20 octobre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

11 octobre 2018

Crise migratoire : l'Algérie entre immigration et émigration


Emma Vacquier
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

avril
2007
Attentats terroristes en Algérie

avril
2001
Début du « printemps noir » en Algérie

septembre
1999
Tenue d'un référendum sur la politique d'amnistie en Algérie

septembre
1998
Création du Groupe salafiste pour la Prédication et le Combat en Algérie

novembre
1995
Élection de Liamine Zéroual à la présidence de l'Algérie

février
1995
Émeute dans la prison de Serkadji, en Algérie

février
1992
Proclamation de l'état d'urgence en Algérie

janvier
1992
Démission du président algérien Chadli Bendjedid

octobre
1988
Émeutes en Algérie

novembre
1982
Manifestation islamiste d'envergure en Algérie

avril
1980
Début du «printemps berbère» en Algérie

février
1979
Élection de Chadli Bendjedid à la présidence de l'Algérie

avril
1975
Visite en Algérie du président français Valéry Giscard d’Estaing

octobre
1973
Début du premier «choc pétrolier»

septembre
1973
Tenue d'une conférence des pays non-alignés à Alger

janvier
1971
Implantation d'une réforme agraire en Algérie

août
1967
Ouverture d'un sommet des pays arabes à Khartoum

juin
1965
Renversement du président Ahmed Ben Bella en Algérie

octobre
1963
Déclenchement de la guerre des sables entre le Maroc et l'Algérie

« Il est exclu que l'Algérie ouvre une quelconque zone de rétention. Nous sommes déjà confrontés aux mêmes problèmes que l'UE(1). » Ainsi s'expliquait le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, sur Radio France internationale à la suite de l'annonce de l'Union européenne de créer des « zones de débarquement » sur les terres algériennes pour les migrants subsahariens.

L'Algérie, terre d'immigration et d'émigration, territoire central entre l'Europe et l'Afrique, est depuis de nombreuses années source de débats complexes concernant sa politique migratoire.

Une situation migratoire complexe

Aujourd'hui, l'Algérie connait une double crise: d'immigration et d'émigration. A la suite de la détérioration des conditions de sécurité dans les années 90, l'émigration algérienne a connu une augmentation et une diversification de ses destinations(2).

Toutefois, depuis le début des années 2000, et particulièrement depuis 2008, l'Algérie connait une immigration importante. En effet, dans les années 1960, l'Algérie concentrait 42 % de la population étrangère globale du Maghreb central, contre 75 % en 2010 (3). La situation géographique explique en partie ce phénomène. Frontalier avec le Mali et le Niger et proche de l'Europe, ce pays se positionne comme une véritable plaque tournante migratoire dans le nord de l'Afrique (4).

Les autorités algériennes sont alors face à un double problème qui rend leur situation complexe : l'immigration est trop importante, mais ne peut être rejetée dans la mesure où l'Algérie est aussi un pays où l'émigration est importante. En réponse à ce dilemme, l'Algérie a réformé sa législation en prenant en compte les deux aspects de cette crise migratoire (5).

Une adaptation passant par la loi

La politique migratoire algérienne de 2008 doit prendre en compte les conventions internationales qui disposent d'une « suprématie » sur les lois algériennes. Pour mettre en place sa réforme, le gouvernement algérien s'aligne donc sur les conventions des Nations unies de 1990 et de 2003.

La réforme concerne les conditions de séjour des étrangers en Algérie (6). En premier lieu, elle met en place une lourde aggravation des peines. Au surplus, trois actions sont également prévues. Premièrement, l'article 36 prévoit la possibilité d'expulser les étrangers en situation irrégulière. Secondement, l'article 37 prévoit la création de centres d'attente pour les migrants en situation irrégulière en attendant l'expulsion. Finalement, l'article 48 prévoit de lourdes peines pour les mariages en vue d'obtenir une carte de résidence. Cette réforme est indubitablement dissuasive en vue de réduire l'immigration(7).

Toutefois, pour les autorités algériennes, « il est inconcevable d'incriminer ceux qui s'introduisent dans le territoire national de manière illégale et d'être tolérant à l'égard de ceux qui quittent le pays de la même manière(8). » Le gouvernement algérien a amendé le Code pénal en ce sens : il a mis en place une répression des sorties illégales du territoire, tant au niveau des passeurs que des émigrants (9). En outre, l'Algérie a conclu avec de nombreux pays d'Europe des accords bilatéraux « relatifs aux retours des citoyens algériens à l'étranger(10) ».

Le durcissement de la politique migratoire algérienne

La politique migratoire algérienne semble controversée, voire critiquée. La position du gouvernement concernant « El harg » (l'émigration) a fait réagir la Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l'homme (CNCPPDH). Elle s'est opposée à cette politique en expliquant qu'il est « regrettable que l'on pénalise le désespoir des jeunes(11) ».

Récemment, le gouvernement algérien a refusé la création de plateformes régionales de débarquement. Selon le gouvernement, cette mesure remettrait en question la stabilité du pays (12).

En outre, la politique algérienne en matière d'immigration semble controversée, certains dénoncent la violence de la traque aux clandestins, notamment maliens ou nigériens, et dénoncent le « profilage racial(13) ». Sarah Leah Whitson, directrice de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à Human Rights Watch, a déclaré en ce sens que « Rien ne justifie de regrouper des gens en fonction de leur couleur de peau, puis de les déporter en masse (14) ».

Finalement, la politique migratoire algérienne est à la fois une politique volontariste de retour de ses migrants, couplée d'un dispositif de réinsertion des travailleurs et d'une politique très stricte depuis 2008 envers l'immigration sur le territoire (15). Elle est surtout le reflet de la complexité de la situation migratoire du pays.




Références:

(1) Slimane A, Création de centres pour les migrants subsahariens: l'Algérie s'oppose à l'UE, ObervAlgérie, 27.06.2018 https://observalgerie.com/actualite-algerie/societ... consulté le 11.10.2018

(2) Jamel Kateb, Bilan et perspectives des migrations algériennes, hommes et migrations, Journal open édition, 2012, https://journals.openedition.org/hommesmigrations/1568, consulté le 11.10.2018

(3) Mohamed Saïb Musette et Nourredine Khaled, L'Algérie, pays d'immigration ?, Hommes et migrations, 2012 , https://journals.openedition.org/hommesmigrations/1884, consulté le 11.10.2018

(4) Courrier international, Un nombre croissant de migrants africains en partance pour l'Europe s'installent en Algérie. Cette terre d'émigration découvre à son tour les affres de la politique d'accueil des clandestins, 04.11.2004, https://www.courrierinternational.com/article/2000... consulté le 11.10.2018

(5) Ibid.

(6) Mohamed Saïb Musette et Nourredine Khaled, op. cit.

(7) Ibid.

(8) Mohamed Saib Musette, Migrants de retour en Algérie, Une nouvelle stratégie en perspective ?, Robert Schuman Centre, 01.2007, p17 http://cadmus.eui.eu/bitstream/handle/1814/7981/MI... consulté le 11.10.2018

(9) Ibid.

(10) Immigration, asile, accueil et accompagnement des étrangers en France, L'accord franco-algérien, 12.03.2013 ,https://www.immigration.interieur.gouv.fr/Europe-... consulté le 11.10.2018

(11) Mohamed Saïb Musette et Nourredine Khaled, Op.cit

(12) ) Lyes Menacer, Crise migratoire : l'Europe veut « déstabiliser » l'Afrique du Nord, Liberté Algérie, 21.06.2018 ,https://www.liberte-algerie.com/international/cri... , consulté le 11.10.2018

(13) Zahia Chenaoui, L'Algérie accélère les expulsions de migrants subsahariens dans le désert, Le Monde, 20.03.2018, https://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/03/20/... consulté le 11.10.2018

(14) Human Rights Watch, Algérie: Une nouvelle vague d'expulsions de migrants, Asile, 07.11.2017, https://asile.ch/2017/11/07/hrw-algerie-nouvelle-v... consulté le 11.10.2018

(15) Mohamed Saib Musette, Migrants de retour en Algérie, Op.cit

Autres sources :

Walib Abdelbari, Crise migratoire : l'Algérie exagère-t-elle le problème ?, TSA Algérie, 27.05.2018 ,https://www.tsa-algerie.com/crise-migratoire-lalg... consulté le 11.10.2018

Dernière modification: 2018-10-29 08:22:10

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Crise migratoire : l'Algérie entre immigration et émigration
>octobre 2018


Algérie : un électorat qui brille par son absence
>septembre 2017


Algérie : entre islamisme et islamisme radical, un éternel débat
>novembre 2015


Algérie 2015: la fin de l'époque Bouteflika?
>janvier 2015


La route transsaharienne est sur la bonne voie
>février 2014


Un bilan économique mitigé en Algérie
>février 2014


L'Algérie : le déclin de l'or noir
>novembre 2010


Algérie : une révision constitutionnelle controversée
>novembre 2008


« Touche pas à mon Algérie »
>septembre 2007


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019