Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

16 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

18 April 2018

Une escalade dans les tensions commerciales sino-américaines


Gilles Vandal
historien,
Ph.D.
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

November
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

July
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

June
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

March
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

December
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

September
2017
Ouragans sur les Caraïbes

August
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

January
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

January
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

November
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

September
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

June
2016
Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

March
2016
Début de la visite du président américain Barack Obama à Cuba

January
2016
Dévoilement de données confirmant l'établissement d'un record de chaleur en 2015

October
2015
Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

December
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

November
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

September
2014
Tenue d'une marche en faveur de la lutte aux changements climatiques

November
2012
Réélection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

Lors de la campagne présidentielle de 2016, Donald Trump expliquait de manière simpliste l'importance du déficit commercial américain vis-à-vis la Chine par une présupposée pratique commerciale déloyale de cette dernière. En conséquence, il promettait qu'une administration Trump corrigerait rapidement la situation. Or, le déficit commercial, loin de se corriger, s'est accru en 2017 pour atteindre 375 milliards de dollars.

Conscientes des prises de position de Trump et désirant éviter une guerre commerciale, les autorités chinoises s'engagèrent lors de la visite du président américain à Beijing en novembre dernier à acheter 300 avions de Boeing pour 38 milliards en plus d'investir 250 milliards dans des entreprises de haute technologie et de ressources naturelles situées aux États-Unis.

En dépit des engagements fermes de la Chine, l'administration Trump annonça le 1er mars dernier son intention d'imposer des droits de douane de 25 % sur l'acier et de 10 % sur l'aluminium. Toutefois, à la suite de représentation du Canada, l'administration américaine annonça rapidement la suspension de ces droits de douane pour le Canada et le Mexique. Or, elle refusa de le faire pour la Chine.

De prime abord, la décision américaine apparait d'autant plus étrange pour la Chine que cette dernière arrive au 11e rang parmi les pays exportateurs d'acier aux États-Unis, le Canada se classant premier. De même la Chine arrive seulement au 4e rang parmi les pays exportateurs d'aluminium. Ici encore elle est largement devancée par le Canada qui répond à 36 % des importations américaines. Le montant des exportations d'acier et d'aluminium en provenance de Chine atteint à peine 3 milliards.

Les droits de douane imposés sur l'acier et l'aluminium représentent seulement un aspect marginal dans les 505 milliards de dollars de produits que la Chine a exporté aux États-Unis en 2017. Toutefois, Beijing a indiqué sa ferme volonté de défendre ses intérêts légitimes. Par-dessus tout, elle ne veut pas paraître faible.

Par conséquemment, la réplique chinoise à l'imposition des tarifs sur l'acier et l'aluminium survint le 2 avril et fut très proportionnée. Beijing imposa des droits de douane sur 3 milliards d'exportations américaines, comprenant 128 produits, allant du porc, des fruits, à des tuyaux d'acier, étaient ainsi frappés d'un tarif de 25 %.

Dès le 3 avril, Trump réagit à la décision chinoise en annonçant une nouvelle imposition d'un droit de douane de 25 % sur 1300 de produits chinois d'une valeur de 50 milliards. Beijing répliqua le 4 avril en imposant un droit de douane de 25 % sur 106 produits américains d'une valeur de 50 milliards. Ces produits vont du soja, dont la Chine achète 61 % de la production américaine, aux produits chimiques.

Trump a poursuivi sa croisade le 5 avril en renforçant sa rhétorique de guerre commerciale contre la Chine. Il a alors affirmé qu'il envisageait maintenir d'imposer 25 % de tarifs douaniers pour 100 milliards de produits chinois. Beijing a finalement répliqué hier en imposant une lourde taxe de 179 % sur les importations de sorgho des États-Unis les accusant de dumping en subventionnant particulièrement cette production. Décidément, une guerre commerciale avec pourrait faire mal aux agriculteurs américains. En représailles, les États-Unis viennent de contre-attaquer en interdisant l'entrée des produits technologiques de ZTE, une compagnie chinoise qui vend des équipements de télécommunication partout dans le monde.

Les autorités chinoises sont conscientes des dangers d'un dérapage dans la présente crise. Par-dessous tout, la Chine ne veut pas de s'engager dans une guerre commerciale avec les États-Unis. Désirant en arriver à un accord, le président Xi a cherché à désamorcer la crise en offrant d'abaisser le tarif chinois sur les autos importées au même niveau que celui imposé par les États-Unis.

Comme Donald Trump est un adepte de la théorie du chaos et qu'il suscite constamment de nouvelles crises pour déstabiliser ses adversaires, il est difficile pour le moment de savoir si la rhétorique de plus en plus belliqueuse de Trump est réelle ou si elle ne représente qu'une stratégie de négociation.

Dans le présent cas, au lieu de s'en remettre au processus établi par l'OMC pour régler les contentieux commerciaux, Trump a choisi d'ouvrir la boite de Pandore de la guerre commerciale. Néanmoins, en cas de guerre commerciale, la Chine dispose de plusieurs armes pour répondre aux Américains. Elle a les moyens d'infliger des maux majeurs à l'économie américaine.

D'abord, elle peut cibler particulièrement les régions agricoles qui ont voté pour Trump et qui dépendent largement du marché chinois. Ensuite, elle peut annuler par exemple ses promesses d'acheter plus d'avions de Boeing. Elle peut aussi limiter le tourisme chinois aux États-Unis qui représentent plus de 40 milliards par année. Finalement, Beijing pourrait cesser d'acheter des bons du trésor américain, voire même se départir d'une partie de ceux qu'elle possède, créant ainsi une spirale de hausse des taux d'intérêt.

Si les économistes ont défini une litanie de facteurs ayant provoqué la grande crise économique de 1929, la loi Smoot-Hawley de 1930 joua un rôle primordial dans l'exacerbation de celle-ci. Prétendant protéger les emplois américains, et plus particulièrement les agriculteurs, cette loi déclencha la dernière grande guerre commerciale en imposant des tarifs sur une variété de produits. En conséquence, les importations américaines chutèrent de 40 %. Mais paradoxalement, le chômage grimpa à 25 %.

Présentement, l'administration Trump est engagée dans un processus politique similaire à celui qui a conduit à l'adoption de la loi Smoot-Hawley. La présente approche protectionniste américaine pourrait bien déclencher une guerre commerciale similaire à cette des années 1930. Dans ce cas, Trump aurait tiré le premier coup de canon dans cette guerre.



Dernière modification: 2018-04-30 09:18:39

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016