rehaussement économique du pays, à une lutte à la corruption, à un système de santé efficace et à une éducation de qualité (9). Cependant, même si ces aspirations priment sur toutes les autres selon ces entrevues, leur niveau d'importance ne peut pas être généralisé à toute une population. De par sa localisation géographique, un journal français n'est pas au cœur de la réalité des Sierra-Léonais.

Toutefois, force est de constater que ces préoccupations ont été reprises par le président élu, lors de son discours d'ouverture (10). Aussi, d'importantes promesses ont été faites durant la campagne électorale de Julius Maada Bio, comme de réviser les lois relatives à l'agriculture, contrer le travail des enfants ou le mariage forcé, faciliter les transports navals et ferroviaires, améliorer les infrastructures de transport, etc. (11)

C'est néanmoins en éducation que le gouvernement a prévu mettre le plus rapidement ses énergies. En effet, la Sierra Leone est un des pays où le taux d'alphabétisation est le plus bas selon l'Unesco (12). L'une des promesses phares de Julius Maada Bio est d'établir un nouveau système d'éducation entièrement gratuit pour le primaire et le secondaire, en plus de hausser les règles liées à l'encadrement de l'éducation (13).

Cette promesse importante sera, jusqu'à preuve du contraire, tenue par le président, qui a récemment annoncé que la somme de 34 milliards de Leones, la devise du pays, sera injectée dans le programme d'éducation gratuite et de qualité, et ce, dès le 17 septembre 2018 (14).




Références:

(1) RFI, «Élections générales en Sierra Leone : les candidats, les enjeux, les attentes», 3 juillet 2018, URL http://www.rfi.fr/afrique/20180307-elections-gener... (Page consultée le 9 septembre 2018).

(2) RASHID THOMAS, Abdul, «Why the Sierra Leone election was lost by APC after ten years of governance», The Sierra Leone Telegraph, 9 avril 2018, URL https://www.thesierraleonetelegraph.com/why-the-si... (Page consultée le 9 septembre 2018).

(3) The East African, «The Sierra Leone election like no other», 6 mars 2018, URL https://allafrica.com/stories/201803060594.html … (Page consultee le 9 septembre 2018).

(4) The Sierra Leone Web, «The constitution of Sierra Leone, 1991», Central intelligence agency, The world factbook, « Africa : Sierra Leone», 4 septembre 2018, URL https://www.cia.gov/library/publications/the-world... (Page consultée le 8 septembre 2018).

(5) MACÉ, Célian, «Sierra Leone : Julius Maada Bio, putschiste, opposant, et maintenant président», Libération, 6 avril 2018, URL http://www.liberation.fr/planete/2018/04/06/sierra... (Page consultée le 10 septembre 2018).

(6) National Election Commission, «March 7, 2018, Parliamentary Elections», 7 mars 2018, URL http://necsl.org/PDF/ElectionResults/Parliamentary... (Page consultée le 16 septembre 2018).

(7) GABRIEL, Mariya, «Presidential, Parliamentary and Local Council Elections in Sierra Leone», Parlement européen, 19 novembre 2012, URL http://www.europarl.europa.eu/meetdocs/2009_2014/d... (Page consultée le 16 septembre 2018).

(8) The Carter Center, «March, 7, 2018, Presidential and Parliamentary Elections in Sierra Leone», 23 mars 2018, URL https://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/re... (Page consultée le 16 septembre 2018).

REUTERS, «Le bilan du glissement de terrain en Sierra Leone atteint 400 morts», Radio-Canada, 15 août 2017, URL https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1050589/bilan... (Page consultée le 16 septembre 2018).

(9) RFI, op. cit.

(10) MAADA BIO, Julius, «Presidential Adress», Parliament of Sierra Leone, 10 avril 2018, URL http://www.parliament.gov.sl/dnn5/LinkClick.aspx?f... (Page consultée le 10 septembre 2018).

(11) Sierra Leone Open Election Data Platform, «Tracking Presidential Campaign Promises», 2018, URL https://electiondata.io/scorecard/presidential/cam... (Page consultée le 10 septembre 2018).

(12) UNESCO, «Sierra Leone», Data for the Sustainable Development Goals, 2018, URL http://uis.unesco.org/country/SL... (Page consultée le 10 septembre 2018).

(13) Sierra Leone Open Election Data Platform, op. cit.

(14) RASHID THOMAS, Abdul, «Sierra Leone government allocates Le43 Billion for school fees», The Sierra Leone Telegraph, 7 septembre 2018, URL https://www.thesierraleonetelegraph.com/sierra-leo... (Page consultée le 10 septembre 2018).

Dernière modification: 2018-09-24 08:03:20

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Élections serrées au Sierra Leone et soif de changement
>septembre 2018


Élections au Sierra Leone : changement ou continuité?
>janvier 2018


Ebola : les enseignements d'une lutte à poursuivre
>février 2015


Sierra Leone : le vrai défi
>février 2013


La malaria : des effets dévastateurs
>novembre 2009


La Sierra Leone noyée
>octobre 2009


Les diamants furent la cause de la guerre civile en Sierra Leone
>novembre 2008


La Sierra Leone : D'une dictature à une éventuelle démocratie
>septembre 2007


Les défis de la Sierra Leone : insurmontables?
>novembre 2006


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016