Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

15 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

6 February 2018

Présidence de Ian Khama : un succès démocratique pour le Botswana


William Huynh-Jan
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

October
1997
Tenue d'un référendum constitutionnel au Botswana

July
1980
Décès du président botswanais Seretse Khama

L'année 2018 s'annonce mouvementée au Botswana puisque le président Seretse Khama Ian Khama a annoncé qu'il démissionnera de son poste à la fin du mois de mars. Selon la Constitution du pays, advenant la démission du président, le vice-président sera celui qui le remplacera jusqu'à la prochaine élection, en 2019 [1].

Le président botswanais a profité de cette annonce pour critiquer des dirigeants africains pour leur réticence à abandonner le contrôle étatique. Selon Khama, : « Le Botswana possède une population de deux millions de personnes. Et qui suis-je pour prétendre que je puisse être le seul compétent pour le poste de président [2]? »

Un président autoritaire

Seretse Khama Ian Khama est le fils du premier président du Botswana. Il est aussi le petit-fils du roi des Bamangwato, un peuple qui représente le quart de la population au Botswana [3]. Ian Khama est d'origine métisse puisque sa mère est Britannique. Cette union a entrainé l'exil de la famille, puisqu'il était impensable qu'un membre de la famille royale soit métis [4]. Ayant vécu un racisme important depuis son jeune âge, Ian Khama développe alors une aversion particulière contre le racisme.

Ses proches décrivent le président comme étant un homme : « pointilleux, toujours à l'heure et autoritaire [5] ». Il est aussi un grand amateur d'animaux, n'aime pas l'alcool et s'entraine dans plusieurs activités physiques. Ces qualités le rendent très populaire auprès de plusieurs cercles sociaux et permettent au président d'accroitre son influence pour l'élection menant à son deuxième mandat.

Lors de ses deux mandats, le président Ian Khama a démontré une attitude très autoritaire. En effet, depuis son arrivée au pouvoir en 2008, il a impliqué l'armée dans plusieurs facettes de la société. Elle est beaucoup plus présente dans les rues et se mêle parfois aux travaux de la police [6]. Il a aussi tenté d'interdire la vente d'alcool à travers le pays, mais la mesure fut rejetée par le Parlement. Il procède alors autrement et décide d'augmenter considérablement le prix de l'alcool ainsi que de diminuer les heures d'ouverture des établissements qui vendent l'alcool [7].

Le président a aussi eu des conflits avec certains groupes ethniques lors de ses deux mandats. Le conflit le plus important est celui avec les « Bushmen », communément appelés les Bochimans en français [8]. Ce groupe ethnique, un des plus anciens d'Afrique, est formé principalement de chasseurs et de cueilleurs. Le conflit provenait d'une éviction forcée et armée que le président avait ordonnée à l'égard des Bochimans. Cette éviction s'effectuait au Kalahari, une terre sacrée et ancestrale des Bochimans [9].

Le gouvernement de Khama justifie ses actions en accusant les Bochimans d'avoir amélioré leurs méthodes de chasse. Or, cette amélioration aurait constitué une menace aux animaux et à l'écosystème en place [10]. Bref, ces décisions autoritaires semblent extrêmes de la part du président, mais celui-ci répond en stipulant que le Botswana est un des pays qui mènent au classement des pays africains en matière de développement et de démocratie [11].

Deux côtés d'une médaille

La situation démocratique du Botswana peut être perçue différemment selon la manière présentée. D'un côté, la presse critique grandement ce président autoritaire, puisqu'il a posé plusieurs actions sévères envers les médias de son pays.

Mais statistiquement, le Botswana est l'un des pays africains les mieux nantis au niveau démocratique puisque son indice global de démocratie se place parmi les plus élevés. Selon the Economist, l'indice global de démocratie du Botswana se situait à 7,87, 10 étant le plus haut résultat [12]. Pour se situer, il ne s'agit que de 0,18 de moins que les États-Unis et 5,76 de plus que la République démocratique du Congo [13]. L'indice ci-dessus est présenté à la suite des analyses effectuées par la revue The Economist. Ces analyses tiennent compte de la « culture démocratique, de la capacité du gouvernement à mettre en œuvre son programme, du respect des libertés civiles, de la participation citoyenne et de la qualité du processus électoral [14] ».

Ian Khama aurait donc grandement contribué à l'évolution de son pays par ses moyens drastiques, mais efficaces. Son successeur aura beaucoup à accomplir pour atteindre sa popularité au sein de la population botswanaise.




Références:

[1] THE EAST AFRICAN, « Botswana's Ian Khama to step down next year», 21 mars 2017,http://www.theeastafrican.co.ke/news/Botswana... (page consultée le 4 février 2018)

[2] AFRICA TIMES, « Botswana's Khama slams African leaders who refuse to leave office», 30 janvier 2018, http://africatimes.com/2018/01/30/botswanas-khama-... (page consultée le 4 février 2018)

[3] JEUNE AFRIQUE, « Ian Khama : histoire du fils de… », 20 octobre 2009, http://www.jeuneafrique.com/200436/politique/ian-k... consultée le 4 février 2018)

[4] OFFICE OF THE PRESIDENT, « Lieutenant General Seretse Khama Ian Khama », 2011, http://www.gov.bw/en/ministries--authorities/minis... (page consultée le 4 février)

[5] MIKVA, Keren, « 12 Things You Didn't Know About Ian Khama, President Of Botswana », AFK Insider, 12 octobre 2015, https://afkinsider.com/78148/12-things-didnt-know-... (page consultée le 4 février 2018)

[6] JEUNE AFRIQUE, Op. Cit.

[7] INSTITUTE FOR HEALTH METRICS AND EVALUATION, « President Ian Khama: Emboldened by evidence to reduce harms of alcohol use in Botswana », http://www.healthdata.org/acting-data/president-ia... (page consultée le 4 février 2018)

[8] SAVARIAUD, Stéphanie, « Au Botswana, les Bochimans s'accrochent à leur désert », Libération, 30 juillet 2009, http://www.liberation.fr/terre/2004/07/30/au-botsw... (page consultée le 4 février 2018) »

[9] Loc. Cit.

[10] SMITH, David, « Botswana president Ian Khama hopes for triumph at challenging polls», The Guardian, 21 Octobre 2014, https://www.theguardian.com/world/2014/oct/21/bots... (page consultée le 4 février 2018)

[11] Loc. Cit.

[12] THE ECONOMIST, « Démocratie, indice globale, Botswana », Perspective monde, 2015,http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servl... (page consultée le 4 février 2018)

[13] THE ECONOMIST, « Démocratie, indice globale, États-Unis », Perspective monde, 2015,http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servl... (page consultée le 4 février 2018)

THE ECONOMIST, « Démocratie, indice globale, Congo (rep.dem.) »,Perspective monde,2015,http://perspective.usherbrooke.ca/bilan... (page consultée le 4 février 2018)

[14] THE ECONOMIST, « Démocratie :indice globale 2015 »,Perspective monde, 2015, http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/stats/0/20... (page consultée le 4 février 2018)

Dernière modification: 2018-02-12 11:57:31

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016