Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

15 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

10 April 2018

Inculpation de Luiz Inacio Lula da Silva : la déchéance d'un héros brésilien


Nicolas Girardin
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

October
2018
Élection de Jair Bolsonaro à la présidence du Brésil

April
2018
Arrestation de l’ex-président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva

August
2016
Destitution de la présidente brésilienne Dilma Rousseff

August
2016
Ouverture des Jeux olympiques de Rio de Janeiro

October
2014
Réélection de Dilma Rousseff à la présidence du Brésil

June
2013
Manifestations d'envergure au Brésil

October
2010
Élection de Dilma Rousseff à la présidence du Brésil

July
2007
Présentation de la journée Live Earth

October
2006
Réélection de Luiz Inacio Lula da Silva à la présidence du Brésil

May
2006
Rébellion simultanée dans les prisons de Sao Paulo, au Brésil

October
2002
Élection de Luiz Inacio Lula da Silva à la présidence du Brésil

January
2001
Ouverture du premier Forum social mondial à Porto Alegre

April
1993
Tenue d’un référendum sur le régime et le système politique au Brésil

December
1992
Démission du président brésilien Fernando Collor

October
1992
Émeute dans la prison Carandriu de Sao Paulo, au Brésil

June
1992
Ouverture du Sommet de la Terre à Rio de Janeiro

March
1991
Signature du traité menant à la création du Mercosur

January
1985
Élection de Tancredo Neves à la présidence du Brésil

January
1984
Création du Mouvement des Sans terre au Brésil

L'année 2018 s'annonce trouble pour le monde politique brésilien. En pleine année d'élection présidentielle, la foi des Brésiliens en l'élite politique du pays est ébranlée par la multiplication des scandales de corruption. Si nul ne semble désormais à l'abri d'accusations, l'inculpation récente de l'ancien président Luiz Inacio Lula de Silva a tout de même eu l'effet d'un véritable séisme, tant au Brésil qu'à l'international. Après une vie consacrée à faire progresser la situation des classes ouvrières de son pays, Lula voit son intégrité remise en question par le système judiciaire brésilien, divisant du même coup le pays en deux camps : ceux qui clament son innocence et ceux qui réclament sa tête.

D'ouvrier à symbole d'espoir

Né en 1945 aux lendemains de la proclamation de la Deuxième République du Brésil, Lula grandit dans un contexte marqué par l'instabilité politique (1). Ses origines extrêmement modestes lui offrent alors peu de choix quant à son avenir; il quitte l'école à l'âge de 18 ans pour devenir ouvrier dans une usine métallurgique (2).

Les talents d'orateur de Lula sont éventuellement remarqués par son frère qui l'incite à s'impliquer dans le monde syndical. Suivant ce conseil, il fait finalement le saut en 1969 et entre au syndicat des métallurgistes de Sao Paulo qui représente les intérêts de plus de 100 000 travailleurs. Le charisme de Lula lui fait gagner une notoriété imposante chez les classes ouvrières et lui permet d'accéder à la présidence du syndicat en 1975, un accomplissement presque impensable pour un homme issu d'un milieu défavorisé à l'époque (3).

Lula prêche alors un syndicalisme plus revendicateur et plus connecté aux véritables intérêts des travailleurs. Il sera d'ailleurs l'une des figures de proue des grèves historiques de 1979 et 1980 menées contre le régime militaire en place depuis 1964. Si son implication lui vaut un bref séjour en prison, elle fait également de lui un martyr (4).

Profitant de l'affaiblissement de la dictature militaire et de la réinstauration du multipartisme, Lula se lance en politique en 1980 et cofonde le Parti des Travailleurs, un parti socialiste s'affairant à la défense des intérêts de la classe ouvrière. Son ascension vers le pouvoir est lente : Il faudra 6 ans à Lula pour obtenir un siège à la Chambre des députés et 4 tentatives pour accéder à la présidence du pays en 2003 (5).

De la présidence louangée à la déchéance

Le bilan des deux mandats présidentiels de Lula fait l'objet d'un quasi-consensus au sein de la population brésilienne, un phénomène généralement rare en politique. Les chiffres ne mentent pas : le taux de satisfaction de la population envers Lula s'élevait à plus de 80 % à la sortie de son second mandat (6).

Non seulement l'ex-représentant syndical est-il considéré comme un véritable héros national par une majorité de Brésiliens, mais sa popularité s'étend en dehors des frontières de son pays. L'ex-président américain Barack Obama l'a d'ailleurs qualité de « politicien le plus populaire sur terre (7) ».

Cet appui exceptionnel est en grande partie dû à l'amélioration générale du contexte brésilien sous la présidence de Lula, tant au niveau social qu'économique. L'ancien ouvrier a, entre autre, largement contribué à réduire la pauvreté au pays, développer la classe moyenne et confirmer le statut de puissance régionale du Brésil. Force est de constater que Lula a laissé le pays dans une bien meilleure posture qu'il ne l'était en 2003 (8).

À la lumière de ces nombreuses réalisations, on comprend pourquoi l'inculpation de Lula pour corruption a secoué le peuple brésilien. Accusé en 2016 d'avoir accepté des pots-de-vin et blanchi de l'argent, Lula a été condamné une première fois à près de 10 ans de prison le 12 juillet 2017. Cette sentence a ensuite été alourdie par la cour d'appel le 24 janvier 2018 à 12 ans d'emprisonnement (9). Suivant ce verdict, une autre demande d'appel a été déposée par les avocats de l'homme politique, qui clame toujours son innocence et affirme être victime d'un « pacte diabolique » orchestré par ses opposants politiques pour l'empêcher de briguer une nouvelle fois la présidence en 2018 (10). Cette tentative d'appel a cependant été refusée par une cour fédérale le 27 mars dernier (11).

Un procès controversé et polarisant

Alors que les revers juridiques de Lula s'accumulent et que ses possibilités de recours légal s'amoindrissent, une bonne partie de la population brésilienne lui demeure fidèle. En effet, en dépit des accusions qui pèsent contre lui, bon nombre de Brésiliens continuent d'afficher leur support envers Lula et remettent en cause la légitimité du jugement de la cour.

Le procès de Lula est rapidement devenu un facteur de division au Brésil en raison de sa nature controversée. Les partisans de la gauche crient à la « persécution politique » alors que la droite se réjouit de l'inculpation de l'ancien président (12).

Sans remettre en question la validité de l'intervention judiciaire dans cette affaire, force est néanmoins de constater que certains éléments du procès soulèvent des questions. Plusieurs avocats brésiliens de renom, issus de toutes les sphères politiques, ont d'ailleurs affirmé publiquement que le jugement était biaisé. Les soupçons quant au manque d'impartialité du processus judiciaire sont en grande partie attribuables à la présence de certaines irrégularités dans les techniques employées par la couronne pour obtenir la condamnation. Parmi elles, la divulgation de conversations téléphoniques privées de Lula est sans contredit celle qui a fait couler le plus d'encre (13). Nombreux sont également ceux qui déplorent la minceur des preuves invoquées contre l'accusé (14).

La prison ou la présidence?

Si Lula n'a jamais cessé de clamer son innocence, il n'a jamais non plus renoncé à son projet de se présenter comme candidat à l'élection présidentielle brésilienne prévue pour octobre 2018. Il détient d'ailleurs l'appui de son ancien parti, le Parti des Travailleurs, qui l'a symboliquement choisi comme candidat présidentiel au lendemain de sa condamnation par la cour d'appel (15).

Mais qu'en est-il réellement? Lula pourra-t-il se présenter en bonne et due forme à l'élection malgré les charges qui pèsent contre lui? Rien ne se semble moins sûr. En effet, plusieurs mécanismes pourraient très bien empêcher l'ancien chef d'État d'y parvenir. Pour le moment, le plus grand obstacle aux ambitions présidentielles de Lula est sans l'ombre d'un doute la « Ficha Limpa » ( « clean slate » en anglais), une loi fédérale interdisant aux candidats en processus d'appel de jugement de se présenter aux élections. L'ironie est ici des plus criantes considérant que Lula a apporté son soutien à l'adoption de cette législation en 2010 (16).

Outre la possibilité improbable de son acquittement par une cour d'appel, il semble au final que la seule chance pour Lula de faire campagne officiellement en 2018 est qu'une cour électorale lui en accorde le droit, à la condition qu'il ne soit pas déjà emprisonné (17). Cette éventualité semble toutefois des plus invraisemblables.

Quoi qu'il en soit, il demeure fascinant de constater que les sondages lui prédisent toujours une victoire décisive advenant un scénario où il parviendrait à se présenter. De son côté, Lula ne se dit d'ailleurs pas prêt à abandonner et affirme que « seule la mort pourra [le] faire quitter les rues (18) ».

Bibliographie

(1) Duran, Rebeca,« History of Brazil Republic », The Brazil Business, 13 févreir 2014, URL [hyperlien] (Page consultée le 29 mars 2018).

(2) Encyclopédie Larousse, « Luiz Iniacio Lula da Silva », 2018, URL [hyperlien] (Page consultée le 29 mars 2018).

(3) Monclaire, Stéphane, « Lula Da Silva, Luiz Inacio (1945 - ) », dans Encyclopédie Universalis, 2018, URL [hyperlien] (Page consultée le 23 mars 2018).

(4) Loc. Cit.

(5) Encyclopédie Larousse, « Luiz Iniacio Lula da Silva », Op. Cit.

(6) Le Monde, « Brésil : l'ancien président Lula condamné à neuf ans et demi de prison pour corruption, 12 juillet 2017, URL [hyperlien] (Page consultée le 29 mars 2018).

(7) Phillips, Dom, « Brazil's ex-president Lula sentenced to nearly 10 years in prison for corruption », The Guardian, 12 juillet 2017, URL [hyperlien] (Page consultée le 23 mars 2018.)

(8) Kingstone, Steve, « How President Lula Changed Brazil », BBC News, 2 octobre 2010, URL [hyperlien] (Page consultée le 29 mars 2018).

(9) Phillips, Dom, Op. Cit.

(10) Leprince, Jean-Michel, « La condamnation de l'ex-président du Brésil Lula da Silva confirmée en appel », Radio-Canada, 24 janvier 2018, URL [hyperlien] (Page consultée le 29 janvier 2018).

(11) The Gobal Times, « Lula fails in appeal against 12-year prison sentence », 27 mars 2018, URL [hyperlien] (Page consultée le 29 mars 2018).

(12) Alerge, Porto, « Brazilian ex-president Lula's corruption verdict does not end his career », The Economist, 27 janvier 2018, URL [hyperlien] (Page consultée le 29 mars 2018).

(13) Demori, Leandro et Fishman, Andrew, « Ex-President Lula's Corruption Conviction Is Upheld by Brazilian Appeals Court. Now What? », The Intercept, 24 janvier 2018, URL [hyperlien] (Page consultée le 23 mars 2018).

(14) Leprince, Jean-Michel, Op. Cit.

(15) Brandimarte, Walter et Colitt, Raymond, « Lula Launches Presidential Bid After Graft Conviction Upheld », Bloomberg, 25 janvier 2018, URL [hyperlien] (Page consultée le 23 mars 2018).

(16) Alerge, Porto, Op. Cit.

(17) Paraguassu, Lisandra, « Lula's Brazil presidential run in doubt after conviction upheld », Reuters, URL [hyperlien] (Page consultée le 23 mars 2018).

(18) BBC News, « Brazil's Lula: 'Only death will take me off streets' », 24 janvier 2018, URL [hyperlien] (Page consultée le 29 mars 2018).



Dernière modification: 2018-04-12 07:45:17

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016