13 octobre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

12 novembre 2005

Le Mexique entre la déception et l'espoir


Julien Domingue
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

juillet
2018
Élection d’Andrés Manuel Lopez Obrador à la présidence du Mexique

septembre
2017
Tremblement de terre dévastateur au Mexique

juillet
2012
Élection d'Enrique Pena Nieto à la présidence du Mexique

juin
2009
Confirmation d'une pandémie de grippe A (H1N1) par l'OMS

juillet
2006
Élection de Felipe Calderon à la présidence du Mexique

juillet
2000
Élection de Vicente Fox à la présidence du Mexique

janvier
1994
Début du soulèvement des Indiens du Chiapas, au Mexique

décembre
1992
Signature de l'Accord de libre-échange nord-américain

juillet
1988
Élection de Carlos Salinas de Gortari à la présidence du Mexique

septembre
1985
Tremblement de terre meurtrier au Mexique

juillet
1982
Élection de Miguel de la Madrid Hurtado à la présidence du Mexique

août
1980
Signature du traité de Montevideo entre les pays de l'Alalc

juin
1975
Ouverture d'une conférence internationale sur les femmes à Mexico

octobre
1968
Répression d'une manifestation étudiante sur la Place des trois cultures à Mexico

février
1960
Signature du traité de Montevideo créant l'Association de libre-échange de l'Amérique latine

décembre
1959
Création de la Banque interaméricaine de développement

mars
1948
Création de l'Organisation des États américains

septembre
1947
Signature du Traité interaméricain d'assistance réciproque à Rio de Janeiro

Le 2 juillet 2006, nous connaîtrons l'identité du nouveau président du Mexique. Nouveau, indubitablement, car la loi mexicaine interdit au président sortant de se représenter. La course à la présidence du Mexique s'annonce donc très longue et déjà, on constate un afflux considérable de candidats dans les trois principaux partis.

PRI (Parti révolutionnaire institutionnel) Ce parti centriste a régné en maître sur le Mexique pendant plus de 71 ans, de la crise économique de 1929 jusqu'à l'élection de Vicente Fox à la présidence, en 2000. Sous le règne du PRI, c'est selon une pratique connue sous le nom de « dedazo », qui signifie « montrer du doigt (1)», que le président de la république désignait son successeur. Aujourd'hui, la formation politique n'arrive pas à s'entendre sur le choix d'un candidat. L'ex-président du parti, Robert Madrozo, convoite le poste de candidat officiel. Cependant, un groupe de leaders du PRI s'oppose à sa candidature. Arturo Montiel est le chef de ce noyau contestataire surnommé « Tucos » pour « Todos unidos contra Madrozo (2)» ou « Tous unis contre Madrozo ». Ces luttes fratricides divisent profondément ce parti nationaliste prônant le capitalisme d'État.

PAN (Parti d'action nationale) Le PAN est le parti actuellement au pouvoir au Mexique. Lors de l'élection de 2000, cette formation avait suscité de grands espoirs en promettant d'améliorer la démocratie et l'État de droit. Au terme de son mandat, ce parti conservateur de droite éprouve lui aussi des difficultés à se rallier derrière un seul candidat. Étant donné l'incapacité du président Vicente Fox à imposer son dauphin, le ministre de l'Intérieur Santiago Creel, l'ex-secrétaire à l'énergie, Felipe Calderon, représente maintenant l'espoir du PAN (3).

PRD (Parti de la révolution démocratique) L'ancien maire de Mexico, Andres Manuel Lopez Obrador, homme de gauche surnommé AMLO, a été désigné candidat à la présidence du Mexique le 18 septembre dernier. Favori dans les sondages, « Lopez Obrador s'est rendu très populaire à la tête de la municipalité de la capitale en accordant des pensions de retraites aux personnes âgées et en lançant d'ambitieux chantiers de travaux publics. (4)»

Lopez Obrador est considéré par la population comme un martyr de la démocratie. En avril dernier, le PAN de Vicente Fox a - par des méthodes dénoncées dans toutes les démocraties occidentales - tenté d'empêcher la candidature de Lopez Obrador en votant la levée de son immunité parlementaire. L'ancien maire de Mexico s'est ainsi attiré la sympathie des Mexicains. Le 24 avril, à l'apogée de la crise, plus d'un million de personnes sont descendues dans les rues de Mexico pour l'appuyer. Ce fut la plus grande manifestation qu'ait jamais connu le Mexique (5).

Depuis le 1er janvier 1994, date de l'entrée en vigueur de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), un groupe de rebelles occupe le Chiapas, une région du sud du Mexique. Récemment, le « sous-commandant » Marcos, un des leaders, a attaqué Lopez Obrador en « l'accusant de ne pas être de gauche, de s'entourer de collaborateurs corrompus et de trahir la cause des Indiens (7). » Celui qui avait appuyé l'ex maire de Mexico lors de la manifestation du 24 avril vient aujourd'hui troubler le jeu du favori des sondages. Le PRD de Lopez Obrador est pressé par l'extrême gauche de se démarquer du PRI et du PAN.

À 275 jours des élections présidentielles, les sondages donnent le PRD de Lopez Obrador favori avec 32% des suffrages. En second, vient le PRI de Roberto Madrazo avec 24% des voix, talonné par le PAN, à 21%, avec Santiago Creel à sa tête. Rien n'est encore joué cependant, car il reste neuf mois avant les élections ce qui, en politique, constitue une éternité.




Références:

(1) OUALALOU, Lamia, « Afflux de candidats pour la présidentielle mexicaine », Le Figaro, 23 septembre 2005.

(2) Ibid.

(3) Ibid.

(4) REUTERS, « En bref : Lopez Obrador donné favori », Le Devoir [Le Monde], 30 août 2005, p. A5.

(5) ESCARPIT, Françoise, « Le virage politique des zapatistes », L'Humanité, 5 juillet 2005, p. 11.

(6) GOUY, Patrice et AUDIBERT Dominique, « Le gâchis de Vicente Fox », Le Point, no.1704, 12 mai 2005, p. 52.

(7) CAROIT, Jean-Michel, « La candidature de l'ancien maire de Mexico à la présidentielle de 2006, critiquée par le leader zapatiste Marcos, divise la gauche », Le Monde, 20 septembre 2005, p. 8.

Dernière modification: 2007-05-02 07:13:22

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

L'effet AMLO se fait attendre au Mexique
>septembre 2019


Mexique : le PRI en chute libre
>janvier 2019


Mexique et États-Unis : gagnant-gagnant?
>octobre 2018


Mexique : des débats révélateurs des préoccupations citoyennes
>septembre 2018


Retour en force au Mexique : à la conquête d'une présidence autrefois « volée »
>mars 2018


Réouverture de l'ALENA : match nul pour le Mexique
>octobre 2017


La « révolution en herbe » des Amériques : vers une libéralisation du cannabis au Mexique
>novembre 2016


Le pétrole mexicain : une réforme énergétique nécessaire ?
>novembre 2015


La justice mexicaine impuissante face à l'affaire des étudiants disparus
>octobre 2015


Un James Bond pour redorer l'image du Mexique
>mars 2015


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019