Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

9 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

13 February 2018

22 avril 2018 : Élections décisives au Paraguay


Jean-Philippe Lapierre
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

July
2002
Proclamation de l'état d'urgence au Paraguay par le président Gonzalez Macchi

June
1992
Proclamation d'une nouvelle Constitution au Paraguay

March
1991
Signature du traité menant à la création du Mercosur

May
1989
Élection d'Andres Rodriguez à la présidence du Paragruay

August
1980
Signature du traité de Montevideo entre les pays de l'Alalc

November
1975
Déclenchement de l'opération Condor

February
1960
Signature du traité de Montevideo créant l'Association de libre-échange de l'Amérique latine

December
1959
Création de la Banque interaméricaine de développement

May
1954
Renversement du gouvernement de Federico Chavez au Paraguay

March
1948
Création de l'Organisation des États américains

September
1947
Signature du Traité interaméricain d'assistance réciproque à Rio de Janeiro

March
1947
Déclenchement d’une guerre civile au Paraguay

Le 22 avril 2018 se tiendront à la fois les élections législatives et l'élection présidentielle au Paraguay. Bien que le président actuel, Horacio Cartes, ait déjà annoncé qu'il ne se représenterait pas à la présidentielle de 2018, le Colorado Party, avec lequel il a obtenu la présidence en 2013, entend bien se maintenir au pouvoir (1). La Constitution du Paraguay ne permet pas plus d'un mandat à la présidence (2).

Cependant, le Colorado Party pourrait avoir de la difficulté à remporter la présidence en plus d'une majorité au Parlement, et ce, pour deux raisons. D'une part, l'apparition de nouveaux partis politiques (3), d'autre part la montée d'une volonté de changement au sein de la jeunesse du pays (4).

De plus, les élections paraguayennes se tiennent dans un contexte plus large. En effet, de novembre 2017 à novembre 2019, 14 pays de la région ont été ou seront en élections présidentielles. Ces élections se déroulent dans une Amérique latine faite d'incertitudes, tant économiques que politiques et sociales. Globalement, il s'agit d'un test pour les démocraties de la région. Au Paraguay, il s'agit de savoir si le Colorado Party sera capable de s'adapter aux changements, ou s'il se trouvera dépassé par d'autres partis (5).

Deux élections, deux pouvoirs

La République du Paraguay a un système parlementaire caractérisé par l'existence d'un président à la fois chef d'État et du gouvernement (6). Le pouvoir législatif est partagé entre le Sénat et la Chambre des députés, respectivement la Chambre haute et la Chambre basse.

Contrairement aux mandats présidentiels, aucune restriction constitutionnelle existe quant au nombre de mandats que les députés et sénateurs peuvent exercer. Tout comme le président, les membres des deux chambres sont élus pour cinq ans. Les 80 députés de la Chambre basse sont élus au système proportionnel à liste bloquée (7). C'est-à-dire que les sièges sont attribués de façon proportionnelle au nombre de voix obtenues par chacun des partis. La liste bloquée signifie que l'ordre dans lequel les candidats sont élus est décidé à l'avance par les partis (8). Toutefois, la proportionnalité n'est pas exercée à la grandeur du pays. Le territoire est plutôt divisé en 18 circonscriptions incluant le district de la Capital, Assomption (9). Il en va de même pour les 45 sénateurs (10).

Bien que la Constitution de 1967 assure en théorie une séparation et un équilibre des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire, la réalité politique a longtemps été tout autre. En effet, la Constitution du Paraguay accorde de grandes prérogatives au président, ce qui s'est traduit dans l'histoire politique du pays par une domination de l'exécutif sur le législatif (11).

Le Colorado Party perd la présidence en 2008 au profit de Fernando Lugo, à la tête d'une coalition de centre gauche formée avant que ce dernier ne soit destitué par le Congrès en 2012. Les élections suivantes, en 2013, permettent au Colorado Party de reprendre le pouvoir avec une majorité absolue (12). Toutefois, si la population du Paraguay semble avoir renouvelé sa confiance au Colorado Party, les conflits ne tardent pas.

En mars 2017, le Sénat vote secrètement un amendement constitutionnel permettant à Cartes de briguer la présidence pour un second mandat. La réaction ne se fait pas attendre, et la complicité entre le Sénat et le président est mise à mal par les manifestants qui, le 31 mars 2017, mettent le feu au Sénat. À la suite de cet incident et voulant préserver la stabilité du pays, Cartes choisit de ne pas se représenter (13).

Hégémonie politique et volonté de changement

Le 17 décembre 2017, Mario Abdo Benitez remporte la primaire présidentielle du Colorado Party. Benitez devient alors le favori d'un parti ayant exercé le pouvoir près de 70 ans, incluant les années de la dictature d'Alfredo Stroessner (14). Le Colorado Party est plutôt conservateur, notamment au niveau fiscal. Le président sortant Cartes avait en effet adopté une politique de réduction de taxes. De plus, Cartes a mené la lutte à la corruption et à la pauvreté (15).

D'ici les élections d'avril 2018, Benitez et son parti devront composer avec une société civile de plus en plus contestataire et une jeunesse désirant voir du changement. Ce changement pourrait venir de la gauche portée par Efraín Alegre et le Partido Liberal Radical Autentico (PLRA) (17). À la tête d'une coalition de gauche, la Gran alianza Nacional renovadora (GANAR), Alegre entend profiter de cette volonté populaire de changement pour battre Benitez à la présidentielle de 2018 (18).

Un bilan mitigé pour Cartes

À première vue, Cartes semble avoir un bilan économique positif. Ses politiques de faible taxation ont selon plusieurs, surtout issus du secteur financier, permis au pays de connaitre une croissance de 13 % de son produit intérieur brut (PIB) en 2013. Toutefois, cette politique fiscale a empêché l'accomplissement d'un autre objectif fixé par le président sortant, soit la réduction de la pauvreté. Le bilan économique de Cartes est en effet terni par les fortes inégalités économiques (19). Bien que la proportion de la population vivant sous le seuil de pauvreté ait quelque peu diminué depuis son élection, une tendance à la baisse précédait celle-ci. Néanmoins, en 2016, 26 % de la population vivait toujours sous le seuil de pauvreté (20).

Si la lutte à la corruption apparaissait comme une priorité de Cartes, les résultats ne sont peut-être pas non plus à la hauteur des attentes de la population. En effet, le pays obtient un score de 30 sur 100 sur l'indice de corruption de Transparency International. Ainsi, le Paraguay demeure un des pays les plus corrompus de la planète, soit au 123e rang, le premier rang étant détenu par le pays le moins corrompu selon l'organisme (21).

Il va sans dire que les défis qui attendent le prochain président sont nombreux. Il sera intéressant d'observer si le Colorado Party saura prendre acte des changements s'opérant au pays et s'y adapter.

1. Desanti, Daniela, « Paraguay president says will not run in 2018 election », Reuters, 17 avril 2017, En ligne, [hyperlien] (Consultée le 10 février 2018)

2. Loc. Cit.

3. Stuenkel, Oliver, « A New Generation Is Changing Paraguayan Politics », Americas Quarterly, 18 décembre 2017, En ligne, [hyperlien] ( Consultée le 10 février 2018)

5. Zovatto, Daniel, « What's at stake in the 2018 Latin American electoral marathon », Brookings, 22 janvier 2018, En ligne, [hyperlien] (Consultée le 10 février 2018)

6. France Diplomatie, « Présentation du Paraguay », En ligne, [hyperlien] (Consultée le 10 février 2018)

7. Edmund a. Walsh school of foreign service, « Political Database of the Americas », Georgetown University, 2011, En ligne, [hyperlien] class='liendanstexte' href='/bilan/servlet/BMPays?codePays=PRY'>Paraguay/paraguay.html, (Consultée le 10 février 2018)

8. L'express, « Petit lexique des différents modes de scrutin », 30 décembre 2010, En ligne, [hyperlien] (Consultée le 10 février 2018)

9. Edmund a. Walsh school of foreign service, Op. cit.

10. France Diplomatie, Op. Cit.

11. Edmund a. Walsh school of foreign service, Op. cit.

12. Meditz, Sandra W. et Dannin M. Hanratty, « Paraguay: A Country Study », Library of Congress, 1988, En ligne, [hyperlien] ( Consultée 10 février 2018)

13. France Diplomatie, Op. Cit.

14. Desanti, Daniela, Op. Cit.

15. Reuters Staff, « Paraguay senator with dictatorship ties to run for president », Reuters, 17 décembre 2017, En ligne, [hyperlien] (Consultée le 11 février 2018)

16. France Diplomatie, Op. Cit.

17. Zovatto, Daniel, Op. Cit.

18. Loc. Cit.

19. Romero, Simon, « Boom Times in Paraguay Leave Many Behind », The New York Times, 24 avril 2013, En ligne, [hyperlien] class='liendanstexte' href='/bilan/servlet/BMPays?codePays=PRY'>Paraguay&action=click&contentCollection=world®ion=stream&module=stream_unit&version=search&contentPlacement=1&pgtype=collection, (Consultée le 11 février 2018)

20. La Banque Mondiale, « Ratio de la population pauvre en fonction du seuil de pauvreté national (% de la population)», 2015, En ligne, [hyperlien] , (Consultée le 11 février 2018)

21. Transparency International, « Corruption perceptions index 2016 », 2016, En ligne, [hyperlien] (Consultée le 11 février 2018)



Dernière modification: 2018-02-19 08:11:09

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016