Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

15 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

18 September 2018

Pérou : un troisième président dans l'eau chaude


Charles-Édouard Têtu
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

June
2001
Élection d'Alejandro Toledo à la présidence du Pérou

April
1992
Établissement d'un gouvernement d'urgence au Pérou

June
1990
Élection d'Alberto Fujimori à la présidence du Pérou

June
1986
Soulèvement dans les prisons du Pérou

January
1982
Entrée en fonction de Javier Pérez de Cuéllar au poste de secrétaire général des Nations unies

August
1980
Signature du traité de Montevideo entre les pays de l'Alalc

May
1980
Élection de Fernando Belaúnde Terry à la présidence du Pérou

November
1975
Déclenchement de l'opération Condor

February
1975
Déclenchement d'une émeute au Pérou

June
1969
Annonce d'une réforme agraire au Pérou

May
1969
Création du Pacte andin

October
1968
Renversement du président Fernando Belaunde Terry au Pérou

May
1964
Émeute dans un stade de soccer au Pérou

January
1963
Intensification de la guérilla au Pérou

February
1960
Signature du traité de Montevideo créant l'Association de libre-échange de l'Amérique latine

December
1959
Création de la Banque interaméricaine de développement

April
1958
Début de la visite du vice-président américain Richard Nixon en Amérique latine

March
1948
Création de l'Organisation des États américains

September
1947
Signature du Traité interaméricain d'assistance réciproque à Rio de Janeiro

Le 22 mars 2018, le président péruvien Pedro Pablo Kuczynski (PPK) remit sa démission suivant des allégations de corruption en lien avec une compagnie de bâtiments et travaux publics brésilienne reconnue en Amérique latine : Odebrecht.

Des relations privilégiées avec le pouvoir

Odebrecht est une entreprise brésilienne de bâtiments et travaux publics qui œuvre dans le domaine de l'infrastructure publique depuis 1944 (1). Cette entreprise, considérée comme un conglomérat familial, aurait depuis les années 2000 corrompu la scène politique de l'Amérique latine grâce à la surfacturation de contrats obtenus au Brésil (2). L'ancien président de l'entreprise, Marcelo Odebrecht, fut condamné à purger 19 ans en prison pour corruption et blanchiment d'argent, alors que près d'un milliard de dollars auraient été détournés à des fins politiques (3).

Le conglomérat aurait, sous forme de pots-de-vin ou de prête-noms, fait don de plus de 85 millions de dollars à différents candidats politiques en Amérique latine afin de financer leurs campagnes électorales, dont celle de Pedro Pablo Kuczynski en 2015 (4). Les liens qu'entretient PPK avec Odebrecht remontent cependant à l'époque où celui-ci était ministre de l'Économie du Pérou ainsi que propriétaire d'une firme de consultation, la Westfield Capital. L'entreprise brésilienne a avoué avoir versé près de 5 millions de dollars aux différentes entreprises de Kuczynski entre 2004 et 2013 (5), dont près de 786 000 dollars à la Westfield Capital (6).

Bien que le scandale entourant Odebrecht concerne plusieurs pays de la région, le Pérou semble être l'État qui en a le plus souffert. En effet, les deux présidents précédant Kuczynski sont tous deux accusés de corruption et font face à l'emprisonnement (7).

Un court mandat difficile

Le court mandat de Kuczynski à la présidence du Pérou n'a laissé aucun Péruvien indifférent. Lors de sa campagne présidentielle, PPK faisait déjà face à une opinion publique défavorable, alors que pour la plupart, il ne représentait en 2016 que le choix qui était le moins autoritaire (8). Détenant la citoyenneté américaine et ayant un passé de banquier à Wall Street, PPK est perçu comme un « colonisateur » n'ayant de l'intérêt que pour les banques (9). Politiquement, le Parti péruvien du changement de centre droit de Kuczynski n'a pas obtenu la majorité législative et faisait donc face à une opposition constante en chambre, rendant le travail de l'ex-président difficile. La majorité était alors détenue par la Force Populaire de droite, les fujimoristes.

Bien que le président n'ait remis sa démission que le 22 mars, sa légitimité était remise en doute depuis une première tentative d'impeachment ratée en décembre 2017, motion entamée par le parti fujimoriste en lien avec Odebrecht (10). Le 14 décembre, l'opposition demanda la destitution de Kuczynski pour des raisons d'incapacités morales (11). Le vote nécessitant le 2/3 de la chambre, soit 87 voix sur 130, échoue alors que 10 législateurs appartenant au Parti populaire s'abstiennent. Le vote n'atteint donc pas le seuil nécessaire à l'approbation de la motion (12). La semaine suivante, Kuczynski gracie l'ex-président Alberto Fujimori, purgeant alors une peine de 25 ans en prison pour corruption et crimes contre l'humanité. Selon plusieurs, PPK aurait donc acheté des votes fujimoristes afin de conserver le pouvoir (13).

Au mois de mars, l'opposition revint à la charge et demanda la démission du président pour entrave à la démocratie. Elle présenta des enregistrements faits à l'insu de Kuczynski, lorsqu'il tentait d'acheter les votes des législateurs en décembre (14). Kuczynski démissionna avant le vote, passant le pouvoir à son vice-président Martin Vizarra (15).

La démission du président représente certes l'échec généralisé que fut ce court mandat de 19 mois. L'abandon de la commission sur la vérité et la réconciliation, l'incapacité du président à travailler de pair avec l'opposition populiste ainsi que son incapacité à se faire connaître de la population auront aussi mené à sa perte (16). Ces différents échecs s'ajoutent aux inégalités sociales et économiques présentes dans le pays depuis près de 30 ans.

Le Pérou fait maintenant face à une grave crise de légitimité politique, alors que les trois derniers présidents de la République démissionnèrent sous des allégations de corruption. Cette crise, accentuée par la précarité de l'économie et la migration irrégulière de milliers de migrants vénézuéliens, ne pourrait être mieux représentée que par les mots de Victor Andrés Belunde. Ce législateur déclarait le 23 mars dernier : «Ce n'est pas un jour heureux pour le pays, un jour dont nous sommes fiers (17).»

Médiagraphie

(1) Artigas, Alvaro «Portrait d'entreprise, Conglomérats familiaux» dans Flux vol 1 n 99 2015 Url : [hyperlien] Consulté le 9 septembre 2018

(2) Bèle, Patrick, Le scandale Odebrecht peut-il déstabiliser l'Amérique latine? « Le Figaro» lundi 27 mars 2017 Url : [hyperlien] Consutlé le 9 septembre 2018

(3) Gatinois, Claire, Marcelo Odebrecht La «mitrailleuse» brésilienne, «Le Monde» mercredi 29 juin 2016 p. SCQ2 Url : [hyperlien] Consulté le 9 septembre 2018

(4) Telesur, « Culpan a Kuczynski de recibir dinero de Odebrecht para campana» le 4 mars 2018 Url : [hyperlien] Consulté le 9 septembre 2018

(5) Jara Francisco et Louis Jaime Cisneros, Pérou : le président Kuczynski sur la scelette , Le Devoir, 29 décembre 2017 p.A6 Url : [hyperlien] Consulté le 9 septembre 2018

(6) Zarate Andrea et Rochabrun Marcelo, Peru's President Avoids Ouster, but at What Cost, The New York Times, 23 décembre 2017, p. A11 Url : [hyperlien] Consulté le 9 septembre 2018

(7) Long Andrean, Gideon, Peru's president faces impeachment over Odebrecht links, Financial Times, 18 décembre 2017 p.2 [hyperlien] Consulté le 9 septembre 2018

(8) Paranagua, Paulo, Au Pérou, PPK vu comme le candidat de l'élite blanche et du secteur privé, Le Monde [En ligne] le 1er juin 2018 Url : [hyperlien] , Consulté le 9 septembre 2018

(9) Ibid.

(10) Elsa Chanduvi, Jana , «Peru's President Faces Challenges After Pardoning Fujimori», dans Political and Economic Affairs, vol 27 n 3, janvier 2018, Url: [hyperlien] Consulté le 9 septembre 2018

(11) Astié, Pierre et al «Repères étrangers», dans Pouvoirs, Vol 2 n 165 2018 URL [hyperlien] Consulté le 9 septembre 2018

(12) Zarate Andrea et Rochabrun Marcelo, Peru's President Avoids Ouster, but at What Cost, The New York Times, 23 décembre 2017, p. A11 Url : [hyperlien] Consulté le 9 septembre 2018

(13) Degregori, Carlos Ivàn et Remy, Maria Isabel «Nos élites comprennent la modernité commme une caricature», dans Problèmes d'Amériques Latine, vol 1 N 88 2013 , URL [hyperlien] , Consulté le 9 septembre 2018

(14) Rochabrun, Marcelo et Casey, Nicholas, Peru's Preident Offers His Resignation in Vote-Nuying Scandal, The New York Times, mardi 22 mars 2018 p.A9 , Consulté le 9 septembre 2018 , URL [hyperlien] , Consulté le 9 septembre 2018

(15) Ibid.

(16) Cervello Villasante, Mariella, Pérou : Bref bilan de la première année de gouvernement du président Kuczynski et emprisonnement de l'ancien président Humala et de son épouse pour corruption, Fondation maison des sciences de l'homme , Août 2017, consulté le 20 septembre 2018. Url : [hyperlien]

(17) Agence France Presse, Pérou : le Vice-Président à la tête de L'État, Le Figaro, le 23 mars 2018, Url :http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/03/23/97001-20180323FILWWW00038-perou-le-vice-president-a-la-tete-de-l-etat.php , consulté le 9 septembre 2018



Dernière modification: 2018-09-24 11:14:23

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016