Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

13 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

6 March 2018

Victoire de la droite à la mairie de San Salvador


Jean-Philippe Lapierre
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

March
1993
Dépôt du rapport de la Commission sur la vérité au Salvador

February
1987
Dévoilement du plan Arias pour la paix en Amérique centrale

June
1984
Élection de José Napoléon Duarté à la présidence du Salvador

October
1980
Formation du Front Farabundo Marti de Libération nationale au Salvador

March
1980
Assassinat de l'archevêque de San Salvador, Oscar A. Romero

July
1969
Déclenchement d'un conflit entre le Salvador et le Honduras

December
1960
Création d'un Marché commun de l'Amérique centrale

October
1960
Renversement du gouvernement de Jose Maria Lemus au Salvador

December
1959
Création de la Banque interaméricaine de développement

March
1948
Création de l'Organisation des États américains

September
1947
Signature du Traité interaméricain d'assistance réciproque à Rio de Janeiro

Le 4 mars 2018, 5,4 millions de Salvadoriens sont appelés aux urnes pour élire les 84 députés et 262 maires du pays. Ces élections se déroulent dans un contexte d'incertitude quant à la fiabilité des résultats.

À l'échelle du pays, ces élections sont caractérisées par un fort taux d'abstention de 58 %, cela malgré l'obligation légale de voter. À San Salvador, plus grande ville et capitale du pays, Ernesto Muyshondt l'emporte sous la bannière de l'Alliance républicaine nationaliste (ARENA). C'est aussi une défaite pour le Front Farabundo Martí de libération nationale (FMLN), dont le candidat détenait la mairie au moment de l'élection (1).

Retour de l'ARENA

En 2015, le FMLN était parvenu à gagner la mairie de la capitale grâce à son candidat étoile Nayib Bukele, un habile communicateur et millionnaire. Figure populaire, Bukele est toutefois exclu du parti pour avoir tenu des propos dégradants à l'endroit d'une conseillère municipale. Cependant, cette exclusion apparaît pour beaucoup comme un moyen d'écarter Bukele, dont la popularité éclipse celle du FMLN (2).

À la mairie de San Salvador, ce parti présente une législatrice et ancienne combattante du FMLN, Jackeline Rivera (3). Il mise sur une plateforme progressiste, comme celle défendue par le maire sortant Bukele, fondée notamment sur la revitalisation des quartiers défavorisés, la légalisation partielle de l'avortement ainsi que celle du mariage homosexuel (4).

Muyshondt et l'ARENA semblent avoir profité du bilan peu convaincant du FMLN. Un des enjeux principaux de la campagne était la réduction de la criminalité. Or, malgré une chute du taux d'homicides entre 2016 et 2017, celui-ci reste tout de même à 60 pour 100 000 habitants. Le faible taux de croissance du produit intérieur brut (PIB) représente aussi un enjeu important de la campagne (5). Néanmoins, il ne s'agit pas d'une victoire éclatante pour l'ARENA qui profite du rejet du FMLN, plus que d'un réel appui populaire à son candidat.

Le FMLN, ancienne guérilla de tendance marxiste, puis parti politique légal à partir des années 1990, doit composer avec un bilan mitigé depuis son arrivée au pouvoir en 2009. Durant les deux présidences du FMLN, la croissance du PIB se maintient sous les 2 % et les taux de pauvreté et de criminalité augmentent (6).

À droite, l'ARENA prétend défendre les libertés individuelles, la limitation du pouvoir de l'État, la création d'emplois, la démocratie ainsi que la lutte « contre l'attaque idéologique et l'agression permanente du communisme international (7) ».

Différents au plans politique et idéologique, les deux partis partagent au moins une chose. Tous deux sont entachés par la corruption. Muyshondt aurait des liens plutôt étroits avec le MS-13, un gang criminalisé reconnu pour sa violence et le trafic de stupéfiants. La corruption reste donc un enjeu important de la campagne.

De la mairie à la présidence ?

Malgré l'exclusion du maire sortant Bukele, sa popularité est évidente (8). Avant l'élection municipale, il bénéficie toujours d'un taux d'approbation de 84 % (9). Au point où beaucoup d'électeurs ont choisi d'écrire « Nayib 2019 » sur leur bulletin de vote, allusion à la candidature présidentielle de leur favori (10).

Bukele est exclu de son parti à un moment où il est trop tard pour poser sa candidature à la mairie. Toutefois, il entend bien se présenter à l'élection présidentielle en 2019. Bukele se décrit comme un candidat anti-establishment et post-idéologique (11), caressant l'espoir de devenir le premier président du Salvador n'appartenant ni au FMLN ni à l'ARENA. Ces deux partis sont les seuls à avoir occupé la présidence depuis 30 ans (12).




Références:

1. The Economist, « El Salvador's rising political star », 10 mars 2018, [En ligne], https://www.economist.com/news/americas/21738417-r... (Consulté le 12 mars 2018)

2. Loc. Cit.

3. Goodfriend, Hilary, « A Shadow Looms Over Salvadoran Legislative Elections », nacla, 2 mars 2018, [en ligne], https://nacla.org/news/2018/03/02/shadow-looms-ove... (Consulté le 12 mars 2018)

4. The Economist, Op. Cit.

5. Loc. Cit.

6. Loc. Cit.

7. Alliance nationaliste républicaine, « Objectifs Alliance Nationaliste Républicaine », [En ligne], http://arena.org.sv/partido/objetivos/, (Consulté 12 mars 2018).

8. D'Amours, Julia, « Update : 5 things to know about El Salvador's Elections », Americas Society/Council of the Americas, 28 février 2018, [En ligne], http://www.as-coa.org/articles/update-5-things-kno... (Consulté le 12 mars 2018).

9. The Economist, Op. Cit.

10. Loc. Cit.

11. Goodfriend, Hilary, Op. Cit.

12. The Economist, Op. Cit.

Dernière modification: 2018-03-28 14:48:13

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016