Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

14 novembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

10 April 2018

Criminalité en Californie : au-delà des idées reçues


Jean-Philippe Lapierre
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

July
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

June
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

December
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

September
2017
Ouragans sur les Caraïbes

August
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

January
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

January
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

November
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

September
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

June
2016
Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

March
2016
Début de la visite du président américain Barack Obama à Cuba

January
2016
Dévoilement de données confirmant l'établissement d'un record de chaleur en 2015

October
2015
Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

December
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

November
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

September
2014
Tenue d'une marche en faveur de la lutte aux changements climatiques

November
2012
Réélection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

October
2012
Déferlement de l'ouragan Sandy sur les Caraïbes et les États-Unis

September
2011
Début du mouvement « Occupons Wall Street » à New York

Le président américain Donald Trump est bien connu pour ses positions sur l'immigration et la criminalité aux États-Unis. En février 2018, Trump s'en est pris aux autorités californiennes qui, selon lui, n'en font pas suffisamment pour réduire la criminalité (1). La réponse du chef de police de Los Angeles (LAPD), Charlie Beck, ne s'est pas fait attendre, celui-ci arguant que son corps policier fournit des efforts énormes et fructueux pour combattre la criminalité (2).

Trump et son administration se trouvent en conflit constant avec les autorités californiennes, notamment sur les questions de l'immigration et de la gestion de la criminalité et des gangs criminalisés. Trump dresse en effet un portrait fort alarmiste de l'évolution de la criminalité en Californie. C'est sur la base de cette vision dramatique que le président attaque les autorités californiennes, entre autres en liant immigration illégale et criminalité, accusant l'État de faire preuve de laxisme dans les deux cas (3).

Mais qu'en est-il au juste? En ce qui a trait à la criminalité à l'échelle nationale, les propos de Trump sont-ils exagérés? Quant aux gangs et groupes criminalisés, qu'en est-il de leur influence et de leur dangerosité? Faut-il lier immigration, appartenance aux gangs et criminalité?

Une criminalité inégalement répartie

À en croire les propos de Trump, la Californie ferait bien piètre figure par rapport au reste du pays. Or, si la situation demeure problématique dans certaines villes, la criminalité a tout de même suivi la même tendance qu'à l'échelle nationale, soit une baisse constante depuis 1990 (4).

Il en va de même pour les crimes violents et les meurtres (5). La Californie n'échappe pas à la tendance nationale. S'il reste sensiblement supérieur au reste du pays, le taux de criminalité de l'État connait une chute semblable à celle qu'on observe à la grandeur du pays, passant de près de 7 000 crimes par 100 000 habitants à environ 3 000 (6).

Les disparités entre les villes et les régions caractérisent la situation de la criminalité en Californie. Par exemple, en 2016, une municipalité comme Compton comptait 1 129 crimes violents et 35 meurtres pour une population de 98 000 habitants. À Downey, une municipalité voisine, on compte 373 crimes violents et 1 meurtre pour 114 700 habitants (7). Les disparités sont aussi fortes entre les comtés californiens (8).

De façon générale, la situation des villes californiennes n'apparait pas comme particulièrement grave comparée à d'autres villes américaines. À Los Angeles, San Diego et San Francisco, les taux de meurtres et de crimes violents par 100 000 habitants ont chuté depuis 1990. Si c'est le cas pour la plupart des villes américaines, certaines ne connaissent pas de chutes aussi importantes, par exemple Louiseville au Kentucky, Memphis au Tennessee ou Détroit au Michigan (9).

Gangs de rue : dangereux, mais faibles

Lieu de création des Hells Angels, du MS-13 et autres groupes criminalisés, la Californie est entrée dans la culture populaire comme l'État des gangs. Perception qui n'est pas sans fondement, si l'on considère le nombre et l'importance des groupes criminalisés en Californie. Par exemple, à Los Angeles, 60 % des homicides rapportés en 2012 étaient directement liés à l'activité des gangs de rue.

Selon le département californien de la justice, on peut définir un gang de rue comme un groupe de trois personnes et plus, s'identifiant à des symboles communs et pratiquant des activités illégales (10). Le LAPD estime le nombre de gangs de rue présents à Los Angeles à plus de 450. Ces gangs de rue compteraient au total plus de 45 000 membres. Depuis 1998, le nombre de membres de gangs de rue a diminué alors que le nombre de gangs a augmenté (11).

Outre les gangs, les cartels de drogues présentent aussi une menace, notamment si on considère qu'ils sont responsables dans une large mesure de l'importation de drogues aux États-Unis. Or, si la criminalité a reculé depuis 1990, il en va tout autrement des empoisonnements liés aux drogues. Entre 1999 et 2014, le nombre de morts dus aux surdoses a plus que doublé (12). Qualifiée d'épidémie par les autorités américaines, la consommation de drogues comme la cocaïne, l'héroïne et autres opiacés est directement liée à l'activité des gangs de rue et des cartels.

Alors que les cartels sont passés maitres dans la production et l'importation de drogues, le rôle des gangs de rue est plutôt restreint à la distribution directe aux consommateurs. Les gangs ne sont pas suffisamment organisés pour le transport transfrontalier, contrairement aux cartels qui sont toujours les principaux importateurs de drogues aux États-Unis. En Californie, le cartel de Sinaloa est responsable de la majorité de la drogue importée dans l'État (13).

Les gangs de rue se distinguent des cartels par leur structure plus souple. Les cartels opèrent comme de véritables entreprises, alors que les gangs apparaissent plutôt comme des « clubs sociaux ». Pour les membres, l'appartenance à un gang sert davantage de protection et remplit une fonction plus sociale qu'économique. L'attrait des gangs s'explique notamment par le contexte social marqué par la violence et la défaillance des structures sociales traditionnelles, par exemple la famille, dans lequel les membres et futurs membres évolues (14).

Les irréconciliables

L'administration Trump et les autorités californiennes sont en conflit perpétuel. Trump utilise les gangs de rue, notamment le MS-13, pour avancer sa vision anti-immigration. Pourtant, le MS-13 est d'origine californienne et non sud-américaine ou mexicaine. De plus, les immigrants seraient moins criminalisés que les citoyens nés sur le sol américain (15).

Or, selon plusieurs observateurs et ex-membres de gangs, les propos de Trump et plus généralement une attitude exagérant la menace posée par les gangs auraient pour effet de renforcer les groupes criminalisés. Considérant le rôle protecteur des gangs, ceux-ci ne peuvent que devenir plus attrayants pour les jeunes lorsque décris comme des organisations puissantes et extrêmement dangereuses. De plus, des sentences plus sévères pour les crimes liés aux activités de gangs pourraient avoir pour effet d'isoler davantage les jeunes membres (16).

La situation de la Californie n'apparait pas particulièrement dramatique. Loin des visions apocalyptiques décrites par le président, elle se retrouve au 34e rang en ce qui a trait à la sécurité publique. Les taux de criminalité, malgré des variations annuelles, chutent sur l'ensemble du territoire californien. État le plus peuplé des États-Unis, la Californie fait tout de même bonne figure en matière de criminalité. Comme à l'échelle nationale, la réduction des crimes violents et des crimes de propriétés depuis 1990 reste évidente.




Références:

1. Mather, Kate, Cindy Chang et Christi Parsons, «Trump accuses California police of being soft on street gangs, and cops fire back », Los Angeles Times, 22 février 2018, [en ligne], http://www.latimes.com/local/lanow/la-me-trump-gan... (Consulté le 26 mars 2018)

2. Loc. cit.

3. Loc. Cit.

4. Friedman , Matthew, Ames C. Grawert, et James Cullen, « Crime Trends : 1990 – 2016 », Brennan Center for Justice, 18 avril 2017, [en ligne], https://www.brennancenter.org/sites/default/files/... , (Consulté le 26 mars 2018)

5. Loc. Cit.

6. Nichols, Chris, « Has crime been getting worse in California since Jerry Brown was elected governor?», Politufact California, 4 juillet 2017, [en ligne], http://www.politifact.com/california/statements/20... (Consulté le 27 mars 2018)

7. Federal Bureau of Investigation, « Uniform Crime Reporting: CALIFORNIA : Offenses Known to Law Enforcement by City, 2016 », 2016, [en ligne], https://ucr.fbi.gov/crime-in-the-u.s/2016/crime-in... (Consulté le 26 mars 2018)

8. Lofstrom, Magnus et Brandon Martin, « Crime Trends in California», Public Policy Institute of California, novembre 2017,[en ligne], http://www.ppic.org/publication/crime-trends-in-california/, (Consulté le 27 mars 2018)

9. Friedman , Matthew, Ames C. Grawert, et James Cullen, Op. Cit.

10. Loc. Cit.

11. The Los Angeles Police Department, «Introduction to Gangs », 2018, [en ligne], http://www.lapdonline.org/get_informed/content_bas... (consulté le 27 mars 2018)

12. Drug Enforcement Administration, «2016 National Drug Threat Assessment Summary », novembre 2016, [en ligne], https://www.dea.gov/resource-center/2016%20NDTA%20... (consulté le 27 mars 2018)

13. Loc. Cit.

14. Dudley, Steven S., « MS-13 is a street gang, not a drug cartel – and the difference matters», The Conversation, [en ligne], [en ligne], https://www.dea.gov/resource-center/2016%20NDTA%20... (consulté le 27 mars 2018), 20 mars 2018, (consulté le 27 mars 2018)

15. Loc. Cit.

16. Blitzer, Jonathan, «Former Gang Members Offer Advice on How to Combat MS-13 », The New Yorker, 30 janvier 2018, [en ligne], https://www.newyorker.com/news/daily-comment/forme... (Consulté le 28 mars 2018)

Dernière modification: 2018-09-13 08:32:32

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016