20 août 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

13 février 2018

Serzh Sargsyan : de chef d'État à futur premier ministre?


Frédéric Hamel
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

octobre
2018
Ouverture du XVIIe Sommet de la Francophonie

avril
2018
Démission du président arménien Serzh Sargsyan

octobre
1999
Assassinat du premier ministre arménien Vazgen Sargsian

février
1998
Démission du président arménien Levon Ter-Petrossian

septembre
1996
Réélection de Levon Ter-Petrossian en Arménie

décembre
1991
Création de la Communauté des États indépendants

septembre
1991
Proclamation officielle d'indépendance de l'Arménie

août
1991
Proclamation d'indépendance de l'Azerbaïdjan

Depuis 2008, la fonction de chef d'État en Arménie est assurée par Serzh Sargsyan, élu sous la bannière du Parti républicain d'Arménie. Sa présidence se concrétisa une deuxième fois en 2013, alors qu'il assura sa victoire au premier tour avec une majorité absolue des votes. En 2018, l'homme de 64 ans est à nouveau considéré politiquement par son parti, mais cette fois-ci pour assurer le rôle de premier ministre. En effet, l'abandon du système politique semi-présidentiel au profit d'une république parlementaire issue de la réforme constitutionnelle de 2012 permettrait à l'actuel président de garder sa mainmise sur le pouvoir en Arménie (1).

L'homme derrière une décennie de présidence

La carrière politique de Sargsyan commença alors qu'il n'avait que 25 ans en 1979. Impliqué au sein des organisations communistes, il démontra rapidement ses compétences en matière de défense nationale. En 1993, il fut nommé ministre de la Défense et acquit au cours de sa carrière politique beaucoup d'expérience en occupant des postes prestigieux sous la présidence de Robert Kocharyan (2). La mort du premier ministre Andranik Margaryan, le 4 avril 2007, donna la chance à Serzh Sargsyan d'assurer la fonction de chef du gouvernement par intérim pendant un peu plus d'une année (3).

L'élection présidentielle de 2008 arrive rapidement et, selon la Constitution arménienne, le président Kocharyan ne peut se présenter pour un troisième mandat consécutif. Or, Sargsyan est le candidat parfait pour représenter son parti et remplacer le président sortant. C'est dans ces conditions que Sargsyan fut élu au premier tour de l'élection présidentielle le 19 février 2008 avec 52,82 % des votes (4).

Jugée scandaleuse par l'opposition, cette élection reporta une fois de plus un chef d'État de droite au pouvoir. Selon plusieurs opposants politiques, dont l'ancien président arménien Levon Ter-Petrossian, l'élection était frauduleuse et celui-ci appelle à la manifestation citoyenne. Pourtant, l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe présenta l'élection présidentielle de 2008 comme acceptable et satisfaisante en vertu des normes internationales. Toutefois elle admet que des améliorations demeurent nécessaires pour être en parfaite conformité (5).

Mise en place d'un État policier

Depuis l'indépendance de 1991, l'Arménie tente de se relever et d'acquérir un statut unique au sein d'un monde arabe dangereux et précaire. Ce pays ayant traversé des crises économiques, sociales et politiques, il est grand temps selon Sargsyan de construire une Arménie basée sur des principes démocratiques fondamentaux afin de s'adapter au monde d'aujourd'hui. Pour lui, le développement doit passer par la sécurité intérieure de tous les Arméniens (7).

L'implantation de ressources de plus en plus efficaces de sécurité pose cependant problème en raison des nombreuses manifestations et bouleversements dans le monde arabe depuis 2010. Les droits humains sont négligés et bafoués, puisque les autorités usent excessivement et de façon inappropriée de la coercition auprès des groupes d'opposition au gouvernement. De plus, les journalistes sont tenus muets et menacés par les autorités qui avancent des poursuites injustifiées allant à l'encontre des droits de l'homme et des principes démocratiques fondamentaux (8).

En Arménie, la corruption semble également être chose courante, puisque ce pays fait face à un taux de corruption particulièrement élevé. Effectivement, le système judiciaire est corrompu et les juges sont manipulés par l'exécutif, ce qui résulte en une inefficacité du système démocratique. Plus des 2\3 de la population citoyenne perçoit de la corruption au niveau judiciaire et, pourtant, la cour arménienne est toujours reconnue pour être inefficace (9). C'est dans ces conditions démocratiques difficiles que Sergyan a pris sa décision en vue de transformer l'Arménie en république parlementaire.

Une réforme constitutionnelle controversée

La réforme constitutionnelle annoncée par le président arménien Sargsyan en 2015 sera effective en 2018, alors que l'Arménie passe d'un régime semi-présidentiel à une république parlementaire. Selon cette modification constitutionnelle, le président n'aurait plus qu'un titre honorifique et ne serait plus élu au suffrage universel comme dans le passé. La limitation des pouvoirs du président semble toutefois contradictoire, puisque l'opposition politique au Parti républicain d'Arménie accuse le président sortant de manipuler la Constitution afin de pouvoir rester au pouvoir pour un autre mandat, mais cette fois-ci comme premier ministre. De plus, ces amendements constitutionnels prévoient que le gouvernement arménien, et non plus le scrutin populaire, décidera du prochain président. L'opposition est catégorique et affirme sans équivoque que Sargsyan manigance à sa guise la Constitution dans le simple but de conserver le pouvoir (10).

Les enjeux démocratiques sont en péril en Arménie selon l'opposition qui propose des campagnes massives de manifestations pour éveiller la population concernant ce phénomène. Toutefois, les autorités sont imposantes et persécutent la population dans ses droits démocratiques fondamentaux. L'indice global de démocratie est d'ailleurs en chute depuis 2006, passant de 4,15 à 4 sur une échelle de 10 en 2015 (10 étant l'idéal démocratique) (11).

Ce classement positionne donc l'Arménie comme étant un pays hybride à tendance démocratique, mais qui reste essentiellement très autoritaire. Finalement, avec un indice de liberté de presse de 28,79/100, la presse ne peut effectuer son travail adéquatement et, ainsi, faire parvenir aux citoyens les informations essentielles à une participation démocratique saine (12).




Références:

(1) Le Monde « Élections législatives en Arménie : le parti au pouvoir donné vainqueur », 2 avril 2017, URL http://www.lemonde.fr/europe/article/2017/04/02/el... (consulté le 11 février 2018)

(2) The office to the President of Armenia, « The President, History », 2018, URL http://www.president.am/en/history/, (consulté le 11 février 2018)

(3) BBC News, « Armenian PM dies of heart attack », 25 mars 2007, URL http://news.bbc.co.uk/2/hi/europe/6493229.stm (consulté le 11 février 2018)

(4) Perspective Monde, « Élection présidentielle du 19 février 2008, Arménie », URL http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BM... (consulté le 11 février 2018)

(5) Le Monde, « Manifestation en Arménie après l'élection du premier ministre, Serzh Sergyan », 20 février 2008, URL http://www.lemonde.fr/europe/article/2008/02/20/ar... (consulté le 11 février 2018)

OSCE, « Presidential Election, Republic of Armenia, 19 février 2008 », 30 mai 2008, URL http://www.osce.org/odihr/elections/armenia/32115?... (consulté le 11 février 2018)

(7) Serzh Sergyan, « Toward a secure Armenia », Pre-electoral program, 2013, URL http://www.president.am/u_files/file/docs/election... (consulté le 11 février 2018)

(8) Gogia, Giorgi, « Armeni, event of 2016 », Human rights watch, 2016, URL https://www.hrw.org/world-report/2017/country-chap... (consulté le 11 février 2018)

(9) Business anti-corruption, « Armenia corruption report », 2016. URL https://www.business-anti-corruption.com/country-p... (consulté le 11 février 2018)

(10) Armenews, « Un pas de plus vers le régime parlementaire en Arménie ? », Arménie. 19 juin 2015, URL http://armenews.com/imprimersans.php3?id_article=1... (consulté le 11 février 2018)

(11) The Economist, « Démocratie : indoce global, Arménie », Perspective Monde, 2015, URL http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BM... (consulté le 11 février 2018)

(12) Reporters sans frontières, « Indice de la liberté de presse, Arménie », Perspective Monde 2016, URL http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BM... (consulté le 11 février 2018)

Dernière modification: 2018-04-19 10:17:54

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

L'Arménie sur la corde raide
>avril 2019


Serzh Sargsyan : de chef d'État à futur premier ministre?
>février 2018


Crise démographique : un avenir incertain pour l'Arménie
>novembre 2016


Une campagne présidentielle jouée à l'avance en Arménie?
>mars 2013


De la théorie à la pratique : un chemin sinueux pour l'accord turco-arménien
>octobre 2009


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019